Titre insolite d’un article de Le Figaro (02/09/2016) : Médecine : les différences hommes-femmes négligées. La France est très en retard dans ce domaine, que ce soit dans la recherche ou dans le choix des traitements.

Le lecteur s’imagine encore une propagande en faveur du féminisme. Il n’en n’est rien. Il est mis l’accent sur le fait qu’on ne soigne pas un homme comme une femme. L’Académie de Médecine vient de s’intéresser la question « pour faire bouger les choses ». La France est très en retard sur le sujet explique Claudine Junien, généticienne, Professeur à la Faculté de Paris-Ouest. « On se préoccupe beaucoup de parité surtout sur le genre, mais il faut aussi faire prendre conscience du sexe biologique » explique-t-elle.

Voilà qui est intéressant et ne fait certainement pas les affaires de LGBT. La ressemblance entre un homme et une femme n’est que de 98,5 %. Or « c’est le même ordre de grandeur qu’entre un humain et un chimpanzé de même sexe ». En d’autres mots, il y a autant de différences entre un homme et une femme qu’entre un humain et un chimpanzé. D’où l’idée dans l’air que la médecine devrait tendre à se personnaliser ; ceci notamment par les perspectives de la génétique. De plus un embryon d’homme est différent de celui d’une femme même avant la mise en route des secrétions hormonales afférentes au sexe, explique le Pr Junien. Les tenants du choix du genre vont hurler.

De fait les femmes font des maladies génitales différentes. Mais ce peut être aussi par exemple l’Alzheimer, l’anorexie, la dépression, l’ostéoporose, des troubles alimentaires, et des maladies auto-immunes (maladies thyroïdiennes, sclérose en plaques, lupus) etc.  Les hommes sont plus facilement atteints d’autisme, tumeurs du cerveau et du pancréas, AVC etc. Or paradoxalement les tous traitements instaurés sont référencés sur les hommes, sauf ce qui concerne la vie génitale de la femme. Il en résulte chez elles des effets secondaires : « ce qui représente un coût humain et financier exorbitant ». Les chercheurs Américains estiment que  la survenue d’effets indésirables est 50 % plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Des chercheurs savent depuis longtemps que certains traitements sont plus efficaces chez les hommes que chez les femmes et inversement.  Par exemple les hormones féminines ostrogénique ont tendance à protéger de l’athérosclérose. C’est la raison probable pour laquelle elles vivent plus âgées. Constitutionnellement elles résistent plus. L’Académie de Médecine demande que désormais des recherches soient diligentées dans ce sens.

Ceci rejoint les propos du professeur de neurologie de l’Université de Sienne Antonio Federico :

« Les données scientifiques montrent des différences claires entre le cerveau masculins et féminins, des différences qui sont génétiques ». « Les données scientifiques montrent des différences claires entre le cerveau mâle et la femelle, des différences génétiques, hormonales dans la structure anatomique et physiologique … avec des conséquences importantes dans le cerveau de la fonction et même de certaines maladies ».

Il en résulte par exemple que face à un problème particulier les femmes ne prennent pas obligatoirement une même décision. Les différences entre les deux sexes n’est pas seulement anatomique, n’en déplaise à LGBT.

Il va de soi que ces considérations infirment totalement les théories du gender affirmant que chacun doit pouvoir choisir son sexe. C’est une illusion allant contre la nature. Ne serait-ce que dans la mesure où les médecins face à un transgenre ou un homosexuel se demanderont s’ils doivent les soigner comme des hommes ou des femmes. Ceux qui n’arrangera pas leurs santés.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

35 commentaires

  1. « « c’est le même ordre de grandeur qu’entre un humain et un chimpanzé de même sexe »

    L’homme ne descend donc plus du singe ?

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Sans doute que non.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Pas bête comme remarque…S’il y a autant de différences entre un homme et une femme qu’entre un humain et un chimpanzé, rien ne prouve que l’un dépende génétiquement de l’autre et inversement.

    • Scarez0r says:

      L’homme ne descend pas du singe. L’homme a un ancêtre commun avec le singe. Nuance.

  2. MA Guillermont says:

    Dr Dickès , vous avez jeté un » pavé dans la mare  » qui va faire grincer des dents …les tenants de l’autodétermination de l’identité du genre .
    Ainsi ces données scientifiques génétiques donnent l’assurance du caractere inaliénable qu’est le genre féminin et le genre masculin …
    Joli coup , Dr Dickes !

  3. Jean-Pierre Dickes says:

    M. Guillermont,
    Bien évidemment c’est important que des autorités comme ce professeur qui soulève un beau lièvre et l’Académie de Médecine rappelle que l’homme et la femme ont des réalités biologiques différentes. Cependant, c’est une chose évidente que l’on peut voir à la plage quand hommes et femmes sont en maillot de bain.
    Mais les tenants du gender sont des idéologues. Ils prétendent substituer des idées à la réalité naturelle de la Création qu’elle soit considérée comme divine ou pas. Autant dire que le ciel est de couleur verte et les champs de couleur bleu. Ils placent leurs idées avant la réalité. C’est de l’orgueil qui hélas est mortifère. On l’a vu avec le marxisme et le nazisme ; quand à la Révolution Française elle a affirmé la liberté de penser en coupant les têtes et en faisant e génocide vendéen.

  4. Il me semble que l’embryon humain n’est ni mâle ni femelle jusqu’à la 7e semaine après la conception. En fait, à cette période, l’embryon possède un système reproducteur primitif avec des gonades qui peuvent se développer ultérieurement soit en ovaires, soit en testicules. En même temps, il y a formation de deux systèmes de canaux reproductifs, un femelle, soit le canal Müllérien et un mâle, soit le canal de Wolff. Le canal Müllérien deviendra plus tard l’utérus, les trompes de Fallope et une partie du vagin chez la fille et le canal de Wolff évoluera en vésicule séminale, en canal déférent et en épididyme chez le garçon. Donc, jusqu’à la 7e semaine de gestation, chaque embryon possède toutes ces structures et a conséquemment le potentiel de devenir une petite fille ou un petit garçon. Correct ?

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Effectivement, je pensais comme vous. C’est Pr Junien qui fait cette affirmation sur les embryons. Ce n’est pas moi. Vous retrouverez facilement le texte du Figaro en mettant le titre de l’article sur Google. C’est inscrit en toutes lettres. Je n’invente rien à propos de l’embryon?
      Je pense que ce professeur faisait allusion probablement au sexe génétique XX et XY des femmes et des hommes. Tous les homos du monde peuvent toujours dire que cela n’existe pas.

      • Oui vous avez raison. je suis d’ailleurs assez d’accord avec le Pr Junien. Il me semble que j’avais lu (malheureusement je ne sais plus ou) que l’avenir de la médecine serait au traitement personnalisé. Pas seulement hommes vs femmes mais également au sein du même sexe.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          Oui.Je vois que vous êtes bien renseigné. Ceci se fait déjà pour les cancer du sein à partir du profil génétique.

  5. François ALLINE says:

    Très intéressant votre article. Cela rejoint ce que j’ai lu de SerGinger sur les différences cerveaux masculin et féminin »

  6. Hilarion says:

    L’une des grandes prêtresses LGBT fut Simone De Beauvoir la compagne de Sartre…et de quelques autres des deux sexes dans les années de l’après deuxième guerre mondiale Cette « dame » (?) professeur de philo à Normale Sup bien que non encartée au parti communiste en était néanmoins ce que l’on appelait à l’époque un « compagnon de route ». C’est elle qui avait fait cette déclaration célèbre :  » on ne naît pas femme on le devient ». A l’époque, on sortait juste de la guerre et les communistes français formaient un lobby et groupe électoral puissant d’autant plus qu’ils s’amalgamaient à l’URSS qui avait largement contribué à la victoire sur le nazisme, la peste rouge ayant remplacé la peste brune. Aussi, toute ânerie, aussi magistrale soit-elle, provenant d’un hiérarque de la religion communiste et S.De Beauvoir en faisait partie, devenait immédiatement parole d’évangile, d’ou la popularité de cette théorie.
    La France n’a pas eu le bonheur de vivre sous un gouvernement communiste pur et dur. Elle s’est pas comme les pays de l’Est qui eux ont connu ce bonheur, débarrassée d’une culture marxiste qui imprègne, fusse de manière subliminale encore toutes ses pores. Aussi cette théorie portée par les LGBT dont la stupidité pourrait se comparer à l’affirmation que la terre est plate continue t-elle de faire florès, y compris (et même il semble surtout) chez des gens ayant fait des études dites « supérieures ».

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Simone de Beauvoir était surnommée La Grande Sartreuse en raison de ses affinités philosophiques avec Sartre, compagnon de route des communistes. Elle était enivrée non pas de Grande Chartreuse mais des idéologies comme celle du gender. Les idéologies sans Dieu sont destinées à périr. Il en sera de même du gender. D’autant que celle-ci contredit la nature elle-même. Ce n’est pas parce qu’elle se serait fait greffer un pénis en plastique qu’elle deviendrait un homme. Même bourrée d’hormones. Les sécrétions hormonales sont dépendantes des chaîne d’ADN constituant les chromosomes dits sexuels. XX pour l’homme et XY pour la femme. Ce n’est pas demain que cela changera. C’est bien ce que dit le professeur Claudine Junien. Elle demande que l’on tienne compte de la réalité biologique. C’est clair et net.

  7. Jean-Pierre Dickes says:

    Comme je l’ai écrit :ces gens ayant fait de sétudes « supérieures » sont des idéologues qui n’ont que faire de la réalité. Leur seul objectif est satanique : détruire l’ordre naturel créé par Dieu. Ils veulent se mettre au dessus de la nature. Satan dit à Adam et Eve : « vous serez comme des dieux ».

  8. C’est là où je voulais en venir… à moins que ces personnes assimilent le chimpanzé avec une femme ?

    • heu.. c’est en réponse au commentaire de Jean-Pierre Dickès « rien ne prouve que l’un dépende génétiquement de l’autre et inversement. »

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Chère Efgy,
      Je ne e pense pas que ce soit ni dans l’idée des auteurs de l’article du Figaro et encore moins dans la mienne. J’ai trop d’admiration envers la femme pour la comparer à un singe. Ne serait-ce que parce qu’elles portent les enfants pendant la grossesse. Elle est la fée du logis comme on dit. Mais je pense que les féministes la traînent dans la boue en voulant lui donner les mêmes capacités que les hommes. Quant aux musulmans…passons.Quand on lapide dans le monde c’est presque toujours des femmes sans défense.

      • On est bien d’accord, Dr.
        C’était juste une remarque pour les partisans de la théorie de l’évolution : sachant, en effet, que la différence entre un homme et une femme a « le même ordre de grandeur qu’entre un humain et un chimpanzé de même sexe », si ce n’est pas l’homme qui descend du singe, c’est donc la femme, (puisque l’humain descend du singe). Mais vous avez raison, ma remarque est absurde, car il est plus logique que ce soit l’homme qui descende directement du singe, puis la généalogie humaine continuerait par la femme (quoiqu’en fait, la différence entre un chimpanzé mâle et un homme est aussi grande qu’entre un chimpanzé femelle et une femme, et qu’entre un homme et une femme, ce qui corse sérieusement l’affaire de notre descendance…). Surtout qu’il se peut qu’un nouveau genre apparaisse, car il n’y a pas de raison que l’évolution des espèces s’arrête d’un coup…

  9. Après toutes ces années passées à pourfendre la « théorie du genre », il est consternant de constater, à travers vos commentaires, que vous ignorez toujours de quoi vous parler (confusion entre sexe et genre).

    Cet article traite de différences biologiques entre hommes et femmes. Une recherche des plus basiques vous emmènera sur la page de Wikipedia dédiée au « genre », qui indique : « Le genre est un concept utilisé en sciences sociales pour désigner les différences non biologiques entre les femmes et les hommes. »

    Partant de là, comment peut-on décemment écrire un non-sens comme : « Ainsi ces données scientifiques génétiques donnent l’assurance du caractere inaliénable qu’est le genre féminin et le genre masculin… ».
    Cela prouve vraiment une incompréhension totale du sujet.

    • Pardon : « parlez », et non « parler ».

    • @ Z

      En français,
      le genre masculin = le, un
      le genre féminin = la, une
      « le »masculin représente qui ou quoi ?
      « la » féminin représente qui ou quoi ?
      Le genre ne vient-il pas du sexe ? D’où vient-il donc ?

  10. Jean-Pierre Dickes says:

    Justement, c’est ce que je reproche. Pour ne pas dire sexe, ce mot a été remplacé par genre. On ne parle plus de différences entre les sexes, mais de différences entre les genres.

    • Ce n’est pas pour ne pas dire sexe que l’on emploie le mot genre. C’est pour désigner un concept différent.
      Le genre est une construction sociale, pas le sexe.
      Pas compliqué à comprendre, en principe.

      • " Pour le coup " says:

        Construction sociale dites-vous …
        Alors pourquoi , changent – ils d’identités sexuelles , par tous les moyens possibles ?
        Le Gender est un concept qui promeut l’indifférenciation sexuelle , au sens large , c’est-à-dire incluant la sexualité
        L’ABCD du Gender/Vigi Gender .

        Z de Zéro …?

        • « VigiGender est un collectif de parents s’engageant pour promouvoir une Ecole sans idéologie du genre. »

          Ils sont comme vous, ils ne savent pas de quoi ils parlent.
          Il n’existe pas de « théorie du genre » ou d’idéologie du genre. Il existe des études de genre, qui concernent les sciences sociales.

  11. « En d’autres mots, il y a autant de différences entre un homme et une femme qu’entre un humain et un chimpanzé. »
    L’Académie de Médecine dans son développement veut, selon ma perception, « prouver » que la « femme » ne vient pas de « l’homme » et détruit la « Genèse »: « Alors Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit, et il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place.
    De la côte qu’il avait prise de l’homme, Dieu forma une femme, et il l’amena à l’homme.
    Et l’homme dit:  » Celle-ci cette fois est os de mes os et chair de ma chair! Celle-ci sera appelée femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. « 

  12. Jean-Pierre Dickes says:

    Je ne pense honnêtement pas que l’Académie de Médecine se place sur ce plan là.
    Quelle que soit son origine (côte ou pas côte) un constat est fait. Un homme n’est pas une femme et inversement. Il y a des différences entre eux : vous pouvez le constater dans la rue.
    Cette différence est peu importante. Mais elle est de l’odre qualitative de ce qui sépare l’humain en général du singe. Rien de plus.
    Je pense que vous avez compris cela très bien. Mais je ne vois pas en quoi cela éloigne de la genèse. En pratique Dieu donne un potentiel génétique à la femme. Il prélève la côte et crée sa compagne. Mais obligatoirement il doit modifier son potentiel génétique ; s’il ne le faisait, pas sa compagne serait un homme du même sexe ; ce qui n’est pas le cas.

  13. Ceci dit je vous confirme que l’Académie de Médecine ne pense pas que la femme ait été créée à partir d’une côte d’Adam.
    Elle ne considère pas non plus que la Genèse soit un texte scientifique.
    Désolé si je détruis vos illusions à ce sujet.

  14. Jean-Pierre Dickes says:

    Je ne sais pas si l’Académie de médecine soit là pour dire si la Genèse est un texte authentique sur le plan scientifique. Il existe des organismes comme le CESHE et Le Cep qui travaillent sur ce sujet ; mais il y a longtemps que les exégètes se sont penchés sur cet aspect des choses. L’Académie de Médecine est formée de scientifiques imbus d’eux-mêmes et hyperspécialisés dans les domaines qui les concerne. Ce n’est pas un brevet d’intelligence. De plus depuis longtemps ils sont recrutés sur des critères politiques ou idéologique. Ce n’est pas leur boulot de s’occuper des questions de théologie.
    Il y a dans la Bible des métaphores et des paraboles, des sens cachés aux textes. C’est par exemple ce que fait la Cabale qui essaye de les découvrir. Celle-ci étant une philosophie et non une sorte de secte occulte agissant comme la franc-maçonnerie.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com