La chasse aux abuseurs sexuels se transforme pour certains en lynchage des hommes hétérosexuels, tous accusés d’être des agresseurs sexuels en puissance. Virginie Vota analyse cette aberration.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

4 commentaires

  1. Isnard says:

    Bonjour

    J’ai beaucoup apprécié votre vidéo.

    Plutôt que de sanctionner le fait d’importuner une femme (ce qui est vague) voire le fait de demander deux fois un numéro de téléphone à une femme, on ferait mieux de durcir les sanctions pour les viols et autres agressions physiques. Cela suffirait à tranquilliser davantage les femmes sans empêcher les hommes de faire une cour légitime aux femmes.

    On pourrait par exemple prévoir une peine minimale de 20 ans de prison ferme pour un viol. Et la peine de mort pourrait être appliquée en cas de meurtre.

    L. ISNARD

  2. Pourquoi utiliser le vocabulaire néologiste ostracisant relativisateur inventé par les partisans de Sodome et Lesbos pour pointer du doigt les gens normaux ? Ni hétérosexuel, ni gynophile, gynogame, naturalo-complémentaristoverti ou Diable sait quoi d’autre, les hommes qui sont plutôt attirés par les femmes, et les femmes qui sont plutôt attirées par les hommes sont simplement les gens NORMAUX. Inventons tous les néologismes qu’on veut pour désigner toutes les déviances (de la norme) testées ou encore à imaginer, il y a de quoi s’occuper. Mais pour les gens qui, sans même y penser, s’accouplent (mais ne s’apparient pas) comme l’ont fait tous les humains, tous les primates, tous les mammifères, et même tous les animaux que Dieu ou Mère Nature ont créé sexués pour que leur espèce perdure, de grâce considérons-les encore comme simplement normaux, et ne les affublons pas d’un quolibet qu’un instituteur de 1900 n’aurait pas compris ou su expliquer.

    • pamino says:

      En plus, gynophile et gynogame seraient incorrectement formés ; il faudrait gynécogame, et plutôt gynékéraste que gynécophile.

  3. azuly says:

    Heterosexuel…
    Dragué lourdement, même si cela est certes un poids pour certaines femmes, c’est autre chose qu’un de ces pervers qui abuse de la naïveté d’une fille de 11 ans pour la mettre en confiance et puis la violée par la suite Et que lorsque celle ci voit sa plainte arriver au tribunal, les juges prononcent un non lieu, car la fille de 14ANS était « consentante »!!!!
    Avant de condamner des personnes qui n’ont rien fait de répréhensible, pénalement ou moralement, condamné ces violeurs d’enfants ou de femmes.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com