Le numéro 60 de la revue Civitas traite des mensonges démocratiques. 

civ_60_juin_Blog.jpg

« La démocratie c’est le mal, la démocratie c’est la mort », écrivait Charles Maurras. On pourrait y ajouter, la démocratie c’est le mensonge et notre dossier aura pour objectif de montrer en quoi la démocratie est foncièrement menteuse.

Les mensonges, que ce dossier dénoncera, sont ceux du système démocratique fondé sur la souveraineté du peuple, système politique qui se veut seul légitime et moral, quelle que soit la taille des communautés considérées ou la valeur de leurs citoyens.

Notre objectif prioritaire sera au moins autant de dénoncer l’incohérence des démocrates en peau de lapin que de démasquer la démocratie elle-même et d’en montrer la nature congénitalement menteuse lorsqu’elle se veut représentative, seule source de légitimité, seul système rationnel.

Dans ce but, Joseph Flaure inaugurera le dossier par un indispensable retour aux fondamentaux, avec un article sur ce que St Thomas d’Aquin entendait par démocratie.

Le second article constituera le cœur du dossier et dénoncera les mensonges consubstantiels à la démocratie représentative.

Le professeur Claude Rousseau portera un regard lucide sur les perspectives de sortie du système, et, la rédaction proposera, à titre de conclusion, quelques perspectives induites de l’ensemble de ces travaux.

Une nouvelle rubrique « Culture et sociétés » a, par ailleurs, été ajoutée à la revue.  En effet, si nous nous voulons être politiquement les défenseurs de la nation et de l’État catholique, il importe que notre revue sache en faire partager toute la dimension culturelle, géographique, artistique, morale… et ce chapitre proposera aux lecteurs divers écrits sur tout ce qui incarne notre pays, notre religion, notre culture.

Nous débutons avec un essai de Thierry Bouzard sur la place de l’identité musicale française, et avec un article, description d’œuvres à l’appui, sur la peinture italienne de l’école bolonaise du XVIIème siècle.

 

Numéro à commander au prix de 9,80 € (port compris) par chèque à l’ordre de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil 

ou  Image d’aperçu

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. L’expression « démocratie représentative » est un oxymore car dans une démocratie il n’y a pas de représentants (des voleurs de souveraineté), mais des commissaires, c’est-à-dire des citoyens tirés au sort et chargés d’une mission temporaire. Ces citoyens ne votent jamais les lois à la place du peuple.

    Charles Maurras croyait fustiger la démocratie alors qu’il fustigeait la République. Dans une démocratie, il n’y a ni Parlement oligarchique, ni partis politiques.

    La vraie démocratie : http://lavraiedemocratie.fr/

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com