Dom helder camara

La Théologie de la Libération longtemps considérée comme une émanation du KGB, le service de renseignement de l’URSS, a en réalité trouvé ses sources au sein de la communauté ecclésiastique elle-même, bien avant que Kroutchev en 1962  demande au KGB d’infiltrer le mouvement. C’est cet aspect qu’un article de Luiz Sérgio Solimeo de  Catholic News Agency, démontre au moment où l’un des plus chauds partisans de cette théologie, Mgr Helder Camara d’Olinda, archevêque de Récife au Brésil,  est en voie d’être béatifié par le pape François. François qui a déjà reçu au Vatican, le père Gustavo Gutiérrez, considéré comme le « père » de la Théologie de la libération.

Le point-de-vue d’un ex-agent soviétique

Luiz Sérgio Solimeo, intervient  aussi en écho aux déclarations d’un ancien communiste roumain,  Ion Mihai Pacepa, ex espion soviétique réfugié aux USA en 1970. Celui-ci s’est confié à la CNA, récemment, au sujet de la relation entre l’Union soviétique et la théologie de la libération en Amérique latine. Voici quelques brefs extraits de l’interview, pour comprendre l’implication du KGB:

« Le 26 Octobre 1959, Nikita Khrouchtchev, est venu en Roumanie. (…) Khrouchtchev voulait être dans l’Histoire comme le chef soviétique qui avait exporté le communisme en Amérique centrale et du Sud. La Roumanie étant le seul pays catholique latin  du bloc soviétique (sic! et la Pologne ? ndlr), Khrouchtchev voulait inscrire les « dirigeants latins » dans sa nouvelle  guerre de «libération». 

« Le mouvement est né au KGB, son nom a été inventé par le KGB: Théologie de la Libération. Durant ces années, le KGB avait un penchant pour les mouvements de « libération ». L’Armée de libération nationale de Colombie (FARC), créé par le KGB avec l’aide de Fidel Castro; l ‘«Armée de libération nationale de la Bolivie, créé par le KGB avec l’aide de » Che « Guevara; et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), créé par le KGB avec l’aide de Yasser Arafat sont juste quelques «libérations» parmi d’autres nés à la Loubianka – le siège du KGB. »

« Le super-secret du projet de création de la Théologie de la libération date de 1960, il a  été approuvé par Aleksandr Chelepine, le président du KGB, et par Aleksey Kirichenko, membre du Politburo, qui coordonnait les politiques internationales du Parti communiste. Ce programme a exigé que le KGB prenne le contrôle secret du Conseil œcuménique des Eglises (COE), basé à Genève, en Suisse, afin de l’utiliser comme couverture pour faire de la Théologie de la libération un outil révolutionnaire sud-américain. Le COE était la plus grande organisation œcuménique internationale après le Vatican, représentant quelque 550 millions de chrétiens de diverses confessions à travers 120 pays. »

Mais la théologie de la Libération prend racines avant l’apparition de l’URSS

Luiz Sergio Solimeo qui minimise cette version de Paceba, est un conservateur catholique brésilien qui ne prétend pas que le KGB n’a pas soutenu la Théologie de la libération, mouvement révolutionnaire proche des idées communistes.  Dans le cadre de la Guerre froide le contraire aurait été surprenant, les révélations de Pacepa sont certainement exactes concernant la stratégie du KGB, mais, faute de connaître les origines religieuses de ce mouvement, et ne connaissant que la récupération soviétique, peut être accorde-t-il trop de crédit au KGB ? 

D’après Soliméo, Le KGB a probablement contribué à la diffusion de cette idéologie politico-religieuse qui est présentée comme théologie catholique, car ce fut un moyen très utile à l’expansion communiste, en particulier dans les milieux catholiques, et pour le maintien de régimes communistes dans les malheureux pays qui souffraient sous sa domination:

Cependant, le facteur décisif dans l’émergence et la prolifération de la Théologie de la Libération, et son application pratique en Amérique latine a été le véritable « transbordement idéologique passé inaperçu» ─ suivant la fameuse expression inventée par le professeur Plinio Corrêa de Oliveira  ─ subi par  de jeunes idéalistes catholiques qui sont entrés dans les séminaires ou ont rejoint l’Action catholique et ont été progressivement conduits loin de la ferveur religieuse et de l’orthodoxie catholique vers des affinités avec les théories marxistes de l’égalitarisme et de la lutte des classes.
Par conséquent, le communisme et le KGB sont introuvables au début du processus qui a conduit à l’émergence de la Théologie de la libération, mais plutôt à sa fin, comme une conséquence nécessaire pour respecter les principes égalitaires et évolutifs des théoriciens hérétiques du début du XXe siècle. (Source

Pour démontrer son point-de-vue, Luiz Sérgio Solimeo, développe les origines de la Théologie de la libération « au moins à partir des pontificats des papes Léon XIII (1878-1903) et Saint-Pie X (1903-1914) », en une époque où l’Union soviétique n’existait pas. Selon l’auteur, la Théologie de la Libération plonge ses racines dans l’hérésie du modernisme qui a été condamnée  par Saint-pie X à travers l’encyclique Pascendi Dominici Gregjs, de 1907. Le modernisme est « une version radicale du libéralisme catholique » qui cherche à insuffler l’esprit et la mentalité du monde dans l’Église, en renonçant aux vérités fondamentales et immuables de la Révélation du Christ, mais au contraire en les adaptant, de façon indéfiniment évolutive, dans la mentalité du temps.

« Malheureusement, bien que saint Pie X ait condamné le modernisme, son esprit et nombre de ses doctrines erronées ont poursuivi leurs pénétration dans les milieux ecclésiastiques et laïques, notamment à travers l’Action catholique. (…)
Plus tard, en 1950, les erreurs théologiques et philosophiques diffusées par cette société secrète moderniste ont été condamnés par le pape Pie XII avec l’encyclique Humani Generis. Mais le virus de l’adaptation au temps (et donc la conception de l’évolution de la doctrine) a poursuivi son chemin sous le nom de Nouvelle Théologie. » (Source)
Les principaux promoteurs de l’hérésie moderniste ont été Marc Sangnier d’abord, dont le mouvement,  « le Sillon » a été condamné par Saint-Pie X, Jacques Maritain s’est fait à la veille de la Seconde guerre mondiale, le chantre d’une prétendue source chrétienne au sein de la philosophie communiste de Karl Marx. « le livre de Maritain, surtout, a détruit la vigueur des anti-communistes catholiques, inclinant de plus en plus les chefs de l’Action catholique et démocrates-chrétiens vers la gauche. »,  « Maritain a ouvert la voie à une collaboration entre catholiques et communistes, car il accepte non seulement pour vrai, mais même comme chrétien, l’essence de la théorie sociale et économique marxiste.« 
Arrive ensuite Théillard de Chardin  qui « a mis Jésus-Christ au sein de l’évolution, rendant toute vérité dogmatique ou morale enseignée par l’Eglise vide de sens. »
 
La première Conférence de la Démocratie chrétienne en Amérique a eu lieu à Montevideo, en Uruguay, en 1947 dans le but de promouvoir la « troisième position » de Maritain » avec son « Humanisme intégral » qui renvoie dos à dos le fascisme, le communisme et le capitalisme. Désamorçant le combat anticommuniste. 
Après la mort du pape Pie XII, les démocrates chrétiens ont commencé, en Europe et notamment en Italie, à s’allier avec les socialistes. Mais: 
« Au Brésil, par exemple, les jeunes de l’Action catholique (qui étaient également la base de la Démocratie chrétienne) sont allés encore plus loin et en 1960 ils se sont alliés avec les communistes dans le mouvement étudiant. Cette alliance est allé si loin que, en 1962, ils se sont séparés de l’Église et ont formé un mouvement politique socialiste, l’Action du peuple. Et à la fin de cette décennie, ce mouvement a mené les jeunes, autrefois catholiques, à se joindre à la guérilla urbaine communiste. » 
« les théologiens, tels que l’uruguayen Juan Luis Segundo, SJ, les Brésiliens Hugo Assmann et Leonardo Boff, OFM, et le péruvien Gustavo Gutierrez ont jeté les bases de la Théologie de la libération. « En Argentine cette «théologie» avait un caractère plus populiste et a été dirigé par les pères Juan Carlos Scannone, SJ, et Lucio Gera », en raison de l’influence du mouvement péroniste. (Source)
La Théologie de la libération trouve en fait ses vraies racines chez Karl Marx et Antonio Gramsci. le point central de cette «théologie» est la « déification des «pauvres», suivant le modèle « religieux » de Marx qui faisait du «prolétariat», le « sauveur» de l’humanité.
La Théologie de la libération n’est pas plus destinée à aider les pauvres qu’à améliorer l’économie des nations, mais seulement à les utiliser contre les «riches».
Le modèle des théologiens de la Libération est Cuba, idolâtré comme une sorte de «paradis terrestre», où la misère, considérée comme une « perfection évangélique », prend, pour ainsi dire, un caractère «sacré».

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Denis says:

    C’est édifiant!
    Au lieu de béatifier Dom Helder Camara, François ferait mieux d’accélérer la procédure pour Pie XII.
    Mais, vu la polémique injuste, il est vrai qu’il ne trouvera sans doute jamais le moindre témoignage de miraculé, trop inquiet d’être livré en pâture aux ennemis de l’Eglise…

    Et d’ailleurs, ce bon François ferait bien aussi de relire la constitution apostolique Exsul familia Nazarethana du 1er août 1952, puisqu’il « s’agit du premier document officiel du Saint-Siège qui aborde de manière globale et systématique le problème de l’aide en faveur des migrants. Appliquant le principe de destination universelle des biens, un des éléments-clés de la doctrine sociale de l’Église, il reconnaît un droit naturel des familles à l’immigration : « Il est inévitable que certaines familles soient obligées de se déplacer, à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil. Alors – selon l’enseignement de Rerum Novarum – le droit de cette famille à un espace de vie est reconnu. Lorsque cela se produit, la migration atteint son objectif naturel, ainsi que le montre l’expérience. Nous entendons par là la distribution la plus favorable des hommes sur la surface de la Terre cultivée ; cette surface que Dieu a créée et préparée pour l’usage de tous. » ».

    Et pour conclure, cet article de MPI devrait être distribué dans toutes les paroisses de France (Déjà!), ainsi d’ailleurs ainsi que la constitution apostolique citée.

  2. Chouanne says:

    On aurait même pu faire remonter les racines de la théologie de la libération dans le catholicisme libéral du XIXème siècle, comme le suggère sans l’expliquer cet article.

    On aurait pu aussi parler du mouvement des prêtres ouvriers qui est un peu le corollaire de la Théologie de la Libération pour l’Amérique latine, avec des liens de plus en plus étroits entre la CGT, en France et les prêtres ouvriers.

    Les chefs de l’Eglise sont en train de trahir le Christ, l’Eglise et l’Évangile. Mais après la canonisation de Jean XXIII, de Paul VI et de jean-paul II, tout peut arriver, plus rien ne peut vraiment nous surprendre.

    Je ne m’explique tout ça qu’en pensant que nous vivons sous la férule de l’ANTECHRIST. Sauf que nous ne savons pas quel visage il a. Mais c’est bien dans la façon des enfants du diable…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com