A la suite de la très médiatisée « affaire Theo », plusieurs quartiers se sont enflammés, donnant prétexte à des scènes d’émeutes à répétition dans lesquelles se mêlent extrême gauche, racailles et bandes ethniques.

Sans surprise, le journal Libération s’est rangé du côté des émeutiers. Et a profité du contexte pour publier une charge contre les policiers signée par de nombreux artistes qui se prennent désormais pour nos consciences éclairées.

De quoi révolter tous les policiers de France.

Marianne a publié une tribune libre écrite en réponse à la une de Libération par Yves Lefebvre, Secrétaire général du syndicat Unité SGP Police Force ouvrière

Depuis quelques semaines, et plus particulièrement mercredi par la police, les femmes et les hommes qui la composent, font l’objet d’une campagne de dénigrement. Une véritable campagne de désinformation au travers d’amalgames qui laisseraient croire que les policiers sont racistes, qu’ils agissent sans commune mesure, qu’ils contrôlent à tout va en stigmatisant une partie de la population.

Ces propos sont intolérables et inadmissibles.

Alors non, Mesdames, Messieurs les artistes, les intellectuels, les élus ou voulant l’être, tous en mal de publicité, la police nationale ce n’est pas cela. Mais qu’y connaissez-vous d’ailleurs, vous qui ne mettez jamais les pieds dans un quartier dit « sensible », vous, qui pour certains, ne connaissez que les fastes et ne connaissez la misère des gens qu’au travers des reportages télévisés que vous vous autorisez à regarder.

La police, ce sont des femmes et des hommes, à l’image de notre société multiculturelle, avec toutes sortes de sensibilités aussi différentes les unes que les autres mais qui, en plus de leurs difficultés et problèmes personnels doivent faire face, au quotidien, à la misère des gens, à la violence et à des agressions de plus en plus violentes.

Alors, comment pouvez-vous dire que la police serait infiltrée par des militants issus d’un parti à la seule fin de mener des exactions de toutes sortes à l’encontre d’une frange de la population ? De telles inepties montrent à quel point vous êtes loin, très loin des réalités quotidiennes de la grande majorité de nos concitoyens et encore plus loin du quotidien d’un policier.

Savez-vous que des dizaines de policiers sont agressés et blessés chaque jour ?

Savez-vous que des centaines de policiers sont insultés chaque jour et font l’objet de menaces ?

Savez-vous que des centaines de policiers ne peuvent habiter là où ils exercent en raison des menaces et risques pour leur famille, leurs enfants ?

Savez-vous que les policiers sont épuisés ?

Savez-vous que les policiers ne peuvent pas concilier une once de vie familiale avec leur vie professionnelle ?

Savez-vous tout simplement que quand vous dénigrez un « flic », vous frappez des milliers de femmes et d’hommes qui derrière l’uniforme ont un cœur ?

Non, bien sûr, tout ça vous ne le savez pas et ne voulez pas le savoir, préférant stigmatiser la police, cela est tellement plus facile pour vous.

Savez-vous au moins que la police est l’un des métiers, si ce n’est le métier, le plus contrôlé ?

N’êtes-vous pas aussi un peu coupable de ce qui se passe aujourd’hui quand vous laissiez, sans la moindre réaction, certains d’entre vous « cracher », « vomir » sur la police, sur la justice, sur la République au nom de la liberté d’expression ?

Ou étiez-vous quand, toujours au nom de cette chère liberté d’expression, certains appelaient dans leurs chansons à tuer du flic, à agresser leurs familles et à pratiquer toutes sortes d’exactions contre les institutions ?

A ce moment-là, cela ne vous choquait pas, vous trouviez même peut-être cela normal… ce n’était que des paroles, disiez-vous…

Alors, NON, de tels propos ne sont pas normaux et ne sont pas admissibles. Pas plus admissibles que les insultes émises par qui que ce soit.

Alors oui, je l’admets, tout n’est pas parfait dans la police, la formation initiale ou continue notamment est à entièrement revoir.

Alors oui je vous l’affirme, il est urgent d’améliorer les conditions de travail des policiers, de réellement instaurer de véritables moyens de fidélisation dans les secteurs difficiles, d’arrêter sous couvert d’injonctions, un jour du Conseil d’Etat ou le lendemain de la Cour des comptes, de bafouer les droits acquis des policiers.

Oui il faut repenser la police dans son organisation ;

Non il ne faudra plus jamais que les effectifs de la police soient impactés par des réductions de budgets ;

Oui il faut que les policiers soient mieux encadrés, mieux formés, mieux rémunérés ;

Oui il faut lutter sans relâche sur les risques psychosociaux qui gangrènent les rangs de la police ;

Oui il faut que les policiers puissent concilier vie professionnelle et familiale.

Mais de tout cela, vous vous en moquez, par étroitesse d’esprit, par lâcheté ou tout simplement par connerie.

Venez vivre une journée avec un équipage du 93 par exemple qui, tous les jours, se fait « caillasser », reçoit des boules de pétanque dans les vitres du véhicule, reçoit toutes sortes d’objets lancés du haut des immeubles, se fait insulter, provoquer et j’en passe et des meilleures.

Venez circuler aux abords des Tarterêts et vous verrez que ce sont les pavés qui remplacent la pluie sur le pare-brise du véhicule de patrouille.

Venez vivre cela et là, vous pourrez poser un œil un peu plus objectif sur ce que vivent les policiers et sur leur comportement.

D’ailleurs, où étiez-vous quand certains criminels tentaient de faire brûler vif des policiers dans leur véhicule ?

Que disiez-vous, pseudo grands penseurs, quand nos collègues CRS étaient transformés en torches humaines lors des manifestations contre la loi Travail ?

Où étiez-vous quand certains d’entre nous, du seul fait d’être policier, étaient assassinés ou gravement blessés ?

Vous étiez bien muets à ces moments-là…

Pourquoi n’avez-vous pas appelé au respect des institutions et des policiers ?

Alors je vous le dis, en mon nom, en celui de mon organisation et celui de tous les policiers que je représente, votre tribune dans ce quotidien national est une insulte à toutes ces femmes et ces hommes qui, 365 jours par an, 7 jours sur 7, exercent un métier extrêmement difficile, de plus en plus dangereux, avec abnégation et dévotion, dans le seul but d’assurer la sécurité et la tranquillité de tous nos concitoyens. Et nous ne pouvons que la condamner.

Non seulement elle est une insulte pour les policiers mais, en plus, elle ne peut que faire le lit de ceux que vous condamnez et stigmatisez.

Alors, Mesdames, Messieurs, notez-le bien. La police est républicaine comme tous ceux qui la composent, le recrutement y est très sélectif pour des femmes et des hommes venant de tous les horizons, tout manquement à la déontologie est sanctionné.

Les dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui composent la police nationale, les centaines de blessés mensuels et nos nombreux morts méritent certainement autre chose que votre diatribe intolérable qui ne vous honore pas.

Même le Préfet Jean-Marc Falcone, directeur général de la Police nationale, s’est senti obligé de répliquer.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. Elbatlebeur says:

    Ça y est , enfin , il mouille le maillot !
    Chapeau … Falcone .
    Pourvu que ça dure !

  2. Laurent Blanc says:

    En regardant la liste du premier au dernier nom, j’ai été surpris de découvrir au milieu des Bruel et des Roumanoff les noms de soi disant « responsable associatif » ou « militant antiraciste » ayant la même notoriété que vous et moi. Or en cherchant bien, Libération a relayé la lettre de celui qui a démarré la tribune qui n’est autre que Steevy Gustave, JUSTEMENT l’ex adjoint au maire de la ville de Brétigny dans l’Essonne dont sont issus les noms de ces mêmes jeunes utilisés peut être uniquement pour grossir la liste et pour mettre des jeunes vivant vraiment dans les quartiers. Également, il est étonnant que des artistes de cette même ville de Brétigny avec pour nom d’artiste Black Brut ou même Bramsito soient autorisés à signer la tribune aux côtés de « militant anti- raciste » alors que dans leur clip ou même dans leur nom d’artiste ils se revendiquent « Black » ou encore « noir et fière ». Bref tout ça est à fouiller car il y a un gros enfumage sur cette liste de signataire.
    Soutien à la police face aux mensonges ! La vérité vaincra.

  3. C’est écœurant de voir ces ringards friqués essayer de s’en prendre à des policiers qui risquent leur vie chaque jour pour guère plus que le SMIC. Ils passent leur temps à rouler dans leurs bagnoles de luxe tandis que les flics jouent leur peau pour, hélas, protéger des gens comme eux, qui surfent sur ce genre d’événement afin de faire parler d’eux et tenter ainsi de remonter en haut de l’affiche. Ils montrent bien ce qu’est la « gauche caviar », socialisante, soi disant amie du peuple, mais en réalité sa pire ennemie. Comme ce serait amusant de voir l’un de ces tarés sorti de sa Porsche à grands coups de pompes par des « jeunes », copieusement tabassé, sa voiture brûlée. Ne serait il pas soulagé et heureux de voir arriver des policiers à son secours ?
    Mais ça n’arrivera pas parce que ces bobos infects ne flânent pas dans les « territoires indiens », pas si bêtes, il ne s’éloignent jamais trop des zones bien policées.
    Ceci dit, j’achèterais « Libération » lorsqu’il sera imprimé sur du papier plus doux.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com