Le dopage est vieux comme les jeux olympiques de l’Antiquité, la science moderne au service de la compétition l’a simplement rendu trop efficace. L’américain Thomas Hicks avait déjà  remporté le marathon de 1904 grâce à des injections de strychnine, de l’oeuf cru et du brandy consommés lors de la course. Pendant la guerre froide, L’URSS créa « l’Homo sovieticus » à coups d ‘anabolisants. On se souvient des athlètes est-allemandes, dopées aux anabolisants et aux hormones masculines, telle Heidi Krieger, une spécialiste du lancer de poids, qui avait remporté les Championnats d’Europe d’athlétisme en 1986. Née sous le nom de Heidi Krieger elle finit par devenir Andréas Krieger en 1997 pour officialiser une mutation sexuelle devenue trop évidente. 

Aujourd’hui, la Russie est sous les feux de l’enquête de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) L’enquêteur de l’Agence, Richard McLaren, a publié la deuxième partie de son rapport qui confirme l’implication du gouvernement russe dans le dopage de ses athlètes, en particulier lors des Jeux olympiques d’hiver de Sochi en 2014. Nous attendons maintenant une enquête équivalente sur les Etats-Unis…

Le rapport sur le dopage systématique russe parle de «conspiration institutionnelle» impliquant plus de 1 000 athlètes dans plus de trente disciplines. Le rapport affirme avoir des preuves sur l’usage de produits dopants illicites à grande échelle aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi.
Richard McLaren a annoncé que le complot impliquait le ministère russe des Sports, l’agence antidopage russe et même les services de renseignement russes, fournissant des détails supplémentaires sur l’implication de l’Etat dans un programme massif de tricherie et de dissimulation de 2011 à  2015.

« Pendant des années, les compétitions sportives internationales ont été détournées par les Russes » a déclaré M. McLaren.  « Les amateurs de sport et les spectateurs ont été trompés. Il est temps que cela s’arrête. »

M. McLaren a dit que ses conclusions étaient fondées sur des preuves judiciaires irréfutables, y compris l’analyse d’ADN prouvant que les échantillons ont été échangés et d’autres tests montrant des produits dopants utilisés. L’enquête menée par le professeur de droit canadien a révélé que 15 médaillés russes à Sotchi avaient falsifié leurs flacons dopants, dont deux athlètes qui avaient remporté quatre médailles d’or. Aucun nom n’a cependant été donné.

McLaren a également indiqué que la Russie avait corrompu les Jeux olympiques de Londres en 2012 sur une «échelle sans précédent», mais sans pouvoir en mesurer précisément l’étendue.

Aucun athlète russe n’a été testé positif au moment des matchs, mais McLaren a déclaré que le ministère des sports donnait aux athlètes un « cocktail de stéroïdes  afin de passer  les seuils de détection des laboratoires de contrôle anti-dopage londoniens.

Le rapport McLaren a décrit le programme de dopage russe comme un «entreprise de falsification qui a évoluée, au fil des ans, d’un chaos incontrôlé à une stratégie institutionnalisée et disciplinée garante de médailles .

Les résultats ont confirmé et développé une grande partie des preuves contenues dans le premier rapport de McLaren publié en juillet dernier.

«Plus de 1 000 athlètes russes en compétition en été, en hiver et en sport paralympique ont été identifiés comme ayant bénéficié de manipulations pour dissimuler des tests de dopage positifs», a déclaré Richard McLaren.

Les noms de ces athlètes, dont 600 concurrents sportifs d’été, ont été remis aux fédérations internationales pour qu’ellles prennent des mesures disciplinaires, a-t-il dit.

Le premier rapport de McLaren a conduit l’AMA à recommander que la Russie soit exclue des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Le CIO a rejeté ces appels à une interdiction pure et simple, laissant les fédérations internationales décider quels athlètes russes pouvaient se présenter.

Ce dernier rapport met la pression sur le Comité International Olympique pour prendre des mesures en vue des Jeux d’hiver de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud. Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré que des sanctions rigoureuses seraient prises contre les athlètes et les officiels impliqués dans le dopage. Il a dit qu’il favoriserait les interdictions olympiques à vie pour toute personne impliquée.

McLaren a ouvert son enquête après que l’ancien directeur du laboratoire organisant le  dopage à Moscou, Grigory Rodchenkov, ait dit au New York Times que lui et d’autres fonctionnaires étaient impliqués dans un programme organisé de dopage pour les athlètes russes. Rodchenkov a notamment expliqué comment les échantillons positifs avaient été remplacés par de l’urine propre à travers un «trou de souris» dissimulé dans un mur du laboratoire de Sochi.

Le nouveau rapport appuie le témoignage de Rodchenkov. McLaren a trouvé des égratignures et d’autres marques laissées sur des bouteilles de produits dopants. Les enquêteurs de l’AMA ont pu recréer la méthode utilisée par les Russes pour ouvrir les bouchons scellés.

Le rapport a également dévoilé le système qui dissimulait l’usage par la Russie de drogues interdites et empêchait les athlètes d’été et d’hiver de se faire prendre. Certains échantillons étaient dilués avec du sel ou même avec des granules de café.

L’enquête a établi que:
– Six athlètes russes ayant remporté un total de 21 médailles aux Jeux paralympiques de Sotchi avaient subi des manipulations de leurs échantillons d’urine.
– Deux joueuses de hockey féminin aux Jeux olympiques de Sochi avaient des échantillons contenant de l’ADN mâle.
– Huit échantillons de Sotchi présentaient une teneur en sel physiologiquement impossible chez un humain en bonne santé.

McLaren a précisé que le complot de dopage impliquait non seulement «des responsables russes au sein du ministère du Sport», mais également l’organisme officiel russe de lutte contre le dopage et un laboratoire à Moscou. Les services de renseignement russes, quant à eux, étaient chargés de manipuler les échantillons.

L’enquête n’a pu officiellement prouver l’implication de l’ancien ministre russe des Sports Vitaly Mutko et du Comité Olympique Russe.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

6 commentaires

  1. Oui, le dopage existe mais il n’est pas que russe, il est planétaire. Je suis convaincu que les américains, les chinois, et de l’Europe en passant par l’Afrique, l’australie etc…, tous des tricheurs d’état, je veux dire les sportifs idiots de compétition sont tous dopés. Mais que voulez-vous il est inutile de pousser des hauts cris car il y a toujours plus d’imbeciles spectateurs dans les stades et devant leur télé à regarder ces imbéciles shootés, s’ emerveillant de tant de bêtises sportives. D’ailleurs il suffit de voir le foot avec ses supporters idiots et hystériques près à s’ entre tuer pour trop plein de bière. Non, ce n’est pas près de changer. La bêtise des sans dent, comme les nomme Hollande, est sans limite de connerie. Pire il est amusant d’aller faire un tour dans une salle de musculation, remise en forme, et il est étonnant de voir tous ces jeunes idiots qui à peine inscrit commencent très vite à se gaver de protéine, et de complexes alimentaires achetés parfois sur le net et souvent vendus par les gérants de salles de sport, et de véritables trafiques de produits anabolisants sont mis en place et vendus aux gogos directement dans les clubs avec plus ou moins la complicité du gérant quand il n’en est pas l’instigateur. De ces gogos on en trouve dans toutes les couches de la société: cela va du chirurgien culturiste complexé, des gendarmes, flics, fonctionnaires en général, jusqu’au simple ouvrier sans aucune formation possible. Tout cela est connu par la justice et les politiques qui pour ces derniers laissent faire car c’est aussi un filon financier non négligeable et puis ça fait marcher le marcher médical (pharmaceutique, medical)… et produit dérivés dit de sport, chaussures qui courent vite, habilles funs et flashi, boissons pseudo energiques, produits divers pour gogos à la mode etc… Vous voyez on est pas sorti de l’auberge et le sujet de l’article n’est que guerre politique et attaque vicieuse contre la russie…
    TOUT CELA CHANGERA QUAND L’HUMAIN SERA MOINS BÊTE, MOINS NOMBRILISTE, NE CHERCHERA PLUS À ÊTRE PLUS QUE L’AUTRE, mais c’est une autre histoire, sans doute une fiction impossible sur terre à l’image de nos fous politiques.

    • J’ai oublié, même pendant les formations des futurs coach sportifs, enfin je veux dire éducateurs sportifs ces derniers se dopent également affichant ainsi des résultats qui ne sont en rien leur réalité vrai. Juste des charlots et des guignols incapables de faire quoi que ce soit naturellement et trop souvent feignants à l’extrême. Personne n’en dira rien puisque ceux qui font passer l’examen et décernent le diplôme sortent du même moule mais tous vous jureront sur la tête de leurs gosses pour ceux qui peuvent encore en avoir, leur mère, leur femme que eux sont pur et jamais ils n’ont touché à ça non non ou alors à l’insu de leur plein gré.
      Société bouffonne, société folle…

  2. Peut-on faire confiance à cette commission Mc Laren ou est-elle du même niveau de crédibilité que celle qui a examiné l’attentat contre Kennedy, l’attentat des Twin Towers ou la dénonciation des armes de destruction massive en Irak.
    Si on analyse les JO depuis la fin de l’URSS, les USA au fair play bien connu et dont nombre d’athlètes de très haut niveau, recordmen ou women du monde ont été pris la main dans le sac, ont tout fait pour limiter la participation des Russes aux JO, parce que les USA n’aiment pas la concurrence.

  3. Quand on voit les tennis womens américaines au look de catcheuse, on comprend que le dopage est la règle dans tous les pays !!!!!!

  4. Quand il s’agit de chevaux de courses on considère que toute molécule qui n’existe pas au naturel chez un cheval est un dopage, que cette molécule soit ou non efficace . Il n’existe pas de seuil légal comme chez l’athlète humain . Aux J.O. il en va tout autrement quel que soit le pays !

  5. Félicie Aussi says:

    Ce qui m’épate le plus, ce sont les athlètes rosbifs, les coureurs à pieds.

    Après un 400 mètres couru les doigts dans le nez, les jambes en avant, le torse en arrière et la tête au port fier et raide dans l’alignement du tronc, ils arrivent premiers. Et on les voit pimpants, oubliant de faire semblant d’être essoufflé(e)s, au milieu des perdants à moitié crevés qui essayent de récupérer leur souffle.

    L’albionite est vraiment au-dessus de tout.

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com