Olivier Hanne, chercheur-associé à l’université d’Aix-Marseille, est islamologue et professeur aux Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le Moyen-Orient et l’islam.

La stabilité territoriale paraît étrangère au Moyen-Orient. Depuis l’Antiquité s’y succèdent les constructions impériales, bientôt sujettes au fractionnement, à l’émiettement des pouvoirs, fondés sur des bases ethniques ou religieuses. La multiplicité des communautés, des aristocraties et des sectes a fait la promotion de cet émiettement. L’idée même d’Etat est une projection de l’extérieur, et la légitimité politique passe par d’autres voies : la monarchie, le califat, l’imamat, le sultanat, le shaykh tribal…

Au Moyen-Orient, la frontière est un seuil. Sykes-Picot est un seuil, tout comme les limites de guerre de l’Etat islamique. Le Sinaï sous occupation israélienne fut un espace-seuil depuis 1967 jusqu’à son retour complet à l’Egypte en 1982. La frontière est seuil parce qu’elle définit le sol de la communauté, et donc celle-ci; elle est seuil en tant que passage entre le semblable et l’étranger, quand bien même l’étranger est un cousin. Pour percer ces seuils et leur enchevêtrement, il faut repartir dans l’histoire ancienne du Moyen-Orient et ne pas se limiter aux dernières décennies. Ce livre nous entraîne dans l’évolution lointaine des tracés frontaliers, et donc des territoires et des communautés qui y ont vécu, afin d’identifier les éléments géopolitiques enracinés dans le passé.

L’auteur nous fait voyager grâce à la géographie ancienne, née au Moyen-Orient avec le premier planisphère de l’histoire, la tablette d’argile de Sippar (Irak), remontant au Ve siècle av. J-C.

Cette histoire complexe autant que fascinante nous renvoie à l’Egypte des Pharaons, au royaume assyrien, à la civilisation perse, aux Sassanides, au royaume parthe, à Byzance, au mirage de l’unification islamique, à la période d’hégémonie ottomane, à la période coloniale européenne. Suivent les accords Sykes-Picot, la reconfiguration inachevée, la fin des mandats français et britanniques, les indépendances, le développement de la puissance saoudienne sortie du désert, le surgissement d’Israël et l’internationalisation des conflits intérieurs. Un cahier de 92 pages de cartes en couleurs vient compléter les descriptions de l’auteur. 

Les seuils du Moyen-Orient, Olivier Hanne, éditions du Rocher, 538 pages, 26 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

Un commentaire

  1. Boutté says:

    Une frontière est une ligne qui cerne le territoire à protéger pour une nation. Quand celle-ci prend conscience d’elle-même, elle cherche à matérialiser la frontière par des dispositions géographiques aisées à défendre .
    Il existe ainsi des frontière naturelles. Dans le désert c’est fort hasardeux donc fluctuant selon d’autres critères .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com