Qui n’a jamais entendu parler de la franc-maçonnerie ? Combien savent réellement de quoi il s’agit ?

En 1859, paraissait L’Eglise romaine en face de la Révolution écrit par Jacques Crétineau-Joly (1803-1875) qui révélait certains papiers secrets de la Haute Vente des Carbonari (secte maçonnique) tombés entre les mains du pape Grégoire XVI.

Ces lettres sont absolument effarantes et si les papes ont demandé qu’on les publiât, c’est pour que les fidèles sachent la conjuration ourdie contre l’Église par les sociétés secrètes, qu’ils en connaissent le plan et soient prémunis contre son éventuelle réalisation.

Jacques Crétineau-Joly

En voici un des passages les plus célèbres et qui explique comment les francs-maçons sont arrivés à leurs fins :                                                                                                                              

« Le pape, quel qu’il soit, ne viendra jamais aux sociétés secrètes : c’est aux sociétés secrètes à faire le premier pas vers l’Église, dans le but de les vaincre tous deux. Le travail que nous allons entreprendre n’est l’œuvre ni d’un jour, ni d’un mois, ni d’un an ; il peut durer plusieurs années, un siècle peut-être ; mais dans nos rangs le soldat meurt et le combat continue.

Nous n’entendons pas gagner les papes à notre cause, en faire des néophytes de nos principes, des propagateurs de nos idées. Ce serait un rêve ridicule, et de quelque manière que tournent les événements, que des cardinaux ou des prélats, par exemple, soient entrés de plein gré ou par surprise dans une partie de nos secrets, ce n’est pas du tout un motif pour désirer leur élévation au siège de Pierre. Cette élévation nous perdrait. L’ambition seule les aurait conduits à l’apostasie, le besoin du pouvoir les forcerait à nous immoler. Ce que nous devons demander, ce que nous devons chercher et attendre, comme les Juifs attendent le Messie, c’est un pape selon nos besoins (…).

Avec cela nous marcherons plus sûrement à l’assaut de l’Église, qu’avec les pamphlets de nos frères de France et l’or même de l’Angleterre. Voulez-vous en savoir la raison ?
C’est qu’avec cela, pour briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Église, nous n’avons plus besoin de vinaigre annibalien, plus besoin de la poudre à canon, plus besoin même de nos bras. Nous avons le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaut pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la Chrétienté.
Nous ne doutons pas d’arriver à ce terme suprême de nos efforts ; mais quand ? mais comment ?

L’inconnue ne se dégage pas encore. Néanmoins, comme rien ne doit nous écarter du plan tracé, qu’au contraire tout y doit tendre, comme si le succès devait couronner dès demain l’œuvre à peine ébauchée, nous voulons, dans cette instruction qui restera secrète pour les simples initiés, donner aux préposés de la Vente suprême des conseils qu’ils devront inculquer à l’universalité des frères, sous forme d’enseignement ou de memorandum (…).

Or donc, pour nous assurer un pape dans les proportions exigées, il s’agit d’abord de lui façonner, à ce Pape, une génération digne du règne que nous rêvons. Laissez de côté la vieillesse et l’âge mûr ; allez à la jeunesse, et si c’est possible, jusqu’à l’enfance (…) vous vous arrangerez à peu de frais une réputation de bon catholique et de patriote pur.

Cette réputation donnera accès à nos doctrines au sein du jeune clergé comme au fond des couvents. Dans quelques années, ce jeune clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions ; il gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du souverain, il sera appelé à choisir le Pontife qui devra régner, et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imbu des principes italiens et humanitaires que nous allons commencer à mettre en circulation. C’est un petit grain de sénevé que nous confions à la terre ; mais le soleil des justices le développera jusqu’à la plus haute puissance, et vous verrez un jour quelle riche moisson ce petit grain produira.

Dans la voie que nous traçons à nos frères, il se trouve de grands obstacles à vaincre, des difficultés de plus d’une sorte à surmonter. On en triomphera par l’expérience et par la perspicacité ; mais le but est si beau, qu’il importe de mettre toutes les voiles au vent pour l’atteindre. Vous voulez révolutionner l’Italie, cherchez le Pape dont nous venons de faire le portrait. Vous voulez établir le règne des élus sur le trône de la prostituée de Babylone, que le Clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs apostoliques. Vous voulez faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs, tendez vos filets comme Simon Barjone ; tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents plutôt qu’au fond de la mer : et si vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche plus miraculeuse que la sienne. Le pêcheur de poissons devint pêcheur d’hommes ; vous, vous amènerez des amis autour de la Chaire apostolique. Vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannière, une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde ».

Objectifs accomplis ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. À vrai dire, de plus en plus de personnes tout à fait équilibrées commencent à émettre l’hypothèse que Bergoglio puisse être le Faux Prophète de l’Apocalypse…et j’avoue y penser sérieusement moi aussi.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Fort probable en effet quand on constate que ce pape, comme il le fait dans sa dernière encyclique dans une vision horizontale et non verticale, inverse le but de la vie humaine : la Terre, quasiment divinisée, au lieu de Dieu, au Ciel…

  2. Malheureusement, moi aussi je le pressens ! et tout cet effondrement, toutes ces compromissions avec d’autres religions, islam, juive, bouddhiste, et j’en passe, correspondent tout-à-fait à ce que la FM, espérait ! Satan est dans les murs de Rome !

  3. tirebouchon says:

    Voici ce qu’écrit en préambule Jacques Crétineau-Joly

    Le dix-huitième siècle s’est créé une place à part dans l’histoire de l’esprit humain. Par ses philosophes, qui furent des penseurs déplorablement libres, par ses poètes, qui n’eurent que l’inspiration de la débauche, par ses écrivains de toute secte comme de tout pays, que le génie de la destruction enivra , par quelques-uns de ses évêques qui crurent conjurer le mal en s’y associant et en accommodant l’Évangile aux besoins du siècle , par ses princes et par ses hommes d’État, qui, saisis d’une défaillance coupable ou d’une lâche complicité plus coupable encore ,s’isolèrent et ne songèrent qu’à leurs passions ou à leurs intérêts, cet âge était mûr pour la Révolution. Elle s’opérait dans les idées, dans les mœurs, dans les lois, dans le gouvernement des peuples, avant de s’incarner dans les faits.

    C’est-y pas d’actualité tout ça ?

  4. Guy de la croix says:

    Oui , moi aussi je pense que Bergoglio est un jésuite compromis à 100 % avec la franc-maçonnerie et la gouvernance mondiale , il n’y a pas de doute à avoir encore après sa dernière encyclique plus anthropologique et terrestre on meurt…

  5. L’Eglise romaine en face de la Révolution
    Jacques Crétineau-Joly – Préface de Mgr Marcel Lefebvre

    Publié à Paris en 1859, l’ouvrage capital de ce grand écrivain catholique et français qu’était J. Crétineau-Joly retrace la lutte exemplaire et victorieuse des Papes contre la Révolution française et européenne depuis le XVIII° siècle jusqu’à la veille de l’encyclique « Quanta Cura » et du concile Vatican I qui marqueront la réaffirmation solennelle de la pensée catholique.
    Sans trêve ni repos, leurs saintetés, Pie VI, Pie VII, Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX résisteront à la révolution satanique des sociétés secrètes, pourchasseront ses oeuvres de mort, dénonceront les hérésies.

    Que les jeunes catholiques et français lisent attentivement cet ouvrage essentiel ; ils y trouveront nombre de précieux enseignements sur les causes et les origines de la grande crise religieuse et politique que nous subissons aujourd’hui.
    Et avec la grâce de Dieu la prédiction de Joseph de Maistre pourra s’accomplir : « La Révolution fut commencée contre le Catholicisme et pour la démocratie ; le résultat sera pour Le Catholicisme contre la démocratie ».

    Diffusion Livres en Famille : http://livresenfamille.fr/p4981-jacques_cretineau_joly_eglise_romaine_en_face_de_la_revolution.html

  6. J. Crétineau-Joly a écrit dans le passage cité plus haut : « Ce que nous devons demander, ce que nous devons chercher et attendre, COMME LES JUIFS ATTENDENT LE MESSIE ». Au cas où vous ne le savez pas encore, les juifs n’attendent plus le Messie. Pour eux, le Messie est devenu UN MYTHE. je pourrai vous donner plusieurs citations de juifs qui le disaient déjà à la fin du 19e.
    Ex: « L’avènement du Messie (…) est bien moins l’apparition matérielle d’un Etre tout-puissant, Roi, Prophète ou Dieu, que l’éclosion d’une grande époque au point de vue religieux, social et moral » (M. Cohen)
    + « Le Messie qui n’est NI EN CHAIR NI EN OS, ce Messie impalpable va-t-il nous apparaître enfin, visible aux yeux de la pensée et dominateur sublime du monde de l’esprit? Son nom est-il la raison humaine, parvenue à son état viril? » (M. Rodrigues)
    + « Le Messie est venu pour nous le 28 février 1790 avec la déclaration des droits de l’homme. Le Messie que nous attendons, c’est (…) la reconnaissance de tous les droits, c’est l’émancipation de l’humanité entière. » (M. S. Cahen)
    + « La Révolution était le vrai Messie pour les opprimés » (Archives israélites, 1862)
    + « Pour nous, après avoir consulté nos oracles divins, nous sommes arrivés au résultat que voici: que les voyants ou prophètes d’Israël n’ont compris, sous le nom de messianisme, que le triomphe final du dogme unitaire, le règne de la justice, de la liberté, de la concorde et de l’harmonie universelle, mais qu’ils n’ont jamais fait mention ni d’un descendant de David, ni d’un Roi Messie, ni même d’un Messie personnel » (Univers Israélite, 1868, p542-544).
    Il est donc dans l’erreur de croire que les juifs en sont encore à attendre un Messie…
    D’autre part, il parle de « papes italiens », mais depuis Jean-Paul 1er, il n’y a plus de papes italiens.
    Il faut donc réactualiser tout ce qu’il a écrit, et vivre à l’époque qui est la nôtre, et qui a bien évolué (en mal ET en bien).
    Dieu n’abandonnera jamais son Eglise, ni son Pape, même à son insu.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com