vitrail-résurrection

Aux antipodes des manipulations du 11 janvier, l’esprit de Pâques a, me semble-t-il, soufflé plus fort cette année que les années précédentes.

On peine souvent à imaginer la violence de la Passion et nous ne sommes pas incités, par les textes, plutôt pudiques, à nous approcher de la réalité – ou du réalisme – de ce que fut l’ensemble procès-supplice de Jésus. Les maîtres mots furent humiliation et souffrance. Saisissons une branche de rosier à pleine main et nous n’aurons qu’une faible idée de ce que fut ce casque d’épines de cinq centimètres de long enfoncé dans le crâne. La flagellation : un fouet, deux lanières au bout desquelles sont attachées des petites billes métalliques jumelées comme un haltère. La chair éclate immédiatement sous les coups ; des médecins d’aujourd’hui pensent que Jésus, sanguinolent, a perdu, là, trois des cinq litres de sang que comporte un corps d’adulte. Puis la montée au Golgotha, lesté de la croix (totale ou barre transversale seulement, les historiens hésitent), les chutes – pas anormales compte tenu de la faiblesse du supplicié – la crucifixion, et enfin la mort.

golgotha

Cette longue séquence, particulièrement violente, à la limite du soutenable, rend magnifique la résurrection du Christ.

De nos jours, où trouvons-nous une violence comparable ? Inutile de se cacher derrière les mots, de feinter la réalité, de se détourner en ne voulant pas voir ! L’islamisme offre, partout autour du monde, le visage de cette boucherie, de cette folie meurtrière : ici, on transforme des jeunes filles en esclaves sexuelles ; là, on décapite au couteau de boucher, face à la caméra ; ailleurs, on défouraille à la kalachnikov sur des étudiants ou des journalistes.

C’est parce que nous avons ces images devant les yeux que le mystère pascal m’a semblé, cette année, plus fort, plus véridique, plus actuel, plus indispensable. Je ne peux m’empêcher de penser que, pour donner des coups de fouet à Jésus, il n’est pas nécessaire d’être un légionnaire romain ; les candidats ne manquent pas. Lorsque le président refuse de mentionner que les morts égyptiens sont, avant tout, chrétiens, et que c’est pour cela qu’ils ont été abattus, il balance un méchant coup de fouet. Quand ce sinistre dirigeant de la RATP retire des affiches mentionnant les chrétiens d’Orient, c’est un coup supplémentaire sur le dos de l’homme-dieu. Quand le patron de l’AFP, au contraire d’autres agences de presse, cite le massacre de 142 étudiants sans mentionner que les tueurs ne s’en sont pris qu’aux chrétiens, c’est une violente flagellation. Lorsque monsieur Cazeneuve affirme qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse », outre l’idiotie du propos, c’est une grêle de coups de fouet sur les épaules du Christ. Lorsque Peillon souhaite publiquement la disparition de la religion chrétienne, il crispe ses petites mains sur le manche du fouet et y va de bon cœur. Et Belkacem, et Valls, et Taubira, et Terra-Nova, et les frères trois-points, et tous ceux qui veulent détruire cet idéa, qui appartient à la sphère privée la plus intime…

Pâques encore : il y avait deux larrons, un bon et un mauvais ; ceux que l’on vient de citer auront du mal à intégrer le camp du bon larron.

L’Église et l’État étaient en paix depuis cent ans. Aujourd’hui, c’est terminé, la guerre de religion est repartie, et il faudrait des tonnes de mauvaise foi ( !) pour discerner, là, l’œuvre des chrétiens. Alors ? Quel homme politique va accepter de lâcher le fouet ? Qui va cesser de conforter les ennemis des chrétiens, dans le monde et sur notre sol ? Qui aura le courage de s’interposer entre la haine et l’amour ? Oui, le courage, car il en faut, et j’ai beau périscoper à 380°, je ne vois personne apte à relever ce défi. Si j’étais pessimiste, je dirais qu’il n’est pas loin, le temps des catacombes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. zézé says:

    Merci M. Chauvin ! très bon texte. J’approuve ce que vous avez expliqué.

  2. Catherine says:

    Je voudrais profiter de cet article qui démontre le contraste frappant entre l’Amour de Dieu et l’esprit du monde pour demander à l’administrateur s’il pourrait créer une rubrique « engagement de prières » où chacun pourrait déposer des intentions de prières et d’autres leurs promesses de prier, tout ceci sous contrôle bien évidemment.
    En effet Jésus a dit « veillez et priez ». Ce site nous permet effectivement de veiller et je pense qu’il serait bon aussi de nous encourager à prier. Je suis bien certaine que beaucoup le font déjà individuellement mais j’oserais espérer qu’avec une rubrique spéciale prière, cela encouragerait d’autres à s’y mettre. Certains sujets demandent un grand renfort de prières et certaines personnes intervenant sur ce site se sentiraient
    soutenues par la prière des autres.

    Qu’en pensez-vous?

  3. Le problème, c’est que l’immense majorité des catholiques demeurent fidèles à la République, bien que ce régime oligarchique les prive de leur souveraineté et est cathophobe.

    Seule l’instauration de la démocratie pourra restaurer le catholicisme en France.

    Les Gentils Virus pour la Démocratie : http://gentilsvirus.org/le_constat.html

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com