Dans un article précédent , nous avons suggéré que les statistiques du PIB des USA n’étaient pas fiables et que l’économie états-unienne se porte mal, beaucoup plus mal que les propos lénifiants des médias du système. En ce début d’année 2015, il convient de faire le point sur l’état réel de l’économie états-unienne.

Chômage de masse

Le nombre d’allocataires de bons d’alimentation, en clair des chômeurs dans l’incapacité pratique de vivre par eux-mêmes de leur travail, a continué d’augmenter. Il est 2,5 fois plus élevé que dans les 30 années précédentes et approche les 50 millions d’habitants.

MPI - 34 - 01- bons d'alimentation -

[Allocataires de bons d’alimentaire en rouge et en millions]

On peut également noter sur le graphique ci-dessus que la durée du chômage (en bleu) a également doublé. Le graphique suivant montre que le nombre de personnes inactives, restant en dehors du marché de l’emploi, ne cesse d’augmenter et qu’il dépasse maintenant les 90 millions d’habitants.

MPI - 34 - 02- emploi -

[taux d’emploi (en rouge) et nombre d’inactifs (en noir)]

Les USA s’enorgueillissent d’être le pays de la libre entreprise. Jusqu’à une époque récente, le solde entre les créations et les fermetures d’entreprises était positif. En moyenne, il y avait 100 000 entreprises supplémentaires chaque année, les nouvelles étant plus nombreuses que les défuntes. Depuis 2008, le solde est négatif et se situe maintenant entre -50 000 et -100 000 fermetures.

MPI - 34 - 03 - création fermeture -

[Variation des créations et fermetures d’entreprises aux USA]

MPI - 34 - 04 - solde -

[Solde des créations et fermetures d’entreprises aux USA]

En résumé, on peut dire que la situation de l’emploi est mauvaise aux USA parce qu’il y a de moins en moins d’emplois, et aussi de moins en moins d’entreprises.

Je ne suis pas le seul à noter que le PIB états-unien est officiellement annoncé en hausse alors que le salaire médian est en baisse continue depuis 1999. Je continue de m’étonner de ce mystère.

MPI - 34 - 05 - PIB sans salaires -

[le mystère du PIB croissant avec des salaires en baisse]

Pour ajouter une note positive, il faut préciser que le secteur pétrolier est l’un de ceux qui créent des emplois, qui plus est, bien payés, alors que les autres secteurs (all-non-farm) sont en moyenne plutôt en berne.

MPI - 34 - 06 - oil and gas -

[Croissance spécifique dans le secteur pétrolier (en bleu)]

Baisse du niveau de vie moyen

Globalement, le niveau de vie aux USA est en baisse et la médiane séparant les 50% les plus pauvres des 50% les plus riches est en baisse. Elle se situe au niveau des années 1960.

MPI - 34 - 07 - évaporation de la classe moyenne -

[Médiane du niveau de vie]

Notons, à titre d’exemple, que les ventes de MacDonald sont en baisse depuis mi-2012.

MPI - 34 - 08 - Mac Donald -

[Chiffre d’affaire de MacDonald en baisse depuis mi-2012]

Comprendre la crise des subprimes de 2007

Une étude statistique de grande ampleur concerne l’ensemble des 3144 « counties » (comtés) et renseigne sur l’année où le revenu médian est passé par son maximum dans le comté en question.

MPI - 34 - 09 - cartographie -

[Cartographie d’après l’année du revenu médian maximum]

La cartographie montre que le revenu médian maximum a été atteint il y a moins de 15 ans dans la moitié est des USA et il y a entre 25 et 45 ans dans le tiers ouest. En 1ère approximation, et en mettant de côté les exceptions locales, ce sont les deux grandes régions des USA qui souffrent le plus de la baisse du niveau de vie médian.

De façon détaillée, le revenu médian maximum a été atteint :

– il y a 1 an dans 380 comtés, soit 12% d’entre eux.

– il y a 2 à 5 ans dans 213 comtés, soit 7%.

– il y a 6 à 15 ans dans 1623 comtés, soit 52%.

– il y a 16 à 25 ans dans 141 comtés, soit 4%.

– il y a 26 à 35 ans dans 572 comtés, soit 18%.

– il y a 36 à 45 ans dans 210 comtés, soit 7%.

Cette étude met en évidence le fait que la fameuse « crise de 2007 » ne date pas de 2007 mais a en réalité commencé plus tôt, il y a environ 15 ans, au début des années 2000.

Si l’on s’intéresse maintenant à l’évolution de la richesse par quartiles, c’est-à-dire en divisant la population en quatre quarts égaux, on voit sur le graphique suivant que la crise de 2007 (repérée 2) a été précédée par un autre décrochement (repéré 1). On observe à partir de 2005 une baisse spectaculaire de la richesse du quartile le plus pauvre. En clair, 1 Américan sur 4, appartenant au quartile le plus pauvre, a vu sa richesse divisée par 4, une baisse de 75%.

MPI - 34 - 10 - quartiles -

[Evolution de la richesse par quartile]

Cette baisse spectaculaire de 75% de la richesse des plus pauvres à partir de 2005 permet de comprendre la mécanique de la crise des subprimes, qui est une crise en deux temps. 

Pour des raisons qui restent à déterminer, l’emploi est structurellement mauvais aux USA depuis 2000. Les travailleurs les plus pauvres ont été apparemment les premières victimes de cette dégradation. Dans un 1er temps, les banques ont prêté à ces pauvres, qui ont été incapables de rembourser ces prêts pourris, dits subprimes.

Dans un 2ème temps, l’onde de choc provoquée par l’écroulement du pouvoir d’achat du quartile le plus pauvre s’est propagée entre 2005 et 2007 au reste de l’économie états-unienne, générant une déflagration en 2007 et 2008, en particulier dans le secteur bancaire.

La crise politique de l’ultra-libéralisme

Le résultat de la crise en deux temps révélée en 2007 est que plus de la moitié des habitants des USA est maintenant moins riche qu’en 1984, trente ans plus tard.

Tout se passe comme si les mesures mises en oeuvre par Reagan au début des années 1980 avaient dans un premier temps apporté un certain nombre de bienfaits : chute du communisme soviétique, hausse de l’économie, emploi amélioré, etc.

Mais dans une nouvelle période initiée dans les années 1990, l’économie états-unienne est devenue une machine à drainer les richesses vers une minorité infime. En effet, seul 0,01% de la population américaine a vu sa richesse s’accroître, et ce de façon exponentielle.

MPI - 34 - 11 - super-riches -

[Augmentation de la richesse des 0,01% les plus riches]

On met ici le doigt sur une question qui n’est pas économique mais politique. Une ultra-minorité de 0,01% des habitants accapare de façon rapace la richesse du pays, alors que la majorité de la population s’appauvrit. Est-ce normal ?

La réponse est un peu dans la police américaine. Jugez par vous-même :

Heavily armed police continue to patrol the neighborhoods of Watertown, Mass. Friday, April 19, 2013, as they continue a massive search for one of two suspects in the Boston Marathon bombing. A second suspect died in the early morning hours after an encounter with law enforcement. (AP Photo/Craig Ruttle)

[Ceci est la police des USA]

MPI - 34 - 13 - chiens

[under control…]

Enfin, on peut écouter la fin d’une émission économique récente (à partir de t=40mn) 

https://www.youtube.com/watch?v=IazfKcxQ_rY&t=2410

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

15 commentaires

  1. Je vais encore sembler critique, mais je regrette que la volonté de propagande prenne à nouveau le pas sur la recherche d’objectivité dans votre présentation.

    On peut faire dire ce que l’on veut aux stats, à condition de les arranger comme désiré.

    Je relèverai juste quelques détails:
    – Vos deux graphiques sur le solde des créations d’entreprises s’arrêtent en 2011. Nous sommes en 2015 et il est bien connu que les années 2007 à 2011 n’étaient pas belles à voir… Auriez-vous la suite du graphe?

    – « Median net worth » n’a rien à voir avec le niveau de vie. C’est une vision patrimoniale qui s’est gonflée jusqu’en 2007 avec la bulle immobilière et qui a méchamment explosé ensuite. Le niveau de vie, c’est une question de revenus disponibles.

    – Utiliser McDo comme indicateur de la consommation aux USA est tout sauf pertinent. Là bas il est notoire que Mc Donald’s est l’homme malade de la restauration et que ce sont les Starbucks, Chipotle, etc. qui ont pris la main. McDo a trop tardé à réinventer ses pratiques liées à la prise de commande, aux menus, etc. Dans un pays ou tout change très vite, où l’innovation prime, cela peut faire mal. Lisez Seeking Alpha pour des dizaines d’analyses publiques à ce sujet.

    Je n’ai pas le temps de tout passer en revue, et je n’idéalise pas non plus tout ce qui se passe aux USA.

    Certains de vos autres graphes sont peut-être pertinents.
    Mais ils montrent surtout qu’un territoire aussi vaste que les USA ne peut pas être aussi homogène qu’on le croirait de l’extérieur. Un peu comme si on mettait le Luxembourg et la Roumanie dans des stats européennes harmonisées…

    Mais je n’ai pas pris le temps de contrôler plus en détails. De toute façon, vous êtes manifestement parti cueillir les cerises. Je déplore que votre goût pour la propagande vous éloigne d’une vision nuancée du sujet.

    Néanmoins il y a du bon sens dans votre conclusion (quoique les photos relèvent à nouveau de la volonté de propagande): c’est exactement ce qui se passe quand les riches peuvent emprunter pour pas cher et s’assurer un bon rendement sans assumer les risque… Ma vision du profit étant justement qu’une juste rémunération devrait être liée au risque porté, et effectivement ces temps-ci, il y a de quoi rire!

    • michelb says:

      en fait les photos ne permettent pas la propagande puisque l’auteur nous demande de juger nous-même.

      Une chose est sûre, la force coûte chère au budget des familles mais c’est un choix de société.

      L’ironie est que ce sont les riches qui sont protégés parce qu’ils ont le plus à perdre. Mais cela est aussi relatif.

    • Fait révélateur de l’expansionnisme et impérialisme nord-américain (pour combler les problèmes des Américains) est l’invasion de la langue anglo-amécaine en France :nos compatriotes totalement instrumentalisés à leur insu disent « juste » à tout bout de champs au lieu « simplement », ce qui de plus est très laid. Une langue comme le reste se respecte mais le respect, la culture, la civilisation sont de nos jours jetés aux orties et l’économie par un phénomène s’entrainement suit…..

      • Trésor de la Langue Française
        « [Avec une valeur restrictive] Exactement, mais pas plus; seulement, à peine. Avoir juste le temps de; arriver, commencer, se mettre, réussir juste à; venir juste de; avoir juste ce qu’il faut; avoir tout juste de quoi vivre; être tout juste bon à, capable de. Qu’est-ce que je demande? (…) Juste le nécessaire et un peu de superflu, pas davantage (DUMAS père, L. Bernard, 1843, II, 6, p. 232). Elle tombait si épaisse, la neige, qu’on y voyait tout juste à dix pas (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mlle Perle, 1886, p. 634). Sa robe Est longue juste assez pour qu’elle ne dérobe Qu’à moitié sous ses plis jaloux le bout charmant D’un pied malicieux imperceptiblement (VERLAINE, Œuvres compl., t. 1, Bonne chans., 1870, p. 119). Tu ne pourrais pas t’arrêter, juste pour respirer un peu? (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 71). »

      • Et puisqu’il est question de respect de la langue:

        (source Canal Académie)
        Comment écrire champ… à tout bout de champ ?
        « Faut-il le dire ? » la chronique de Pierre Bénard
        Le mot « champ » occupe décidément une place de plus en plus importante dans notre vocabulaire. Un champ n’est plus seulement une parcelle de terre labourable, c’est aussi devenu un mot que l’on retrouve dans de nombreuses expressions. Pour tout connaître sur ce mot, écoutez les conseils avisés de Pierre Bénard…sur-le-champ !

        Je vois venir le bus et que porte-t-il en gros caractères ? « Champs de Mars » avec un s à « Champ ». C’est pourtant LE Champ de Mars et tout le monde le sait. Mais voilà ! L’habitude s’est prise, l’usage se trouve… à tout bout de champ d’écrire « champ » même au singulier avec un s final. « Un temps du mois de mars » (avec des giboulées), cela demande
        un s à « temps ». Mais « un champ sur lequel s’abattent les pluies de mars », c’est « champ » sans s, je vous assure et, si vous ne me croyez pas, ouvrez le dictionnaire. Ouvrir le dictionnaire : un réflexe qui se perd. Les mauvaises habitudes (comme celle de l’s à « champ ») chassent les bonnes (comme celle d’interroger le dictionnaire).

        « Champ » (en latin « campus » et « campum » à l’accusatif – c’est la forme du cas de l’accusatif qui joue), « champ », venant de « campum », passant par « campu », s’écrit NORMALEMENT sans s au singulier. En revanche, « temps » (en latin « tempus » et « tempus » à l’accusatif ) donne NORMALEMENT un nom avec s au singulier. Mais il semble que « temps » ait déteint sur « champ ». Sale temps pour le mot « champ » ! C’est une faute, je le répète, que l’on rencontre… tout le temps, jusque sur les inscriptions de nature officielle. Je la surprends au front majestueux des autobus, mais je l’ai vue déjà qui gâtait les itinéraires affichés sous les abribus. Et peu s’en faut, alors, que je ne préfère la marche à pied. Mais si je fais à pied le même itinéraire, méprisant l’autobus qui arbore cette faute et le système qui la tolère, j’irai piteusement de station en station, où toutes les affiches d’abribus me blesseront de la même graphie : car, tel que je me connais, je ne pourrai me défendre de vérifier chaque fois (dans l’espoir d’une exception, d’une… défaillance de la faute).

        C’est une plaie, cette folie de mettre un s à « champ ». Car le mot « champ », au même moment, envahit le vocabulaire (ou, comme on dit maintenant, par une faute non moins opiniâtre, « investit » le vocabulaire, ce qui est ignorer le vrai sens d’ « investir ». Mais passons : il faudra finir). Oui, vous l’avez noté, n’est-ce pas ? « champ » est partout. « Champ des études », « champ disciplinaire », « champ conceptuel » … « Dans le champ de cette problématique » … Les lycéens qui prennent Corneille pour un(…)

  2. Les graphiques sont fournis par des organismes états-uniens tout à fait officiels.
    Je ne vois pas où est la propagande, si ce n’est dans votre tête.

    • Connaissez-vous le sens de l’expression « cueillir des cerises »?

    • Je vais aller un peu plus loin.

      Où avez-vous lu que je contestais les données présentées?
      Je conteste leur sélection et leur interprétation.
      On peut faire dire ce que l’on veut aux statistiques.
      Je vais vous donner un exemple. A partir des données qui ont permis de produire ces infographies, on peut dire aussi bien:
      – « Le patrimoine des ménages modestes est davantage corrélé à l’immobilier résidentiel tandis que celui des plus aisés est davantage collecté aux marchés boursiers ».
      Ou
      – « Pour s’enrichir, il est préférable d’investir dans l’économie productive que d’immobiliser ses capitaux dans sa résidence principale. »
      Ou encore
      – « En cas de crise de l’immobilier, ce sont les ménages moyens ou modestes qui trinquent le plus. »

      Les chiffres n’auront pas changé…

      Il n’empêche:
      – Ecrire au présent: « Depuis 2008, le solde est négatif et se situe MAINTENANT entre -50 000 et -100 000 fermetures. » avec des chiffres à fin 2011 est tendancieux, ou une méconnaissance totale de la réactivité de l’économie américaine.

      – Donner « à titre d’exemple », les statistiques de ventes d’une entreprise alors qu’il y en a des dizaines dont les ventes explosent dans le même secteur ne vaut guère mieux. J’ai expliqué pourquoi McDo n’était pas un choix pertinent pour des raisons propre à la vie de cette entreprise.

      – Parler de « niveau de vie » pour une statistique sur le patrimoine des ménages est là aussi une incompréhension des données présentées (dans le meilleur des cas). Si votre maison est dévaluée de 20.000 Euros, cela peut être comparé à une provision comptable pour dépréciation: vous affichez une perte, mais vous n’êtes pas affecté au niveau de la trésorerie. Ce sont deux données différentes.

      – Quant à l’association gratuite avec les photos de la police (et pourquoi pas une fleur, ou une photo de la conquête de la lune?), c’est peut-être très « choc des photos », et à la hauteur des mœurs de la presse française, mais pas de ce qu’on pourrait espérer de MPI.

      • prenons un exemple. Vous dites: « Quant à l’association gratuite avec les photos de la police (et pourquoi pas une fleur, ou une photo de la conquête de la lune?) »
        => ben, tout simplement, les photos dans l’article montrent la police des USA, une fleur ou la conquête de la lune n’ont rien à voir avec la police, fût-elle américaine.
        => vos « arguments » sont incohérents et hors sujet.

        • Et l’article en lui-même avait-un rapport avec la police, à part une volonté d’amalgame? Ce qu’il FAUDRAIT démontrer!

          Quant à l’incohérence des arguments que j’ai remontés, le lecteur honnête jugera. Au besoin, il s’informera.

          Mais au moins ai-je des arguments. Il semble que ce n’est pas nécessaire à tout le monde pour commenter ici.

          • donc d apres vous l’article n’est pas objectif ainsi les USA se porte plutot bien ou moins pire que laisse entendre l article

            une question depuis quand un chomage galoppant est signe de bonne santé ? sauf si les stats ou les graphiques sont complotiste contre la verité ?

            on s en fou de Mcdo et les chiffres sur les entreprises crée au de la de 2011 , c est pas avec 50 millions de personnes dépendant de bon alimentaire qui vont inverser la courbe de création d entreprise a moins qu il y a un précédent historique qui démontre le contraire .

            désolé j ai longtemps cru que l’économie américaine était la locomotive mondial mais le futur prouvera a tous qu un crash global se prépare et c est pas vos arguments qui changeront ça , le $ est une escroquerie qui arrive au bout de sa logique ,a bon entendeur .

            • On s’en fout de Mc Do ou des stats périmées? D’accord avec vous. Alors pourquoi les utiliser dans cet article?

              Allez, encore une petite pour la route… Savez-vous que si les allocataires au SNAP ont explosé en 2009, c’est bien entendu en très grande partie en raison de la situation peu glorieuse des USA, mais aussi parce que le cadre législatif a été modifié, afin d’élargir l’éligibilité à ce programme? De sorte que les chiffres avant et après cette date ne sont pas totalement comparables. Un point qui n’a certes pas été précisé…

              Pour le chômage galopant, je sais bien que les chiffres officiels sont des trompe-l’oeil. Mais est-on bien placés depuis la France pour prédire l’effondrement des Etats-Unis dans le chômage. Comme je l’ai déjà écrit par ailleurs, nous ferions mieux de balayer davantage devant notre porte plutôt que d’aller chercher ailleurs.

              Et pour le dollar, j’ai récemment rappelé à ce sujet le fameux « our currency, your problem ». Je crains donc que vous ne m’appreniez rien. Je crois juste qu’ils ont de meilleurs prestidigitateurs que nous…

              Enfin, où ai-je affirmé qu’il n’y aurait pas de crash mondial ou que les Etats-Unis étaient en bonne santé économique? Je n’ai pas, comme beaucoup d’autres, de boule de cristal… Si on croit trouver quoi que ce soit dans mes propos qui serait une défense de la situation économique des Etats-Unis et d’une belle croissance mondiale, je répondrais à la façon de Greenspan, que si vous pensez m’avoir compris, c’est que je me suis mal exprimé!

    • michelb says:

      Merci de ce bel exposé

      « En clair, 1 Américan sur 4, appartenant au quartile le plus pauvre, a vu sa richesse divisée par 4, une baisse de 75%. »

      Depuis 2000, passage à l’Europe, les gens se rendent compte que leur salaire fond comme neige au soleil avant qu’ils aient pu manger ne serait-ce que comme avant 2000.

      S’il faut encore attendre 15 ans d’autres chiffres pour attester les chiffres de 2015, ils ont le temps de crever et les mafias de banksters d’engranger encore plus sur la mort des individus.

      En Hollande, on tolère 4000 euthanasies qui rapportent du pognon avec certainement beaucoup de clients au suicide dans le tas.

      Effectivement comment les esclaves peuvent-ils vivre sans ressources? avec des bons de ravitaillement comme aux us? la soupe populaire?

  3. Merci pour cet exposé ! Très clair .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com