[youtube http://www.youtube.com/watch?v=vyRzMZbVQsE&w=560&h=315]

Ci-dessous l’allocution intégrale de Poutine.

Les gestes de Vladimir Poutine ne sont pas anodins, ils ont toujours une valeur hautement politiques. Le tsar Alexandre Ier a illustré au cours de son règne et tout particulièrement à l’occasion de sa victoire contre Napoléon, le type de pouvoir monarchique que les Russes appellent la « monarchie populiste« . C’est le type de pouvoir  qui inspire Vladimir Poutine.

En quelques mots, la monarchie populiste c’est: « le monarque et le peuple, contre, de l’autre côté, les élites « ; le monarque étant à la fois traditionaliste, patriote, orthodoxe et populiste, il lutte avec et pour le peuple contre les élites qui, elles, sont modernistes, laïques et élitistes. 

La terrible retraite de Russie  avec le passage de la Bérézina où tant de soldats français, gelés, affamés et épuisés sont aller se noyer, restera à jamais une tache sur la mémoire de l’empereur Napoléon 1er et une conséquence désastreuse de la Révolution. La Marche victorieuse de l’Armée, de la France vers Moscou, a été épouvantable tout le long du retour de Moscou vers la France, dans le froid et la faim, dans le harcèlement incessant des soldats Russes sur les arrières. Ce fut une véritable hécatombe et le signe du divorce entre la France et l’Empereur.

Cela aurait pu être pire si Alexandre Ier, qui aimait la France et sa culture, n’avait pas été un vainqueur très magnanime, ainsi que l’explique le texte suivant:

Mais il [V.Poutine] a aussi souligné son rôle dans la pacification de l’Europe et la construction d’un équilibre international basé sur les valeurs morales et le respect mutuel des intérêts de chaque pays (actualité criante). En effet après avoir arrêté (en battant les armées de Buonaparte en 1814) la révolution française qui voulait soumettre la Russie et le monde, ce vainqueur incontesté de la France a cependant insisté pour lui conserver sa souveraineté (au lieu d’une occupation par l’Autriche, la Prusse et l’Angleterre) et son intégrité (la Prusse voulait annexer l’Alsace et les Flandres, l’Autriche voulait Nice et la Savoie), et épargner la dignité des Français en refusant l’imposition d’indemnités de guerre (qui auraient pourtant aidé à rebâtir Moscou brûlée) ; pendant ses deux mois à Paris (après sa première victoire), dont ses officiers cosaques sont tombés amoureux, ce francophile et francophone a séduit les foules et conquis les élites.

Il n’a quitté Paris qu’après la restauration des Lois Fondamentales de la France et l’assomption de Louis XVIII. Ensuite Alexandre 1er, (…) a fondé la Sainte Alliance pour maintenir la paix en interdisant l’infiltration de mouvements subversifs chez les voisins ; évidemment le Royaume-Uni, instigateur de la première « révolution de couleur », la bleue de 1789 (…), n’entrera dans la Sainte Alliance que plus tard, pour la dénaturer perfidement de l’intérieur. Sur cette statue qui commémore manifestement les victoires de 1814 et 1815, le tsar foule nonchalamment un aigle napoléonien et un sabre français (républicain puisqu’auparavant les officiers portaient l’épée) (…). Tandis que la république russe actuelle honore ce bienfaiteur de la Russie (et coordinateur de la lutte contre la globalisation de la révolution), non seulement on n’imagine pas un gouvernement républicain français ériger une statue à Louis XIII, mais de plus on vient de le voir ôter Henri IV et Louis XIV des programmes scolaires d’histoire et donner à Marianne les traits d’une sataniste étrangère… (Source Stratediplo)

Alexandr i

Allocution complète de Vladimir Poutine lors de l’inauguration de la statue d’Alexandre II sous les murs du Kremlin

« Aujourd’hui, nous avons dévoilé un monument à l’empereur russe Alexandre Ier. Cet événement a été programmé pour le 200e anniversaire de la fin de la guerre avec Napoléon. Cette victoire fut un triomphe majeur et international de la Russie. A cette époque, les gens de tous grades et nationalités se sont élevés contre l’ennemi.

Alexandre a joué un rôle très important en réunissant et en maintenant fermement l’indépendance du pays. Ses mots, « je ne trouverai pas la paix tant qu’il y aura encore un soldat ennemi sur notre terre » ont sonné comme un appel à la fidélité inconditionnelle à notre patrie et pour rassembler les forces pour la victoire.

Le Tsar avait foi dans le peuple et il savait l’énorme puissance de son patriotisme. L’armée française a rencontré une résistance inouïe en Russie; elle s’est heurtée à une détermination invincible. La bataille héroïque de Borodino, comme nous le savons, a non seulement changé le cours de la guerre, mais elle a aussi scellé le sort de l’Europe pour de nombreuses années à venir.

Alexandre Ier est entré dans l’Histoire comme l’homme qui a vaincu Napoléon, en tant que diplomate et stratège, comme un chef politique pleinement conscient de sa responsabilité dans le développement de la sécurité internationale de l’Europe et du monde.

L’empereur de Russie s’est dressé pour fonder le système européen de sécurité internationale de l’époque, selon les exigences du temps. C’est alors que les conditions pour un équilibre ont été créés, fondées non seulement sur le respect mutuel des intérêts des différents pays, mais aussi sur des valeurs morales. Il est également utile de rappeler le respect et la bienveillance avec lesquels la Russie, la nation victorieuse, a respecté la souveraineté et l’identité nationale de la France et de ses habitants.

L’ère d’Alexandre Ier fut un temps de renouveau et de consolidation de la Russie. De nombreuses  réformes juridiques et étatiques ont été réalisées, mais aussi  la première expédition Russe autour du monde a été lancée et cinq nouvelles universités ont été fondées. Moscou, ancienne capitale de la Russie a été restaurée après l’invasion et l’incendie, le Manège militaire a été construit et c’est alors que la construction de la cathédrale du Christ Sauveur a commencé. (1)

Ce magnifique jardin a été créé ici sous le mur du Kremlin il y a plus de 150 ans portant le nom du tsar Alexandre Ier. Il est l’un des parcs les plus appréciés et les plus beaux  de Moscou.

Quasiment, tout ici est imprégné de la mémoire de la gloire militaire de la Russie de ceux qui ont défendu et protégé notre Patrie. Le monument à Alexandre Ier occupera une place d’honneur ici. Nous avions le choix entre plusieurs bons emplacements, mais je crois que celui-ci correspond à sa mission.

Merci pour votre attention. »    

__________

(1) La construction de la cathédrale du Christ-Sauveur répondait à un vœu de la tsarine en cas de victoire contre Napoléon. Cette cathédrale est aujourd’hui le symbole du renouveau et de la contrerévolution de la Russie après la chute du communisme, parce qu’elle avait été dynamitée sous Staline qui avait fait construire à sa place une piscine. Cette église a été entièrement reconstruite en cinq ans après la chute de l’empire soviétique, selon ses plans initiaux. Elle a été achevée en 1999. Le bassin de la piscine a servi de sous-sol pour en faire un musée de l’histoire de la cathédrale.[note d’E.D.]

Traduction Emilie Defresne

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Monsieur T says:

    Emilie Defresne continue l’enfumage pro-russe…
    Le règne d’Alexandre Ier, c’est la Franc-Maçonnerie qui s’installe sur le trône avec Spéranski comme confident de l’empereur. Alexandre était converti à l’illuminisme avec son égérie Madame von Krüdener, gnostique hystérique.
    L’élite intellectuelle russe et la noblesse étaient affiliées aux rose-croix, aux sociétés bibliques, aux martinistes ou aux swedenborgiens.
    Dans une lettre à sa soeur, Alexandre lui explique la différence entre Eglise intérieure et Eglise extérieure ce qui en langage maçonnique se traduit par ésotérisme et exotérisme, il lui recommande Tauler, Saint-Martin, Swedenborg et toute la paperasse gnostique et illuminative de l’époque, que de « saines » lectures!
    A la cour du Tsar? Frères Moraves, Quakers, le piétiste Jung-Stilling, le martiniste Baader, des occultistes, des franc-maçons, etc…
    La traduction de la bible en russe? elle est faites par la société biblique de Saint-Pétersbourg, société fondée par des francs-maçons anglais…
    Qui régnait sur le Saint-Synode à l’époque? Galytsine, ses amis Labzine, élève de Schwarz, et Kochelev, ami du protestant Lavater, de Saint-Martin, et de l’illuminé Eckartshausen, que de « belles » références.
    L’Académie de Kiev qui forme le haut clergé orthodoxe (plus d’un millier d’étudiants) était complètement acquise à la philosophie allemande, Wolf, Winckler, Baumeister, etc…on y prêchait la philosophie panthéo-gnostique de Schelling. Le clergé était détruit de l’intérieur. Une poussée illumuniste et théosophique qui va exercer une très grosse influence sur la littérature et plus généralement sur la culture russe, et aboutir un siècle plus tard à la révolution bolchévique qui en sera l’aboutissement.
    Et c’est ça que Poutine honore?
    Encore faut-il bien connaître et approfondir tous ces éléments, madame Emilie Defresne, mais le saviez-vous? Non, mais vous n’allez pas voir Poutine sous un tout autre regard, vous êtes une poutinolâtre hystérique au point de valider toute la dimension maçonnique de la Russie d’Alexandre avec votre mécène Poutine parce que ce dernier « lutterait » contre l’influence du nouvel ordre mondial (en « canonisant » l’une des sociétés les plus maçonniques du monde à l’époque, un comble!) vous ne voyez rien, vous ne voulez pas voir, c’est à désespérer.

  2. Monsieur T says:

    Pas de réponses?
    Emilie Defresne et son idole russe remis à leur place!

  3. Stratediplo says:

    Il ne faut peut-être pas généraliser les débuts tâtonnants et dubitatifs du jeune prince tiraillé entre une grand-mère visionnaire et un père autocrate, à un moment où toute l’Europe est en proie aux questionnements : lorsqu’elle termine mise à feu et à sang au nom des idéologies nouvelles, Alexandre revient aux certitudes éprouvées, tant en politique (intérieure et étrangère) qu’à titre personnel, comme il le montre déjà en 1814 et doit le confirmer avec fermeté en 1815.

    • Chouanne says:

      Merci Stratediplo pour ces précisions nuancées sur le parcours de ce tsar.(ça change d’autres commentaires!!!) que Louis XVI a eu aussi des tentations maçonniques, avant de se reprendre, mais il a perçu le mal de ces influences trop tard, lui. Il a été trop indulgent avec l’invasion de ces idées révolutionnaires. Les papes avaient pourtant condamné la maçonnerie.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com