Avant la cérémonie trompeuse et assoupissante de Versailles, eut lieu, bien plus révélateur, le « discours de la gare », nouveau sermon sur la montagne des béatitudes macroniennes.

Il ne fut pas politique, mais d’allure philosophique, poétique, religieuse et mystique. L’élu Président se livra, et arriva ce qui se produit chaque fois qu’il croit pouvoir le faire : ce fut surprenant, voire inquiétant, sinon effrayant.

Il ne s’y croyait pas seulement Jupiter, mais aussi Moïse, Mahomet et le Christ Lui-même. A la manière des évangélistes américains les plus déjantés, il déambulait sous les caméras, micro en main, au coeur de ses fidèles et de ceux qu’il voulait convertir, entre incantations douces et envolées enflammées. Ce n’était plus de la « com », et c’était bien au-delà de cette méthode « managériale » qu’il s’emploie à installer dans les instances politiques, à l’aide du discours farci de jargon anglophone qui sévit dans les banques et les grandes entreprises.

La Religion traditionnelle sait que nous ne sommes rien sans notre Créateur, que nous ne faisons que passer en ce monde, qu’il ne faut donc pas s’installer dans des possessions jamais acquises, même ici-bas, et qu’il faut savoir d’où nous venons et où nous allons.

Notre improbable Emmanuel semble puiser son inspiration à cette source. « En même temps », cette origine et cette destination deviennent bien vagues. Il ne faut plus rien conserver de solide, puisqu’il ne faut plus « accumuler dans un coin » et il n’y a, par conséquent, plus rien à transmettre. Malheur aux fourmis, et heureuses les nouvelles cigales ! celles qui circulent, affairées dans toutes les directions. Dans ce discours ferroviaire, nous sommes désormais en marche horizontale, nous croisant comme des zombies dans un hall de gare en deux catégories apparemment figées : « ceux qui réussissent », et ceux qui, sans espoir, « ne sont rien », négativités absolues, exclues de l’être. Plus tard, Il reprendra encore ce mot de « rien » pour mettre finalement dans le même sac, les terroristes islamiques et ces néants fantomatiques en errance dans l’espace de croisement des voyageurs.

Jugée religieusement, cette nouvelle croyance délirante et floue est un détournement diabolique, et son prophète pourrait bien paraître possédé, satanique, luciférien, et méphistophélique.

Pour le psychologue, il pourrait être mégalomane, psychopathe et pervers narcissique à pulsions hystériques.

Pour un esprit français, nous l’espérons seulement … ridicule.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

10 commentaires

  1. Jacques says:

    Si vous faites vos recherches dans le nouveau testament version Chouraqui, évangile de Matthieu chapitre 5:

    En marche !
    1. Et, voyant les foules, il monte sur la montagne et
    s’assoit là.
    Ses adeptes s’approchent de lui.
    2. Il ouvre la bouche, les enseigne et dit:
    3. « En marche, les humiliés du souffle ! Oui, le
    royaume des ciels est à eux !
    4. En marche, les endeuillés ! Oui, ils seront
    réconfortés !
    5. En marche, les humbles ! Oui, ils hériteront la
    terre !
    6. En marche, les affamés et les assoiffés de
    justice ! Oui, ils seront rassasiés !
    7. En marche, les matriciels ! Oui, ils seront
    8. En marche, les cœurs purs ! Oui, ils verront
    Elohîms !
    9. En marche, les faiseurs de paix ! Oui, ils seront
    criés fils d’Elohîms.
    10. En marche, les persécutés à cause de la
    justice !
    Oui, le royaume des ciels est à eux !
    11. En marche, quand ils vous outragent et vous
    persécutent,
    en mentant vous accusent de tout crime, à cause de
    moi.
    12. Jubilez, exultez ! Votre salaire est grand aux
    ciels !
    Oui, ainsi ont-ils persécuté les inspirés, ceux d’avant
    vous.
    Le sel, la lumière
    13. « Vous, vous êtes le sel de la terre.
    Mais si le sel devient fou, avec quoi le saler ?
    Il n’est plus assez fort pour rien,
    sinon pour être jeté dehors et piétiné par les hommes.
    14. Vous, vous êtes la lumière de l’univers;
    une ville située sur une montagne ne peut être cachée.
    15. Personne ne fait brûler une lampe en la mettant
    sous le boisseau,
    mais sur le lampadaire, où elle resplendit pour tous
    dans la maison.
    16. Ainsi, que votre lumière resplendisse en face
    des hommes;
    ils verront vos œuvres belles, et ils glorifieront votre
    père des ciels.

    la dénomination en marche n’est pas anodine…

    • Boutté says:

      Vôtre traduction est bien loin de celle des Béatitudes du Christ traditionnelles .
      D’ailleurs le pluriel de ciel est cieux en Français.

      • Bien sûr le discours de macron c’était de la com il a pensé faire son devoir mais aucun mot de sincérité

      • Jacques says:

        Boutté, vous ne savez pas lire ou vous ne comprenez pas le français et ce n’est pas ma faute, tout est dit dans ma phrase d’introduction ainsi que dans sa chute cordialement 🙂

      • Ciels se dit aussi.

  2. MA Guillermont says:

    L’Evangile de Macron est un succès damné (succédané ) …

  3. Il faut attendre une canonisation avant que de parler d’évangile et cette dernière ne pourra venir qu’après une orrdonnance de Bildenberg au pan-théon (c’est Simone qui va se trouver mal et malade de cette promise-cuitée)des reconnus pro ordre nouveau. Il est déjà frère, laissez lui faire ses preuves de grand maître…. Après on parlera de ses miracles Remistes…

    http://wp.me/p4Im0Q-20O

  4. Jacques c est quoi cette traduction ?
    Si c est pour rire alors ..
    Normalement ce sont nos ennemis FM qui s en chargent en empruntant le même vocabulaire que les Catholiques au passage

    • Jacques says:

      Dered, c’est la traduction littérale du nouveau testament par André Chouraki, ce n’est pas mon livre de chevet comme le sous-entend le commentaire de Boutté, je cite ce passage intéressant car il se pourrai qu’il est un lien avec le choix du nom du parti de macron: en marche
      il ne faut pas porter d’œillère car cela restreint votre champs de vision
      cordialement
      😉

      • Jacques says:

        Dered désolé pour les fautes au cas ou vous seriez prof de français comme Boutté 😉

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com