L’Holodomor (en Ukrainien Голодомор), également appelé « holocauste par la faim[1] », mais également par la terreur, les massacres de masse et la déportation, fut une extermination[2] planifiée et systématique de sept millions d’Ukrainiens, dont trois millions d’enfants[3], perpétrée dans les années 1932-1933 lors de la collectivisation forcée de l’agriculture entreprise par les Bolcheviques[4] en Union soviétique. Les dernières recherches faites à l’Ouest estiment le nombre de morts entre cinq et sept millions[5].

C’est le bras droit de Staline, Lazare Moïsseïevitch Kaganovitch (1893-1991)[6], qui joua un rôle de premier plan dans ce génocide contre les « ennemis de classe » que représentaient les koulaks. Il fut secondé par Molotov et Kroutchev dans l’édification du socialisme. Il est intéressant de retenir que la chaîne d’État russe Russia Today[7] présenta, en 2014, une synthèse de l’action de Kaganovitch, juif natif d’un village des environs de Kiev dont le père était marchand de chaussures, et fit état de sept millions de victimes. D’autres historiens tels que Robert Conquest chiffrent la totalité des victimes à 14,5 millions d’êtres humains.

Le massacre de Katyn

C’est encore Kaganovitch qui signa l’ordre donné au NKVD, le 5 mars 1940, de massacrer 25.700 officiers, soldats, intellectuels, policiers et prisonniers de guerre polonais dans les territoires occupés par l’URSS. Sa responsabilité et sa signature sont authentifiées dans les documents que la Russie a transmis aux autorités polonaises en 1992. Ces crimes ont été commis en avril-mai 1940.

Et ce tortionnaire vécut tranquillement jusqu’à l’âge de 97 ans ! Il mourut le 25 juillet 1991, quelques mois avant l’effondrement du grand empire génocidaire, celui-là même qu’il contribua à ériger.

Sources
http://trutzgauer-bote.info/2016/07/07/holodomor-the-untold-holocaust/

[1] http://de.metapedia.org/wiki/Holocaust

[2] http://de.metapedia.org/wiki/V%C3%B6lkermord

[3] http://de.metapedia.org/wiki/Kinder

[4] http://de.metapedia.org/wiki/Bolschewismus

[5] The New Encyclopedia Britannica, 15e édition (2005), vol. 28, p. 991, entrée : Ukraine. Voir aussi Gunnar Heinsohn qui parle aussi de « 6 à 7 millions » de victimes, Lexikon der Völkermorde (1998), p. 336. L’encyclopédie Brockhaus en 24 tomes, 19e édition (1993), entrée : Ukraine, chiffre ce nombre à cinq millions.

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Lazare_Kaganovitch
http://de.metapedia.org/wiki/Lasar_Moissejewitsch_Kaganowitsch

Lire également Staline. La cour du Tsar rouge, 2 tomes (1929-1941, 1941-1953), de Simon Sebag Montefiore, Perrin-Tempus, 2010.

[7] http://russiapedia.rt.com/prominent-russians/leaders/lazar-kaganovich/

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

56 commentaires

  1. Bardamu says:

    L’holodomor est le terme qu’ont inventé les ukrainiens, mais le génocide d’une partie de la paysannerie par la famine a concerné également le territoire de la Russie actuelle. Les ukrainiens ne doivent pas s’en attribuer l’exclusivité.

    • Volodymyr Bellovak says:

      L’Holodomor ( famine organisée par confiscation des récoltes aux paysans libres ) toucha aussi l’actuel Sud-Ouest de la Russie et jusqu’au Kazakhstan. Le nombre total de morts aurait été plus important encore dans ces territoires, plus vastes, hors d’Ukraine. Mais rapporté en nombre et en dimensions aux populations et aux territoires concernés, l’Ukraine fut proportionnellement plus touché. Certains accusent Staline d’avoir, dans le cas de l’Ukraine, voulut doublé son extermination sociale des « koulaks » d’un génocide ou ethnocide, sachant que le nationalisme ukrainien reposait essentiellement, faute de tradition étatique durable dans l’Histoire, sur l’identité ethnoculturelle paysanne de ce peuple. Staline faisait ainsi en Ukraine « d’une pierre deux coups »; en exterminant la paysannerie ukrainienne, porteuse ancestrale des traditions et de la culture populaires nationales, il espérait aussi tuer les racines et les fondements du sentiment identitaire ethnoculturel et national ukrainien et ainsi faire disparaitre l’Ukraine comme Pays réel tout en conservant qu’un vague contour géographique « provincial »… C’est pourquoi, contrairement aux Russes, les Ukrainiens aujourd’hui perpétuent la mémoire de cette grande famine planifiée contre leurs aieux, page tragique de leur Histoire ou ils faillirent disparaitre comme peuple authentique et enraciné sur leur Terre ancestrale, victime du totalitarisme communiste, antinational, collectiviste et athée. Cette famine toucha toute l’Ukraine alors sous joug soviétique ( et non l’Ouest de l’actuelle Ukraine alors sous domination polonaise ) surtout le Centre et l’Est de l’actuelle Ukraine qui furent ensuite repeuplés en partie par des russophones non-Ukrainiens venus d’autres parties de l’URSS…; ce qui explique partiellement les problèmes d’identité de beaucoup d’habitants du Donbass…

    • Volodymyr Bellovak says:

      Ajoutons que Staline est aujourd’hui réhabilité dans la Russie de Poutine. En Ukraine, il n’y a guère que dans les « républiques populaires » autoproclamées et séparatistes de Donetsk et de Lougansk que l’on érige à nouveau des monuments en l’honneur du « petit père des peuples »… Les nostalgiques de l’URSS accusent les patriotes ukrainiens de « fascisme » ( vieille « antienne » communiste…) à cause de l’accueil bienveillant de beaucoup d’Ukrainiens vis-à-vis des troupes allemandes vues comme « libératrices » ( à tort, et ils déchanteront assez vite ! ) en 1942; la raison de ce premier accueil n’est pas à chercher loin; l’explication en est donné par l’Holodomor.

      • Je ne peux que souscrire Volodymyr Bellovak @ à tout votre exposé remarquablement bien résumé.
        Il est important d’en voir maintenant les véritables causes, que par prudence vis à vis des sanctions stipulées par la loi répressive Gayssot, j’éviterai de trop développer. Lénine, Staline, Beriat, Bela Kun etc…étaient reliés pour le moins à une certaine catégorie. Le « complot contre l’église » d’Auguste Pinet donne des informations, à ce sujet, particulièrement éclairantes.
        https://bibliothequedecombat.files.wordpress.com/2013/02/pinay-2000-ans-de-complot-contre-leglise.pdf

      • François says:

        Ceci est complètement faux, Volodymir! Staline n’est absolument et aucunement réhabilité dans la Russie actuelle dirigée par Vladimir Poutine.
        Certes, la Russie contre-révolutionnaire donne la liberté d’expression. Certes il existe une certaine nostalgie parmi le peuple russe de l’ancien régime communiste, mais qui est très minoritaire et le régime communiste est mort. Il est actuellement à Kiev et partout à l’Ouest.

        Par contre la Grande Victoire Patriotique qui s’est faite avec le sang des russes et de tous les autres peuples qui étaient alors soviétiques, comme les Ukrainiens, a été accomplie sous Staline.

        Et pourquoi les Russes devraient-ils renoncer à leur victoire ? C’est un peu comme si les Français devaient renoncer à leur victoire de 14-18 sous prétexte qu’elle était menée par des salauds de républicains anti-cléricaux. Comme si nos grands-pères et arrières-grand-pères ne méritaient pas notre fierté et notre dévotion pour leurs immenses sacrifices!

        Nous attendons depuis 230 ans notre contre-révolution, les russes l’ont faite au bout de 70 ans!

        Et pour rappel l’un des génocides des nationalistes nazis ukrainiens vient d’être voté par le parlement polonais qui à adopté la reconnaissance du génocide de la Volhynie par les nationalistes ukrainiens contre des citoyens polonais. le 11 juillet est reconnue «journée Nationale » à la mémoire des victimes du génocide. La résolution a été votée par 60 sénateurs, 23 étaient contre, 1 abstention.

        https://www.youtube.com/watch?v=kxQm4K44NxY

        • Volodymyr Bellovak says:

          @François
          Votre passion amoureuse excessive pour la Russie vous aveugle ! Staline est bien réhabilité officiellement comme vainqueur de la « grande guerre patriotique »; cette guerre, vous l’oubliez, à été déclenché, suite au pacte germano-soviétique, par l’attaque conjointe de la Pologne par les troupes allemandes à l’Ouest et les troupes soviétiques à l’Est..Mais, chut ! Il faut que l’URSS paraisse comme une pauvre petite victime innocente mais « résistante » et victorieuse de l’Hydre « nationaliste, fasciste et réactionnaire » ( vocabulaire d’époque ). Qu’aujourd’hui Poutine instrumentalise l’Histoire à des fins politiciennes et se fasse professeur d’un certain « révisionnisme » ( attention, dans un certain sens seulement, l’autre, quoi qu’on en pense, est encore plus sévèrement puni qu’en France; faut bien plaire à une certaine communauté…)cela ne semble pas vous choquer; vous voulez tellement voir certaines choses telles que vous les rèvez que vous ne voyez meme pas telles qu’elles sont en réalité ! Que des statues de Staline et meme de Lénine soient entretenues et fleuries en Crimée, dans le Donbass, ou dans certains coins de Russie vous a échappé aussi ?!…
          Vous etes drolement charitable, en parlant de « victoire patriotique », pour tous ces peuples d’Europe centrale et orientale sur lesquels cette « victoire » a permis à la chape de plomb et de sang communiste de se refermer sur eux ; quel culot ! J’espère que vous ne prétendez pas au titre de chrétien après ça ! On pourrait aussi fèter la « prise de la bastille » et l’écrasement de la Vendée pendant que vous y etes ! Pour votre « contre-révolution » faudra revenir plus tard !
          Il est question de l’Holodomor ici; ne détournez pas le sujet !
          Je n’ai jamais nié, minimisé, ni approuvé les crimes dont se sont rendus coupables certains ukrainiens pendant la Seconde Guerre mondiale, que ce soit contre les minorités polonaises et juives de Volhynie ou de Galicie. Il faut les condamner. Mais les brebis galeuses ça existent partout et en tous temps hélas; « là ou il y a de l’homme il y a de l’hommerie ». Ces faits historiques ne dédouanent pas d’autres de leurs propres responsabilités. L’Ukraine est une Nation et son état a droit à la souveraineté. Les crimes de certains de ses enfants n’y changent rien, de meme pour la Russie, l’Allemagne, l’Angleterre ou la France; ne mélangez pas tout svp ! Les militants carlistes espagnols, catholiques traditionnalistes, n’ont pas toujours été tendres avec leurs adversaires; les crimes que certains des leurs ont pu commettre ne condamnent pourtant pas, en théorie, la noble cause qu’ils défendaient. Les patriotes et nationalistes ukrainiens se battent pour la défense de leur Patrie et de leur Nation, pour son identité, sa liberté, ses traditions; leur cause est noble et juste, malgré les excés, les erreurs, voire les crimes de certains de leurs membres passées ou présents. Evitez les amalgames faciles et efforcez vous à plus d’objectivité et d’honnèteté intellectuelle et historique, les « choses » iraient mieux ainsi.

          • Claire de Chambord says:

            Quelques vérités historiques qui méritent d’être rappelées. Sur les crimes de guerre commis par les communistes en Europe centrale et en Hongrie en particulier, je renvoie le lecteur aux Mémoires du cardinal Mindszenty (La Table Ronde, 1974). Après le démembrement de la Grande Hongrie en décembre 1918, les communistes de Béla Kun, alliés aux sociaux-démocrates, prennent le pouvoir et proclament la République des conseils de Hongrie, deuxième régime communiste de l’histoire après la Russie soviétique. En l’espace de quelques mois, ils instaurent un régime de terreur.
            En 1920, en vertu de l’application du traité de Trianon, l’ancienne Hongrie royale se voit amputée de 32% de magyarophones et des deux tiers de son territoire, dont son accès à la mer, la totalité de ses mines d’or, d’argent, de mercure, de cuivre et de sel, cinq de ses dix villes les plus peuplées et entre 55% et 65% des forêts, ses voies ferrés, ses usines, ses canaux, ses minerais des fer, ses institutions bancaires et ses terres cultivables.
            En 1944, l’Armée rouge occupe la Hongrie et, fidèle aux principes communistes, commence à piller le pays, à liquider le moindre insoumis et à violer les femmes (comme en Allemagne). Le régime de terreur s’installe cette fois durablement. Les Hongrois meurent comme des mouches de faim, de maladie, de mauvais traitements. La Hongrie a, elle aussi, subi son Holodomor.

            • большаяРоссия says:

              Des fragments de vérité ne font pas LA vérité.
              Vous êtes complètement aveuglés.
              D’abord il faudrait voir la Russie non au travers la propagande mais telle qu’elle est.

              Pas un de ceux qui ergotent sur la Russie ici ne connaissent la Russie, ni ne savent parler ou lire le russe.

              Vous ne faites que des échafaudages de théories qui ne reposent que sur le sable de l’idéologie.

              La Russie n’est plus communiste elle a fait sa contre-révolution. Mais vous vivez dans un pays qui est encore sous régime révolutionnaire et vous avez le cerveau lavé en permanence et votre haine fait le reste.

              Lisez plutôt ce que Soldjénytsyne disait de la contre-révolution russe… Vous l’avez encensé quand il disait ce que vous attendiez qu’il dise, alors écoutez-le, il a moult fois risqué sa vie pour pouvoir parler librement, il n’a jamais changé.

              Les Criméens qui avaient le choix entre les bienfaits de l’UE et des USA ont choisi la Russie et ne cessent de s’en féliciter. Pas comme les Estoniens dont une partie n’a pas le droit de vote parce qu’ils sont contre l’OTAN et l’uE. Cela personne n’en parle!

              Mais si cela vous fait plaisir de chanter la chanson des loges, continuez, la Russie n’a pas besoin de vous plaire pour vivre et être un grand pays libre!

              • Volodymyr Bellovak says:

                Il y a une grosse différence entre la Crimée et l’Estonie;
                – La Crimée était une région ukrainienne peuplée majoritairement de Russes; ceux-ci ont votés majoritairement pour leur rattachement à la Russie, mais le référendum c’est effectué après occupation et controle militaires russes du territoire alors que celui-ci était encore ukrainien; du point-de-vue du droit international que la Russie est sensée respecter, ce référendum n’est pas légal.
                – L’estonie est un état national souverain; il a décidé de ne pas accordé la citoyenneté estonienne ( si j’en crois ce que vous dites ) à sa minorité russe; c’est son droit le plus strict et ça peut se comprendre vu la population faible de ce pays et sa situation géographique voisine de la Russie. C’est pour elle aussi un moyen de défendre son identité et sa souveraineté nationales face aux velléités de certains Russes et de la Russie de Poutine elle-meme qui peuvent etre constatées ailleurs.
                – Certes l’idéologie communiste ne dirige plus les esprits et les consciences des dirigeants russes actuels. Le problème est plus profond; c’est cette synthèse (géo)politique « impérialiste » ente l’ancien empire russe orthodoxe des tsars (« IIIème Rome ») et l’ex-URSS qui prouve que les vieus démons de la Russie ne sont pas morts et qui a de quoi inquiéter.
                -Nul haine de la Russie et des Russes; juste la nécessaire prudence de ne pas se faire rouler.
                – Nulle sympathie pour les Etats-Unis et le mondialisme; juste le refus de tout idéalisme et de la propagande inverse.

              • @ « La Russie n’est plus communiste elle a fait sa contre-révolution. »
                Ah ah ah, que vous êtes drôle !

  2. Boutté says:

    Staline savait utiliser les compétences . En l’occurrence il a porté son choix sur le meilleur « génocideur » possible .

  3. François says:

    Dire que nous autres, Français, avons l’insigne chance de vivre dans un pays où il y a encore des avenues Lénine, des rues Staline… sans parler des rues ou places Robespierre qu’il est question d’inaugurer pour exalter la grande figure de ce révolutionnaire maudit entre tous et précurseur des susdits. Dire que nous avons le privilège de compter encore dans notre vie politique un PARTI COMMUNISTE, après les cent millions de morts provoqués par cette ignoble idéologie revêtue de toutes les marques de la haine talmudique la plus acharnée… La Révolution dite française a fait de notre peuple le plus abruti de la terre, alors qu’il était tenu jusqu’alors pour le plus intelligent de la terre. Je tenais à le souligner afin de célébrer comme il se doit ce 14 juillet 2016, où l’on va fêter en grandes pompes, comme chaque année, les débuts sanglants de la fin de notre grandeur nationale et chrétienne. Que crève leur république pour que revive la France !

    • J’approuve sans réserve.

      • Claire de Chambord says:

        J’approuve totalement. Vive la France éternelle qui balaiera tous ces destructeurs de civilisation !

    • Volodymyr Bellovak says:

      Le communisme puise ses racines philosophiques et idéologiques dans la Révolution dite « française »; meme rejet de la transcendance divine, meme anthropocentricisme universaliste et messianiste, meme volonté de « changer l’homme », meme culte idolatre de « l’homme », meme totalitarisme, meme étatisme, meme jacobinisme, meme haine de la religion, meme volonté de révolution permanente et sans fin, meme volonté de retournement, de renversement et d’inversion des « valeurs », meme volonté de « faire du passé table rase », meme mépris pour les traditions, les communautés naturelles et historiques, et l’enracinement, meme volonté de changer le(s) peuple(s), etc… Communisme ( auto-proclamé « démocratie populaire » ou « dictature du prolétariat » ) et « Démocratie » « libérale » sont les deux faces ou les deux « mamelles » de la Révolution mondiale permanente et démiurgique qui veut « changer le monde » sans fin ni frein et le prendre en main pour ,soit-disant, notre plus grand « bonheur » au mépris des lois divines et naturelles permanentes et supérieures aux volontés humaines car non crées par les hommes mais par Dieu.

      • La religion quand elle se substitue à l’État n’a jamais été un moteur de progrès, au contraire !

        • Claire de Chambord says:

          Vous voulez dire la religion maçonnique ? Là, je suis d’accord. La vraie France, ni aucun pays européen d’ailleurs, n’ont jamais eu de système théocratique!

          • A l’origine, la franc-maçonnerie est une fraternité religieuse de maçons anglais au XIIe siècle. Elle s’est étendue au continent européen, dans la mouvance du déisme, en devenant un mouvement universaliste aux objectifs d’ordre éthique et humaniste.
            La franc-maçonnerie est organisée aujourd’hui en Loges locales et en Grandes Loges supra-régionales qui agissent de manière discrète et non secrète, fonctionnant par cooptation, avec un cheminement initiatique et des méthodes symboliques. Elle n’est ni une secte ni une religion.

            Certaines loges sont agnostiques et adogmatiques tandis que d’autres professent une croyance en Dieu, « le grand architecte » de l’univers, symbolisé par l’œil. Les francs-maçons peuvent donc être déistes, agnostiques, athées, anticléricaux… Il y a environ 6 millions de francs-maçons, dont les deux tiers aux États-Unis.

            Concernant votre 2°remarque L’Église catholique romaine a tenté d’instaurer une théocratie pontificale après la réforme grégorienne du XIe siècle qui a fait du pape le représentant de Dieu sur terre.

            • Volodymyr Bellovak says:

              Vous confondez l’ancienne maçonnerie opérative ( corporation du moyen-age ), de la franc-maçonnerie spéculative ( « société de pensée » ) née qu’au XVIII ème siècle en Angleterre.
              Les francs-maçons, qu’ils soient athées ou « déistes », anticléricaux ou « libéraux », ont tous le meme objectif: le règne de satan par la destruction de l’Eglise Catholique seule maitresse de Vérité. Mais après une « éclipse », l’Eglise, à l’image de son Maitre Notre-Seigneur Jésus-Christ, sortira du tombeau et Dieu triomphera de tous ses ennemis !

              • L’Église Catholique seule maîtresse de la Vérité….
                Quelle preuve éclatante d’un certain fanatisme. Celui qui est sûr de posséder la vérité est définitivement enfermé dans cette certitude; il ne peut donc plus participer aux échanges; il perd l’essentiel de sa personne. Il n’est plus qu’un objet prêt à être manipulé. C’est là le péché fondamental des religions : faire des adeptes qui ne posent plus de questions. L’attitude scientifique est exactement à l’opposé.

                • Volodymyr Bellovak says:

                  Non, aucun « fanatisme »;un catholique ne « possède » pas la Vérité, c’est la Vérité qui le « possède »! Et le vrai fanatisme, celui des athées, révolutionnaires et communistes par exemple; il ne vous gène pas celui-là ?…

                  • Tous les fanatismes me gênent.
                    C’est pourquoi je préfère l’attitude scientifique.
                    La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou de dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu’elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives.

                    • Claire de Chambord says:

                      C’est vous le vrai fanatique ! Vous sous-tendez vos propos par une pseudo-raison, la raison-superstition, qui a prouvé dans l’Histoire qu’elle conduisait aux pires abominations (révolution où les masses sont instrumentées, système rationnel du Goulag). Au contraire, la vraie raison, celle éclairée par la Foi catholique, conduit à la Vérité et à l’analyse féconde, à la vraie liberté. Votre raison révolutionnaire, vous pouvez vous la garder. Celle qui disqualifie les vrais chercheurs (ex. le Pr Joyeux), et les assassine s’ils ne se soumettent pas.

                      « Je ne fêterai pas votre révolution.
                      On ne célèbre pas le vol, le viol, le crime.
                      Mais je prendrai le deuil de vos pauvres victimes.
                      Elles seules ont droit à ma vénération.

                      Je ne fêterai pas l’espérance trahie
                      Du peuple demandant l’arbitrage royal
                      Jusqu’alors rendu juste, équitable et loyal
                      Mais au nom d’une foi par votre orgueil haïe.

                      Je ne célèbrerai pas votre intolérance.
                      Ni vos sacrilèges, ni vos profanations.
                      Ni les grands mots ronflants de vos proclamations
                      Prônant la liberté dont vous priviez la France.

                      Je ne fêterai pas l’infâme Cordelier
                      Faisant assassiner, par sa triste colonne,
                      En l’Eglise du Luc, près de six cents personnes
                      Dont cent cinquante enfants réunis pour prier.

                      On ne pardonne pas les Oradours-sur-Glane
                      Et vous seriez fondés d’en tarer les nazis
                      Si vous n’aviez, chez nous, fait pire aussi
                      Vous êtes précurseurs, Messieurs, et non profanes.

                      Quand vous jetiez aux fours, par vous chauffés à blanc,
                      Les mères, les enfants, les vieillards, les mystiques,
                      Vous disiez faire le pain de la République…
                      Mais Amey, mieux qu’Hitler, les y jetait vivants !

                      Car c’est bien cet Amey, de sinistre mémoire,
                      L’un de vos généraux prétendu glorieux,
                      Qui fut l’instigateur de ce supplice odieux…
                      Vous avez, aussi vous, eu vos fours crématoires.

                      Et Turreau trouvait tant de plaisir à ces jeux
                      Qu’il faisait ajouter, quand manquaient les dévotes,
                      Et malgré tous leurs cris, les femmes patriotes…
                      Votre fraternité les unissait au feu.

                      Je ne fêterai pas vos tanneries humaines
                      Dont votre chirurgien, Pecquel, fut l’écorcheur,
                      Ni son ami Langlois, de Meudon, le tanneur…
                      Ni votre grand Saint-Just disant qu’en ce domaine

                      Peau d’homme vaut bien mieux que celle du chamois
                      Que celle de la femme plus souple et plus fine…
                      Vous étiez sans culottes, alors ça se devine
                      Vous vous en fîtes faire en peau de villageois.

                      Quand vous abominez les gardiens sataniques
                      De l’affreux Buchenvald écorchant de leur peau
                      Nos morts, les laissant nus en leurs chairs en lambeaux
                      Avez-vous des remords ou restez-vous cyniques ?

                      Je ne fêterai pas les enterrés vivants
                      Dans les puits de Clisson et ceux de mon bocage
                      Ni du fameux Carrier les célèbres mariages
                      Voulus républicains mais surtout révoltants.

                      Attachant l’un à l’autre, une fille et son père,
                      Une mère et son fils, un prêtre et une sœur,
                      Et nus, bien entendu, pour que leurs massacreurs
                      Aient, humiliant leur mort, à rire et se distraire.

                      Quand, en les entassant dans barques à sabords
                      On les faisait sombrer dans les eaux de la Loire.
                      Et le fleuve royal garde encore leur mémoire,
                      Il apparaît plus triste à l’approche du port.

                      Je ne fêterai pas, non plus, la guillotine,
                      Ce symbole attitré de la révolution.
                      Ce moyen fraternel d’abreuver nos sillons,
                      Comme vous le chantez d’un sang que moi j’estime.

                      Je ne chanterai pas votre révolution.
                      Elle a fait trop couler de sang, de pleurs, de larmes.
                      De notre vieux royaume elle a rompu le charme
                      Et fait perdre, au pays, sa noble vocation.

                      Vous avez tout brûlé, chez nous, châteaux, chaumières,
                      Etables et clochers. Vous traîniez les enfers
                      Pour faire du bocage un immense désert
                      Sans une âme qui vive et sans pierre sur pierre…

                      Vous n’aviez pas pensé que tout le sang versé
                      Au terroir de l’amour serait semence vive.
                      Il germe en attendant nos prochaines métives ;
                      Il fleurira, demain, épi de liberté.

                      La liberté de croire en un Dieu qui pardonne.
                      En un ordre qui met, au sommet, le devoir
                      Le courage et la foi. Qui veut que le pouvoir
                      Ne dépende jamais du nombre et de la somme…

                      Aujourd’hui nous pouvons vous juger à vos faits.
                      Votre révolution a incendié notre terre.
                      Elle a porté, partout, la misère et la guerre,
                      Quand le monde a jamais plus désiré la paix…

                      Je ne peux pas fêter votre révolution.
                      On ne célèbre pas le vol, le viol, le crime.
                      Je porterai le deuil de toutes ses victimes.
                      Elles seules ont droit à ma vénération. »

                      Pierre d’ANGLES Janvier 1989
                      http://www.democratie-royale.org/2016/07/14-juillet-je-ne-feterai-pas-votre-revolution.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

                    • Des millions de morts, des millions de morts sur tous les continents, pendant des siècles, au nom de Dieu, la Bible dans une main, le glaive dans l’autre : l’Inquisition, la torture, la question; les croisades, les massacres, les pillages, les viols, les pendaisons, les exterminations, les bûchers; la traite des noirs, l’humiliation, l’exploitation, le servage, le commerce des hommes, des femmes et des enfants; les génocides , les ethnocides des conquistadores très chrétiens, certes, mais aussi, récemment, du clergé rwandais aux côtés des exterminateurs hutus; le compagnonnage de route avec tous les fascismes du XXième siècle, Mussolini, Pétain, Hitler, Pinochet, Salazar, les colonels de la Grèce, les dictateurs d’Amérique du Sud; etc… Des millions de morts pour l’amour du prochain.

                • Vous montrez parfaitement que vous n’avez jamais été dans la Vérité. Si vous y étiez, vous sauriez qu’elle rend libre, et que cette liberté mène à un bonheur que jamais personne ne pourra nous ravir.
                  Car cette certitude d’être dans la Vérité, loin d’être du fanatisme est un formidable « moteur de progrès » pour nos âmes, et source d’amour pour atteindre Dieu (paroles que vous n’êtes pas capable de bien comprendre).

                  • Je suis plutôt un adepte du libre examen.
                    Le libre examen est un principe philosophique qui prône la liberté de jugement. Il n’accepte comme vérité que ce que la raison ou l’expérience permet d’admettre.

                    Le libre examen rejette l’argument d’autorité, notamment en manière de foi, au profit d’un examen des dogmes traditionnels et des opinions communément admises avec sa propre raison. Une question ou un objet est considéré attentivement et avec réflexion sans en connaître préalablement la vérité, et même en s’efforçant de l’oublier si elle a déjà été enseignée. Cela revient à ne croire que ce que la raison peut contrôler.

                    Le libre examen est une valeur laïque qui affirme le droit de l’absolue liberté de conscience, mais aussi le devoir de ne reconnaître aucun dogme et de développer son propre esprit critique pour remettre en question tout jugement préalable, tout préjugé, toute idée reçue, tout dogme, voire toute croyance.

                    Il permet de remettre en cause de nombreux conditionnements plus ou mois insidieux pouvant être rencontrés au cours de la vie : éducation familiale, école confessionnelle ou non, publicité, moyens de communication, discours politique…

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Il y a des Vérités supérieures et surnaturelles révélées par Dieu et transmises par l’Eglise qui sont hors de portée par notre seule raison naturelle; elles ne sont accessibles que par la seule Foi qui est un don de Dieu, que je vous souhaite de recevoir et d’accepter.

                    • Je ne crois pas à des vérités supérieures ou a des lois naturelles. Peut être en raison de ma formation et de mon métier.
                      Si vous vous y croyez, ce n’est pas un problème pour moi.
                      Je connais des catholiques (y compris chez mes collègues scientifiques) qui sont éminemment respectables.Tout comme ceux qui ne l’ont pas. Et qui il est vrai sont extrêmement majoritaires dans mon corps de métier.

                  • @ MCF68 « Il n’accepte comme vérité que ce que la raison ou l’expérience permet d’admettre. »

                    Quel esclavage…

                    L’expérience prouve, en effet, que le libre examen nous enserre dans un étau limité (à la raison). La philosophie est une science libérale bien en deçà de la théologie. Mais l’étudier est enrichissant, c’est certain. Il faut même l’étudier pour en comprendre les limites.

                    • Ce n’est pas un esclavage, c’est au contraire la liberté.
                      Il n’y a que la liberté d’agir et de penser qui soit capable de produire de grandes choses.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      C’est la Vérité qui rend libre; tout le reste n’est que vanité.

                    • Là je suis d’accord avec vous. Mais c’est sur la définition de la vérité que nos avis vont diverger.

                • Claire de Chambord says:

                  Je crois, M. le FM, que vous vous êtes trompé de site. Ici, vous n’obtiendrez qu’une chose : être démasqué pour ce que vous êtes, un ennemi de la France !

                  • Désolé de vous décevoir, je ne suis pas franc-maçon. Bien sûr vous n’êtes pas obliger de me croire.
                    Quand au coté ennemi de la France, il certain qu’avec des amis comme vous on n’a pas besoin d’ennemis.

        • Il faudrait s’entendre aussi sur les termes « moteur de progrès ». Le mariage gay légalisé, les adoptions de parents gays légalisées, les avortements légalisés, les manipulations génétiques immorales, l’euthanasie bientôt légalisé, l’ouverture des frontières qui détruit la notion de patrie, et tout le reste (la liste est longue) ne sont pas à proprement parler des « moteurs de progrès ». Le moteur de progrès pour sauver son âme, c’est Dieu. Cela n’est malheureusement pas compris dans une société complètement matérialisée.
          Or, d’un point de vue purement matériel, je ne crois pas qu’il y ait moins de pauvres aujourd’hui qu’il y a quelques siècles ou quelques décennies. L’écart pauvres/riches ne fait que croître au contraire, et les inégalités restent tout aussi importantes. Mais le mensonge politique fait son travail habituel en nous faisant croire que tout va bien et que nous ne sommes plus au temps des barbares. Permettez-moi de, franchement, en douter.

          • Vous me faîtes a ces personnes d’un certain âge qui regrettent le bon vieux temps :
            Il y a quelques siècles :
            – On pouvait vous tuer sans trop de raison apparente ni trop de complications judiciaires
            – Parce qu’on avait pas encore décidé si les femmes avaient une âme ou pas.
            – Parce que la moyenne de durée de vie était de 30 ans.

            Alors oui je suis content de vivre aujourd’hui.

            • Volodymyr Bellovak says:

              Vos allégations sont tellement stupides et énormes que vous vous décrédibilisez vous-meme.
              Avez vous entendu parler des dogmes catholiques concernant la Très Sainte Vierge Marie ? Mère de Dieu et Immaculée Conception ( née sans le péché originel ); mais après ça vous osez affirmer que l’Eglise n’ait pas reconnu aux femmes qu’elles aient une ame.Mais lLa question ne c’est jamais posée !
              Vous etes grotesque; heureusement que le ridicule ne tue pas !

              • La référence à la légende du Concile de Mâcon que je sous endentai a pu vous échapper.
                Concernant le dogme catholique vous avez raison. C’est même encore plus drôle. Car concernant les femmes

                – On leur attribue le premier péché (Genèse) qui les rend définitivement suspectes.
                – Elles comptent si peu qu’on les mentionne à peine dans les descendances décrites dans l’Ancien Testament
                – Elles font partie des meubles : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son esclave, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui lui appartienne. »
                – Ce sont des séductrices qu’il convient d’éviter ! « Et j’ai trouvé plus amère que la mort, la femme dont le cœur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens; celui qui est agréable à Dieu lui échappe, mais le pécheur est pris par elle. »

                « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »

                • Volodymyr Bellovak says:

                  @Monsieur le Troll qui manie la truelle…
                  – Le péché originel est celui de nos premiers parents ADAM et Eve…
                  – « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain »: protection des femmes contre la concupiscence de certains hommes Il me semble que c’est un immense progrès; ça vous gène peut-etre ?…
                  – « Croissez et multipliez »… Dans le mariage chrétien les époux ne font plus qu’un. « ‘homme aimera sa femme comme sa propre chair » etc… difficile dans ces conditions « d’éviter » sa femme…
                  – Lisez aussi l’évangile sur la femme adultère: « que celui qui n’a jamais pèché lui jette la première pierre », « vas et ne pèche plus »
                  – Renseignez vous convenablement cher monsieur avant de dire n’importe quoi. Je vous souhaite sincèrement de chercher La Vérité et de la trouver…en Dieu.

                  • Je suis convenablement renseigner. Ne vous inquiétez pas.
                    Ces citations ne sont sortis de leur contexte. Mais il est vrai
                    que le judéo-christianisme n’est pas la seule religion ayant rabaissé la femme. En Grèce, en Chine, en Inde, en Amérique précolombienne ou en Perse, les religions ont montré leur peu d’estime pour les femmes, premières pécheresses.
                    Encore aujourd’hui, chez les catholiques, la prêtrise est réservée aux seuls hommes et les rares femmes admises au concile Vatican II n’étaient que des auditrices.

                • Volodymyr Bellovak says:

                  Et évitez svp de sélectionner quelques citations sorties de leur contexte…

                  • Elles ne sortent pas de leur contexte mais de l’Ancien Testament. Encore faudrait t’il que vous le lisiez.

                    • Mais vous ne connaissez pas l’A.T. Qui vous a appris à le lire afin de pouvoir dire que vous le comprenez ?
                      L’A.T ne se lit pas comme un conte…

                    • Je vais être un peu provocateur. Comme un conte je ne sais pas.
                      Mais quel récit passionnant plein de bruit et de fureur de sang et de sexe

                    • Je voulais dire « comme un conte laïc ».
                      En lisant les journaux, vous avez ça (« bruit et de fureur de sang et de sexe ») tous les jours. C’est la réalité de la vie… L’A.T n’est justement pas un conte… Il faut savoir dépasser les apparences pour atteindre l’invisible. Saint Exupéry l’avait bien expliqué dans « Le petit prince » (qui est difficile d’accès pour les enfants) : « l’essentiel est invisible aux yeux. » « On ne voit bien qu’avec le coeur ».

                    • Quand je lis :
                      « Et ils tuèrent entièrement, par le tranchant de l’épée, tout ce qui était dans la ville, et homme et femme, et enfant et vieillard, les bœufs, les moutons et les ânes. Et Josué dit aux deux hommes qui avaient exploré le pays : Entrez dans la maison de la prostituée, et faites-en sortir la femme et tous ceux qui sont à elle, comme vous le lui avez juré. »

                      Ça me semble assez clair pour ne pas avoir besoin de décodeur.

                    • Je ne vois pas ce qui vous gène.

                    • Les avortements se font par millions sur des enfants innocents dans le sein de leur mère.

                    • Tant qu’il est pratiqué dans le cadre de la loi l’avortement n’est pas un crime.
                      C’est comme çà en France et dans d’autres pays)
                      L’interdire ne servirait à rien puisqu’il y en avait avant. Sinon à faire souffrir des femmes inutilement. Mais peut être que cela ne vous gêne pas.

                      Heureux de voir que vous me donnez raison sur la violence de l’AT.

            • Vous vivez dans des clichés tellement communs que c’est à peine croyable de votre part.
              Même si c’était vrai que la moyenne de vie était de 30 ans, il vaut mieux vivre bien jusqu’à 30 ans que dans une société aussi corrompue que la nôtre et finir par perdre son âme.
              Aujourd’hui, on tue de même « sans trop de raison apparente ni trop de complications judiciaires » et pire, les victimes sont les coupables.
              A propos des femmes, justement, ceux qui les considéraient comme des sous-êtres n’étaient pas chrétiens. Le rôle de la femme dans l’Ancien testament est énorme. A en juger, vous ne connaissez rien de l’A.T et de ce qu’en on dit les meilleurs exégèses catholiques (voyez, par ex Sara, Judith, Esther, etc.).
              Le premier péché n’est pas attribué dans l’Eglise catholique à Eve, mais à Adam, le premier homme créé, père et chef du genre humain. Seul le second Adam, le Messie, étant capable de réparer la faute du premier homme.
              Je prends comme un compliment d’être comparé à « ces personnes d’un certain âge qui regrettent le bon vieux temps ». Ils avaient encore un certain bon sens, dont certains feraient bien de suivre l’exemple.

            • Volodymyr Bellovak says:

              Il y a aussi ceux dont la vie est arrètée brusquement ( pour dire les choses trop pudiquement! )avant meme qu’ils aient eu le temps de naitre; en France entre 200000 et 250000 avortements par ans: quel « progrès » en effet pour vous, hypocrite !!!

              • J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer dans d’anciens posts sur l’avortement. Je ne vais pas tout reprendre, mais oui c’est un progrès. Mais c’est quelque chose que vous ne pourrez pas comprendre.

                • Volodymyr Bellovak says:

                  Un progrès…Monstrueux ! Et vous vous prévalez de la Science et de la Raison !!!; sans conscience ni responsabilité, car sans Foi ni loi. « Big Brother » c’est pour maintenant.

                  • Mais non..
                    D’un autre coté je ne peux pas vous en vouloir. Le dogme de l’Église catholique condamne l’avortement. Aucun catholique ne peut être pour. Après il y a 2 solutions : çà reste dans votre sphère privée et si je me permettre vous faîtes contre mauvaise fortune bon cœur. Soit vous vous mobilisez politiquement pour faire changer la loi. Et là je vous souhaite bien du courage.

                    Je n’évoque pas l’option sur les excités d’outre atlantique qui n’hésitent pas à assassiner les médecins qui les pratiquent.

                    Je sais bien que vous êtes bien plus intelligent que cela.

        • Volodymyr Bellovak says:

          Dans la religion catholique il y un lien mais cependant une distinction entre les pouvoirs spirituels ( religieux ) et temporels ( politiques étatiques ); il n’y a ni fusion, ni confusion, ni substitution de l’un à l’autre. Pas de « théocratie », contrairement à l’islam. La laicité casse l’ordre des choses; c’est l’état « Moloch » qui se fait religion et envahit toute la sphère publique et meme privée. La laicité et son inspiratrice la franc-maçonnerie sont la nouvelle « religion » étatique républicaine…et quasi obligatoire !

  4. Vous mentez en exagérant largement le nombre de victimes, comme l’indique la page Wikipedia concernant la famine de 1932-1933 en URSS :https://fr.wikipedia.org/wiki/Holodomor Par ailleurs, l’Empire britannique a organisé des famines en Inde qui ont fait des dizaines de millions de morts et dont personne ne parle jamais (pourquoi ce deux poids-deux mesures ?) « Le terme Holodomor (ukrainien : голодомо́р, littéralement « extermination par la faim ») désigne la grande famine qui eut lieu en Ukraine et dans le Kouban en 1932 et 1933 et qui fit, selon les estimations des historiens, entre 2,61 et 5 millions de victimes2,3. Créé par fusion des mots holod (en ukrainien, la faim, la famine) et moryty (tuer (par privations), affamer, épuiser) ce terme prête à cette famine un aspect intentionnel4.
    L’événement se produisit dans le contexte plus général des famines soviétiques, mais le nombre particulièrement élevé de victimes et les caractéristiques de la famine ukrainienne lui confèrent, selon certains, une spécificité5.
    Même si son existence et son ampleur catastrophique ne sont plus niées, le caractère intentionnel de la famine fait encore débat. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Holodomor

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com