L’homme est fait d’un corps et d’une âme… et d’un ordinateur ! C’est ce l’on pourrait bientôt apprendre si le projet d’Elon Musk aboutit.

Ce milliardaire, un brin mégalo, passionné de technologie, pense que l’intelligence artificielle (IA) est l’avenir de l’homme et de la machine. Génie depuis ses 12 ans, de nombreuses fois récompensé pour ses projets, il est, entre autre, co-fondateur de Paypal et de Tesla Motors, constructeur de voitures électriques et a fondé SpaceX, qui travaille avec la Nasa et développe un projet d’avion électrique supersonique. Sa société Telsa se passionne pour l’IA en produisant des voitures autonomes et intelligentes.

Tesla, Neurolink : les sociétés qui veulent fusionner l’homme à la machine

La dernière-née des sociétés d’Elon Musk se veut une entreprise médicale dont le but de nous guérir et lutter contre de nombreuses maladies mentales (notamment épilepsie, parkinson ou encore dépression) et d’améliorer les capacités de personnes en bonne santé. Les scientifiques travaillent sur une « dentelle neuronale », un dispositif s’installant autour du cerveau humain et connecté à un ordinateur afin « d’augmenter » les capacités humaines. Cette dentelle neuronale est une sorte de couche numérique apposée sur le cortex afin de s’intégrer au corps humain en créant une interface avec les neurones du cerveau.

Paul Molga, journaliste pour le quotidien Les Echos, déclare : « La nouvelle société Neurolink compte d’ici à 5 ans[…] être capable de limiter les symptômes de maladies neuro-dégénératives et fournir à une nouvelle génération d’hommes augmentés de meilleures performances intellectuelles et des capacités de mémorisation accrues ». Par ce système, les hommes pourraient entreprendre des activités plus complexes car leurs capacités humaines seraient augmentées. Le but est de prémunir l’homme de tous les dangers. Avec Neuralink, le cerveau humain sera connecté à un ordinateur par des nanorobots implantés : bienvenue aux symbiotes AI-humains.

Et la fiction flirte avec la réalité

Il y a un peu moins de 2 ans, une équipe de chimistes conduite par le Pr Charles Lieber, de l’université d’Harvard, a confirmé la faisabilité de cette maille électronique en injectant, directement dans le cerveau de souris, un dispositif expérimental submicronique, qui a été colonisé par les cellules neuronales. Celles-ci ont ainsi formé de nouvelles connexions qu’il a été possible d’activer par un dispositif externe.

Une autre expérience, réalisée sur 12 volontaires, a permis de maîtriser les processus neuronaux impliqués dans la formation des souvenirs en améliorant la réminiscence par des stimulations électriques sur un groupe spécifique de neurones actifs lors de la mémorisation. Neuralink permettrait alors de télécharger et de transmettre les pensées via de minuscules électrodes implantés et reliés à un ordinateur.

Elon Musk reconnaît lui-même jouer avec le feu -ou tenter le diable- puisqu’il affirme que « nous devrions être très prudents par rapport à l’intelligence artificielle. C’est la plus grande menace existentielle à laquelle nous soyons confrontés ». Il tente de nous rassurer en affirmant que nous serons tous collectivement l’IA, et donc que nous n’aurons plus à nous soucier de l’apparition d’un dictateur fou usant de ses capacités augmentées puisque ce ne sera pas le fait d’une individualité : impossible de nous faire contrôler puisque nous sommes tous connectés et augmentés.

Les scientifiques pensent à raison qu’il devrait y avoir une sorte de surveillance de régulation nationale, voire internationale, afin d’éviter que l’impensable ne se produise.
La noosphère de Teilhard de Chardin est sur le point d’exister et le cerveau global du New Age se dessine. Ray Kurzweil, l’un des directeurs de Google, prédit que 2045 verra la fusion des hommes et de l’intelligence artificielle, lors d’un événement appelé « la singularité », moment tant espéré des transhumanistes.

Nous n’aurons plus pour conscience personnel qu’une unification grossière de nos intelligences, pour imaginaire un codage informatique, pour rêves une idéologie massive. Nous n’aurons plus l’espoir, mais l’efficacité, nous n’aurons plus de souvenirs spontanés mais des événements archivés, nous n’aurons plus le regard sur la vie, mais le souhait de perdurer sans finitude, tentant de faire disparaitre notre être en l’intégrant dans une éternité matérialisée.

Marguerite POUSSIN

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

5 commentaires

  1. IL y a des « génies » qui ont trop peu d’intelligence pour s’apercevoir qu’il gâchent les dons qu’ils ont reçu et le temps qui leur est donné.

  2. Eliott says:

    La notion d’être « humain » évoluera. La question de : « Qu’est-ce qu’un être humain ? » n’a pas de réponse fixe comme : de quelle couleur était le cheval beige d’Henri IV.

  3. dreiz says:

    Je pense que les catholiques auraient besoin de formation poussée sur les questions eschatologiques afin de pouvoir dénoncer les transhumanistes,
    d’une part ce que nous dit l’église et la Bible, d’autre part ce que croient ou pensent les transhumanistes dans ce domaine. Dans beaucoup de domaines, je parviens à me former moi-même grâce à internet et en complétant avec des livres mais , dans ce domaine, j’aimerais avoir une pensée plus structurée que la seule (bien que forte) intuition que ces gens désobéissent radicalement à l’exigence chrétienne de ne pas se prendre pour des dieux.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com