Valls joue les gros bras face aux flux migratoires, aidé dans sa grotesque campagne par les mass-médias qui focalisent leurs projecteurs sur les quelques centaines de malheureux coincés à la frontière franco-italienne.

Et ces députés UMP – pardon RPS – qui lors des questions au gouvernement font mine de s’inquiéter de l’étanchéité de nos frontières…comme si le RP comme le PS ne communiaient pas dans une même adhésion à Schengen, folie de la libre circulation des biens et des capitaux, et comme si autant les uns que les autres, n’étaient pas responsables de la même politique immigrationniste.

Le problème est triple :

–          les dispositifs sociaux font le rôle de pompes aspirantes, laissant rêver à ces pauvres gens un paradis terrestre qui n’existe pas.

–          s’accolent à ceux-là les profiteurs pillant le système social français, via l’AME, l’attribution de logement, le regroupement familiale, le RSA etc…

–          ne pas lutter contre l’immigration, c’est priver les pays d’origine d’une partie de leurs élites et de leurs talents. La colonisation était à ce titre l’outil le plus efficace pour développer ces pays et fixer leur population par le développement et l’enseignement.

Belle hypocrisie donc que cette soudaine inquiétude face à ces 300 malheureux bloqués à Vintimille, quand la France laisse rentrer chaque année entre 300.000 et 500.000 personnes sur son territoire. Cette communication est tout simplement morbide.

Sans oublier que s’il est légitime de vouloir refuser cette immigration trop importante, il convient de ne pas oublier le malheur de ces gens ; ils sont livrés aux aléas d’une aventure incertaine, se retrouvent avec femmes et enfants loin de chez eux, dans un environnement qu’ils ne connaissent pas, avec une langue qu’ils ne connaissent pas. Et c’est pour eux, pour éviter le malheur des pauvres gens qui fuient des conditions difficiles et des pays dangereux – je ne parle pas ici des profiteurs -, qu’il est absolument nécessaire de repenser à une implication directe de développement de ces pays comme l’était la colonisation, plutôt que d’encourager et de maintenir des dictateurs corrompus qui servent ensuite à financer des campagnes présidentielles…

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. « La colonisation était à ce titre l’outil le plus efficace pour développer ces pays et fixer leur population par le développement et l’enseignement. »

    La colonisation est une monstruosité républicaine que se doivent de condamner tous les catholiques dignes de ce nom. M. Celtillos sait peu de choses sur la situation en Afrique. Il ferait bien de lire cet article :

    « Pourquoi l’Occident devient de plus en plus agressif en Afrique ? » : http://www.michelcollon.info/Pourquoi-l-Occident-devient-de.html?lang=fr

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com