Le pape François fait le ménage au sein du Vatican !

Fait exceptionnel, il a remercié officiellement le cardinal Müller et a choisi pour le remplacer à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi monseigneur Luis Ladaria Ferrer. Or ne pas reconduire le préfet à la tête de cette éminente Congrégation romaine avant l’âge de la retraite canonique de 75 ans est un acte inédit, bien à l’image de ce pontificat révolutionnaire.

Cette décision pontificale de ne pas renouveler le mandat du cardinal allemand est donc vue comme une sanction et une mise à l’écart de Gerhard Ludwig Müller dont les prises de positions conservatrices publiques concernant la pastorale familiale s’opposaient aux innovations bergogliennes contenues dans Amoris Laetitia. A plusieurs reprises, le cardinal Müller avait affirmé que l’Exhortation ne changeait pas la doctrine antérieure de l’Église qui décrète l’impossibilité pour des personnes divorcés et remariés civilement d’accéder aux sacrements. De son côté, le pape a soutenu invariablement les différentes orientations pastorales émises par différents évêques sur la base du chapitre VIII d’Amoris Laetitia qui permettent le contraire, c’est-à-dire cette possibilité pour les concubins de recevoir les sacrements. L’opposition entre le pontife et le préfet était plus que manifeste. Le pape François vient d‘y mettre un terme en renvoyant tout bonnement le cardinal :

« Le non-renouvellement d’un préfet de l’ex-Saint-Office n’a pas de précédent récent, reconnaît le vaticaniste italien Andrea Tornielli. Mais il est vrai, aussi, qu’on n’avait jamais vu un préfet joué son rôle de cette manière. »

Quoiqu’on puisse savoir du cardinal Müller à la doctrine hétérodoxe sur d’autres sujets, force est de reconnaitre, ce que ne veut pas faire Tornielli, que sur cette question des sacrements aux divorcés remariés civilement, Mgr Müller n’a fait que rappeler la doctrine immuable de l’Église catholique envers et contre tout… contre le pape lui-même. En cela il a joué son rôle honnêtement.

Sur la question d’un possible accord avec la FSSPX, les deux hommes paraissaient aussi en désaccord : alors que le pape François a de nombreuses fois témoigné que les questions doctrinales ne l’intéressent guère mais qu’il est mu plutôt, dans « sa bienveillance envers votre Fraternité Sacerdotale » dixit Gerhard Ludwig Müller, par un « souci pour les rejetés de tous bords » ainsi que le soulignait le Supérieur Général de la congrégation sacerdotale dans un entretien à TV Libertés en janvier 2017, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi restait lui très attaché à une reconnaissance doctrinale publique du Concile Vatican II par cette même FSSPX. Sa dernière lettre sur le sujet, avant de quitter son poste, le démontre amplement.

Mgr Ferrer, son remplaçant à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, a semble-t-il un profil plus conforme aux besoins bergogliens pour mener à bien tant la révolution morale bergoglienne que les chantiers sensibles du pape François. Espagnol, jésuite, il avait été nommé en 2008 secrétaire de cette même Congrégation par Benoît XVI. Il est donc au courant de l‘avancée du dossier lefebvriste. Comme le note Famille chrétienne dans son édition d’hier

« Le jésuite espagnol, très au fait du dossier lefebvriste, pourrait d’ailleurs être au cœur des prochaines étapes du retour de la Fraternité sacerdotale Saint Pie-X dans le giron de Rome. »

Concernant d’autres sujets chers à François, le prélat avait été désigné par le pape argentin, le 2 août 2016, président de la Commission chargée d’étudier la question du Diaconat féminin et avait été nommé auparavant également dans la commission visant à simplifier les procédures de reconnaissance de nullités de mariage. Des postes qui témoignent donc de la confiance que lui porte le pape.

« En 2008, rapporte La Croix,  au mensuel italien 30 Giorni – une de ses rares interviews – il confiait être un « conservateur modéré ». «Les positions extrêmes ne me plaisent pas, qu’elles soient progressistes ou traditionalistes, expliquait-il. Je crois qu’il y a une voie moyenne, qui est celle que prend la majorité des professeurs de théologie ici, à Rome, et dans l’Église en général. Cette voie moyenne est, selon moi, la voie à suivre, même si chacun de nous a ses particularités. »

Avec Mgr Luis Ladaria Ferrer, El papa argentin se dote d’un préfet à la tête de la plus importante Congrégation vaticane certainement plus conforme à ses volontés et ses exigences.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. Finalement, l’intransigeance du cardinal Miller a peut-être protégé momentanément la Fraternité SSPX de l’accord avec Rome.

  2. Paul-Emic says:

    est-ce que toute cette agitation peut se terminer autrement que par un schisme ?

  3. Serviteur says:

    Finalement surtout, voici qui donne à Mgr Fellay l’occasion d’aller causer avec une nouvelle bobine… L’herméneutique de la nouveauté !!! Quelle sinistre comédie quand même….

    Au-moins, les choses vont redevenir claires maintenant. Mgr Fellay va pouvoir continuer son ralliement, car en face, il a un autre profil qui correspond au sien… Un modéré… Un libéral quoi…

  4. Serviteur says:

    Et dire que Mgr Lefebvre a tellement insisté sur l’objet même de la FSSPX : le salut des âmes. Il semble que Mgr Fellay se moque éperdument des nôtres. Heureusement, cette crise a eu pour effet de contraindre les plus honnêtes à appliquer l’un des devoirs de tout catholique : se former à la doctrine politique et sociale de l’Église.

    Certes il fut un temps où le catholique de base vivait de ce que l’on appelle la Foi du charbonnier. Seulement pour une raison que j’ignore, il semble que cette foi qui était tolérée, ou du moins encouragée à évoluer, et devenue subitement au cours de l’époque du Sillon et de Sangnier, une valeur en soi. Une sorte d’épuration de la Foi, un faux retour à un essentiel mal compris pourtant.

    C’est une des erreurs de ce pape. Il draine une fausse simplicité qui mène à l’apostasie totale.

    Le pire des châtiments n’est-il pas l’aveuglement de l’esprit ? Cela n’arrive jamais subitement, c’est un long processus de négation de petits points de doctrines par ci par là, puis de tout au final.

    Mgr Fellay veut travailler avec ces gens-là ? Eh bien qu’il y aille scrogneugneu ! Si tous les libéraux avaient l’honnêteté intellectuelle de filer là où ils sont à leur place, on n’aurait plus de souci de cohérence dans la fraternité.

    Bref… Petit débordement de soupape face à l’incohérence. Elle est mortelle.

  5. Georges Cheung says:

    « … la doctrine immuable de l’Eglise catholique », écrivez-vous.
    Est-ce que « immuable » ici jouit de la même précision et de la même rigueur que l’affirmation selon laquelle le latin est « la langue liturgique de toujours », qui vient invariablement dans le discours des intégristes?

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com