Pour madame Badinter et les tenants de la théorie du gender, l’instinct maternel n’existe pas. Ce serait une construction artificielle liée à « l’apport culturel » de la société ayant déterminé arbitrairement qu’une fille devait être élevée comme une fille. Cette théorie se voit infirmée une fois de plus par la science.

Les lecteurs de mon ouvrage L’Ultime Transgression ont certainement en tête le chapitre concernant l’IRM. Ce procédé radiologique permet de localiser dans le cerveau toutes les régions qui réagissent à la raison et aux sentiments. Il permet de descendre au niveau microscopique et ainsi se mettent en place progressivement des véritables dictionnaires de la pensée. Prenons un exemple. Si on montre une image de pédophile à un pédophile, un groupe de neurones du cerveau va s’éclairer. Une personne normale sera révulsée par ces images et un autre groupe de cellules s’éclairera. Idem pour un film d’épouvante.

C’est à une expérience très curieuse que se sont livrés des chercheurs de Montréal. Instinctivement la maman a besoin de câliner son nouveau-né : un réseau de neurones s’allume à l’IRM quand elle le prend dans ses bras pour l’embrasser. Cela lui fait plaisir. On a alors fait renifler à un groupe de femmes les pyjamas de bébés âgés de deux jours ; en aucun cas ce n’était ceux de leur propre enfant. Or, c’est le même réseau qui s’allume : c’est un endroit du cerveau très ciblé qui ne peut pas être retrouvé pour d’autres odeurs. Le plus étonnant est que la femme venant d’accoucher voit ce signal prendre une très grande intensité. Sauf erreur de notre part, nous n’avons jamais vu à ce jour un homme accoucher. Cette réaction est bien propre à la femme. Elle fait partie de l’instinct maternel. L’instinct paternel sera de toute autre nature dans sa localisation cérébrale.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Un très beau témoignage sur la force de l’amour maternel. Quand tout parait fini, la Maman dit encore non…
    Elle ramène son bébé à la vie avec deux heures de câlins… après sa mort.

    C’était sa dernière occasion de dire au revoir à son petit bébé, qu’elle a porté, un tout petit être qu’elle n’a pas eu la chance de le voir grandir, courir, ou même de l’entendre prononcer ses premiers mots. Tel a été le destin de Kate Ogg, une maman qui a donné naissance à un bébé prématuré de 27 semaines. Un petit ange, dont les médecins ont renoncé à l’espoir de le sauver après 20 minutes de lutte pour qu’il puisse respirer. Ils avaient même déclaré sa mort.
    Face au drame, Kate Ogg, déballa son fils de sa couverture et le mit contre sa peau. Elle passa plus de deux heures à lui parler, à lui dire combien elle l’aimait tout en le caressant, combien c’est dure de le laisser partir… le moment était très émouvant. Et puis, une chose extraordinaire se produisit. Après deux heures de caresse, de bisous, de parole, de larme chaude, le petit garçon a commencé à montrer des signes de vie. Au début, d’après les médecins, c’était juste un souffle d’aire, une sorte de réflexe. Ces derniers ont rejeté cette action. Effrayée, la maman prit un peu de son lait maternel, avec le bout du doigt et nourrit son bébé… qui commença alors à respirer normalement ! Peu de temps après, il ouvrit les yeux…et tendit la main et saisit le doigt de sa mère. Pour les présents, c’était un miracle, une scène de film qu’ils vivaient! Le bébé ouvrit les yeux et bougea sa tête d’un côté à l’autre.

    Le docteur le prit, et commença à le secouer en disant : je ne le crois pas, je ne le crois pas…».

    Après l’incident, la maman a parlé publiquement pour souligner l’importance des soins de la peau contre peau pour les bébés malades, une technique qu’elle a essayée et qui a sauvé la vie de son ange.
    Source : http://www.nuooz.com/index.php/sante-science/324-elle-ramene-son-bebe-a-la-vie-avec-deux-heures-de-calins-apres-sa-mort

  2. L’ouvrage L’Ultime Transgression du docteur Dickès, paru aux éditions de Chiré, Préface de Jeanne Smits disponible ici :

    http://www.livresenfamille.fr/p7107-jean_pierre_dickes_ultime_transgression.html

    et dans toutes les « bonnes librairies »…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com