Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a présenté mercredi dernier son projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif ».

Trop soft pour les uns, trop répressif pour les autres, qu’en est-il réellement ? Cette loi est sur le même schéma que les précédentes qui se succèdent depuis des décennies : le pack comprend quelques mesures répressives sur lesquelles toute la bien-pensance humanitariste et médiatique s’insurgent, ce qui permet de détourner l’attention des Français de l’ensemble des mesures laxistes allant toujours dans le même sens immigrationniste.

Parmi ces dernières, une des plus graves concerne « l’extension du regroupement familial » qui conduira à un appel d’air supplémentaire pour les immigrés : les mineurs reconnus comme réfugiés ou protégés pourront faire venir leurs frères et sœurs, et non plus seulement leurs parents.

Les autres points négatifs sont (ils ont été bien analysés ici) :

– la mise en place d’un schéma national fixant la part de demandeurs d’asile accueillis dans chaque région ;

– l’aide au retour volontaire possible pour les étrangers en rétention : il s’agit d’une somme pouvant aller jusqu’à 2500 € donnée à chaque personne. Nous risquons de devenir l’Euromillions des étrangers : une fois retournés dans leur pays, ils reviendraient une nouvelle fois pour retoucher l’aide. Cela coûte déjà actuellement 6M: ce coût risque encore d’augmenter ;

– l’augmentation insuffisante des délais de retenue administrative et des possibilités de rétention administrative : en réalité, la rétention devrait être la norme le temps de l’examen des demandes d’asile. (La rétention administrative ne se fait pas en milieu pénitentiaire, ce n’est donc vraiment pas une rétention de sanction) ;

– sous couvert de lutte contre l’excision, la mise en place d’une authentique politique de rapatriement des parents, frères et sœurs des potentielles victimes de ces pratiques ;

et enfin la réduction des délais de recours et développement de la vidéo audience amènent à une augmentation des coûts pour la justice française ; on assiste à une véritable préférence étrangère aussi en matière de justice.

Des questions ont été sciemment oubliées telle la réforme des procédures de Dublin, sur le droit d’asile européen ; aucune mention du contrôle de Schengen ; et aucune mesure pour lutter contre le fléau des Mineurs Non Accompagnés (MNA) qui vont coûter près de 2 Mds€ aux départements pour 2017 et qui sont deux fois plus nombreux qu’en 2016.

Concernant le droit d’asile en France et les expulsions de migrants sans titre, en situation irrégulière, les mesures du plan Collomb ne sont qu’un leurre ! La soi-disant instauration de « mesures renforcées de restriction, de contrôles et de ‘tris’, à des fins d’empêchement d’entrée ou d’expulsion et de bannissement du territoire », est un attrape-nigaud pour faire croire en une fermeté inexistante dans la réalité puisque de nombreuses contraintes techniques empêchent ces expulsions : déjà actuellement 96% des déboutés du droit d’asile restent en France (chiffre Cour des Comptes) ! Le quotidien ultra-bien-pensant La Croix lui-même explique qu’expulser plus de migrants est quasi impossible :

« La chose est cependant plus facile à décréter qu’à faire. En 2016, rappelle le rapport du sénateur ­François-Noël ­Buffet, en métropole, sur 92 076 mesures d’éloignement prononcées, seules 16 489 ont été exécutées (18 %), soit de façon spontanée, soit de façon aidée, soit de façon forcée. De fait, seuls 12 961 retours forcés, autrement dit des expulsions, ont eu lieu cette année-là. Et force est de constater que les précédents gouvernements n’ont guère fait plus, avec 15 161 en 2014 sous la présidence ­Hollande, ou 12 031 en 2010, pendant le mandat Sarkozy. Ça va changer, assure en substance le ministère de l’intérieur. « En 2015 et 2016, les efforts avaient été un peu laissés de côté. L’an dernier, il y a eu une reprise de la mobilisation et les résultats ont suivi », explique-t-on place Beauvau. En 2017, effectivement, le nombre d’éloignements a augmenté de 10 % et les expulsions de 14,6 %. Mais, en valeur absolue, cela ne représente que quelques milliers de plus. Et la moitié des retours forcés a eu lieu vers l’Union européenne… d’où il est plus facile de revenir. »

Cette énième loi sur l’asile et l’immigration n’est qu’une stratégie d’endormissement des Français… pendant ce temps-là l’invasion va continuer avec l’aide de nos gouvernements de droite et de gauche !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com