oms-MPI

La position prise par le plus important office de surveillance mondiale de la santé (OMS) bouscule tout ce qui a été dit à propos de l’avortement depuis soixante ans. Les partisans de l’IVG, depuis toujours, ont avancé l’idée que les avortements légaux étaient sans danger. Conjointement tous ceux qui se faisaient dans l’illégalité étaient dangereux. D’où la nécessité d’autoriser l’ « interruption de grossesse » dans tous les pays où elle est interdite. Or cette affirmation est infondée.

C’est cette notion qui est contestée dans un éditorial du dernier bulletin de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette dernière revoit la définition de « l’avortement dangereux » en faisant une distinction entre cet acte et sa légalisation. Elle ne rend pas cet acte sans danger comme le proclame la plupart des médias. C’est un renversement total de tendance et un remarquable pas dans la bonne direction.

L’article reconnaît que « l’OMS a toujours utilisé historiquement un concept opérationnel pragmatique qui mesure la sécurité en termes de sur-appréciation de la dimension légale dans le développement de ses estimations régionales et mondiales des taux des avortements non médicalisés ». Conjointement, cette méthode gonfle artificiellement le nombre des « avortements dangereux » dans les pays qui interdisent l’avortement. Ce qui donne des raisons et du grain à moudre à tous ceux qui veulent imposer mondialement l’avortement. De plus, il est minimisé le nombre d’avortements dangereux dans les pays qui autorisent l’avortement à la demande. Les avortements illégaux dangereux dans leurs conséquences ont été surestimés et la dangerosité des avortements légaux sous-estimée.

La vérité est que «l’avortement illégal n’est pas synonyme d’avortement à risque», comme l’éditorial de l’OMS l’admet. Nous savons, sur la base des éléments de preuve à travers le monde, que l’avortement peut être autorisé par la loi et cependant être extrêmement dangereux pour la santé des femmes (en grande partie en fonction du contexte médical ).

La légalisation de l’avortement ne crée pas tout à coup la sécurité. Elle rend plus commode. Ce qui est autre chose. La preuve en est que de nombreux pays montrent que la légalisation de l’avortement n’est tout simplement pas nécessaire pour réduire la mortalité maternelle et protéger la vie et la santé des femmes.

Il y a a lieu de se féliciter que l’OMS reconnaisse la différence entre la sécurité de l’avortement et sa légalisation. Le stade suivant serait que cette organisation mondiale admette qu’un avortement légal n’est jamais anodin et qu’il pose toujours en lui-même des risques. Il n’est jamais sans danger pour la santé psychique et physique de celle qui y a eu recours. Chaque avortement met à plus ou moins long terme en danger la santé de la femme et en même temps détruit un être humain innocent à une période où l’opinion est particulièrement sensible à la souffrance des animaux en oubliant celle de l’embryon et du fœtus. Nous demandons instamment à l’OMS de reconnaître également qu’aucun avortement n’est jamais complètement sûr ; que l’avortement pose intrinsèquement des risques pour la santé physique et psychologique des femmes. Il faut espérer que l’OMS saura un jour reconnaître que chaque avortement unique prend la vie d’un être humain innocent, un membre important de la famille humaine qui mérite attention et respect ; celle de l’enfant à naître.

Il faut terminer par la conclusion donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé : Assessing the safety of induced abortion does not suffice, however. L’évaluation de la sécurité de l’avortement provoqué ne saurait être en lui-même un critère suffisant. La sécurité est une chose. Les conséquences en sont d’autres…

Tellement dramatiques…

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Ryko M. says:

    Je lis : « Ce qui donne des raisons et du grain à moudre à tous ceux qui veulent imposer mondialement l’avortement… ». L’auteur confond « légaliser » et « imposer ». C’est grave !

  2. marc Sorede says:

    quand par exemple le référendum sur la constitution européenne donne 53% de non, et que celui-ci est adopté ensuite (« traité de lisbonne »), on peut dire légalisation, mais à l’évidence, il est imposé contre la volonté du peuple.
    idem pour le « mariage » pour tous.
    idem pour l’abolition de la peine de mort.
    il y a tellement de moyens (pressions économiques, politiques, campagnes de presse…)de contourner la volonté du plus grand nombre…
    vous dites « c’est grave »? entièrement d’accord !!!

  3. Exquisiteur says:

    Ils sont fous à l’OMS, ils traitent des « conséquences des actes » et non du droit à l’Egalité pour tous.

    Incroyable , l’arbitraire reculerait ?

    La galaxie LGBT/ féministe stalinienne, n’a cessé de proclamer que les lois (donc légalisation des actes ) doivent naitre par « nature » (cad j’ai le droit à /de  » ) sur le principe d’Egalité (principe de caprice , je veux ce qu’à mon voisin sans devoirs)

    et non naitre par rapport aux conséquences des actes (cad aux conséquences de l’exercice de la Liberté)

    Quel retour ironique aux salopards principes d’un droit équitable pour tous en république.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com