louis-de-bonald

Giorgio Barberis enseigne l’Histoire de la pensée politique contemporaine à l’Université du Piémont-Oriental (Italie). Il est l’auteur de différents essais en histoire et dans le domaine de la philosophie politique.

Le vicomte Louis de Bonald (1754-1840) est sans conteste l’un des auteurs les plus intéressants de la pensée contre-révolutionnaire.

Cet ouvrage s’attarde avec une attention particulière sur la conception du pouvoir telle qu’on peut la trouver dans les écrits de Bonald. Louis de Bonald met sa confiance en un ordre providentiel nécessairement orienté vers une perfection ultime et plaide pour une sainte alliance entre politique et religion. La pensée de Bonald se conçoit comme une puissante philosophie de l’histoire, qui se propose de donner une base métaphysique au pouvoir et à l’ordre social, tout en réagissant à la révolte du monde moderne, en montrant comment le processus historique de l’humanité tend nécessairement, à travers la médiation du Christ qui a réuni une fois pour toutes l’immanent et le transcendant, vers un point d’arrivée immuable dans sa perfection.

La critique de la modernité, et plus particulièrement du modèle politique libéral et du capitalisme bourgeois triomphant, est un élément fondamental de la pensée contre-révolutionnaire de Bonald qu’il faut redécouvrir. Le lecteur lira avec intérêt le chapitre consacré à l’action politique et la partie traitant du militantisme contre-révolutionnaire.

Louis de Bonald, Giorgio Barberis, éditions Desclée De Brouwer, 361 pages, 21 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Bonald demeure, en définitive, le pourfendeur de la philosophie moderne et matérialiste qui gangrène encore l’Occident. La solution bonaldienne ? Face à la « philosophie du moi », promouvoir celle « du nous ». Les utopistes ont cru que l’homme devait bâtir la société par un contrat ? « Je crois que c’est à la société à faire l’homme », répond Bonald. Toute l’antimodernité est là.
    En diffusion sur Livres en Famille : http://www.livresenfamille.fr/p12302-giorgio_barberis_louis_de_bonald.html

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com