Hélène Becquet, ancienne élève de l’Ecole nationale des chartes, est agrégée d’histoire et docteur en histoire.

Né en 1785, mort en 1795, le fils de Louis XVI n’a eu qu’une existence éphémère sur laquelle il n’a guère eu de prise. Ce livre raconte l’histoire d’un prince devenu roi trop tôt, auquel la Couronne aura finalement coûté la vie, mais offert la postérité.

Précisons qu’il n’est pas question dans ce livre du « mystère Louis XII » et du sujet de la survivance de l’enfant du Temple, l’auteur considérant que les expertises ADN, qui ont eu lieu récemment, prouvent matériellement la mort du fils de Louis XVI.

Hélène Becquet nous fait revivre les dix petites années qui séparent la naissance fastueuse du duc de Normandie de la mort tragique de Louis XVII au Temple. La chute de la monarchie et le régicide en avaient fait le seul roi légitime pour toutes les sensibilités royalistes, mais un roi enfermé, dont le sort ne cessait d’inquiéter, et qui, surtout, ne put donner aucune impulsion politique. Louis XVII fut doublement impuissant par son âge et par son emprisonnement, mais le sang royal dont il est issu, les malheurs et les souffrances qu’il a subis lui confèrent en regard une double légitimité. Et le fait que ce soit un enfant qui n’ai jamais régné lui confère une aura tragique qui séduit bien au-delà des partisans de la monarchie française.

Louis XVII, Hélène Becquet, éditions Perrin, 304 pages, 20,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

13 commentaires

  1. cadoudal says:

    étrange absence du Roi.

    le comte de Chambord laisse tomber.

    les aînés de la famille , qui sont en Espagne, ne s’intéressent pas à la couronne de France.

    Louis XX est d’une discrétion totale, signifiant une renonciation continuelle .

    comment se fait-il que dans une Maison si nombreuse, si glorieuse, il n’y ait pas un vrai chef pour diriger la France ?

    Maurras disait : la droite a le guignon.

    la République maçonnique peut faire la fête .

  2. Depuis Louis XIII, la France n’a plus de roi légitime. Les descendants ne sont plus que de petits bourgeois sans envergure, inculte et ne sachant s’exprimer correctement. La France à besoin d’un chef avec une colonne vertébrale.

  3. Détrompez-vous, Horace, Louis XVI était un érudit qui parlait trois langues en plus du français (anglais, italien et espagnol), qui était fort doué pour les mathématiques et la science physique, était passionné par la marine et la cartographie et s’intéressait fort aux institutions anglaises (durant son adolescence son grand-père Louis XV le tenait à l’écart de la politique française). J’ai commencé à lire la biographie que Jean-Christian Petitfils a consacré à Louis XVI (Perrin).

  4. cadoudal says:

    qui est le vrai roi de France

    qui redressera le sceptre de Charlemagne et de saint Louis ?

    qui sauvera la vraie France ?

    c’est l ‘urgente question du jour .

    • En ce qui concerne Carolum Magnum (pour prendre la forme universelle de son nom), il n’était pas Allemand, parce que ceux-là habitaient et habitent la Suisse, la Bade et l’Alsace. Il n’était pas Bavarois, parce que ceux-là habitaient et habitent la Bavière et l’Autriche. Il n’était pas Saxon non plus, c’étaient des barbares qu’il a vaincus et christianisés. Il ne reste donc qu’un seul tribu de Germains de l’Ouest : les Francs, qui sont les plus nombreux, et en plus les seuls à populer toutes les trois divisions linguistiques : le haut-francique dans le Sud, au nord de la Bavière occidentale (la Franconie moderne), le moyen francique au milieu (la Rhénanie etc.) et le bas francique des Pays-Bas au sens géographique de ce terme qui comprend entre autres la Flandre française. Alors, c’était bien un Franc et pas un Allemand, un Bavarois ou un Saxon, mais il ne savait pas le latin et laissait cela à son secrétaire anglais, le moine Alcuin. Dans des termes modernes, les Français sont des Latins et les Francs sont des Allemands. Or, Carolus était un Franc.

    • Daniel PIGNARD says:

      « Qui sauvera la France ? »
      La prophétie de Saint Rémi : « Vers la fin des temps, un descendant des Rois de France règnera sur tout l’antique empire romain. Il sera le plus grand des rois de France et le dernier de sa race. »
      Il faut donc croire que Louis XVII a été échangé au temple comme le raconte la femme du savetier Simon :« Le 19 janvier 1794 fut le jour de son évasion. Ce jour était celui du déménagement de Simon du Temple. Le Dauphin fut caché ou enfoui, pour ainsi dire, dans un paquet de linge destiné à la blanchisseuse ; … Le Prince fut, dès le soir même, remis entre les mains de messieurs de Frotté et de O’jardias, émissaires du Prince de Condé, qui partirent avec lui, le lendemain, pour l’Allemagne. Simon avait fait entrer un assez grand cheval de bois pour l’amusement du Prince. Ce cheval contenait, un pauvre enfant idiot, rachitique et sourd-muet, dont les traits avaient quelques rapports avec la figure du Dauphin.»

  5. cadoudal says:

    concernant Louis XVII

    Madame Tallien , amie de Barras, a consigné dans un de ses carnets qu’elle pensait que ce dernier avait extrait Louis XVII du Temple et l’ avait mis en sûreté sous sa seule autorité.

    il aurait organisé la mise en scène de la mort de Louis XVII.

    il voulait , lui, régicide, disposer d’une monnaie d’ échange en cas de Restauration monarchique pour sauver sa tête.

  6. En biographe, Hélène Becquet exhume la vérité derrière les légendes, racontant son existence oubliée avant d’ausculter sa surprenante postérité au terme d’une enquête de plusieurs années.

    En diffusion sur Livres en Famille : http://www.livresenfamille.fr/p13726-helene_becquet_louis_xvii.html

  7. Bainville says:

    Oser écrire sur Louis XVII en acceptant la mascarade de l’autopsie du 9 juin 1795, l’acte de décès invalide sur le fond et la forme, le décès de 4 médecins 8 jours avant, et le refus de la vie et des témoignages impressionnants sur Louis XVII revenu en France en 1832 et sur tous les familiers de Louis XVI qui ont vécu avec lui, sur les témoignages des officiers hollandais qui ont suivi son délire lors de son empoisonnement à Delft en 1845, l’extraordinaire ressemblance de ses enfants avec les Bourbons !

  8. « La chute de la monarchie et le régicide en avaient fait le seul roi légitime pour toutes les sensibilités royalistes » : cette phrase prouve une méconnaissance du droit royal historique français. La légitimité n’est pas en France une affaire subjective de sensibilité, mais un fait juridique objectif, parfaitement indépendant par ailleurs de la chute effective mais illégitime de la monarchie.

    Le petit duc de Normandie est devenu Sa Majesté Très-Chrétienne le roi de France Louis XVII le 21 janvier 1793, au moment de la mort de son père, parce qu’à cet instant précis il est devenu l’aîné des descendants mâles d’Hugues Capet. Or en France la couronne revient exclusivement à l’aîné des Capétiens agnatiques, à condition qu’il soit issu d’un mariage catholique réputé valide au moment de sa naissance.

    Dans ces conditions, on peut aimer ou non l’aîné des Capétiens, mais cela n’enlève rien à sa légitimité fondée uniquement sur les Lois fondamentales du Royaume. Attention à l’erreur du Chambordisme, celle de nombreux fidèles du roi Henri V : l’amour du prince plutôt que celui du principe incarné par un prince que personne n’a choisi, pas même lui.

    Pour approfondir ces questions essentielles, indissolublement liées à l’identité profonde de notre pays, écouter cette conférence du professeur Franck Bouscau : http://www.viveleroy.fr/Pourquoi-Louis-XX-est-Roi-de-France?lang=fr.

  9. Sancenay says:

    La tragédie de Louis XVII résume à elle seule tout  » l’humanisme » des « Lumières  » et de ceux qui s’en réclament depuis plus de deux siècles avec leurs millions de petits anges sur les bretelles.

  10. LEFEBVRE says:

    Lire aussi « le fils de Louis XVI » de Léon Bloy

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com