Pour le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le rôle de l'Allemagne est central.

Désormais les affaires de l’Union ne se traitent plus à Bruxelles mais à Berlin! Après l’invitation impérative d’Angela Merkel, à la Chancellerie à Berlin lundi, des chefs d’État français et Italien et des deux présidents des structures de l’Union, c’est au tour de Juncker, le président de la Commission européenne,  à soutenir une hégémonie allemande sur les pays de l’Union: « L’Allemagne va continuer à jouer un rôle central, voire même encore plus important au sein de l’Union européenne », a-t-il déclaré à Bild

Un Kaiser pour l’Union européenne ? 

D’ores et déjà, aujourd’hui samedi, les ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de l’UE: Allemagne, France, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg ont été conviés à la Chancellerie par celle (Angela Merkel) qui endosse sans aucune légitimité, le rôle de kaiser de l’Union, avec l’appui de Jean-Claude Junker.

Le président de la Commission européenne, -c’est-à-dire le chef des technocrates qui mènent l’Union sans aucun mandat électoral-, a ajouté que L’UE n’est certes pas parfaite mais que « c’est ce que nous avons de meilleur pour rassembler les pays d’Europe à la même table et forger des compromis afin que les gens y vivent en paix, libres et dans la prospérité », précisant: le Royaume-Uni va « nous manquer à cette table familiale ».  Mais de quelle famille parle donc M. Junker ? Sans doute a-t-il voulu évoquer la famille des oligarques qui mènent l’Union au détriment des sans-dents…

Bruxelles ne porte « aucune responsabilité », c’est la faute à Cameron

Pour défausser les instances européennes de toutes responsabilités dans le Brexit il a ajouté en désignant David Cameron, le premier ministre démissionnaire de Grande-Bretagne: « Quand on peste du lundi au samedi sur l’Europe, il est difficile de passer pour un Européen convaincu le dimanche ».  Selon lui Bruxelles ne porte « aucune responsabilité » dans les résultats d’un scrutin voulu par David Cameron « et non par le Parlement européen, la Commission ou le Conseil européen ».

Certes on ne peut pas accuser les instances de l’Union, dont Jean-Claude Junker fait partie, de solliciter la voix des peuples pour leur demander s’ils estiment que l’Union est bien le temple de la paix et du bonheur qu’il prétend. Elles s’en gardent comme de la foudre! Et puisque M. Juncker évoque la responsabilité des instances européennes dans le vote des britanniques en faveur de la sortie du Royaume-uni de l’Union, il semble bien au contraire que Madame Merkel, sous l’autorité de laquelle il invite les autres pays à se soumettre, soit avec lui-même, les premiers responsables du retour à l’indépendance du Royaume-uni. En effet, « S’il y a bien quelqu’un qui a poussé la Grande-Bretagne à la sortie de l’Union européenne, c’est Angela Merkel avec sa décision autocratique et impérative d’ouvrir les portes de l’Allemagne et ensuite de l’Europe tout entière à 1,1 million de migrants du Proche-Orient et d’Afrique du Nord », a  estimé l’analyste David Frum dans la revue The Atlantic.

Refonte du traité de Lisbonne ? 

Effrayer par l’envie pressante des peuples européens de reprendre leur destin en main, de plus en plus de politiciens prônent une refonte du Traité de Lisbonne. C’est le cas de l’euro-mondialiste Nicolas Sarkozy… Droit dans ses bottes, l’artisan du Traité de Lisbonne n’hésite pas à vouloir renouveler l’opération en faillite. Le Traité de Lisbonne est ce diktat qui bâillonne les Français depuis 2005. Le 29 mai 2005 les Français et les Hollandais consultés par référendum -les autres peuples n’ont pas été consultés- ont rejeté la Constitution européenne. Nicolas Sarkozy à peine arrivé au pouvoir en France s’est empressé d’initier le Traité de Lisbonne qui reprend la trame de la Constitution européenne rejetée, et cette fois-ci le texte a été soumis à des députés parfaitement dociles. Rien d’étonnant que Nicolas Sarkozy ne mette donc pas des référendums à la clef du nouveau traité qu’il réclame. Mais Manuel Macron, lui, demande une refonte du Traité avec à sa suite l’organisation d’« un » référendum. Un référendum pour chacun des peuples ou bien un référendum commun ? La nuance est importante mais il ne précise rien.  Autant de projets d’oligarques aux abois, après le Brexit, soucieux de sauver leur Union prétendument européenne qui fait si bien leurs affaires. En effet curieuse Union européenne qui nie ses racines historiques et chrétiennes, et qui s’apprête à étendre ses frontières en Asie.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

11 commentaires

  1. pamino says:

    C’est normal, son pays est une des parties encore fonctionnantes du Saint Empire Romain (sans la phrase assommante et mensongère par omission « de nation allemande »), lequel Empire, je le rappelle, n’a jamais été aboli ; le trône existe encore, il n’est que vacant ; de ma part je ne veux pas de Juncker avec son accent francique central mosellan, mais, du moins pour commencer, Charles de Habsbourg, dont le feu père a passé de longues années au parlement européen. Voici pour le commencement : les électeurs existent encore, les temporels en vue du principe héréditaire, ainsi qu’un seul spirituel encore en la personne de l’évêque de Ratisbonne comme prévu par la loi dudit Saint Empire de 1803, loi qui diminue le nombre d’électeurs spirituels tout en augmentant celui des temporels en y incluant des protestants. Ma proposition que voici n’est pas plus surprenante que celle, actuellement invoquée, d’une unification de l’Irlande.

    • Le royaume de France n’a jamais fait partie du Saint-empire romain germanique. Nos pères se sont battus durant plusieurs générations contre l’invasion germanique.

      Et encore ne s’agissait-il pas d’un kaiser à la mode Merkel, qui est passée de la STASI à la CIA. BEURK!

      Gardez vos chers Germains pour vous et chez eux à s’occuper de leurs affaires et qu’ils fiche la paix à la France.

      • Je ne partage pas votre anti-germanisme, qui est de nature à raviver les guerres fratricides.
        Angela Merkel dont les origines germano-polonaises sont obscures puisque l’on n’a pas la certitude qu’elle soit née à Hamburg mais plutôt aux Etats-Unis, avant que son père devienne apparatchik protestant de RDA, n’a rien à voir avec l’Allemagne qu’elle trahit et après cela les autres nations d’Europe, à longueur de journée.
        Relisez la déclaration publiée ici dans MPI la semaine dernière du Prince de Habsbourg-Loraine.

        • Mes ancêtres ont fait deux guerres parce que les Allemands ont envahi leur pays. Leurs souffrances inouïes et celles de toute la France qui s’en est retrouvée exsangue ne sont pas refermées et à moins d’être la génération spontanée ou d’être amnésique, ignorer l’Histoire est la pire des erreurs en politique.

          Madame Merkel n’est peut-être qu’à demi allemande, mais Hitler n’était pas Allemand non plus, mais comme Angela ce sont les Allemands qui l’avait élu. Et c’est le kaiser qui a déclaré la guerre de 14-18.

          Lorsque le mur de Berlin est tombé j’ai préssenti la catastrophe. Si nous ne mettons pas très vite un arrêt à l’expansionnisme des dirigeants allemands à travers l’UE, la France va encore gravement écopé. ET là, ça commence à être beaucoup trop.

          Désolé de ne pas être amnésique contrairement à Hollande et ses prédecesseurs depuis la chute catastrophique du mur..

          • Vous ne semblez pas tenir compte du rôle essentiel de la franc-maçonnerie pendant cette grande guerre, et vous en faites exclusivement une bataille de nations alors qu’en définitive ces derniers par les présidents Wilson, Clémenceau, Pointcarré puis le premier ministre Britannique Llyod George interposés travaillaient au démantèlement de l’empire catholique Autro-Hongrois et des autres empires centraux.Ce sont toujours ces éminences grises qui ont exacerbé les nationalismes (non pas que je sois contre les nations) servant de « combustible » idéologique pour entretenir cette guerre épouvantable qui nous a tous saignés à blanc et entretenu des haines postérieures.
            Léons de Ponçins dans « La guerre occulte » ouvrage consultable en ligne à http://www.a-c-r-f.com pages 24 à 29 dans le chapitre consacré à la guerre 1914-18 dit bien que normalement cette guerre aurait dû s’arrêter après les batailles de la Marne et de Tannenberg, si des lobbyes souterrains n’avaient pas cherché à entretenir le conflit par la fabrication intensive d’armes.

            • Je connais l’argument de Léon de Poncins qui est fort juste. Il n’empêche que dés que l’Allemagne en a les moyens elle rêve d’hégémonie avec la complicité des loges et des gros capitalistes, banksters etc. , cela va de soi.

              Cela a commencé avec la bataille de Valmy miraculeusement stoppée pour permettre à la Révolution de se répandre.

              Actuellement l’Allemagne est sous la coupe des USA et nous, par la grâce des clémenceau de notre époque nous sommes en train d’être mis sous la coupe de l’Allemagne….

              Ne voyez-vous pas qu’on ne met jamais les peuples sous la coupe des pays faibles ? Si l’Allemagne était coupée en deux, même les FM ne penseraient pas à en faire leur fer de lance.

              Quant à Hitler, il n’a pas eu besoin des francs-maçons… Même si, je vous l’accorde, l’Allemagne était acculée. Eut-elle été partagée en deux, même acculée, elle n’aurait pas envahi la France.

              Entre l’allemagne et la France, il n’y a pas de pays tampon et l’Allemagne a toujours été enclavée dans ses terres…. Les façades maritimes de la France ont toujours attiré beaucoup de convoitises, il suffit de se plonger dans l’Histoire.

              Le fait est que ce sont les Allemands qui ont fait leurs guerres sur la moitié de la France et non l’inverse.

              • MA Guillermont says:

                Et ce sont les français qui refusent le Sacré-Coeur sur le drapeau français.
                La prophétie de St Rémi est pour tous les temps .

  2. De toute manière Merkel est une manipulatrice de première, la désinformation sur les femmes allemandes violées en passant par les migrants qui ne sont (pour la plupart) des islamistes assassins, elle a fait taire les journalistes gênants qui eux disaient la vérité. Le boni mensonge politique est en marche avec comme couverture le mondialisme.

  3. Sancenay says:

    ach ! Angela avait du mettre en toute hâte un fût en perce pour J-C Bunker !

  4. Etienne says:

    L’UE n’a plus rien de commun avec les projets économiques d’origine.

    – L’UE n’est pas l’Europe : c’est une structure politico-administrative tentaculaire.
    – L’administration de l’UE ? Une énorme concentration de privilégiés dominateurs.
    – J-C Juncker ? Le 1er fonctionnaire de l’UE, d’autant plus arrogant qu’il n’a été désigné que par des tractations politiciennes.

    Après le départ du RU, la domination allemande sur l’UE va se faire plus pesante encore : un contrepoids important va manquer.

  5. Ce type JCJ est un dictateur, responsable du génocide des européens, qui a débuté en France, se poursuit en Allemagne, … Il continue de laisser les portes de l’europe ouvertes aux Barbares, ferme les yeux sur les horreurs que nous subissons, avec en plus paupérisation, et chômage.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com