Xavier Moreau explique à travers la princesse Anne de Russie, qui épousa en 1051 Henri 1er roi de  France, les racines communes de l’ Ukraine, de fondation très récente,  et de la vaste Russie. Les territoires occupés par l’Ukraine actuelle étaient fondus dans ceux du pays des tsars jusqu’au XXème siècle, dont la capitale actuelle, Kiev, est l’un des principaux berceaux de la Russie. C’est ce que Vladimir Poutine a rappelé lors de sa venue à Versailles en juillet dernier. Quelques rappels historiques passionnants pour ne pas laisser l’Histoire vraie submergée par le révisionnisme historique colporté par la dictature de la pensée unique, pour de bas motifs circonstanciels politico-stratégiques.

Dans son ignorance de l’Histoire de la Russie, il était clair qu’à Versailles,  Emmanuel Macron n’avait pas compris l’allusion de Vladimir Poutine à propos d’Anne de Russie (ou Anne de Kiev). Il avait tenté de se rattraper à l’occasion, quelque temps plus tard, de sa rencontre avec le dictateur actuel de l’Ukraine, Pietro Porochenko. Des mensonges d’État qui touchent au choix des Criméens de se rattacher à la Russie en 2015, que l’oligarchie mondiale refuse de reconnaître parce qu’il  n’arrange ni l’OTAN, ni les oligarques de l’Union européenne, soucieux de faire main-basse sur les ressources énergétiques de l’Ukraine dont la majorité se trouvent sur les territoires des républiques sécessionnistes de Donetsk et de Lougansk, dans le Donbass. Des oligarques tout aussi soucieux d’assiéger la Russie en la coupant de ses racines naturelles.

Voir également:

   emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

29 commentaires

  1. Emily says:

    Très intéressante vidéo … je souhaite juste – à mon niveau – rectifier un anachronisme : le prince Wladimir ne choisit pas la religion chrétienne dite orthodoxe, étant donné que le Schisme d’Orient n’intervint qu’en 1054. Il était donc bien catholique au moment de son baptême. Par contre, il a préféré le rit byzantin au latin, mais le rit byzantin prévaut également dans certaines Eglises catholiques orientales.

    • Drago says:

      Qu’est- ce que vous racontez ?
      Non seulement l’Orthodoxie est chronologiquement antérieure au Catholicisme…
      mais de plus quand Vladimir 1er se convertit à l’Orthodoxie –ainsi que la Russie– (tout comme Clovis pour la France) la Russie n’était alors pas catholique ni Vladimir … mais païenne ! (tout comme la France l’était aussi).

      • blague à part says:

        En effet, Emily aurait du écrire que Vladimir était chrétien puisque le catholicisme à ce moment-là n’existait pas davantage que l’orthodoxie. L’orthodoxie ne peut en aucun cas être antérieure au catholicisme, puisque c’est l’une qui a entraîné l’autre au moment du schisme et vice-versa. En aucun cas Vladimir n’a pu se convertir à l’orthodoxie qui n’existait pas à ce moment-là, pas davantage qu’il ne pouvait être catholique, puisque ces notions n’existaient pas. Et bien entendu que la Russie était païenne avant de se convertir, et alors ? Vladimir était donc bien chrétien (devenu chrétien) au moment de son baptême.

    • Drago says:

      Les Evangiles ont été traduites en premier en grec. L’Eglise Orthodoxe était née.
      C’est 2 siècle plus tard qu’elles furent traduites en latin. L’Eglise Catholique était née.
      C’est donc le Catholicisme qui vient de l’Orthodoxie…. et non l’Orthodoxie qui vient du Catholicisme.
      Et vous qui parliez « d’anachronisme ».

      • blague à part says:

        Que les Evangiles aient été ou non d’abord traduits en grec (ce qui est loin d’être prouvé) ne change rien au fait que ceux-ci étaient les Evangiles de toute la chrétienté. Sinon les peuples qui ont été convertis avec des Evangiles traduits en slavon et dont la plupart seront orthodoxes que seraient-ils alors ? Aucun orthodoxe qui se respecte n’oserait proférer autant de contre-vérité que vous. Jusqu’en 1054 il n’a pas été question de division dans l’Eglise entre Orient et Occident, et encore moins d’orthodoxes ni de catholiques. Il n’y avait que des chrétiens. Le pape était reconnu par tous comme successeur de Saint-Pierre sur le siège de Rome.
        Les disputes ont commencé avec la séparation de 1054 qui dans les faits n’a pas été effective. Il faudra attendre 1234 pour que le schisme soit effectif.

        Les chrétiens d’Orient, quel que soit le rite employé, étaient des chrétiens tout court tout comme les chrétiens d’Orient. Les uns et les autres reconnaissaient l’autorité du Pape. Il y a eu beaucoup d’autres hérésies, avant et après le Schisme, qui n’avaient rien à voir avec ce schisme et que l’Occident et l’Orient ont condamné unanimement..

    • Drago says:

      Lors du Schisme de 1054, c’est l’Eglise Catholique qui a été jugée hérétique.
      Autrement dit « la Nouvelle Eglise ».
      Et non l’Eglise Orthodoxe (ancienne Eglise).

      • blague à part says:

        L’Orient et l’Occident se sont mutuellement traités, non d’hérétiques au sens actuel, mais d’hérétiques au sens de schismatique actuel. Le choix de catholique et d’orthodoxe est venue suite au schisme. Orthodoxie signifie non Eglise ancienne, mais Eglise conforme strictement à la doctrine, tandis que catholicisme signifie, non pas nouvelle Eglise, mais Eglise universelle.

        La réalité c’est que c’est la politique qui est responsable du schisme, ainsi que l’avidité des Vénitiens qui commanditaient la quatrième croisade dont les chevaliers avaient cessé d’être de bons chrétiens et s’étaient soumis à Mamon. Le sac de Byzance est un crime qui a coûté très cher jusqu’à aujourd’hui à la chrétienté toute entière. Nous n’avons pas fini de le payer avec Erdogan et avec la séparation de l’Europe politique dont jouent bien les oligarques aux ordres de satan. Mais le pape n’avait pas voulu le sac. Pas comme Bergoglio aujourd’hui qui soutient le sac de la chrétienté européenne toute entière….

      • pamino says:

        Vous avez bien raison, ce qui est saisfaisant en vue de l’étymologie des mots ‹orthodoxie› et ‹étymologie›, pour ne pas parler de ‹Kýrie, eléison› et ‹Agios Athánatos, eléison imâs›. Il est à remarquer que notre Agliolio va partout sauf chez les Grecs, Russes, etc. Εἰρήνη σοι.

    • blague à part says:

      Cela va de soi, en effet. Cette imprécision ne peut être qu’un malentendu de la part de Xavier Moreau qui connaît bien la raison de ce schisme.

  2. Taras says:

    Anachronisme d’un amateur, à votre image.

  3. большаяРоссия says:

    En fait l’histoire des origines de la Russie est beaucoup plus complexe que ce qu’en dit Xavier Moreau. Mais il fallait la simplifier pour la faire comprendre. Pour comprendre cette complexité, il suffit de savoir que contrairement à la France et à beaucoup d’autres royaumes européens, très longtemps, comme chez les Carolingiens, le trône était partagé par tous les descendants, ce qui entraînaient des rivalités sanglantes et de fréquents changements de capitales, surtout à partir du XIIème siècle. Kiev n’a été qu’au début la capitale de cet ensemble qui va de plus en plus se morceler en principautés.

    Il est important aussi de signaler que dés le 10ème siècle un seul métropolite étend son autorité sur l’ensemble des territoires russes, biélorusses et de l’Ukraine actuelle, ce qui prouve que tous se considéraient comme appartenant à un même peuple. Le transfert de capitale est scellé en 1299 par le déplacement de la chaire du Métropolite (chef de l’Église Orthodoxe de la Rus’) de Kiev à Vladimir.

    Pour bien comprendre de façon très claire l’Histoire de la formation de la Russie, voici un article de Marie Pascal qui l’expose très clairement et sans grosses omissions: http://www.les-crises.fr/critique-argumentee-de-certaines-relectures-politiques-de-lhistoire-tant-russes-quukrainiennes-par-marie-pascal/

    Extrait:
    « Quant aux territoires concernés par la Rus de Kiev, ils s’étendent principalement sur les territoires actuels de la Russie européenne, de l’Ukraine et de la Biélorussie. La Rus’ dite “de Kiev” du fait de sa capitale est bien l’ancêtre de ces trois pays actuels, dont les différences linguistiques et culturelles sont issues de leur histoire à partir du XIV s., et non avant.

    Si la version russe de l’histoire de la Rus’ manque souvent de nuances et n’est pas exempte de calcul politique et géopolitique, les versions qui veulent faire de l’Ukraine un État existant dès le Moyen-âge s’éloignent dangereusement de la réalité des faits. »

  4. большаяРоссия says:

    En même temps que Moscou devient la troisième Rome, les rois moscovites prennent le titre Tsars, c’est-à-dire Césars, hérité à la fois de Byzance et de Rome, les deux parties de l’empire romain.

    Il y a toujours eu des rivalités entre empire d’Orient et empire d’Occident, presque dés la partition de l’empire romain. Mais les deux parties: Orient et Occident avaient une seule et même religion. Il est complètement anachronique de parler de religion catholique ou de religion orthodoxe avant le XIIIème siècle. Tous ces pays au fur et à mesure de leur conversion, sont chrétiens. Et c’est le prince Vladimir qui entraîne la conversion au christianisme de l’ensemble des territoires de la Rus, qui deviendront la Biélorussie et la Russie. Une autre partie (Galicie-Volhonie) étant annexée d’abord par la Lituanie et ensuite par la Pologne, mais elle avait été auparavant convertie par le baptême de Vladimir qui s’effectua en Crimée.

  5. Beauvais says:

    Xavier Moreau et Emilie Defresne font toujours dans l’anachronisme à des fins de propagande impérialiste russo-« orthodoxe »; ce qui n’étonnera personne venant du premier, mais surprendra davantage venant d’un site catholique! Ni l’Ukraine moderne ni la Russie actuelle n’existaient à l’époque d’Anne de Kiev. On parlait alors de la « Rouss » de Kiev, ou plus exactement, en français, de la Ruthénie dont la capitale étaient Kiev ( et non Moscou), capitale de l’Ukraine actuelle. Si l’actuel état ukrainien est relativement récent, la Russie moderne est héritière de la Moscovie elle-meme bien postérieur à la Ruthénie de Kiev.En réalité la Russie tente de confisquer et de monopoliser la mémoire et l’héritage historique communs aux nations slaves orientales; Ukrainiens, Bélarussiens, et Russes.

    • Yseult says:

      Vous auriez eu avantage à écouter attentivement la vidéo de Xavier Moreau qui répond à vos objections. Rien qu’une précision : Ruthénie est un terme équivalent à Rossia ou à Rus, mais en latin. Ce sont des mots en langages différents pour une même chose.

      • Beauvais says:

        J’ai écouté attentivement la vidéo; le plus intéressant et révélateur est à la fin, dans les propos de Poutine: « Ukrainiens et Russes sont un seul peuple »! Toute l’argumentation de X. Moreau n’a d’autre but que de priver les Ukrainiens de tout droit à une identité et à une mémoire qui leurs soient propres ( mais précisons que la photo d’une statue d’Anne de Kiev qu’il utilise est celle érigée par des Ukrainiens à Senlis, en France, et qu’une immense statue de Saint Volodymyr surplombe Kiev depuis 1854, donc bien avant celle érigée à Moscou cette année! ). C’est la prétention de tous les impérialistes pan-russes de refuser aux Ukrainiens le droit de constituer une Nation. Le reve de Poutine est de reconstituer une union de l’Ukraine à la Russie comme aux temps révolus des Tsars et l’URSS. Tous les problèmes actuels en Ukraine viennent de là. Inutile d’invoquer l’impérialisme américain, l’impérialisme moscovite ( la « IIIème Rome »! ) suffit toujours amplement hélas.

      • Beauvais says:

        Enfin, concernant les termes de Ruthénie et de Russie, il est très important d’utiliser ces mots différents suivant les époques afin de ne pas créer d’anachronismes et de confusions facheuses et lourdes de sous-entendus géopolitiques; ainsi pour désigner les princes et les dynasties ayant gouverné les royaumes mérovingiens et l’empire carolingien on utilise le terme « franc » ou « franque » et non « français » ou « française ».

        • Yseult says:

          Nul ne peut vous empêcher de vous fabriquer des raisons historiques de renier vos origines. Ni d’applaudir la gay pride et de faire les lois LGBT, gender etc.
          Mais peut-être votre acharnement s’explique-t-il du fait que vous êtes originaire de la Galicie Volhonie depuis toujours tournée vers l’Ouest-européen. Mais dans ce cas vous et vos semblables ne constituez qu’une petite partie de l’Ukraine actuelle. La statue de Vladimir érigée à Moscou sous les remparts du Kremlin n’est pas la première érigée en Russie, à commencer par celles érigées en Crimée où le prince Vladimir a reçu son baptême faisant de la Russie actuelle le véritable berceau du christianisme, à la fois de la Russie et de l’Ukraine actuelles. Donc le baptême de cette récente Ukraine se situe en Russie de par la volonté des habitants de la Crimée russe. CQFD.

          • Beauvais says:

            Je ne vois pas ce que vient faire la « gay pride » et les « lgbt » ici; si il fallait fixer comme critère de nationalité les lois anti-propagande « gay » pouvant exister dans tel ou tel état, il ne resterait pas beaucoup de « nations » au monde pouvant, selon vos critères, se prévaloir de ce titre, hormis peut-etre les états islamiques… Je vous signale que seuls les nationalistes ukrainiens s’opposent, physiquement, depuis qu’elle existe ( sous Yanoukovitch déjà ! ) à la « gay pride » de Kiev….
            Je ne suis pas Ukrainien mais je connais effectivement l’Ouest de l’Ukraine pour m’y etre déjà rendu, contrairement à vous semble-t-il. Si vous etes Française et catholique, j’ai beaucoup de mal à comprendre votre préférence pour les orthodoxes russes sur les Ukrainiens dont la majorité sont aussi orthodoxes, certes, mais dont beaucoup, surtout à l’Ouest, sont catholiques ( de rite gréco-slave ); votre mépris pour les Ukrainiens de Galicie et de Volhynie ne vous honore pas et est totalement irrationnel et incompréhensible. Apparemment vous ne connaissez strictement rien de l’histoire complexe et agitée de ces régions….
            Les Ukrainiens en général, et les catholiques ukrainiens en particulier, nous ont donné et nous donnent toujours une superbe leçon de patriotisme, d’héroisme, de sacrifice,de fidélité à la Foi, à l’Eglise, à leurs traditions et à leur Nation, que si vous vous donniez un peu de peine de connaitre vous rougiriez de honte pour vos propos blessants inspirés par la propagande du Kremlin et ses relais en France.
            A bon entendeur.

            • Charbot says:

              Croyez-vous, Beauvais, qu’il soit bien raisonnable, de vouloir nous refaire le sac de Byzance ? Au moment où la chrétienté traditionnelle est attaquée de toutes parts, par l’islam et son allié l’athéisme occidental? Faire le sac de Moscou, sous la houlette comme en 1204, des banksters qu’étaient les Vénitiens? 😉 Une fois n’a-t-il pas suffit ?

              • Beauvais says:

                Il n’est pas question de « faire le sac de Moscou »; mais posez plutot la question à Poutine justement! Cela fait des lustres que les orthodoxes nous ressasse ad nauseam le sac de Constantinople comme (presque) unique justificatif « victimaire » à leur schisme. N’ayant pas de gout à la « repentance » sur le dos de mes aieux, je ne me sent pas du tout responsable du sac de Bysance commis il y a plusieurs siècles… Un peu de sérieux bon sang! En attendant Poutine, d’un coté, reconstruit une mosquée-« cathédrale » à Moscou et s’allie au « grand-turc » Erdogan, et, de l’autre coté, s’appuie en Russie et à l’extérieur sur tout un réseau de milliardaires loubavitchs….: drole de « rempart » contre « l’islam et son allié l’athéisme »… 😉

                • Charbot says:

                  Décidément vous êtes borné. Je crains que vous ne soyez nombreux de cette espèce.
                  Il ne faut donc pas s’étonner de l’Etat où se trouve l’Eglise catholique et l’Occident actuellement. Continuez à vous gargariser de mots, il n’y en a plus pour très longtemps…

        • Yseult says:

          Les termes de Francs et de Français se mélangent très vite et sont utilisés indifféremment. Au départ, mêlés aussi au termes de Gaulois ou Romains.

          • Yseult says:

            Mais qu’on utilise le terme de franc ou de français tout le monde sait bien qu’il s’agit du peuple de la France. De même quel que soit le terme utilisé, Novgorod et Kiev sont bien les premiers fondements de la Russie actuelle. Je ne vois pas pourquoi les habitants de ces territoires refusent cette maternité, c’est plutôt honorifique d’être à l’origine d’un grand pays comme la Russie. Cela n’empêche pas les spécificités et le parcours historique propre. Un peu plus en Galicie-Volhonie, mais ailleurs le langage de ce pays se distingue bien peu de la langue russe, bien moins que l’Italien ou l’espagnol du français.
            Former un même peuple ne signifie pas former forcément un même pays. Ainsi le Québec, peuple français, ne fait pas partie de la nation française. Cela n’empêche pas de nous reconnaître une même origine, même civilisation.

            • pamino says:

              « Ainsi le Québec, peuple français, ne fait pas partie de la nation française. »
              D’abord, le Québec n’est pas un peuple, français ou autre, mais une région.
              Ensuite, c’est de l’État français que le Québec ne fait pas partie (cf. le général De Gaulle autrefois au Québec : « Vive le Québec libre ! »).
              Enfin – ‹nation› < ‹nasci› –, tout individu qui a le français comme langue maternelle appartient à la nation française. Les Belges qui ont appris le francais de leurs mères appartiennent ainsi eux aussi à la nation française ; c’est aussi le cas des Belges qui ont appris le francique (bas ou moyen) de leurs mères ; et les Autrichiens, Suisses, Luxembourgeois etc. qui ont appris le germanique de l’Ouest (terme assez élastique) de leurs mères, appartiennent à la nation germanique de l’Ouest sans égard de l’Etat dont ils sont membres. Cette dernière nation s’appelait autrefois, alors que l’existence continue du Saint Empire Romain était plus évidente qu’actuellement, l’allemande ; c’est pour cela que Mozart, tout en étant Allemand, n’était ni Autrichien ni Prussien (et pour une autre raison même pas Salzbourgeois). 

              • François says:

                Désolé, le peuple du Québec est différent de celui du reste du Canada. Le Québec appelé traditionnellement l: Nouvelle France est catholique , de langue et d’origine française. C’est donc bel et bien un peuple distinct au sein du Canada.

          • pamino says:

            G. est omnis d. in partes 3. Les Francs étaient et sont encore des Germanophones de l’Ouest, les Gaulois sont des Celtes p et les Romains sont des Latins seniores mais plus seigneurs. En Alsace, si personne n’écoute, on parle du germain pour la plupart alémannique, à son extrême nord et en Lorraine du germain francique ; en Bretagne on parle du celtique p, et à Toulouse (etc.) on parle du latin.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com