L’Union Européenne, technocratique et démagogue, est en agonie mais ne veut pas mourir. Trop peur de voir Londres en sortir, trop craintive pour résister aux injonctions allemandes de Merkel, pâte molle du politiquement correct immigrationiste et mondialiste, elle succombe aux vouloirs bristish et aux vouloirs de la chancelière de fer, dans la contradiction la plus totale.

En Europe, aujourd’hui, tous les pays de l’ouest européen se soumettent au leader allemand sauf un: le Royaume-Uni qui tape du poing sur la table, ne se laisse pas intimider mais intimide plutôt, impose ses volontés. Et les obtient.  Mieux seul que mal accompagné avait menacé en substance le premier anglais! Pour éviter le « Brexit » à tout prix, tous les efforts ont été effectués par une Union Européenne en pleine déliquescence pour que Cameron rentre à Londres les mains pleines de dérogations. 

Le 19 février 2016, tard dans la soirée, un accord a donc été trouvé avec le premier ministre britannique, David Cameron. La Grande-Bretagne a obtenu de la part de l’UE « un statut spécial » : elle l’avait déjà d’ailleurs mais il a été renforcé. Plus d’obligations sociales envers les membres mêmes de la communauté européenne, ne parlant donc pas envers les migrants que les Britanniques ne sont plus prêts à accueillir chez eux. Que la France fasse donc le gendarme à Calais et protège les frontières et les desiderata des grands Bretons, tel est son devoir dévolu par une dame Merkel, régente de l’UE, aux petits soins envers ses cousins britanniques ! Et on ne touche pas non plus à la livre sterling de Sa Majesté, qui pourra en revanche s’immiscer  dans les affaires monétaires de l’Eurozone. Pas sûr cependant que toutes ces concessions feront pencher la balance vers le Non au prochain referendum organisé en Grande-Bretagne sur le Brexit. Pas sûr que cela vaille la peine de rester dans une Union Européenne à la dérive.

Ces privilèges, les citoyens des plus anciens pays membres de l’Union, les Français et les Italiens en tout premier,  aimeraient bien les acquérir mais leurs gouvernements sont bien  incapables de les demander, de les soutirer, des les obtenir. Vassaux du vouloir berlinois et de la police de la pensée mondiale, ces politicards traites à leur patrie respectent les traités et les lois bureaucratiques de l’Union Européenne à la lettre, que cela soit au détriment du bien commun de leur population n’apitoyant pas leur cœur tout dévoués et tournés vers les pauvres réfugiés et migrants étrangers.  Il y a bien les pays de l’Est et, étonnamment après des décennies de politique imprévoyante, quelques états nordiques qui s’insurgent, refusent de recevoir plus de migrants et prennent des mesures concrètes contre l’invasion.

Au lieu de mesurer la faillite de Schengen, pendant qu’on fait preuve de complaisance sous l’instigation de Merkel envers des insulaires Britanniques qui ne rêvent qu’émancipation par rapport au vieux continent, paradoxalement on condamne à Bruxelles ces États membres comme l’Autriche, la Pologne, la Hongrie et autres qui ferment leurs frontières et ne veulent plus subvenir aux besoins de toute la misère de la terre. Et on maintient la politique, inapplicable et inappliquée depuis le début, des redistributions de clandestins sur les différents territoires de l’Union Européenne. 

Le mot d’ordre de cette technocratie européenne, incompétente, bornée, inefficace et orgueilleuse, accrochée à son idéologie perverse du « vivre-ensemble », la grande faucheuse des peuples européens, et obéissante aux diktats de la finance et du capital internationals, oppresseurs d’une main d’œuvre à bas prix, corvéable à merci, c’est l’Union Européenne…forcément !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. « Que la France fasse donc le gendarme à Calais et protège les frontières et les desiderata des grands Bretons, tel est son devoir dévolu par une dame Merkel, régente de l’UE, aux petits soins envers ses cousins britanniques ! »
    Ces propos sont plaisants. C’est toujours la Manche qui protège les frontières de l’Angleterre ; demandez-le aux futurs Louis XVIII, Charles X et Napoléon III, ainsi qu’un peu à Victor Hugo. Les gendarmes des Calais sont là pour protéger la population autochthone contre les invités … du gouvernement parisien et non pas de la Grande-Bretagne. Celle-ci d’ailleurs est la parente et non l’enfant de la petite, colonie de réfugiés ayant fui outre-mer les invasions anglo-saxonnes (donc bas-allemandes) de leur île – il en reste sur place encore les Gallois – ; et les locuteurs de l’‹englisc› ont vu leur langue fortement franciser par les conquérants de 1066, ceux-ci descendus de Germains nordiques. Pourquoi devrais-je parler du ‹scotland›, nom vieil-anglais de ce qu’on appelle maintenant l’Irlande ? Je dirai plutôt que Mme Merkel n’est ni le chancelier de fer le feu Bismarck ni la chancelière de fer la feu Thatcher. On la ridicule à cause de son mantra « on y arrivera » ; mais attendons voir, c’est une physicienne diplômée.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com