Police-de-la-pensee

Le monde occidental sombre dans le chaos. Mais pour les tacticiens du nouvel ordre mondial, ce chaos n’est perçu que comme une étape nécessaire.

Aux Etats-Unis, la dictature de la pensée qui accompagne ce nouvel ordre mondial développe ses consignes en matière de langage politiquement correct.

À l’université de Washington State, à la fin du mois d’août, les étudiants de plusieurs cours d’éthique et de théorie critique ont été avertis que l’emploi des expressions « immigrants illégaux », « personnes de couleur », « femelle », « mâle » ou « homme blanc » devenait passible de sanctions pouvant aller d’une mauvaise note jusqu’à l’annulation des résultats obtenus au cours du semestre.

Officiellement, il s’agit une fois de plus de lutter contre les discriminations.

Selena Lester Breikss, l’une des deux enseignantes à l’origine de ces nouvelles règles, a martelé que « l’utilisation de termes racistes, sexistes, homophobes, transphobes, xénophobes […] en classe ou dans les travaux ne sera pas tolérée ».

Sa collègue Rebecca Fowler, co-auteur de ce règlement politiquement correct, a prétendu au site d’information Campus Reform que l’expression « immigrants illégaux » incitait « à la déshumanisation systématique » des personnes visées. Il est recommandé aux étudiants de plutôt utiliser l’expression « migrant sans papiers », jugée moins stigmatisante.

Ces interdits lexicaux s’inspirent directement du AP Stylebook, le guide de rédaction de l’agence de presse américaine Associated Press (AP). Depuis 2013, l’agence recommande (elle n’interdit pas) de ne plus parler de « migrants illégaux » ; l’adjectif « illégal » ne pouvant pas qualifier une personne, mais uniquement une action comme le fait de vivre ou d’entrer illégalement dans un pays.

Des étudiants ont néanmoins courageusement contesté la mesure, jugeant qu’elle contrevenait à leur liberté d’expression, et ont rapidement reçu le soutien de médias conservateurs. Au vu du développement de la controverse, la direction de l’établissement a publié un communiqué assurant « qu’aucun élève ne pourra se voir retirer des points d’examen à cause de l’emploi de termes jugés offensants pour certains ». 

langage politiquement correct

Extrait des consignes des professeures du cours WST338 : Women and Popular Culture

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Je vois que la pensée unique et le politiquement correct n’est pas spécifique à la France … Dans leur genre , les US sont pas mal !!! Big Brother est en train d’étendre son emprise sur le monde et son influence de plus en plus rapide et je n’ai rien vu venir il y a 1 dizaine d’années !!!

  2. Tchetnik says:

    Ils ont raison.

    Comme ça, on pourra à nouveau dire « nègre », ce qui n’a pas nécessairement de connotation négative du reste (Tchorna Jopa en a d’avantage).

    Mais du coup, ces cons-là vont devoir renoncer à l’appellation « USCT » et à l’enseignement de leur histoire alors que c’était une de leurs gloires…

  3. « l’utilisation de termes racistes, sexistes, homophobes, transphobes, xénophobes […] »

    Avant tout, il faudrait donner une signification objective et commune de tous ces termes, car chacun les comprend comme il veut, suivant sa position.

  4. Ce qui me surprend le plus, c’est la rapidité avec laquelle la police de la pensée accroit la pression pour rendre obligatoire la perversion pour tous.

    Cette évolution est en pleine accélération, ce qui veut dire que la fin est proche :

    L’Apocalypse est imminente, préparez-vous…

  5. Ce n’est pas plutôt de vos idoles: Mao, Pol Pot et Trotsky ?

  6. Yves ESSYLU says:

    Va falloir songer à flinguer ces merdes pour retrouver le droit d’appeler un chat un chat

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com