usurier

Dans le cadre de ses chroniques pour MPI-TV, Marion Sigaut aborde aujourd’hui la question de l’usure, le prêt d’argent rémunéré. Interdit par l’Eglise catholique et par les Rois de France jusqu’à la révolution, c’est une des grandes conquêtes de l’Encyclopédie, qui fait le malheur de notre peuple depuis plus de deux siècles.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

20 commentaires

  1. Marion moins de rouge a levre

  2. Guy de la croix says:

    Madame Sigaut, votre propos est un peu incompleet car dans le même évangile du Christ MSt Mathieu 25 ,27 il y a la parabole des talents dans laquelle celui qui en a reçu qu’un talent et l’a mis en terre se fait dire par le Christ : »Mauvais esclave, et paresseux! Il te fallait donc mettre ton argent chez les banquiers, et en revenant, moi j’aurais recouvré ce qui est à moi AVEC UN INTERET.

    D’autre part les banques prêtent maintenant à intérêt négatif … cela devrait vous réjouir , mais c’est le signe de la disparition des banques et du système monétaire mondial… que proposez vous à la place?

    • Elbatlebeur says:

      La parabole des talents de Notre Seigneur Jésus-Christ ne concerne pas l’enrichissement materiel personnel mais l’évolution spirituelle .

      • Tskvi says:

        Ce n’est pas ce qu’en dit Ann Barnhardt, qui, elle, en connaît un rayon, en théologie. Googlez BARNHARDT USURY

        Mais ce sera peine perdue: il n’est pire sourd qui ne veut entendre.

        • Elbatlebeur says:

          Lisez donc Jean Ziegler , admirable rapporteur des Nations – Unis (ex) pour le droit à l’alimentation, vous apprendrez que les promoteurs de la Mondialisation , sont deux pasteurs anglicans .
          Ils ont bien compris la Parabole des Talents .
          Au royaume des aveugles , les borgnes sont rois .

          • Emmanuel says:

            @ elbatlebeur
            Vous référer à Jean Ziegler est tout bonnement stupéfiant. Voilà un individu que vous tenez pour admirable alors qu’il s’inspire très directement du marxiste-léniniste. Sous des dehors humaniste, ce n’est que collectiviste de la plus mauvaise espèce. Nous savions MPI penchant nettement à gauche mais à ce point… C’est vous qui battez le beurre…

            A mon tour de vous suggérer un bonne lecture: l’encyclique Divini Redemptoris de Pie XI dans laquelle le marxisme est qualifié de « intrinséquemment pervers ». Lisez et méditer et surtout: posez-vous la question de savoir si votre positionnement politique est réellement catho-compatible.

            • Elbatlebeur says:

              Vous mélangez tout Emmanuel , je ne connais pas les opinions politiques de Jean Ziegler .
              Le Seigneur nous a dit de reconnaître un arbre à ses fruits .
              Jean Ziegler a prouvé par son engagement personnel et professionnel l’amour du prochain .
               » Que celui qui n’a pas fauté lui jette la première pierre  » dit Jésus
              Dieu ne fait pas de politique .
              Jésus est allé chercher des disciples dans toutes les couches de la société.
              Ouvrez – vous à l’Esprit – Saint qui ne souffle que dans les coeurs doux et humbles .

  3. Emmanuel says:

    Marion Sigaut ne s’est sans doute pas aperçu du prodigieux essor économique depuis le moment où, nous prétend-elle, la pratique de l’usure a commencé à se répandre, moment à partir duquel les êtres humains ont par centaines de millions (!) continué à sortir de la misère la plus noire. L’auteur tiendrait-elle ce fait pour anecdotique?

    • Roseau says:

      Bonjour Vous parlez du bienfait de l’usure et par conséquent du crédit.
      A quel prix, parlez en avec votre banquier et , il vous confirmera que 30%des ménage sont à découvert chaque mois.
      Est-ce cela la richesse ou un simple et réel asservissement des plus riche envers des personnes de plus en plus fragilisées .
      Autrefois avec un seul salaire, généralement celui du père ,les familles arrivaient à être propriétaire et même partirent en vacance sans forcer.
      Pouvez- vous nous que nous vivons mieux qu’avant ?
      Si votre avis considère la facilité à s’endetter ou se « mettre dans la merde » pour enrichir les Rotchilds, Rochfelers etc …. alors vous nous répondrez par la positive.

      • Emmanuel says:

        Je note que vous ne cherchez pas à contrer mon argumentaire sur le fond. Comme c’est commode. Et dommage, nous aurions eu ainsi un début de vrai dialogue. Dois-je comprendre que pour vous aussi ces centaines de millions de gens qui ont pu sortir de la misère la plus noire, c’est juste une anecdote? A propos, est-ce la faute du banquier que 30% des ménages sont à découvert chaque mois?

    • polomnic says:

      Le fabuleux essor économique dont vous parlez s’est d’abord traduit par la prolétarisation d’une grande partie de la population française et européenne. Une sorte d’esclavage moderne.

      Tenez vous ce fait pour anecdotique ?

      • Emmanuel says:

        Que s’est-il donc passé pour que ces populations se « prolétarise » comme vous dîtes? Comment vivaient-elles avant?

        • polomnic says:

          Ce qu’il s’est passé, et bien c’est très simple. La libéralisation de l’économie, la loi Le Chapelier(fin des corporations protégeant les ouvriers), la déstructuration de la société d’Ancien Régime et la capitalisation des terres.
          Vous pouvez également ajouter la spéculation sur les denrées alimentaires. Voir les conférences de Marion Sigaut à ce sujet.

          Sinon, pour savoir comment vivaient les populations avant, je vous invite à visionner cette video concernant le servage réalisée par le SACR
          https://www.youtube.com/watch?v=Olb_tq4MNE8

          Alors certes, ils ne baignaient pas dans la consommation à outrance, ils étaient même pauvres, mais ne vivaient pas dans la misère sociale et morale.
          Il me semble qu’en tant que catholiques ce qui nous importe n’est pas l’abondance de biens, mais la vie bonne et digne.

          • Emmanuel says:

            Voilà exactement où je pense vous faites erreur. Avant que n’advienne la montée en puissance de l’utilisation de l’usure (ou de l’usage du prêt à un taux d’intérêt) qui allait de pair avec l’industrialisation en général, l’on vivait incomparablement moins bien. La preuve? Comment expliqueriez vous que les gens quittèrent leur « travail », ou plutôt leur presqu’absence de travail, pour un horizon qui, comparativement, était bien meilleur. Pour répondre à la question que je vous posais, reconnaissez donc que personne ne les obligeait à « envisager d’aller voir ailleurs ». Et de fait, leur niveau de vie a augmenté de façon exponentielle. Ce que vous appelez la « prolétarisation »: je crains devoir préciser que votre analyse très style lutte des classes de ces événements ne changera rien à l’histoire et à la réalité des faits. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: tout n’était pas parfait, et tout n’est toujours pas parfait, mais cette histoire allait et continue d’aller dans la bonne direction. Malgré les obstacles jetés au travers de la route par tout ce que cette planète compte de gauchistes, de décroissantistes, leurs copains et leurs coquins, ce processus continue: non seulement le niveau de vie s’améliore mais en très, très grand nombre, les populations sortent petit à petit de la pauvreté la plus noire. Pour moi, en tant que Catholique, c’est ce qui compte.

            • polomnic says:

              Il me semble vous avoir expliqué plus haut les raisons de cet exode rural.
              Le libéralisme, déjà introduit par les mesures de Turgot, et la Révolution libérale de 1789, avaient complètement désorganisé la vie rurale d’Ancien Régime.
              Les ouvriers existant eux perdaient tous leurs droits avec la fin des corporations issu de la loi Le Chapelier et se retrouvaient donc totalement isolés face à un capitalisme des plus rapaces. Sans compter la semaine de dix jours introduite par les révolutionnaires.
              Et non, désolé, la condition ouvrière du XIXème siècle ne constitue nullement une amélioration des conditions de vie par rapport aux paysans d’ancien régime. Je vois que vous n’avez pas regardé la video que j’ai postée.
              Il faudra d’ailleurs que ce soit les royalistes légitimistes qui introduisent au début XIXème siècle la première législation sociale.

              Vous nous dîtes qu’en tant que catholique ce sont l’accroissement des biens de ce monde qui compte. Ce n’est pas du tout l’interprétation que j’ai de la parole du Christ, qui prêchait justement la pauvreté et le détachement des choses matérielles. Mais, je pense que vous n’arrivez pas justement à faire le distingo entre la misère qui est l’absence des besoins premiers de l’homme et la pauvreté qui est l’absence du superflu.

              Par ailleurs, il y a la misère matérielle, mais il y a également la misère morale qui est tout aussi importante. Et dieu sait que celle-ci est également en pleine croissance dans notre monde moderne, avec une population de plus en plus sous psychotrope, isolé et vide sens. Votre monde de biens de consommations est un monde qui n’est lié que par l’argent. Tout rapport humain devant se traduire par un rapport pécuniaire. Et cette extension du marché, en arrive même à commercialiser le vivant au travers de la PMA et de GPA. Car, cela aussi fait partie du prodigieux essor économique dont vous nous parliez.

              Vous pensez que mes propos sont ceux d’un gauchiste. Pas du tout, un gauchiste lui veut simplement redistribuer plus largement ces biens de consommation, il n’entend pas faire prendre conscience que ce sont ces biens qui aliènent.

              Et pour en revenir au coeur du sujet. Qu’est ce que le crédit sinon la mise en sujétion du débiteur à l’égard du créditeur. Au nom d’un bien matériel vous aliénez votre liberté, vous rendant redevable d’un tiers. Sujétion d’autant plus scandaleuse que l’argent prêté a été créé ex-nihilo, et ne constitue nullement une perte de jouissance pour le créditeur.

              En tant que catholique, ouvrez les yeux sur la nature exacte de ce système. Il n’a rien de chrétien et repose même sur des valeurs qui lui sont diamétralement opposées.

              « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu »

              En somme, il est difficile d’être catholique dans notre monde, mais il est encore plus difficile d’atteindre le royaume de Dieu en faisant de l’argent son maitre.

  4. Elbatlebeur,ce n’est pas moche au contraire c’ est de l’humour.Avez vous de l’humour?

    • Elbatlebeur says:

      Bien reçu Laurence , je l’avais interprété différemment.
      Nos propos peuvent blesser maladroitement , bien à vous .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com