Marion Maréchal-Le Pen compare l’enseignement de son école traditionaliste à l’enseignement public; entre les deux la transmission du savoir d’une part et la gestion humaine dans l’économie des élèves d’autre part. « Mes parents ne m’ont pas mise dans cette école pour des questions religieuses mais pour me protéger des persécutions subies dans l’école publique », précise-t-elle. En fait il semble y avoir confusion dans l’esprit de la journaliste entre l’Institution Saint-Pie X et la Fraternité Saint-Pie X, ce que Marion Maréchal-Le Pen ne corrige pas. Un discours assez élogieux d’une école traditionaliste, exceptionnel dans le monde politique, même si le passage est assez court. Ainsi que MMLP le souligne, elle est entrée dans cette institution par hasard, mais cette expérience l’a marquée et explique son attachement aux racines chrétiennes de la France.

En fait Marion Maréchal-Le Pen a été inscrite dans une école publique jusqu’au CM1 : y recevant des menaces de mort d’après son père, Samuel Maréchal, et sur les conseils d’une enseignante qui suggère de rejoindre l’enseignement privé, elle est ensuite inscrite à l’institution traditionaliste Saint-Pie-X de Saint-Cloud, qu’elle fréquente jusqu’à la cinquième. Elle juge cette expérience « fondamental[e] dans [son] apprentissage ».

l’institution traditionaliste Saint-Pie-X de Saint-Cloud, est une école des sœurs de Pontcallec, qui ont suivi jusqu’en 1976 Mgr Lefebvre sous l’influence de leur fondateur l’abbé Berto, mort en 1968, qui était très proche de Mgr Lefebvre notamment lors du Concile Vatican II. Les dominicaines du Saint-Esprit ont fini par se rallier à l’Eglise conciliaire et par devenir une communauté Ecclesia Dei.

La députée du Vaucluse a aussi été interrogée par Natacha Polony sur les racines chrétiennes de la France,  sur l’Islam, l’IVG, la GPA, l’immigration, l’identité, le FN, Macron, Jean-Marie Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, la transmission culturelle, les valeurs, etc.

Interview dans Polonium le 29 mars 2017.

L’abbé Victor-Alain Berto (1900-1968) a écrit en 1931 La Liberté d’enseignement, texte fondateur de l’Institut des Dominicaines du Saint-Esprit, et d’écoles religieuses avec l’École Maintenon devenue Institution Saint Pie X de Saint-Cloud, où Marion a passé deux ans. Il a beaucoup souffert durant le Concile Vatican II et a soutenu Mgr Lefebvre dans son combat au sein du Coetus Internationalis Patrum, contre la liberté religieuse et les dérives modernistes. Il sera farouchement opposé à la nouvelle messe.

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. hathoriti says:

    Géniale Marion ! Un top model à l’Assemblée ! ça nous change des autres ! Et de plus, elle est brillante, intelligente et elle aime la France ! On voit qui est son grand père !

  2. C’est bien le moment !!! Bande de nazes ! Le pouvoir vous fait peur… ou vous n’aimez pas les Français !

  3. Cazé says:

    Merci Marion.Vivement au gouvernement.

  4. Charles Nedjar says:

    Même si je ne crois pas que la France ait uniquement des racines chrétiennes – dans le sens où la liberté de pensée est avant tout l’apanage des français – je suis d’accord avec Marion et moi aussi j’ai inscrit ma fille dans le privé à Versailles car il y avait eu des agressions au pointeau dans l’école communale, ce qui reste tout de même assez effrayant pour une école publique, non ? Article intéressant …

  5. karr says:

    Les racines chrétiennes de notre pays sont fort anciennes et précèdent même le baptême de Clovis,
    ce baptême fut fédérateur sur les ruines de l’Empire Romain et face aux invasions barbares .
    La liberté de pensée suppose un minimum de culture,les peuplades Gauloises ou autres dans différents pays occidentaux il y a deux mille ans n’avaient pas accès à cette culture réservée à quelques privilégiés,cela vaut également pour l’Empire Romain ou la Grèce antique.
    La culture se développa en nos pays dans les monastères suivant différentes règles de vie,les moines de cette époque étaient moins confinés dans leurs monastères que de nos jours,les moines irlandais en sont un bel exemple,les Chanoines Réguliers puis les Ordres Mendiants prirent la relève.
    En constatant la situation actuelle,et pour avoir travaillé auprès d’enfants,d’adolescents et de jeunes adultes il me semble évident que nous vivons aujourd’hui un très grave retour en arrière, l’école de Jules Ferry prenant la relève des établissements catholiques ne remplit plus sa mission.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com