mgr-bonny-évêque-anvers-mpi

Belgique – L’évêque d’Anvers, Mgr Johan Bonny, a suscité la polémique en annonçant qu’il avait adressé un courrier au Vatican dans lequel il plaide en faveur d’un bouleversement doctrinal en matière de morale.

Mgr Bonny prétend se faire le porte-voix auprès du Pape François de celles et ceux qui demandent de « moderniser » le message de l’Eglise à l’égard des divorcés ainsi que du concubinage, mais aussi des homosexuels.

« Des opinions divergentes ont toujours existé au sein d’une communauté de croyants et cela doit être possible. Le tout est de voir comment on le gère », explique le prélat visiblement très éloigné de la doctrine morale catholique. « Je voulais aussi rassembler et non diviser avec ma lettre », ajoute-t-il pour tenter de se justifier.

Mgr Bonny espère ainsi contribuer à sa manière aux préparatifs du prochain synode consacré à la Famille. C’est le lobby LGBT qui doit se frotter les mains.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. et encore un …. terrible…..
    « malheur à celui par qui le scandale arrive »…
    quand on n’est plus dans le registre pédophile, quand on embrasse pas les babouches de l’islam conquérant, eh bien on devient homosexualiste (ou on fait son coming out)…
    est ce que la hiérarchie va le sanctionner, ou le recadrer???
    nooooon ! le père bergoglio, ci devant françois, donne l’exemple (« qui suis je pour les condamner »???).
    je ne serais pas déjà catho, euuuuh, je resterais assurément mécréant avec des zozos comme ça.
    mais voilà: faut bien s’entendre, réaliser et comprendre que eux ne sont pas, ou plus, cathos.
    la religion catholique, ce n’est pas « ça ».
    pas facile d’être clairvoyant quand on en est peu au fait de certaines choses…

    • Philippe B. says:

      La parole du Pape François « qui suis je pour les condamner » est strictement la même que celle de notre Seigneur face à la femme prostituée, qu’il refuse de condamner et de juger. S’ensuit son injonction « Va et ne pèche plus ». L’Eglise est invitée à ne pas juger le pécheur, à l’aimer et le pardonner, SI ce dernier se reconnait pécheur et demande l’aide de l’Eglise afin de revenir sur le droit chemin. Et c’est aussi ce que notre Pape François nous dit : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur »

      Qu’est ce que chercher le Seigneur, si ce n’est se laisser convertir pour ensuite changer de vie ? Avoir une tendance homosexuelle n’est pas un péché, c’est pratiquer et encourager l’homosexualité qui en est un. Qui a rencontré le Christ ne peut plus vivre son ancienne vie ! C’est le cas de Philippe Arino par exemple. Voila ce que laisse sous entendre le Pape et que tout catholique devrait savoir.

      • Philippe B. says:

        Je rajouterai : dire à une personne homosexuelle de ne plus pratiquer l’homosexualité alors qu’elle n’a pas ENCORE rencontré le Christ, c’est comme demander aux ténèbres de devenir lumière !

        Une telle personne ne pourra cesser de pratiquer l’homosexualité qu’une fois qu’elle aura rencontré le Christ, alors la Lumière du Christ éclairera ses ténèbres et elle changera tout naturellement de vie.

        C’est exactement le cheminement de la prostituée que les hommes voulaient lapider, et que Jésus a pardonné, cette femme qui APRES avoir rencontré le Christ (et non avant car c’est la rencontre du Christ et le Christ seul qui nous sauvent) a abandonné sa vie de péché afin de suivre son Seigneur.

  2. Ne pas confondre « qui suis je pour les condamner » avec une approbation du péché.
    À la femme adultère, il a été dit « je ne te condamne pas » immédiatement suivi de « va et ne pèche plus »: le pécheur peut être pardonné, mais le péché reste toujours condamnable.
    Le « modernisme » n’est pas une idée très catholique: après le gallicanisme, allons-nous avoir « néerlandisme »?

  3. il n’y aura plus rien de sacré bientot dans ces civilisations ,et l’église qui veut suivre c’est absurde! non il faut respecter la morale et savoir définir de bien et le mal. il faut se dresser contre le mal: sénèque.

  4. Pingback: L’homosexualiste Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers, nommé père synodal belge sur la Famille - Les Observateurs

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com