Nous entamons aujourd’hui la publication d’une série de textes signés d’un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X. Loin de toute attaque personnelle ou de polémique, ils rapportent seulement des faits à la façon de palimpsestes (1) qui retrouveraient leurs premiers sens…

(1) Palimpseste : parchemin d’auteurs anciens que les copistes du Moyen Âge ont effacé pour le recouvrir d’un second texte. Sur le plan psychologique cela revient à mettre en place un mécanisme tel que les faits nouvellement mémorisés se substituent à ceux qui leur préexistaient dans la mémoire.

Christian LASSALE

—————————–

« Tout le monde sait de toute façon ce que nous pensons, nos positions. Cela n’a pas changé, tout le monde le sait…. Cela ne signifie absolument pas que j’ai amolli notre discours, par calcul politique, afin de ne pas compromettre la possibilité d’un accord – ce qui n’est pas la bonne expression, plutôt : une reconnaissance canonique –, cela n’est tout simplement pas vrai. Celui qui est attentif et regarde tout ce que j’écris et dis, pourra reconnaître que je ne fais que continuer. Nous sommes toujours les mêmes. »

Cette récente déclaration de Mgr Fellay, dans un entretien du 21 avril dernier, m ‘encourage à me plonger dans ses écrits passés, afin de répondre une bonne fois pour toutes aux grincheux qui ne cessent de répéter que Monseigneur aurait amoindri voire changé sa position face à la Rome conciliaire. Je commence donc mes recherches sur les divers sites officiels de la Fraternité, car je n’aime pas les rumeurs. Et voilà que je tombe sur un document écrit il y a quinze ans, au sujet des prêtres de Mgr de Castro Mayer, du diocèse de Campos, intitulé : Au sujet de Campos : le mot du Supérieur Général – 2 mars 2002.

« La conjonction, à quelques jours près, de la reconnaissance de Campos par Rome, que certains pensent être une reconnaissance de la Tradition, et de la journée d’Assise, qui est à l’extrême opposé de la Tradition présente une telle contradiction qu’elle nous oblige à un regard approfondi ; la démolition systématique de tout ce qui est traditionnel dans l’Eglise depuis le concile Vatican II impose une cohérence logique dans l’œuvre entreprise. Avant de saluer la reconnaissance de Campos comme un retour de Rome à la Tradition, nous sommes obligés de nous demander si cet événement ne peut pas aussi, ne doit pas aussi, être inséré dans la logique post-conciliaire : et précisément la journée d’Assise fournit un argument probant en faveur de cette thèse. Si la Rome post-conciliaire est capable de réunir tant de religions, on peut même dire toutes les religions, pour une cause commune religieuse, comment ne pourrait-elle pas aussi trouver une petite place pour la Tradition ? »

Et là, je me souviens de ce que nous disait Mgr Fellay au Pèlerinage du Puy en avril 2016 : « [Le Pape] maintient que nous sommes catholiques. Il a aussi dit : Vous savez, j’ai pas mal de problèmes avec vous, on me fait des problèmes parce que je suis bon avec vous, mais à ceux-là je dis : écoutez, j’embrasse bien le patriarche Cyrille, je fais du bien aux anglicans, je fais du bien aux protestants, je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas du bien à ces catholiques. » Bon, me voilà convaincu : Rome n’a pas changé. On retrouve ce même pluralisme dénoncé par Mgr Fellay en 2002 :

« La ligne des réformes est maintenue comme principe intangible et irréversible… C’est l’entrée dans le pluralisme sous apparence de reconnaissance de la part de Rome, qui est imposé, ce n’est pas le retour de l’Église conciliaire à la Tradition… »

Tout cela n’est guère engageant ! J’essaie de me rassurer en me disant qu’au moins la solution canonique que Rome propose aujourd’hui à la Fraternité est une structure idéale, qui lui est accordée sans contrepartie. Et d’ailleurs, Mgr Fellay m’assure fort heureusement qu’il n’a pas changé, et qu’il « ne fait que continuer ». Je poursuis donc la lecture de mon document relatif à Campos :

« On a beau vanter les avantages acquis par la nouvelle structure canonique, le droit à la messe tridentine, par exemple, un évêque traditionnel, aussi, le fait que sur le papier, rien de substantiel n’aurait été galvaudé : la fragilité de l’Administration d’une part, la stabilité de la ligne réformatrice vaticane d’autre part, sont des arguments suffisants pour prédire la chute de Campos malgré toutes les déclarations de meilleure intention. De plus, il faut bien distinguer un manque à la vertu de foi elle-même, d’un défaut dans la confession publique de la foi qui est nécessaire dans certaines circonstances comme l’a si bien rappelé Mgr de Castro Mayer le jour des sacres. Or une prévarication comme celle d’Assise réclame cette confession publique… que nous n’avons pas entendue venant de Campos. »

C’est tellement vrai… Mgr Fellay, lui, avait réagi fermement à la répétition d’Assise en 2002, dans un communiqué spécial affirmant qu’ « il n’y a pas mieux pour provoquer la colère de Dieu » (21 janvier 2002). Et pour les 25 ans de ce sinistre scandale, réitéré par Benoît XVI en 2011, je recherche… plus longtemps, avant de trouver quelques interventions ici ou là, mais sans communiqué. Et enfin, en 2016 ? Rien, absolument rien sous sa plume. Un commentaire non signé, quelques rappels d’anciens documents (tronqués, s’il vous plaît), un mot adouci du Secrétaire Général, et pour combler la mesure : une vidéo relatant les temps forts de cette réunion scandaleuse, sans aucune mise en garde ou critique !

Mais alors là, je ne comprends plus : Monseigneur est-il bien toujours le même ? N’aurait-il pas changé ? Je continue mes recherches.

Affaire à suivre…

Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

37 commentaires

  1. Perlimpinpin says:

    C’est le double de Paul 6 qui a pris sa place, celle que MCF68 occupe irrémédiablement ici dans l’attente que François la lui rende.

  2. Gabrielle says:

    Que ce prêtre donne son nom !!!!!!!!!!!! dehors les anonymes……..Je croyais qu’il n’y avait que les Saint-Pierristes et les ELoïstes qui étaient opposés à Monseigneur FELLAY ? Qui a dit « les chien aboient mais la Caravane passe. Ce qui est dit une fois pour toute suffit. ,Ce prêtre ne donne pas les termes exactes du sermon de Monseigneur FELLAY, le 9 Avril 2016 lors du Jubilé de Notre Dame du PUY en VELAY. où j’étais . et le caméraman aussi qui pourra rapporter les paroles de Monseigneur…………….Monseigneur a même dit que  » le Pape lui avait demandé de créer un séminaire à ROME.. »…………………..Etonnant ce Pape.!!! Alors que les moutons noirs s’en aillent ou bien aillent faire un break au monastère de Bellaigue, , loin du monde et qu’il aille se confesser et faire des Chemins de Croix en pensant au Christ et non à des personnes consacrées qui ont aussi une croix à porter et qui ont fait beaucoup grâce à Monseigneur LEFEBVRE que ce prêtre n’a pas du connaître..

    • Artur says:

      Bonjour Gabrielle : Monsieur LASSALE donne le lien vers le sermon du Puy en version officielle publié et relue par Menzigen : comment pouvez-vous dire : « Ce prêtre ne donne pas les termes exactes du sermon de Monseigneur FELLAY, le 9 Avril 2016 » ? Il suffit de vérifier en cliquant sur le lien donné ?

      Vous conseillez au récalcitrant une retraite à Bellaigue : mais ce sont de dangereux subversif ! Voir la lettre de Monsieur l’abbé Bouchacourt en réaction à la lettre des Doyens et supérieur de congrégations amis….

      Sur Mgr Fellay : ouvrez les yeux ! Relisez la lettre des doyens, des supérieurs de Bellaigue, Morgon et Mérigny !

    • signé «Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X»

      C’est son nom ? Quel courage… Ou alors c’est un faux…

      Ils feraient mieux de s’occuper de leurs apostolats, plutôt que d’étaler sur la voie publique leur pâmoison.

      • Maxime Labole says:

        En l’occurrence, ce n’est pas une question de courage mais de simple prudence. Et ce n’est pas difficile à comprendre quand on regarde comment ceux qui conserve la position de la FSSPX sur ces sujets sont traités.

  3. matthieu says:

    François est un hérétique et on ne reçoit pas de prélature personnelle d’un hérétique.

    • David says:

      Pauvres hommes…

      « En attendant que Rome se décide à chasser du milieu des croyants le peuple impie de ces erreurs conciliaires. » Abbé Jean-Michel Gleize.

      Pauvres hommes…

      Il y a dans le monde 400000 prêtres catholiques qui célèbrent la sainte messe selon la forme ordinaire et/ou extraordinaire du rite romain.

      Il y a entre 30 et 40 000 prêtres orthodoxes.

      Il y a 500 prêtres catholiques de la FSSPX – j’évalue à une centaine le nombre de prêtres qui quitteront la FSSPX quand l’accord avec Rome sera enfin signé pour la gloire de Dieu et le salut du monde – accord qui sera signé de toute façon d’ici 1 ou 3 ou 5 ou 10 ans, c’est juste une question de temps et d’ajustement. C’est la volonté de Dieu qui s’exprime aujourd’hui par la voix de l’actuel Supérieur de la FSSPX, comme elle s’exprimait hier par la voix de son prédécesseur, comme elle s’exprimera demain par la voix de son successeur.

      Ainsi il restera une centaine de prêtres dans la nouvelle secte sédevacantiste qui apparaîtra à ce moment-là.

      Pauvres hommes….

      Vous allez vous enfermer dans votre refus, vous serez une petite secte de parfaits, comme il y en a eu tant dans l’histoire de l’Eglise catholique…

      Pauvres hommes…

      Stans beata Ioanna in médio flammae, oculis ad crucem conversis, sic orabat dicens : Domine Jesus, accipe spiritum meum : ne statuas illis hoc peccatum : La bienheureuse Jeanne, debout au milieu des flammes, les yeux fixés sur le crucifix, priait en ces termes : « Seigneur Jésus, recevez mon âme, mais ne leur imputez pas ce péché. » Antienne du Bénédictus de la fête de Sainte Jeanne d’Arc.

      Pauvres hommes…

      Que Dieu ait pitié de vos âmes…

      • Maxime Labole says:

        Pauvre David. Pauvre David qui n’a pas compris que la religion n’est pas une affaire démocratique basée sur le nombre mais le service de Dieu qui est Vérité.
        Pauvre David qui aurait dit à St Athanase que les ariens avaient raison, la quasi totalité de la chrétienté étant devenue arienne. Pauvre David qui aurait dit à St Athanase qu’il formait sa petite secte.
        Sauf qu’Athanase avait raison contre tous et qu’il est Saint !
        Pauvre David…

        • David says:

          Vos arguments sont ceux de n’importe quel adepte d’une secte qui se croit investi de la mission de sauver le monde entier!

          Mais c’est inutile!

          Vous allez vous enfermer dans vos discours sécurisants et vous croire persécuté au nom de Jésus-Christ!

          Allez dire à un terroriste islamiste qu’il a tort de croire en sa mission universelle de rédemption de l’humanité! Il se croit lui aussi investi de la mission de sauver le monde entier de la puissance du Mauvais! Il a aussi ses arguments historico-religieux bétonnés, son clergé bétonné et ses chapelles bétonnées !

          Vous n’êtes qu’une misérable poignée d’individus, totalement, absolument et irrémédiablement inoffensifs!

          Dieu vous a neutralisé, Il vous neutralise et Il vous neutralisera…

          Que Dieu soit béni…

          Qu’Il ait pitié de vos âmes!
          Qu’Il vous accorde la grâce d’être sauvé des flammes de l’enfer par la main secourable d’une petite vieille dame dite conciliaire qui vous retiendra au dernier instant de sombrer dans le puits sans fond des âmes perdues!
          Qu’Il vous accorde l’immense grâce d’être un jour obligé de quémander une petite pièce d’argent à l’entrée d’une porte d’Eglise dite conciliaire!

          Miserere mei, Deus: secundum magnam misericordiam tuam…

          • Xavier Celtillos says:

            « Allez, enseignez toutes les nations, et batisez-les… »

            Ce sont là selon vos dire les paroles d’un fou entouré de 12 illuminés, bref une secte.

            Peut-être, mais ce fou est Dieu.

          • cuxac gregory says:

            Cher David relisez et relisez encore les encycliques des papes les vrais cela St PIE X, leon XIII, Paul IV … et tant d’autres. Non personne s’il est de bonne foi ne peut traiter quoique ce soit avec la « bête » vaticane qui s’arroge le trône DE ST Pierre et qui siège en son dessus sans la moindre honte. Ces monstres me dégoutent, ils sont les ennemis directs du Christ ; la nouvelle église est une secte, ELLE

        • champoiseau says:

          Bravo, Maxime Labole, en plein accord avec vous. » On ne dîne pas avec le diable », sinon on est un traître..

  4. Emily says:

    Ce procédé est vraiment douteux … sous couvert d’anonymat en plus (rien ne dit donc qu’il s’agisse d’un prêtre, encore moins faisant partie de la Fraternité sacerdotale Ste Pie X). Monsieur Lassale s’enfonce encore un peu plus …
    (et merci à Gabrielle, pour vos paroles « vigoureuses » mais remplies de piété !).

    • Maxime Labole says:

      Ce qui importe c’est le fond…peu compte la signature. et quand on voit le terrorisme de Menzingen et du traitre Fellay on comprend que ces prètres se protègent.

  5. Jean-Luc Dalmasso says:

    Le titre de cet article m’a fait sourire. Il pourrait avoir été choisis par un journaliste libéral hostile à la régularisation canonique de la FSSPX. Evidemment, la réponse à la question pour lui serait négative. D’ailleurs, si régularisation il y a, vous verrez quelle sera la réaction des média adhérant la doxa : ils se lamenteront que le pape ait fait entrer le loup intégriste dans la bergerie de la Miséricorde.

  6. François says:

    Il est en effet capital pour comprendre la situation de la FSSPX aujourd’hui de se reporter au sermon de Mgr Fellay prononcé à l’occasion du Jubilé du Puy le 10 avril 2016 :

    trois points principaux peuvent y être relevés :

    1°) Le cadre de l’accueil du Pape François et la Juridiction conférée à la FSSPX

    La rencontre avec le pape François

    « Miscens gaudia fletibus. Il y en a encore d’autres joies et d’autres pleurs, aussi récents. Vous savez qu’il y a peu nous avons rencontré le pape François. Eh bien ! il nous a expliqué que sous Benoît XVI, à la fin de son pontificat, avait été fixée une date butoir, et que si la Fraternité n’acceptait pas la proposition romaine jusqu’à cette date, il était décidé que la Fraternité serait excommuniée, et le pape François de nous dire : c’est probablement le Saint-Esprit qui a inspiré le pape Benoît XVI et qui lui a fait dire quelques jours avant sa démission d’abandonner cette idée, car Benoît XVI a dit : Je laisse cette affaire à mon successeur. Et au successeur, le pape François, a été proposé… on a mis sur son bureau notre excommunication en disant : il n’y a qu’à mettre la date et la signature. Et le pape François de dire : Non, je ne les excommunie pas, je ne les condamne pas. Il m’a dit : Je ne vous condamnerai pas. Il a aussi dit : Vous êtes catholiques, il a continué en disant : en cheminement dans la pleine communion. Néanmoins, il maintient que nous sommes catholiques. Il a aussi dit : Vous savez, j’ai pas mal de problèmes avec vous, on me fait des problèmes parce que je suis bon avec vous, mais à ceux-là je dis : écoutez, j’embrasse bien le patriarche Cyrille, je fais du bien aux anglicans, je fais du bien aux protestants, je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas du bien à ces catholiques. C’est comme cela qu’il l’expliquait. Et de dire aussi : Si j’ai des problèmes, vous aussi vous avez des problèmes, donc il ne faut pas pousser, il ne faut pas créer davantage de divisions, donc on prend son temps.
    Poursuivant, il nous a dit : le pouvoir de confesser, bien évidemment il continue après (l’Année sainte), et aussi donner l’extrême onction, et aussi pour l’absolution de l’avortement, tout cela continue. A ce moment-là je lui ai dit : Pourquoi pas pour les autres sacrements alors ? Il était tout à fait ouvert, on va voir comment les choses vont se développer. Ces choses-là évidemment nous donnent de l’espoir. Mais un jour on voit cela qui nous donne un peu d’espoir, on se réjouit, et le lendemain une exhortation terrifiante, qui fait tant de mal à l’Eglise. »

    Dans ce premier point on peut relever :

    1A) Le Pape François accueille Mgr Fellay et la FSSPX comme des « catholiques »… « en cheminement vers la pleine communion » au nom du libéralisme, car au même titre et au même plan que son accueil des « orthodoxes », des anglicans, des protestants, etc….

    1B) La juridiction de suppléance de la FSSPX, basée sur l’état de nécessité n’est plus mentionnée…

    (alors même que de nombreux actes du Pape François illustrent s’il en était besoin, cette permanence de l’état de nécessite ; alors que Mgr Fellay commente lui-même dans ce même sermon notamment l’exhortation apostolique qui porte pour titre : La joie de l’amour : Amoris Laetitia : elle « nous fait pleurer »… « C’est gravissime »…. « Je crois qu’on ne mesure pas suffisamment la gravité de ce qui vient d’être dit. On a beau dire que ce sont de toutes petites exceptions dans un coin…, c’est comme cela qu’on a fait passer la communion dans la main. Et comme je vous dis, de petits trous dans le bateau suffisent. Le bateau coule ! …. « une exhortation terrifiante, qui fait tant de mal à l’Eglise »)

    1C)…mais cette juridiction de suppléance a fait place à une acceptation d’une juridiction ordinaire conférée par le Pape François aux prêtres à la FSSPX pour la confession pour la durée de l’Année sainte ; « on se réjouit » de la prolongation pour l’après Année sainte de cette juridiction qui est reçue avec « espoir ». Mgr Fellay demande au Pape François de conférer également à la FSSPX une juridiction pour les autres sacrements : le Pape y est « tout à fait ouvert »…

  7. François says:

    Sermon de Mgr Fellay prononcé à l’occasion du Jubilé du Puy le 10 avril 2016 ( suite) :

    On peut y relever un deuxième point important :

    2°) La Position Doctrinale de la FSSPX sur Vatican II

    L’entretien avec Mgr Pozzo

    « Le lendemain, nous avons vu Mgr Pozzo, secrétaire de la commission Ecclesia Dei, cette instance à Rome qui s’occupe de nous. Et Mgr Pozzo nous a dit : Nous pensons – la Congrégation de la Foi, pas seulement lui – que nous ne devons vous demander que ce que l’on demande, que ce qui est nécessaire à tout catholique, et rien de plus. Il a développé sa pensée en disant : le concile Vatican II dans sa plus grande partie n’a rien fait de doctrinal, et donc cela on n’a pas à vous le demander. Il a été encore beaucoup plus clair, il nous a dit : Vous avez le droit de défendre votre opinion sur la liberté religieuse, sur l’œcuménisme, sur les relations avec les autres religions, exposées dans Nostra ætate. C’était tellement surprenant que je lui ai dit : Ce n’est pas impossible que je vous demande de venir nous dire cela chez nous.
    Je ne pense pas qu’il faille en triompher, bien chers fidèles. Je pense qu’en fait ce changement est un changement profond, extrêmement important ; il vient à cause de la situation dramatique de l’Eglise. On peut dire que c’est un peu une conséquence du chaos qui est en train de s’établir dans l’Eglise ; il y a une telle confusion, il y a de telles attaques contre la foi, contre la morale dans tous les sens qu’enfin, si on peut s’exprimer ainsi, du côté de la Congrégation de la Foi on s’est dit : On n’a pas le droit de traiter ces gens qui ne font que dire et enseigner ce que l’Eglise a toujours enseigné…, on n’a pas le droit de considérer ce qu’ils font comme un péché gravissime, alors qu’autour d’eux il y en a tant et tant – des prélats et jusqu’à des cardinaux…, on a presque envie de dire et jusqu’au pape – qui disent pas seulement des bêtises, mais des hérésies qui ouvrent le chemin au péché.
    Il y en a quand même quelques-uns dans l’Eglise qui sont en train de réagir, de réfléchir, qui sont en train de dire : cela ne va pas comme cela. Et c’est au milieu de ce trouble, au milieu de ces larmes qu’arrive ce balbutiement : Non, on ne peut pas vous obliger à accepter le Concile. Ils ne le diront peut-être pas aussi clairement, mais ils nous l’ont dit quand même. Bien sûr, nous prenons cela avec beaucoup de prudence, nous demandons au Bon Dieu de nous éclairer, de voir ce que tout cela veut dire, si c’est vraiment vrai, si demain on ne va pas encore de nouveau repartir dans une autre direction. Néanmoins, mes biens chers frères, tout cela nous montre quelque chose : c’est que la fidélité à tout ce que l’Eglise a toujours enseigné, cela paye. Il faut tout simplement garder cette fermeté, elle s’impose à ces modernes, elle s’impose comme la réalité : Nous sommes catholiques et nous voulons le rester. »

    Dans ce deuxième point on peut relever :

    Alors que la position doctrinale de Mgr Lefebvre et de la FSSPX sur Vatican II, et particulièrement sur la liberté religieuse, sur l’œcuménisme, sur les relations avec les autres religions, exposées dans Nostra ætate, s’est toujours fondée sur le Magistère de l’Eglise antérieur à Vatican II et sur la Tradition continue de l’Eglise….

    Cette position doctrinale de la FSSPX sur Vatican II, et particulièrement sur la liberté religieuse, sur l’œcuménisme, sur les relations avec les autres religions, exposées dans Nostra ætate, est considérée par Mgr Pozzo comme une « opinion » OUI vous avez bien lu, UNE OPINION que la FSSPX a désormais le droit de défendre.

    Mgr Fellay considère que cela constitue un changement « profond, extrêmement important » au point qu’il invite Mgr Pozzo à venir le répéter « chez nous » = dans les maisons/ séminaires de la FSSPX ???.

    C’est peut-être un changement tactique de Mgr Pozzo, par rapport aux discussions doctrinales, mais la position doctrinale libérale de Mgr Pozzo n’a pas changé : c’est VOTRE… « opinion » dit-il à Mgr Fellay….pourquoi dès lors l’inviter à venir l’exposer… chez nous ?

  8. François says:

    Troisième point important du Sermon de Mgr Fellay prononcé à l’occasion du Jubilé du Puy :

    3°) Les vocations à venir

    Que Marie nous garde dans la fidélité à la foi catholique

    « Et notre première demande aujourd’hui à la Très Sainte Vierge Marie, ici au Puy, c’est précisément de garder, de conserver tous ces trésors, de rester catholiques purement et simplement et de continuer, pour que cela se répande de nouveau et que petit à petit nous gagnions les âmes, que les âmes soient gagnées, reviennent vers Notre Seigneur, vers la foi, vers ses commandements, les commandements de Dieu.
    Je me permets de faire un appel aux jeunes aujourd’hui, fête du Bon Pasteur. Tous, chacun d’entre vous, vous devez vous demander : est-ce que le Bon Dieu ne m’appelle pas à la vie religieuse, à la vie sacerdotale ? Est-ce qu’Il ne veut pas que je devienne prêtre ? Est-ce qu’Il ne veut pas que je travaille dans sa vigne pour gagner des âmes, pour les sauver ? Pour vous montrer que ce n’est pas seulement une idée, même Mgr Pozzo nous a dit : Il faudrait bientôt penser à établir un séminaire en Italie ! C’est pour vous montrer qu’ils nous prennent au sérieux au milieu de cette débandade, au milieu de cette confusion généralisée où plus personne ne sait ce qui est bien, ce qui est mal, où toutes sortes de théories émanent des autorités elles-mêmes. Et cette confusion, rien n’indique qu’elle va s’arrêter, elle va encore croître ! »
    …/….

    Dans ce troisième point on peut relever :

    Un appel aux vocations sacerdotales est fait par Mgr Fellay…

    immédiatement suivi de l’évocation de la création d’un séminaire en Italie qui serait fondé…

    à l’invitation de Mgr Pozzo, secrétaire de la commission Ecclesia Dei….

    Commission dont il convient de relire la véritable mission fixée par le Motu Proprio du même nom cité ci-dessous :

    Extraits de la LETTRE APOSTOLIQUE « ECCLESIA DEI  » DU SOUVERAIN PONTIFE JEAN-PAUL II SOUS FORME DE « MOTU PROPRIO »
    § 5)
    c) Dans les circonstances présentes, je désire avant tout lancer un appel à la fois solennel et ému, paternel et fraternel, à tous ceux qui, jusqu’à présent, ont été, de diverses manières, liés au mouvement issu de Mgr. Lefebvre, pour qu’ils réalisent le grave devoir qui est le leur de rester unis au Vicaire du Christ dans l’unité de l’Eglise catholique et de ne pas continuer à soutenir de quelque façon que ce soit ce mouvement. Nul ne doit ignorer que l’adhésion formelle au schisme constitue une grave offense à Dieu et comporte l’excommunication prévue par le droit de l’Eglise(8).

    A tous ces fidèles catholiques qui se sentent attachés à certaines formes liturgiques et disciplinaires antérieures de la tradition latine, je désire aussi manifester ma volonté – à laquelle je demande que s’associent les évêques et tous ceux qui ont un ministère pastoral dans l’Eglise – de leur faciliter la communion ecclésiale grâce à des mesures nécessaires pour garantir le respect de leurs aspirations.
    …/….
    §6. Compte tenu de l’importance et de la complexité des problèmes évoqués dans ce document, je décrète:
    a) Une Commission est instituée, qui aura pour mission de collaborer avec les évêques, les dicastères de la Curie romaine et les milieux intéressés, dans le but de faciliter la pleine communion ecclésiale des prêtres, des séminaristes, des communautés religieuses ou des religieux individuels ayant eu jusqu’à présent des liens avec la Fraternité fondée par Mgr. Lefebvre et qui désirent rester unis au successeur de Pierre dans l’Eglise catholique en conservant leurs traditions spirituelles et liturgiques, à la lumière du protocole signé le 5 mai par le cardinal Ratzinger et Mgr. Lefebvre. »

  9. Serviteur says:

    Travail intelligent, nécessaire et honnête. Cessons de nous offusquer sur l’anonymat ou le nom de celui qui écrit. Combien de fois faudra t’il répéter aux hommes que l’on ne fait pas attention à qui dit quoi, mais à ce qui est dit ? Vérité ou erreur.

    En l’occurrence, merci monsieur l’abbé pour votre travail. Ce doit être dur parfois de travailler dans les archives pour le salut des autres quand ceux-là même vous critiquent pour le bien que vous tentez de leur faire.

    Nul n’est prophète en sa maison…

  10. « Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X »
    Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, digne de ce nom, signe de son nom.
    ou alors il est lâche.
    ou alors il n’assume pas.
    ou alors il ne mérite pas notre respect.
    trop facile de signer ainsi, recueillant par là une certaine respectabilité et une attention qui serait sinon toute relative…
    vous êtes prêtre, Monsieur (je ne dirai pas « Monsieur l’abbé »)? présentez vous.
    le procédé est indigne.
    prenez plutôt un pseudo quelconque pour nous livrer le fruit de vos cogitations que d’ailleurs je ne lirai pas ainsi signées….
    mais si vous êtes vraiment l’un de nos abbés, ce dont je doute fortement, ce que vous faites s’appelle subversion.
    allez plutôt interroger, avec tout les respect dû à sa fonction celui que vous mettez en cause et qui ne saurait se défendre ici.
    Ceci dit, on vous a offert ici , sur ce site, une tribune libre….
    je pense donc que votre qualité a été vérifiée….ou on sait qu’elle est fausse.
    dans les 2 cas, la fin justifie t-elle les moyens???
    la confusion est à son comble.
    MPI, pour moi, c’est terminé;

    • Maxime Labole says:

      Procédé indigne dîtes-vous, et en quoi ?
      Ce texte renferme-t-il des insultes, des diffamations ou des fautes non connues de telle ou telle personne. Non.
      Ce qui vous enrage c’est que ce texte montre de façon factuelle la contradiction du dictateur qui sévit à Menzingen. Facile d’accuser de lâcheté celui qui ne veut pas mettre sa tête sous le couteau de Robespierre.
      Vous vous êtes lâche, car vous êtes prêt à endosser n’importe quelle contradiction et reniement pour ne pas vous trouver en contradiction avec une autorité qui est devenue mauvaise. La lâcheté elle est vôtre.
      Souffrez que ce prêtre ne se livre pas aux chiens.

      MPI c’est terminé pour vous ? Cela tombe bien, MPI a une ligne de conviction pour ceux qui ont au minimum l’honneur de la cohérence.

      • marc sorede says:

        un prêtre « de la fraternité » , c’est lui qui le dit, doit le respect à ses supérieurs. ou il quitte cette fraternité là et va faire allégeance à qui il veut. ou il présente lui même ses interrogations à qui de droit. en interne. et il ne se comporte pas comme un élément subversif.
        pourquoi devrais je accepter cette signature comme argent comptant? trop facile. elle est pour moi un gage de respectabilité. pourvu que le nom suive.
        ce n’est pas le cas.
        le texte en lui même signé « judas » (par exemple :)) mériterait d’être lu.
        mais pas ainsi.
        aucune garantie vous dis je.
        vous savez vous, qu’il est prêtre?
        depuis quand ont-ils honte de signer de leur nom?
        lâcheté? prudence? consternant !!!!!!
        après MPi, ce sera libé ou le nouvel obs?
        vous cautionnez un déballage anonyme, comme une bonne lettre de dénonciation d’un autre âge?

        • Maxime Labole says:

          N’inversez pas les choses. La FSSPX n’est pas le jouet de Mgr Fellay. La position doctrinale de la FSSPX n’a pas a changer en fonction des ambitions de son Supérieur qui vise sa prélature.
          C’est à Mgr Fellay de quitter la FSSPX s’il n’est plus en accord avec elle. La position de la FSSPX a toujours été très claire : pas d’accord pratique sans accord doctrinale. Si Mgr Fellay veut rallier, alors qu’il rejoigne la FSSP.
          Quand à la lâcheté je vous ai répondu. Pour ce qui est de la subversion, elle est le fait d’une autorité qui agit contre sa fin en cherchant un accommodement avec les ennemis de l’Eglise.
          Mgr Lefebvre était-il subversif quand il regretta que les moines du Barroux ne se soient pas levés contre leur supérieur ? Si pour vous s’opposer aux supérieurs est systématiquement subversif, alors rejoignez les ralliés ou votre paroisse conciliaire.

          • marc sorede says:

            je ne vous parle pas du fond du débat, je ne désire pas y entrer, mais du procédé du soi disant « prêtre de la fraternité »:
            signature bien anonyme, mais pas tout à fait, du type « un ami qui vous veut du bien »…qui va quêter de la respectabilité en signant sans signer…
            le procédé me révulse.
            avec des amis comme ceux là, c’est clair, on n’a plus besoin d’ennemis.
            oh, oh, monsieur l’abbé, à supposer que vous en êtes bien un, vos fidèles vous attendent…et attendent autre chose de vous….
            quand à vous, cher maxime, vous perdez la charité élémentaire.. »dictateur » « chien »…rien que cela..en plus de l’insulte, bien facile, vous portez des jugements téméraires (prélature???)…vous lisez dans les consciences?
            et si vous laissiez nos chers prêtres et supérieurs régler ce qui relève de leurs compétences? et si nous restions, nous, les fidèles, unis et charitables entre nous plutôt que de nous invectiver?
            « voyez comme ils s’aiment »…oups…
            ,

            • David says:

              Dans Histoire de l’abbaye de Cluny, publié par Henri Champly en l’an de grâce 1866, à la page 27 :

              « Les volontés de Mayeul trouvèrent un écho sympathique chez les moines de Cluny et chez les princes voisins. L’élection d’Odilon excita un enthousiasme jusqu’alors sans précédent, et reçut l’approbation des souverains et des évêques, qui se flattaient d’avoir avec la célèbre abbaye des relations de suzeraineté et de bon voisinage. Que ne pouvait-on, en effet, attendre de cet homme [ Saint Odilon] dont les maximes et la conduite étaient empreintes de tant de sagesse et de tant de modération ? N’avait-il pas dit souvent « qu’il vaut mieux pécher par excès de douceur que par excès de sévérité », et ne devait-il pas, dans les temps de disette et de calamités, répéter que « l’or de l’Eglise n’est pas fait pour être entassé, mais pour être distribué? »

            • Maxime Labole says:

              « judas », « lâcheté », « indigne », voici les qualificatifs que vous attribuez à ce prêtre, vous qui êtes si charitable.

              Vous avez dit que vous refusez de regarder le fond du problème ? Tout est dit. Comment pouvez-vous juger de la forme sans regarder le fond. Vous devriez savoir en moral que la forme doit être proportionnée au fond. C’est toute la grandeur des sacres de 1988, révolte pour les uns, réponse proportionnée pour les autres. Si on refuse d’analyser le fond du problème, alors on ne peut porter un jugement sur les sacres.
              Il en va de même ici.

              Dictateur ? Je maintiens, quand un évêque sans aucune juridiction ordinaire se permet de faire suspens a divinis l’un de ses prêtres qui a manifesté son désaccord en privée dans des mails (et dont la boite mail a été piratée par les services de ce même supérieur), alors oui, il s’agit de la dictature. St Thomas dirait despotisme.

              Tout ceci n’est pas une affaire de prêtres entre eux, c’est une affaire qui regarde la Foi. Pendant des décennies la FSSPX a affirmé qu’il était impossible de signer un accord avec la Rome moderniste pour des raisons de Foi, et maintenant il faudrait que nous acceptions simplement parce que Mgr Fellay recherche un bien personnel ?

              Cet article montre les contradiction de fond et de principe de cet évêque. Admettez-le tout au moins, c’est de l’ordre de l’évidence.

            • pamino says:

              Il ne faut certainement pas jouer aux révolutionnaires, mais il ne faut pas supposer non plus que les prêtres soient en tant que tels moralement au-dessus du niveau moral de leurs frères laïcs, car il n’a jamais manqué de preuves, quelquefois éclatantes, du contraire. Les pouvoirs de consacrer, d’absoudre, d’oindre dont jouissent le prêtres ne les distinguent pas moralement de ceux qui n’en ont pas été investis, si ce n’est qu’un prêtre criminel l’est a priori peut-être plus qu’un laïc criminel.

  11. marc sorede says:

    « Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X »
    Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, digne de ce nom, signe de son nom.
    ou alors il est lâche.
    ou alors il n’assume pas.
    ou alors il ne mérite pas notre respect.
    trop facile de signer ainsi, recueillant par là une certaine respectabilité et une attention qui serait sinon toute relative…
    vous êtes prêtre, Monsieur (je ne dirai pas « Monsieur l’abbé »)? présentez vous.
    le procédé est indigne.
    prenez plutôt un pseudo quelconque pour nous livrer le fruit de vos cogitations que d’ailleurs je ne lirai pas ainsi signées….
    mais si vous êtes vraiment l’un de nos abbés, ce dont je doute fortement, ce que vous faites s’appelle subversion.
    allez plutôt interroger, avec tout les respect dû à sa fonction celui que vous mettez en cause et qui ne saurait se défendre ici.
    Ceci dit, on vous a offert ici , sur ce site, une tribune libre….
    je pense donc que votre qualité a été vérifiée….ou on sait qu’elle est fausse.
    dans les 2 cas, la fin justifie t-elle les moyens???
    la confusion est à son comble.
    MPI, pour moi, c’est terminé;

  12. François says:

    Lettre de Monsieur l’abbé Denis PUGA aux Doyens – 07 05 2017

    Lettre de M. l’abbé Denis PUGA

    à Messieurs les abbés David Aldalur, Xavier Beauvais, François-Xavier Camper, Bruno France, Thierry Gaudray, Patrick de La Rocque et Thierry Legrand

    Paris, le 7 mai 2017

    Bien chers Confrères et Doyens,

    C’est avec attention que j’ai lu votre « Lettre des Doyens » rendue publique le 7 mai dernier. En tant que prêtre du district je voudrais vous remercier sincèrement pour cette déclaration si claire et si forte qui aura comme effet, j’en suis certain, de rassurer nos fidèles quant à la certitude de toujours trouver auprès des prêtres de notre chère Fraternité Saint Pie X l’assistance nécessaire pour contracter et célébrer leur mariage dans l’esprit du combat mené par Mgr Lefebvre, c’est-à-dire dans un esprit de fidélité sans faille à l’enseignement de l’Église.

    La décision du Pape François, rendue publique par la Commission Ecclesia Dei au mois d’avril dernier, déjà largement commentée dans les media, a causé une grande inquiétude chez les fidèles ; ceux-ci craignant que nous leur demandions désormais de s’en remettre nécessairement et uniquement à la décision des évêques locaux pour pouvoir échanger validement et licitement un consentement matrimonial selon le rite traditionnel.

    L’argumentation vraie, précise, pleine de foi et canoniquement fort bien soutenue de votre lettre les rassurera et les apaisera. Déjà, j’en ai reçu des témoignages. C’est en vrais pasteurs soucieux du bien et de la protection des âmes que Dieu vous a confiées, que vous avez agi. Dans la situation actuelle le fait de parler haut, fort et sans détour était devenu plus que jamais nécessaire ; vous l’avez fait, soyez en encore vivement remerciés.

    J’ai particulièrement apprécié la conclusion de votre lettre où vous soulignez que le premier pas vers l’octroi d’une éventuelle prélature personnelle censée nous garder tels que nous sommes, consiste paradoxalement dans une volonté de soumettre les mariages de nos fidèles à des ordinaires qui n’ont rien à objecter aux enseignements délétères et aux décisions désastreuses du Pape François sur la sainteté du mariage.

    Je puis vous assurer que de nombreux confrères du district, avec qui j’ai eu déjà l’occasion de m’entretenir, partagent en la matière ce sentiment de gratitude. Comme me le disait l’un d’entre eux : « c’est un beau texte, clair et réconfortant par cette vigueur que nous pensions ne plus jamais devoir entendre. »

    Que le Cœur Immaculé de Marie, auquel Mgr Lefebvre a consacré la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, soit notre secours. Que Notre Seigneur vous garde et vous protège.

    Abbé Denis PUGA

    [Monsieur l’abbé Denis PUGA a été nommé Curé de l’Eglise Saint Nicolas, suite au renvoi de Monsieur l’abbé Patrick de La Roque]

    PS: Vous voulez une lettre signée par un prêtre de la FSSPX : en voilà une !

    Bonne lecture !

    • pamino says:

      Question intéressante : qui a nommé l’abbé Puga prieur de St Nicolas ? Est-ce le même qui a destitué l’abbé de La Roque et les autres ?

      • François says:

        Oui c’est le Supérieur du district de France.

        A ceci prés que devant le tollé soulevé à Saint-Nicolas par la destitution brutale de l’Abbé de la Roque, il a bien fallu trouver une solution d’apaisement : l’Abbé Vassal qui avait été rappelé des USA et arrivé à Paris pour cette fonction ….est repartit par le prochain avion et l’abbé Puga, vicaire de l’Abbé de la Roque, a été nommé pour calmer le jeu….

        Tout vaaa bien,

        Dormez braves gens !

        • Miserere mei says:

          Bien sûr, vous allez rétorquer que le journal La Croix, ceci, cela, l’organe officiel de la CEF, la pvrada, etc… Ce sont des faits, uniquement des faits, incontestables. Mais vous êtes libre de trouver là-dedans encore un énième complot contre vous, un mensonge, « une vaste machination ourdie contre les vrais sauveurs de l’Eglise catholique, apostolique et romaine. » Ridicule! Ou plutôt : pitoyable… La FSSPX prendra peut-être la décision de faire venir en France de nombreux prêtres américains, philippins, africains, argentins, coréens, avant qu’une nouvelle génération de saints prêtres français prennent le relais de ces prêtres qui auront quitté la FSSPX et auront rejoint leur secte janséniste.

          « Si ces craintes sont bien réelles, les réfractaires à un accord avec Rome ne semblent représenter qu’une minorité, cantonnée au district de France. En Allemagne, en Suisse ou aux États-Unis, les négociations sont suivies favorablement, et une pétition lancée voici près de deux semaines en plusieurs langues, contre l’accord portant sur les nullités de mariage, n’a recueilli que 500 signatures dans le monde. Pour Marie-Alix Doutrebente, paroissienne de Notre-Dame de Consolation à Paris, ce sont les « derniers soubresauts » de quelques prêtres qui résistent d’autant plus que l’accord est proche… La majorité, aux yeux de cette femme qui a collaboré à la fondation, il y a 20 ans, d’un groupe de dialogue informel entre catholiques des deux bords, est dans l’attente d’un heureux dénouement. « Pour nous, les fidèles, c’est une vraie souffrance depuis quarante ans. Nous aspirons à retrouver notre place dans l’Eglise et prier sur les mêmes bancs. »

          C’est ici, en entier : http://tradinews.blogspot.fr/2017/06/celine-hoyeau-melinee-le-priol-la-croix.html.

          Et n’oubliez jamais que Dieu n’a besoin ni de vous ni de moi ni de la FSSPX ni de la FSSP ni ICRSP pour sauver Son Eglise, qui, de toute façon et de toute éternité et pour les siècles des siècles, est forte et belle et immaculée et resplendissante, puisque le diable a été vaincu une fois pour toute sur le bois de la croix.

          Il a juste besoin de notre repentir et de notre humilité pour Sa plus grande Gloire et le salut du monde…

          Miserere mei, Deus: secundum magnam misericordiam tuam…

        • Miserere mei says:

          SOURCE – Céline Hoyeau & Mélinée Le Priol – La Croix – 31 mai 2017

          Un accord entre Rome et les héritiers de Mgr Marcel Lefebvre, trente ans après son excommunication, pourrait être annoncé d’ici cet été. Cette perspective suscite chez les fidèles proches de la Fraternité Saint-Pie-X des réactions mitigées.

          À la mi-mai, Saint-Nicolas-du-Chardonnet était en ébullition. L’abbé Patrick de La Rocque, curé de cette emblématique église du centre de Paris, occupée par les traditionalistes depuis 1977, venait d’être relevé de ses fonctions par ses supérieurs de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) avec six autres responsables de la Fraternité. En cause, leur opposition publique au récent texte du Vatican reconnaissant les mariages entre fidèles lefebvristes.

          Un énième épisode symptomatique des crispations provoquées par la perspective, plus réelle que jamais, d’une réconciliation avec Rome. Le Vatican pourrait en effet accorder prochainement à la FSSPX une prélature personnelle, cadre juridique très souple sur le modèle de l’Opus Dei : la Fraternité ferait alors partie de la structure hiérarchique de l’Église sans toutefois être circonscrite à un territoire comme les diocèses.

          Même parmi ceux qui voient d’un plutôt bon œil une telle réintégration, les inquiétudes sont vives. « Une fois qu’on sera rattaché à Rome, aura-t-on la même liberté ? », interroge Caroline, paroissienne de Saint-Nicolas-du-Chardonnet. « Nos écoles pourront-elles continuer, sans toujours devoir demander des autorisations à l’évêque du lieu… Ne nous donne-t-on pas une prélature pour nous empêcher de faire ce qu’on veut ? »
          « Plus le temps passe, plus les écarts se creusent »
          « Méfiance », « risque », « danger » : ces mots reviennent souvent dans la bouche de Thomas, fiscaliste en entreprise, qui fréquente lui aussi Saint-Nicolas-du-Chardonnet. S’il se dit partisan du ralliement conduit par Mgr Bernard Fellay, le supérieur de la FSSPX, ce trentenaire redoute que la main tendue par Rome soit « un prétexte pour nous faire rentrer dans le rang ». Pour autant, estime-t-il, la FSSPX n’a « rien à perdre ».

          « Plus le temps passe, plus les écarts se creusent, et si l’on attend trop, on va aboutir à un schisme réel. Pour moi, ce serait trop douloureux. Si l’on considère que l’Église reste l’épouse du Christ, s’en séparer n’a pas de sens. » Thomas craint aussi que la Fraternité devienne à terme une entité marginale, sans chef ni autorité. « Mgr Lefebvre ne voulait pas qu’on reste trop longtemps à l’écart, sous peine d’être gagnés par un esprit sectaire », renchérit Caroline.
          Elle-même souhaite cet accord, mais constate que beaucoup, autour d’elle, sont déstabilisés par la figure du pape François, qu’elle juge pour sa part « inattendu » et « surprenant ». « Il tend la main à tout ce qui est à l’écart mais ses idées très progressistes sont bien éloignées de la ligne de Mgr Lefebvre. » En cause, l’œcuménisme prôné par le pape et l’exhortation apostolique Amoris Laetitia. « Chez nous, les catholiques de tout temps, on a maintenu l’infaillibilité du mariage », s’offusque Caroline.
          Des réfractaires surtout en France
          Si ces craintes sont bien réelles, les réfractaires à un accord avec Rome ne semblent représenter qu’une minorité, cantonnée au district de France. En Allemagne, en Suisse ou aux États-Unis, les négociations sont suivies favorablement, et une pétition lancée voici près de deux semaines en plusieurs langues, contre l’accord portant sur les nullités de mariage, n’a recueilli que 500 signatures dans le monde.

          Pour Marie-Alix Doutrebente, paroissienne de Notre-Dame de Consolation à Paris, ce sont les « derniers soubresauts » de quelques prêtres qui résistent d’autant plus que l’accord est proche… La majorité, aux yeux de cette femme qui a collaboré à la fondation, il y a 20 ans, d’un groupe de dialogue informel entre catholiques des deux bords, est dans l’attente d’un heureux dénouement. « Pour nous, les fidèles, c’est une vraie souffrance depuis quarante ans. Nous aspirons à retrouver notre place dans l’Eglise et prier sur les mêmes bancs. »
          Montrer à l’Église le droit chemin
          Les esprits sont plus mûrs également, rappelle-t-elle, depuis la publication du motu proprio, il y a dix ans, par lequel Benoît XVI a libéralisé la messe tridentine. « Beaucoup de familles qui ne fréquentaient que les chapelles de la Fraternité Saint-Pie-X suivent aujourd’hui aussi la messe à l’Institut du Christ-Roi ou dans les paroisses diocésaines où elle est célébrée selon la forme extraordinaire. »

          Une fois réintégrés et « dédiabolisés » comme ils disent, les lefebvristes affirment cependant vouloir montrer à l’Église le droit chemin. « Nous n’avons rien changé à la doctrine de toujours, veut croire Caroline. La Fraternité pourrait rendre à l’Église un grand service en lui apportant cette rigueur dans la foi. Et nos nombreuses vocations religieuses pourraient bénéficier à tous les catholiques. » Un retour, peut-être, mais, semble-t-il, sans rien céder sur le fond. »

          Mon commentaire de cet article :

          Bien sûr, vous allez rétorquer que le journal La Croix, ceci, cela, la pravda, l’organe officiel de la CEF, un énième complot de la secte conciliaire, etc, etc, etc… Mais ce sont des faits, incontestables. Vous pouvez retrouver cet article sur Tradinews. La FSSPX prendra peut-être la saine décision de faire venir de saints prêtres américains, argentins, suisses, coréens, philippins, africains, dans nos diocèses français, avant qu’une nouvelle génération de saints prêtres français ne remplacent ces pauvres prêtres qui auront quitté la FSSPX pour rejoindre leur secte janséniste.

          Et n’oubliez pas que le Bon Dieu n’a besoin ni de vous, ni de moi, ni de la FSSPX, ni de la FSSP, ni de l’ICRSP pour sauver son Eglise, qui, de toute façon et de toute éternité et pour les siècles des siècles, est forte et belle et immaculée et resplendissante, puisque le diable a été vaincu une fois pour toutes sur le bois de la Croix.

          Miserere mei, Deus: secundum magnam misericordiam tuam.

  13. David says:

    Bien Cher Père

    Vous êtes sur la voie de la perdition et vous en entraînez d’autres à votre suite.

    Que Dieu est pitié de votre âme, vous délivre du pouvoir du malin et vous donne de goûter sa joie et sa paix…

    • pamino says:

      Il vaut mieux s’occuper de sauver sa propre âme et en entraîner d’autres à sa suite, sinon on risque de perdre le goût pour les joie et paix divines dont on a été doté à sa conception pourtant maculée. Que Dieu ait, etc. (3 fois)

  14. Marc Sorède says:

    À Maxime Labole.
    C’est étonnant, désolant, scandaleux même de lire les interventions de Maxime…
    Car enfin, je pense aux nouveaux arrivés dans nos chapelles, aux nouveaux baptisés chez nous confrontés à ses propos…
    Si vous n’avez pas la charité disait Saint Paul…
    Au delà encore une fois du fond du problème qu’il appartient – exclusivement- à nos chers prêtres et supérieurs de régler en interne (cf votre message du 30 mai, Maxime : « la religion n’est pas une affaire démocratique »), je suis sidéré du ton employé, des moyens utilisés…y compris les déballages anonymes et ce qui s’apparente à de la calomnie, ragots et rumeurs malveillantes typiques il est vrai de ces pseudos  » résistants » qui résistent à tout, bien planqués dans leur anonymat bien confortable, et surtout à…la charité.
    Charité, oui, j’y reviens:
    Quand on se permet de traiter Mgr Fellay de:
    -terroriste,( message du 30 mai)
    – » le traître Fellay (message du 30 mai)
    -« dictateur qui sévit à Menzingen (message du 31 mai)
    -« chien » (message du 31 mai)
    …ça fait beaucoup.
    Surtout que le « traître- terroriste-dictateur-chien Fellay » retrouve par magie son titre  » Mgr » dans vos messages quand vous vous essayez d’argumenter davantage face à un contradicteur ( message du 31 mai)…comme quoi c’est délibéré…

    Alors question toute simple:
    Imaginez vous une seule seconde Mgr Lefebvre utiliser vos mots, même quand on sait tout ce qu’il a eu à subir?
    Et si non, qu’est ce qui vous autorise à la faire, tout en vous réclamant de lui.
    ???
    C’est de l’escroquerie, c’est un scandale pour tous ses fidèles.
    Au delà du débat entre fidèles, qui est légitime, la fin ne justifie pas les moyens.
    Ni ces invectives. Ni cette lâcheté faite de subversion et/ou de méchanceté anonyme.

    La charité, Maxime, la charité…
    Sans elle, vous n’êtes…rien.

  15. Serviteur says:

    Ce qui est intéressant, c’est que l’abbé Puga était contre cette lettre, dans sa forme publique. Aujourd’hui, il les soutient… Incohérence inhérente à un esprit indécis.

    On a les chefs qu’on mérite, mais les subalternes sont toujours à l’image du chef…

    Même si la FSSPX devait retourner sa chemise est reprendre la combat de la Foi, son chef a brisé en elle ce qui fait le support naturel premier de toute communauté : la confiance.

    Et cela, c’est irrémédiable car il a déjà eu bon nombre de prêtres qui sont montés à la maison générale ces dernières années, pour lui exposer leurs craintes, leurs doutes, puis, un beau jour, eh bien il faut bien prendre l’initiative qui pourtant revient au chef : dénoncer.

    Ils sont nombreux, vraiment, à être montés au carton. Mais quand sur des années, on voit que cela ne sert à rien…

    Les abbés seront interrogés, comme tout le monde, sur leur devoir d’état. Ce devoir est avant tout celui qu’ils ont envers leurs ouailles journalières, ensuite viendra la question de l’obéissance au supérieur. Mais qui pourrait reprocher à un abbé d’avoir tenté de protéger ses ouailles d’une autorité qui a flanché ?

    L’erreur serait plutôt, dans l’avenir, de ne pas pardonner aux ténors de ce ralliement présenté comme normal.

    Autre chose : j’en entends tellement qui attendent une signature pour cesser de fréquenter la FSSPX. Comme si un document « acceptable » sur la forme et le fond, une page A4 de texte dis-je, pouvait cacher les 2kms carrés d’un Vatican qui, lui, n’a aps changé en bien depuis des années.

    Or Mgr Lefebvre, et Mgr Fellay aussi, avaient bien affirmé pendant longtemps les conditions préalables à toute collaboration avec « ces gens-là ».

    Cessons une bonne fois pour toutes de nous dépêcher d’oublier les fondamentaux. Un principe, même prudentiel, reste un principe. Un principe, cela ne se lâche pas.

    Un homme de principes est nécessairement perçu par beaucoup comme un « fixiste », un « intangible », un « imprudent », un « idéaliste » et autres mots qui désignent tout sauf la réalité.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com