Joachim Véliocas dirige l’Observatoire de l’islamisation et est analyste pour l’institut de géostratégie Wikistrat. Il est l’auteur de plusieurs livres d’enquête sur l’islamisme en France.

Dans une interview au Figaro Magazine (2 septembre 2016), l’islamologue Malek Chebel admettait ceci :

« Il y a au moins deux types d’islam, l’un violent, l’autre non. L’un est inscrit dans une longue durée. Il est vain d’en nier la dimension expansionniste et donc la violence. Cela commence par l’épopée dite arabe qui a porté le sabre jusqu’en Andalousie. Et je ne suis pas de ceux qui se voilent la face, les liens de cet islam violent avec le Califat et les chefs de l’EI sont publiquement affirmés.« 

Selon le chiffre du ministère de l’Intérieur, 148 mosquées (sur les 2.500 que compte le territoire français) seraient « radicales ». Mais seules une vingtaine ont été fermées. Alors sur quelle grille d’analyse peut-on parler de « radicalisation » ? Ce livre montre que bien des mosquées diffusent des écrits, des prêches ou des invitations de prédicateurs comprenant des appels à un djihad offensif ou des justifications de peines physiques (hudûd) à l’encontre des apostats ou des réformateurs considérés hérétiques (zindiq).

Joachim Véliocas passe en revue ce qu’on dit et ce qu’on lit dans des mosquées du courant des Frères Musulmans (à Amiens, Mulhouse, Cergy, Reims, Montpellier et Givors), des mosquées du courant salafiste (à Marseille, aux Mureaux, à Longwy, Saint-Dizier, Villiers-sur-Marne, Brest, Joué-les-Tours, Torcy, Ecquevilly, Sarcelles, Pontoise et en Seine-Saint-Denis), des mosquées malékites (à Nancy-Tomblaine, Créteil, Argenteuil, Toulouse-Le Mirail) et des mosquées turques de Milli Görüs. Il indique les lieux, les références précises. Le visionnage de dizaines d’heures de conférences et prêches en ligne lui a permis de repérer des discours épouvantables. Un chapitre est également consacré aux nouvelles écoles de la fédération de l’enseignement musulman lancée par l’UOIF.

Cet ouvrage contient d’abondantes citations des principaux « savants » référents des courants islamistes des Frères Musulmans et des wahhabites saoudiens. Le résultat est effrayant.

L’islamologue Hamadj Redissi, professeur à l’université de Tunis, écrit :

« Un lecteur occidental ne manquera pas d’être dérouté par la table des matières de tout manuel de droit musulman. (…) Le manuel inclut immanquablement le « Livre du jihad », devoir collectif incombant à la communauté dans son ensemble et non à une personne particulière. Il est exclusivement consacré à la « guerre sainte », et ce, contrairement à une opinion aujourd’hui courante qui voudrait nous faire croire que le corpus juridique se souciait de « jihad spirituel ». C’est l’occasion d’épiloguer sur le statut des non-musulmans, la cible justement du jihad.« 

Mosquées Radicales, Joachim Véliocas, éditions DMM, 318 pages, 24 euros

A commander en ligne chez l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

6 commentaires

  1. – Il peut y avoir une différence significative entre un musulman et l’Islam : on connaît plus ou moins sa religion, on l’applique (ou on l’adapte) plus ou moins.
    – Finalement, l’autorité dans cette religion serait la « rue musulmane », soit monsieur et madame tout-le-monde, soit le plus petit dénominateur commun, simpliste et manipulable comme toutes les foules.
    – Mais – comme le proclamait naguère le président turc Erdogan – il n’y a aucune différence entre l’Islam et l’Islamisme : il y a l’Islam.

  2. Tout cela, c’est l’islam salafiste ! Le Coran est rempli de versets d’amour et de compassion. Nous sommes devenus pire qu’eux, puisque nous fermons les yeux devant cette opposition flagrante aux lois de la république et contre le droit à la liberté. Nos responsables politiques sont aveuglés, vus comme ils la portent aux nues. Une grande partie de la classe politique veut que le peuple adopte cet esprit pervers, mondialiste religieux, dont l’idéologie est ténébreuse. Les droits de l’homme sont bafoués sur notre propre sol, la religion qui a été éliminée du pouvoir, revient sous une autre apparence de séduction, jusqu’à s’infiltrer dans le pouvoir de notre état français.

    • Géo je vous serais reconnaissant de me citer les versets d’amour et de compassion dont le coran est rempli. Je l’ai lu et n’ai trouvé que haine et appel à la violence et au meurtre du non musulman, et du juif et du chrétien en particulier.

      • chellal says:

        Pour vilipender la haine encore faut il en être soi même exempt afin de ne pas sombrer dans la mauvaise foi ( sans jeux de mot), peut être il ne s’agit pour vous en l’occurence que tout simplement d’ignorance, auquel cas je vous invite à consulter sur wikipédia la sourate coranique n° 5 (verset 32 ) sur le respect de la vie d’autrui, la sourate n° 9 (verset 6) sur le comportement avec le non Musulman ainsi que la n° 5 (verset 8) sur le même sujet, la sourate n°2 (verset 62) et n°3 (versets 113-114-115) s’agissant du comportement avec les Juifs et les Chrétiens.En outre l’Islam condamne toute contrainte en religion comme stipulé dans la sourate n°2 (verset 256), mais il est vrai ordonne le combat contre toute forme d’injustice ; sourate n°4 (verset 75).Le respect des gens du livre Chrétiens et Juifs et de leurs lieux de culte est une obligation en Islam, et la violence n’est licite qu’en cas d’agression ou contre une injustice manifeste.

        • Hilaire says:

          Merci de votre réponse Chellal
          Je ne prendrai que votre premier exemple la sourate 5 verset 32. Pourriez-vous me préciser ce qui consiste à semer la corruption sur la terre, car il semble bien qu’il soit autorisé de tuer un homme qui sème la corruption dans cette sourate.

  3. J’ai acheté à la Mosquée de Paris mon Coran en 1954 (de mémoire) et l’ai lu de nombreuses fois.
    Ce Livre m’a évité de sombrer dans l’Islam et je ne vois pas comment peut faire un Imam qui ne serait pas « radical »pour faire ses prêches. Il est contraint de sauter de plots en plots pour ne faire entendre que des paroles de séduction évoquant la mansuétude d’Allah. S’il rate un plot il tombe forcément dans Jihad partout imposé au Musulman par le créateur de cette religion démoniaque.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com