Najat Vallaud-Belkacem avait gagné la célébrité en occupant sous la présidence de François Hollande le poste de ministre de l’Education nationale, prenant la suite de Vincent Peillon, et assurant la promotion de la théorie du genre parmi nos enfants.

Mais les élections législatives de 2017 à Villeurbanne se sont soldées par un cinglant échec pour Najat Vallaud-Belkacem. Qu’allait devenir cette jeune femme ambitieuse ? D’emblée, elle refusait l’hypothèse de prendre la direction d’un PS devenu radeau de la méduse.

Au début du mois de janvier, elle avait annoncé qu’elle se reconvertissait dans l’édition, recrutée par Fayard pour diriger une collection d’essais sur le progressisme.

Mais selon une information de Challenges, Najat Vallaud-Belkacem devrait également être nommée prochainement directrice générale déléguée des Études internationales et de l’innovation au sein de l’institut de sondage Ipsos.

Cette nouvelle mission trouve place dans le cadre du plan de refonte stratégique d’Ipsos, baptisé « Total understanding », qui a pour objectif un accroissement de leur chiffre d’affaires, en s’appuyant sur le traitement des données en temps réel par de nouveaux outils de mesure.

De quoi douter encore un peu plus de la neutralité des instituts de sondages…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Sancenay says:

    Elle ne risque pas de révolutionner cette institution de basse propagande.Y a bon l’ Hip-sauce !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com