Un représentant des milices locales de l’État de Borno au Nigeria annoncé aujourd’hui le retour de 63 des 68 femmes et filles retenues en otage depuis le 16 juin à la suite d’une série d’attaques attribuées au groupe islamiste Boko Haram, dans le village de Kummabza, dans le district de Damboa. Elles ont profité de l’absence de leurs ravisseurs pour s’enfuir. Ces derniers étaient alors aux prises avec l’armée nigériane. Vendredi soir, des heurts ont en effet opposé les islamistes à l’armée, après une attaque des insurgés à Damboa, au cours desquels 53 islamistes ont été tués, selon l’armée. Ce récent rapt aurait été caché par le gouvernement pour éviter un nouvel emballement médiatique international. Au moins 200 lycéennes, enlevées le 14 avril, manquent toujours à l’appel.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com