Situé à l’extrême sud de la péninsule russe du Kamtchatka, à 230 km à vol d’oiseau au sud-ouest de la base navale russe de Petropavlovsk, le volcan Kambalny est entré en éruption le 25 mars 2017 (24 en France), projetant des cendres à une hauteur de 7.000 mètres. Haut de 2.156 mètres, c’est un stratovolcan (structure créée par les éruptions successives) comme le sont le Mont Fuji et le Plomb du Cantal, qui n’avait plus connu d’activité depuis 1767 et d’éruption importante depuis 1350. Sa dernière éruption de grande envergure eut lieu en 564 avant Jésus-Christ, les cendres étant projetées jusqu’aux îles Paramouchir, dans les Kouriles, à une centaine de kilomètres de là.

Cette éruption a surpris tous les spécialistes. Olga Girina, responsable de l’Équipe d’intervention d’éruption volcanique de Kamtchatka (KVERT) qui observe le volcan de puis 1993 a déclaré à l’agence TASS : « C’est le premier événement volcanique sérieux à Kambalny dans l’histoire moderne des observations scientifiques, rien ne montrait une éventuelle éruption du Kambalny. C’est une pure surprise pour nous. Nous continuons le suivi et l’analyse des menaces possibles à mesure que les données entrent. Il n’y a aucune expérience d’observation ou de comment il s’est comporté précédemment. Il a été silencieux pendant plusieurs centaines d’années, s’est réveillé et maintenant nous pouvons simplement observer comment il fonctionne ».

Bien entendu, la question d’une éventuelle éruption de notre bon vieux Puy de Dôme, d’autant plus qu’une étude scientifique parue dans le Journal of Petrology du 8 mars 2013, déclare qu’il existe toujours du magma liquide sous le volcan et sous son petit frère, le Sarcoui, magma très riches en silice, visqueux, et donc potentiellement associés à des éruptions explosives. La chambre magmatique de la chaîne des Puys, d’une taille comprise entre 6 et 15 km³ et enfouie à plus de 30 kilomètres de profondeur,  n’a pas eu le temps de refroidir. Mais il y a une différence de taille : le Sarcoui n’a pas connu d’éruption depuis 12.000 ans et le Puy de Dôme depuis 6.500 ans. Comme le précise le géologue Lydéric France dans la revue Lithos du 1er septembre 2016 : « Avoir du magma liquide en profondeur est une chose, le remobiliser pour faire une éruption en est une autre. Il est possible qu’une éruption ait lieu ; il est très improbable que ce soit demain ». Si rien ne bouge, la chambre magmatique sera complètement refroidie dans quelques millénaires.

Par contre, il existe dans le monde deux volcans dont l’explosion aurait des effets désastreux : le Yellowstone, situé dans l’Etat du Wyoming aux Etats-Unis, et son « rival » dont la dangerosité a été démontrée récemment : le Paektu, situé dans la province de Rynaggan en Corée du Nord…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

5 commentaires

  1. daflon says:

    Je me prends parfois à rêver d’un volcan populaire qui entrerait dans une immense irruption et submergerait toute la pourriture musulmane, ainsi que les collabos, sous son magma en fusion.
    Cela ne restera t-il qu’un beau rêve?

    • hathoriti says:

      Hélas, daflon, j’ai bien peur que oui…

  2. Soupape says:

    Gare au TITRE démobilisateur !

    Dans le conteste de l’élection Présidentielle,

    on croirait que les Auvergnats ont renoncés à la France !

  3. Les éruptions volcaniques sont des signes de mauvais augure. Souvenez-vous du début de la pièce « Jules César » de Shakespeare.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com