Janvier 2015, les grands quotidiens français claironnent : « Première mondiale », le Pr Menasché de l’hôpital Georges Pompidou a « réparé » le cœur d’une femme de 68 ans atteinte d’insuffisance cardiaque. Il a injecté des cellules souches embryonnaires dans les artères coronaires qui vascularisent le cœur. Il est bon de savoir que ce cardiologue est un des derniers tenants de l’usage de cellules souches embryonnaires ce qui suppose la destruction d’embryons. En fait l’intervention remontait à octobre 2014. Apparemment l’amélioration fut constatée début 2015 : trompettes de la renommée. Intox médiatique.

Mais comme avec les greffes d’embryons effectuées par Peschanski dans le cerveau de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, un grand coup de clairon est toujours donné au départ ; ceci a pour effet pour donner espoir au bon peuple qui ne demande qu’à croire. Pourtant ensuite, les échecs ultérieurs sont ensuite mentionnés par des entrefilets par la presse médicale spécialisée.

Le « résultat des courses » sur ce type de travaux a été donné par le congrès de la société de cardiologie qui vient de se tenir fin août à Rome. Le Pr J. Bartunek (université l’Alost en Belgique) dans la ligne des travaux effectués par Menasché, a diligentée une étude appelée CHART-1. Celle-ci donne la conclusion suivante : « une différence statistiquement significative entre le groupe traité et le groupe témoin (procédure de contrôle) n’a pas été atteinte ».  Manière élégante de dire que le Pr. Menasché a fait un gros flop. Le Dr Anaïs Kervadec, chercheuse dans le service de cardiologie du professeur, ne s’y est pas trompée dans la mesure où elle s’oriente vers une recherche sur la souris ; elle essaye un autre type de cellules. Ce que le Quotidien du médecin du 5 septembre appelle « la bonne soupe » du professeur.

À noter que le mot de « cellules souches embryonnaires », n’est plus utilisé par Menasché car il fait peur : en effet se servir d’embryon pour se soigner, rappelle un peu trop le cannibalisme qui incorpore de la chair humaine. Il faut désormais parler désormais parler de « cellules progénitrices ». Le mot change mais pas la destruction d’embryons d’où elles sont extraites.

Afin de ne pas faire déprimer nos lecteurs, il est bon de savoir qu’au CHU de Toulouse,  le Dr Roncalli a utilisé avec succès dans l’insuffisance cardiaque des cellules souches dites mésenchymateuses ; celles-ci provenant de la moelle osseuse des patients eux-mêmes ; ce qui a pour effet d’éviter les rejets occasionnés par des cellules extraites d’embryons.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

20 commentaires

  1. Je pense que cela reste une voie très prometteuse. malgré les échecs..et les scandales.
    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/au-coeur-d-un-scandale-medical-deux-juges-du-nobel-de-medecine-renvoyes_1828128.html

  2. Jean-Pierre Dickes says:

    Bof ! Vous répondez par esprit de contradiction ou par l’idéologie de la culture de mort faisant de la destruction de l’embryon une finalité et pas un moyen.
    Les cellules IPs de Yamanaka, prix Nobel il y a trois ans sont extraites des cellules musculaires ; elles permettent l’horripilation (redressement des poils). Elles sont capables de s’orienter vers tous les tissus. Pourquoi s’échiner à détruire des embryons. En maintenant cette fiction la recherche sur la régénération cellulaire a pris 10 ans de retard en France car elle est sur une voie de garage car un Peschanski et un Menasché la bloquent. La collecte du sang des cordons est bloquée par un gouvernement débile qui ne comprend rien aux enjeux de la régénération cellulaire à cause de ces types-là qui tiennent le perron médiatique. Un vrai scandale qui devrait vous émouvoir.
    Les services d’hématologie en sont à commander des cellules souches du cordon à Israël, au Canada, à la clinique Gemelli du Vatican. Les recherches sur les cellules de Yamanaka commencent à peine ici. C’était il y a dix ans. J’étais en Espagne et je vois un articulet dans le Diario de Mallorca disant quun enfant venat d’être guéri en trois injections de cellules du cordon. Ne pensez-vous pas que c’est mieux que de s’échiner à détruire des embryons ?
    Ce sont des réflexions comme la votre qui entretiennent une fiction. Grave !

    • MA Guillermont says:

      Et bien merci Dr Dickes pour cet argumentaire solide et pour la présente mise au point bien nécessaire .
      Devant des êtres froids et pragmatiques nous ne pouvons plus ignorer que leurs positions anti-humaines ne sont ni gérables ni acceptables , qu’ils sont à l’égal des bataillons les plus sanguinaires et que leur nombre nous donne un mince aperçu de ce que l’avenir nous réserve.
      Pour moi , la personnalité de ces êtres souffre d’un profond dérèglement et exprime une pathologie dont il va être compliqué de se défaire …
      Pour le coup nous avons à faire face à un ennemi qui est dans nos rangs !

      • Même si vous avez raison sur le principe, compte tenu de votre discours, c’est des gens comme vous qu’il faudrait se méfier.

        • MA Guillermont says:

          La Vérité est amère et vous déplaît …
          Ce que les fidèles comprennent devrait être dévoilé par les serviteurs sacrés du Christ dont vous êtes ?..qui ne voient pas la Science au service du Mal !
          Pourtant la Science peut-être bonne et utile .
          Encore faut-il en faire un bon usage .
          Suivre ou poursuivre des voies et des chimères humaines fait perdre de vue Dieu et Sa Loi .

        • Jean-Pierre Dickes says:

          Monsieur Sylvain,
          Je vous présente des faits scientifiques. Vous les contestez ou pas. La science peut se tromper. Mais remplacer l’argumentation par une agression « il faut se méfier de vous » ne me semble pas recevable.

    • Je sais bien que L’utilisation de cellules souches embryonnaires pose des problèmes éthiques : leur prélèvement nécessite en effet la destruction d’un embryon, et donc d’une vie humaine potentielle. Religions et cultures s’opposent sur la « valeur » de l’embryon au stade auquel il est détruit. Ainsi, les Juifs ne sont généralement pas opposés à cette recherche car, selon leurs croyances, l’embryon prend vie plus tard au cours du développement. L’Église catholique n’a pas la même position, estimant que la vie débute au stade de l’ovule fécondé.

      D’autres croyances abordent la question différemment : par exemple, les bouddhistes jugent que le bénéfice pouvant découler de ces recherches en termes de santé humaine justifie ce sacrifice. Néanmoins, toutes les cultures s’accordent sur le fait que l’embryon ne peut être instrumentalisé à des fins de recherche et ne peut donc être conçu dans cette seule finalité : un embryon doit obligatoirement être conçu dans le cadre d’un projet parental.

      Quand aux cellules IPS vous n’ignorez pas que ’ADN des cellules IPS n’est pas « natif » comme celui d’une cellule souche embryonnaire. Il garde les traces de changements épigénétiques intervenus au cours de la vie de la cellule avant la reprogrammation, sans parler des éventuelles mutations qui ont pu modifier sa séquence. Les modifications génétiques nécessaires à la reprogrammation des cellules adultes en cellules IPS sont également à prendre en compte, sans qu’on sache aujourd’hui dans quelle mesure elles posent problème (en particulier dans le cadre d’une utilisation thérapeutique des cellules IPS).

      Je rappelle également qu’en France la loi prévoit que les recherches autorisées peuvent être menées à partir d’embryons surnuméraires conçus dans le cadre d’une procréation médicalement assistée ne faisant plus l’objet d’un projet parental, après information et consentement écrit du couple concerné. Ce consentement doit être confirmé à l’issue d’un délai de réflexion de trois mois et peut être révoqué sans motif par les deux membres du couple ou le membre survivant tant que les recherches n’ont pas débuté.

      • Jean-Pierre Dickes says:

        Cher MCF 68
        Jsinvite à lire mon ouvrage intitulé Le fin de l’espèce humaine. Il y est présenté un ensemble de succès des cellules iPS.
        Japon : production de plaquettes,
        Pologne : régénération de la moëlle épinière des paralytiques
        Etats-Unis ; cellules hépatiques, cellules souches sanguines et greffe dans la sclérose en plaques
        Grande-Bretagne;Ouverture sur le plan internationnal d’une banque de cellules souches iPS développes en lignées (30 savants du mone entier avec Wilmut);
        Allemagne : création de neurones s’organisant en mini-cerveau
        USA : création d’un petir coeur à Pittsburg. Rétine
        Israël : création de spermatozoïdes
        .France : spermatozoïdes par Kalistem

        J’en passe et des meilleures. Votre argumentaire se trouve confronté à des réalités précises. Cela vous étonne. Lisez les bons auteurs eet buvez un boncoup d’eau de Pologne pour vous remettre de vos émotions.

        • Cher Docteur,

          Je ne conteste pas le succès des cellules IPS. Je dit juste que les cellules souches ont aussi eu des succès.
          Question auteur j’ai lu « Cellules souches, porteuses d’immortalité (Les) par Nicole Le Douarin.. » Mais est ce un bon auteur ?

    • Jean-Pierre Dickes says:

      C’est exact. Mais les Japonais ont tourné le problème. Ils ont même réussi à faire des gamètes. Quand Yamanaka a eu le prix Nobel en 2012, dans la quinzaine qui suit un chercheur japonais Mikinori Saïto déclarait avoir réussi a faire des gamètes. Exploit reproduit en France par Kalistem puis par un autre Japonais De même les premières expérimentations sur la DMLA ont obtenu un succès dans ce pays. L’obstacle soulevé par vous est recevable. Toutefois les iPS font l’objet de recherches dans le monde entier. Mais j’ai écrit un article dans MPI expliquant qu’aux Etats-Unis le labo Geron avait arrêté la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Un autre firme qui avait repris le flambeau viennent de jeter l’éponge.Je dois l’avoir écrit dans MPI.
      Lui Menasché continue et se prend la gamelle. Peschanski a fait des expériences effroyables de greffes d’embryons chez des Parkinsoniens qui sont morts dans d’atroces souffrances suppliant que l’on leur enlève ces implants embryonaires. Echecs dans la rétinite pigmentaire.Mais il s’obstine. Je vous rappele qu’il est trotskyste militant. Il tue les embryons par idéologie. Le grand drame est qu’il oriente le pognon du Téléthon et de l’Association Française de la lutte contre la Myopathie dans cette direction. Cette erreur d’orientation est à la base de la mort de mon fils myopathe ; et mon petit fils prend la même direction. Mais l’AFM est vérouillée sur le plan statutaire : on ne peut rien faire. C’est un système de drainage de pognon pour les dirigeants dont les indemintés sont hallucinantes. Barataud le créateur de l’AFM et du Telethon ne s’est jamais enrichi d’un centime. Mais ses sucesseurs…Un livre entier a été écrit sur le sujet. Il n’a fait l’objet d’aucune plainte en justice.
      Bref, je vous signale qque les greffes de cellules du cordon ombilical ou des autogreffes y compris d’iPS, c’est à dire prises sur l’homme lui-même volent de succès en succès ; notamment en chirurgie osseuse.

      • Je suis d’accord pour dire que les cellules IPS sont également une voie prometteuse. Si cela s’avère plus ou au moins autant que les cellules souches embryonnaires c’est cette voie là qu’il faudra suivre. Parce que les cellules embryonnaires ne sont pas n’importe quelles types de cellules. Mais dans le cadre d’une recherche encadrée comme en France je n’ai pas d’objection particulière.
        Concernant les recherches des Dr(s) Peschanski et Ménasché j’avoue ne pas les avoir lues. Si ce que vous dites est vrai concernant les patients décédés je m’étonne qu’il ne soit pas en prison.

        Il semble que les cellules souches embryonnaires ont aussi enregistré quelques succès :
        http://www.cell.com/cell-reports/pdf/S2211-1247(14)00419-7.pdf
        http://www.israelscienceinfo.com/medecine/premiere-un-patient-atteint-de-dmla-recoit-une-transplantation-a-base-de-cellules-souches-a-hadassah/

        Des succès qui n’effacent pas la dynamique des iPS.

        Concernant l’argent du Téléthon, je pense qu’une enquête approfondie ne serait pas du luxe. J’espère que çà ne sera pas une affaire « Crozemarie  » bis.
        :

        • Jean-Pierre Dickes says:

          La question est que les statuts vérouillent toute intervention ou apport venant de l’extérieur. Moyennant quoi les adhérents agréés votent notamment sur les émoluments des cadres ; lesqueles sont effarrants. Personne n’y peut rien. La présidente s’est bornée à dire que ses responsabilités méritaient le salair octroyé…Elle avait acehté à Saint Cloud une maison que l’agent du Téléthon entretenait. Cela pour qu’elle puisse dormir tranquille quand elle venait à Paris pour l’AFM. La cour des comtes a dénoncé cette situation. Elle a été obligé de revendre la maison.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          Oui. C’est toujours pareil et je l’ai écrit plusieurs fois. Quand une telle expérimentation est lancé, il y a des gros effets d’annonce. Quand elles on raté, c’est un entrefilet dans la presse médicale, voire rien du tout. On aime faire rêver les gens ; lesquels pour être uériris croient en tout ce qui était dit. Quand il y a trente cinq ans a été lancé le Généthon on prédisait un traitement dans les deux ans à mons fils. Cela fait 20 ans qu’il est mort. Même le professeur Katz qui le suivait m’avait dit qu’il était certain que le traitement allait être trouvé rapidement…
          Lisez cela à concernant les cellules souches embryonnaire.
          □ La principale compagnie américaine
          nommée Stem Cells Inc’s utilisant des
          cellules souches embryonnaires rend
          les armes. (Life site 07/07/2016).
          Elle le fait à la suite de Geron. Si le commerce renonce…

  3. Bonjour, Ce ne sont pas des cellules embryonnaires qui sont utilisées dans l’essai présenté par le professeur Menasché. CHART-1 de la société Celyad utilise des cellules souches autologues extraites de la moelle osseuse du patients. Des cellules « MSC » qui sont transformées en cellules progénitrice cardiaque avant d’être injectées dans le coeur. Les cellules IPS ont posés des problèmes (cancers) en thérapie régénératives ce qui fait qu’elles sont moins en vue. Les cellules embryonnaires posent en effet un problème éthique.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Désolé, voilà le titre d’un communiqué de l’hôpital Pompidou que vous retrouverez facilement en mettant sur Internet le titre suivant :
      Première mondiale : implantation de cellules cardiaques dérivées de cellules souches embryonnaires

      05/03/2015

      Le Professeur Philippe Menasché du service cardio-vasculaire a réalisé une première mondiale à l’Hôpital européen Georges-Pompidou. Le 21 octobre dernier, une greffe de cellules cardiaques embryonnaires a été pratiqué sur une patiente atteinte d’insuffisance cardiaque.

  4. Pour compléter mon précédent message, voici un lien qui explique la technologie de CHART-1.
    http://www.celyad.com/our-science/cardiovascular-diseases/for-non-scientists-1/technology-developed-at-celyad-2
    Comme expliqué, les cellules « progénitrices cardiaques » sont créées à partir de cellules de la moelle osseuses du patient. Celles-ci passent par plusieurs étapes de transformation qui reproduisent l’évolution naturelle embryonnaires au moyen de protéines pour en faire des cellules cardiaques.

    • " Pour le coup " says:

      Donc chacun doit croire sur parole que ces cellules « progėnitrices cardiaques « (…) passent PAR PLUSIEURS ÉTAPES DE TRANSFORMATION qui reproduisent L’ÉTAT NATUREL EMBRYONNAIRE au moyen de protéines POUR EN FAIRE DES CELLULES CARDIAQUES .

      Alain , vous n’avez pas l’impression de nous prendre pour des simples abruti(e)s …!

      • Non certainement pas. Vous confondez deux sociétés et deux études qui sont différentes. CHART-1 (Celyad) qui a été présentée fin juin à lors de la réunion annuelle de la société européenne de cardiologie est une étude réalisée à partir de cellules de la moelle osseuse du patient. Que le médecin indépendant qui l’a présenté soit également impliqué dans une autre étude qui utilise une autre technologie venant du CNRS et qui celle-ci utilise des cellules souches embryonnaires est un fait. Mais vous faites la confusion avec la société belge Celyad qui utile une technologie qui vient des USA – Mayo clinique- pays ou l’usage des cellules embryonnaire est interdit ..

  5. Jean-Pierre Dickes says:

    Alain fait une confusion. D’une part, il y a les cellules prélevées sur des embryons en déshérence à la suite de fécondation in vitro, abandonnés par les parents et récupéré par Menasché et . Peschanski. D’autre part il y a les cellules reprogrammées dites iPS qui effectivement retrouvent un statut de pluripotence de type embryonnaire.

    • Je ne fais aucune confusion. Il y a de nombreuses sources de cellules souches utilisées pour des thérapies. Les cellules IPS obtenues à partir de la peau et « remise à zéro ». Les cellules souches du tissu adipeux, du sang, de la moelle osseuse. Toutes ne sont pas capables de se différencier pour obtenir des cellules spécialisées de même rang. Je suis juste intervenu pour relever une erreur dans cette article, à savoir, que l’étude appelée CHART-1 n’est pas réalisée à partir de cellules embryonnaires mais à partir de cellules prélevées dans la hanche du patient (cellules souches pluripotentes de la moelle osseuse).

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com