Ce début octobre est marqué par deux évènements notables jugés « favorables » par le régime extrémiste de Netanyahu et les commentateurs politiques aux ordres:

– La mise à la retraite d’office, de la présidente de la Cour Suprême Myrian Naor fin septembre,

Considérée comme « gauchiste extrême » pour avoir toujours essayé de conserver une certaine cohérence juridique à l’état israélien face aux débordements du gouvernement…

Nous avons consacré un article à ses dernières actions en faveur du maintien de la paix et de la justice :

http://www.medias-presse.info/israel-le-baroud-dhonneur-de-miriam-naor/80728/

(Rappelons que Myriam Naor a toujours défendu les droits des Palestiniens, qu’elle a refusé d’honorer de sa présence les fêtes anniversaires du cinquantenaire de l’occupation et qu’au bout de treize ans de procédures, elle était parvenue à faire démanteler la colonie illégale d’Amona, ce que les extrémistes ne lui pardonneront jamais…)

Il n’en fallait pas plus pour déchaîner la haine sioniste dont les actrices les plus virulentes sont les deux passionarias du gouvernement :

Toutes deux réclament de « changer les règles «  pour la désignation des juges de Cour suprême et ses attributions « afin qu’ils ne puissent s’opposer aux décisions de Knesset » (sic!)

La Cour Suprême deviendrait alors une chambre d’enregistrement, caution juridique de l’extrémisme…

La nouvelle présidente de la Cour Suprême, Esther Hayut, automatiquement portée à la présidence par ses pairs – selon la tradition du seul fait de son ancienneté comme juge dans l’institution suprême – a pris officiellement ses fonctions le 9 octobre, jusqu’en 2023, année de ses 70 ans, donc de sa mise à la retraite.

Médiatiquement, le moins qu’on puisse dire est que cette personnalité, pourtant essentielle dans le paysage institutionnel israélien, est fort peu évoquée, pour ne pas dire volontairement ignorée à ce jour!

http://fr.timesofisrael.com/esther-hayut-elue-a-lunanimite-a-la-presidence-de-la-cour-supreme/

C’est sans doute parce qu’elle ne conçoit pas forcément non plus le nouvel extrémisme sioniste, révélé par le gouvernement de Netanyahu, comme compatible avec le droit et la justice, en Israël.

(Une malédiction pour les extrémistes politiques que cette Cour Suprême décidément !)

La preuve?

Première mesure officielle prise sous sa présidence effective, elle vient – au grand dam de l’intéressé – de confirmer l’autorisation de manifester aux opposants à Netanyahu. Ils exigent son renvoi immédiat devant un tribunal correctionnel, suite aux chefs d’inculpations dont il fait l’objet, notamment pour prévarication et trafic d’influence, mais face auxquels la justice israélienne se révèle mystérieusement d’une incroyable lenteur…

Un hasard sans aucun doute…

Mais la disparition de Myriam Naor de la Cour Suprême, quelle que soit sa remplaçante, est considéré a priori (et peut être bien imprudemment) par les analystes, comme une bonne nouvelle pour les extrémistes sionistes, fer de lance de la politique de colonisation en zone envahie.


– La désignation, sur le fil, d’Audrey Azoulay comme directrice générale de l’Unesco le 13 octobre,

A la suite d’une désignation des plus controversées – où la seule candidate de consensus, l’égyptienne Mouchira Khattab a été « désistée » au profit d’Audrey Azoulay – la franco-judéo-marocaine a obtenu 30 voix parmi les 58 membres du Conseil Exécutif, contre 28 données au candidat qatari Hamad Al-Kawari.

(On ignore les termes du marchandage auquel a cédé le très sioniste président égyptien Al Sissi pour que l’on parvienne à un tel résultat !)

Comme l’a souligné, avec la finesse et la diplomatie qu’on lui connaît, le webzine de propagande JssNews titrait, non sans provocation assumée, la veille de l’élection : « On a le choix entre une juive et un antisémite ».

https://jssnews.com/2017/10/11/pour-la-presidence-de-lunesco-on-a-le-choix-entre-une-juive-ou-un-antisemite/

C’est donc bien Audrey Azoulay dont le nom sera proposé, pour être ratifié à l’Assemblée Générale, début novembre.

Et absolument rien n’indique que vu la faible différence de voix obtenue lors de la désignation, cette ratification soit actée : la personnalité de l’intéressée pourrait décourager plus d’un délégué, surtout après la désastreuse direction d’Irina Bokova dont l’hyper-sionisme allait jusqu’à outrepasser les prérogatives de sa fonction, critiquant ouvertement et remettant en cause publiquement les décisions du Comité Exécutjf qui ne lui semblaient pas assez pro-sionistes, notamment en ce qui concerne la sauvegarde des Lieux Saints musulmans, les seuls restant à ce jour, érigés sur l’Esplanade dite du Temple.

Certes, le coup de chantage à la démission Us-raélienne va impressionner, mais la contribution spécifique au seul budget Unesco d’Israël et des USA est beaucoup moins importante que la contribution au régime général de l’ONU ; de ce fait, le petit chantage à la démission pourrait s’avérer sans effet et finalement se retourner contre ses instigateurs, brusquement isolés du concert des nations.

C’est bien ce que cette désignation – considérée par avance comme une nomination acquise – d’Audrey Azoulay, saluée comme il se doit par toute la mouvance sioniste, laisse finalement entrevoir quand on décode le titre du Times or Israël :

« La nouvelle directrice française et juive de l’Unesco ne changera pas immédiatement l’institution »

http://fr.timesofisrael.com/bienvenue-en-israel-la-nouvelle-directrice-francaise-et-juive-de-lunesco-ne-changera-pas-immediatement-linstitution/

Elle devra en effet faire preuve de beaucoup de prudence face aux inquiétudes que sa présence supposée suscite déjà dans un climat passionnel où l’hystérie devient en Israël le sentiment dominant.

C’est ainsi que face à la dégradation du climat entre les communautés, l’appel de l’archevêque orthodoxe Annah, du patriarcat grec de Jérusalem, à « la sauvegarde des Lieux saints musulmans comme chrétien » a suscité une flambée inimaginable de ressentiment ethnique stigmatisant la « haine du juif ! »

Ce n’est pas pourtant à cela qu’on aurait d’abord pensé….

https://www.lemondejuif.info/2017/07/haine-juif-larcheveque-hanna-appelle-a-proteger-lieux-saints-chretiens-musulmans-de-jerusalem/

« Changer les règles » est décidément devenu le nouveau mot d’ordre à la mode chez les sionistes, quand les institutions en place permettent de contrer leurs caprices.

Ce n’est pas pour autant que les acteurs, supposés en sympathie avec leur mouvance, vont se plier à leurs caprices, ni qu’ils aient les moyens de le faire !

Il n’en fallait pourtant pas plus pour que Netanyahu, 48 heures seulement après la nomination d’Azoulay, lance une spectaculaire opération de provocation:

l’annonce de la construction de logements juifs en pleine zone palestinienne à Hébron!


http://fr.timesofisrael.com/une-premiere-en-quinze-ans-israel-approuve-de-nouveaux-logements-a-hebron/


Et le quotidien d’analyser cyniquement:
« L’initiative est considérée comme une réponse à l’inscription de cette ville de Cisjordanie de l’Unesco sur la liste du patrimoine palestinien; la municipalité palestinienne devrait déposer plainte contre ces 31 unités de logements » (sic!)
De souligner :

L’observatoire des implantations [Organisation non gouvernementale ndlr.] « La Paix Maintenant » a âprement critiqué le feu vert accordé aux permis de construire. « Si quelque chose est préjudiciable à la réputation d’Israël dans le monde, c’est l’implantation à Hébron ».

Puis de conclure :

Anat Ben Nun, une responsable de « La Paix Maintenant », a également rappelé que l’approbation décernée lundi par l’autorité israélienne gouvernant en Cisjordanie est encore susceptible d’objections et de recours jusqu’à la Cour suprême israélienne. »

Autrement dit Netanyahu teste tout de suite ses nouveaux « partenaires », à la Cour Suprême comme à l’Unesco, mais il risque d’avoir bien des déconvenues:

– Audrey Azoulay – désignée le 13 octobre mais dont le poste n’est pas même encore confirmé comme nous l’avons vu – ne pourra pas, et n’aura pas statutairement le pouvoir de faire rayer Hébron du patrimoine palestinien.

– Son père, André Azoulay, banquier et conseiller influent du roi du Maroc, personnalité très présente dans toute la sphère judéo-arabe, vient de souligner :

« Tant que le peuple palestinien sera dans la situation actuelle, je suis un être amputé, mutilé, en danger de mon judaïsme. Comment est-ce que je peux être juif tant que le peuple palestinien n’a pas retrouvé sa liberté, sa justice et sa dignité et vivre dans son Etat a côté d’un Etat israélien ? »

http://www.europe-israel.org/2017/10/le-pere-daudrey-azoulay-conseiller-du-roi-du-maroc-tant-que-le-peuple-palestinien-sera-dans-la-situation-actuelle-je-serai-un-etre-ampute/

Genre de réflexion éminemment politique, vu la qualité du personnage, qu’il ne se serait jamais permis de faire en ce moment, si elle était susceptible de gêner l’action présente et à venir de sa fille…

Preuve que les provocations du petit Netanyahu – qui n’a pas vraiment perdu de temps – pourraient ne pas du tout avoir les retombées qu’il en attend !

Pire, en s’opposant à Netanyahu Audrey Azoulay pourrait afficher une position reconnue comme consensuelle, susceptible de faire rendre de la crédibilité à l’Institution et d’y asseoir son autorité…

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs

Un commentaire

  1. Paul-Emic says:

    Pour leur Cour Suprême on peut leur donner le mode d’emploi du Conseil Constitutionnel, il leur conviendra parfaitement, on peut même leur prêter le fils de Michou la colère en prime.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com