Mgr-LebrunMonseigneur Dominique Lebrun a célébré aujourd’hui les obsèques du Père Jacques Hamel, assassiné par deux islamistes il y a une semaine à Saint-Etienne-du Rouvray. L’évêque de Rouen a montré le visage si habituel de cette Eglise conciliaire, aux teintes parfois catholiques, mais au fond relativiste, maçonnique et mondialiste.

La teinte catholique a fait quelques apparitions lors du sermon, où l’évêque a évoqué le diable, l’emprise de Satan, et rappelé qu’ « avec Jésus que tout homme, toute femme, toute personne humaine peut changer son cœur avec sa grâce ». Mais à coté de certains de ces termes, il faut bien reconnaître que les paroles de l’évêque ont été bien souvent ambiguës, pour ne pas dire ouvertement hérétiques. Sans doute dans une visée inter-religieuse, afin de ne pas choquer les juifs et les musulmans présent, l’évêque de Rouen a sans cesse distingué Dieu de Jésus, n’évoquant Jésus que comme un « homme juste et bon, qui « guérissait ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui … puis Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester … »

Mais Jésus est Dieu, Dieu incarné, Dieu fait homme, et non simplement un homme ou un prophète comme le prétendent les juifs et les musulmans ! Jésus n’a pas été ressuscité par Dieu, Jésus s’est ressuscité lui-même d’entre les morts car il est Dieu, et ce miracle était la plus grande preuve de Sa divinité !

Mgr Lebrun a ensuite fait un discours aux accents maçonniques demandant de « communier davantage », cette grande expression floue et indéfinie de cette Eglise conciliaire moderniste. Discours aux accents humanistes et relativistes, espérant l’union avec les juifs et les musulmans « pour plus jamais ça ». A cet évêque qui parlait du diable, faut-il rappeler que toute fausse religion met l’homme sous l’emprise de Satan, et que le dialogue inter-religieux et la vision relativiste du concile Vatican II, loin d’être une source de paix, jette dans les bras de Satan des milliers de personnes en les éloignant du Christ, semant ainsi tôt ou tard la mort, la haine et la désolation.

Nous commençons simplement à en goûter les fruits amers.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Sanfard says:

    Voilà ce qui s’appelle une trahison vis à vis de Jésus-Christ. La Vérité est étouffée par un « professionnel » du catholicisme !Décidément on verra tout ….

  2. pamino says:

    Oui, c’est ça qui arrive quand on s’efforce de faire des traductions qu’on veut explicatives en s’eloignant de l’original, dans ce cas ἀνέστη, que St Jérôme rend bien avec ‹surrexit› ‘il resurgit’ ; ‹ressuscité des morts› n’a pas été assez littéral pour exclure les glissements qui finissent chez notre évêque. Heureusement que les Grecs disent toujours les uns les autres Χριστὸς ἀνέστη ‘Christ se leva’ là ou nous disons ‘bonnes Pâques’, et il faut répondre Ἀληθὼς ἀνέστη ‘En vérité, il se leva’.

    • « Ἀληθὼς ἀνέστη » (Alètosse anéstè).
      Merci pamino. (c’est bien aussi si vous dites comment se prononcent ces mots du grec ancien).

  3. « Jésus est Dieu, et non un homme »

    Jésus est Dieu et homme. S’il n’avait pas été homme, il n’aurait pas pu nous racheter et nous ouvrit le Ciel. Il fallait que Jésus soit homme pour pouvoir nous sauver, car en tant que Dieu, Il ne pouvait pas souffrir. Seule sa nature humaine le pouvait.

    Ceci dit, l’homélie du cardinal Vingt-trois à Notre-Dame de Paris devant toutes les personnalités politiques avait quand même plus d’envergure que celle de Mgr Lebrun.
    http://www.paris.catholique.fr/homelie-du-cardinal-andre-vingt-40311.html

    • Xavier Celtillos says:

      Merci pour votre précision tout à fait juste. J’ai précisé mon texte dans ce sens, trop imprécis dans sa rédaction sur ce point :
      « Mais Jésus est Dieu, Dieu incarné, Dieu fait homme, et non simplement un homme ou un prophète comme le prétendent les juifs et les musulmans ! »

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com