chapelle_Henri_VIII_messeLes journalistes de tout bord, droite molle – gauche caviar, laïcs et athées, s’extasient à qui mieux-mieux et titrent admiratifs : le rite catholique de retour dans l’ancienne résidence de Henry VIII après 450 ans de rite anglican.

Mardi 9 février 2016, dans le palais de Hampton Court, une messe selon le rite nouveau imposé par Paul VI a été « concélébrée » par le cardinal Vincent Nichols, la plus haute autorité de l’Église catholique d’Angleterre et du Pays de Galles, et l’évêque anglican de Londres, Richard Charters, pour symboliser la réconciliation entre les deux Églises.  Prières et messe communes qualifiées de  « parfaitement normal » selon mgr Nichols.

« C’est historique car il s’agit de la chapelle royale, de Hampton Court. C’était la chapelle privée de Henri VIII », a rappelé John Studzinski, président d’une association musicale qui a aidé à organiser l’événement. « C’est aussi la réunion du christianisme ici dans cet endroit sacré », a-t-il ajouté.

« Un historien a affirmé que Henri VIII se retournerait dans sa tombe s’il savait ce qui se passe ce soir », a déclaré le cardinal Vincent Nichols à l’AFP.  Fervent catholique avant de se séparer de l’Église, entre autres raisons à cause du refus du pape d’annuler son mariage avec Catherine d’Aragon, Henri VIII, premier chef de l’Église anglicane eu en haine autant les papistes que les réformistes protestants.

Aussi, peut-être bien que le roi barbe bleue se retournerait dans sa tombe mais il n’est pas certain que ce soit pour les raisons que croit le cardinal.  Plutôt en haine des papistes, des protestants et de la messe « bâtarde » moderniste et néo-protestante du pape Paul VI imposée dans sa chapelle !

Car, soyons clairs, ce n’est pas le retour, après 450 ans, du rite catholique latin et immuable dans ce lieu royal mais bien la première apparition de la nouvelle messe, qu’Henri VIII ne connut jamais, en fief royal.

Messe bâtarde qui « favorise la confusion entre la messe catholique et la cène protestante » selon le Père Calmel, messe équivoque « qui s’éloigne s’éloigne de façon impressionnante, dans l’ensemble, comme dans le détail, de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu’elle a été formulée à la XXe session du concile de Trente. » selon les défunts cardinaux Ottaviani et Bacci, messe théologiquement acceptable pour les réformés, « des communautés non catholiques pourraient célébrer la Sainte Cène avec les mêmes prières que l’Eglise catholique. Théologiquement, c’est possible » affirma le Frère Thurian, luthérien de Taizé, messe qui « écarte toute pierre qui pourrait constituer ne serait-ce que l’ombre d’un risque d’achoppement ou de déplaisir pour nos frères séparés » pour le père Bugnini, le théoricien avec des pasteurs protestants de ce nouvel Ordo Missae. Le célèbre écrivain anglais Julien Green, anglican converti au catholicisme, s’exclama après avoir assisté à une nouvelle messe : « Pourquoi nous sommes-nous convertis ? »  Tout est dit en ces quelques paroles!   

Mardi dernier, en la chapelle royale du palais d’Hampton Court, eut lieu, non le retour de la vénérable messe catholique, mais une concélébration œcuménique, fruit du dialogue inter-religieux et du rapprochement, fait de concessions en abandons de la doctrine catholique au profit des erreurs protestantes par les ecclésiastiques modernistes aux commandes à Rome.

Concélébration impensable au temps d’Henri VIII, époque où les intelligences, même hérétiques,  avaient encore du bon sens et n’admettaient pas cette aberrante contradiction intellectuelle et philosophique qui sévit dans nos temps de relativisme et d’indifférentisme religieux et qui consiste à croire que toutes les religions se valent, se complètent, sont égales et sont divinement révélées. Comme si Dieu avait pu révéler tout et son contraire, être le principe de vérités qui s’opposent, se défient, se contredisent ! Aberration et incohérence doctrinales, sources de démolition de la foi catholique dans le monde.

Mardi dernier, c’est le relativisme et indifférentisme doctrinal initié par les sectes protestantes il y a 500 ans qui a triomphé, royalement !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. La porte du Ciel se resserre de plus en plus… « Du petit nombre des élus »…

  2. « le rite nouveau imposé par Paul VI » ; ce rite ne fut jamais formellement imposé à l’exclusion du précédent, c’est simplement qu’en très peu de temps on ne trouvait plus ni celui-ci et les autels sur lesquels elle avait été célébrée se trouvaient abandonnés ou même détruits. J’ai toujours dit cela, et après des années et des années le pape Benoît m’a finalement donné raison. A son début, après le concile mais bien avant le pape Benoît, le mouvement de Mgr Lefebvre fut reconnu d’office par l’Église en la personne de l’évêque du lieu.

  3. balanine says:

    De toute façon, la « Messe de toujours » est LA SEULE vraie Messe, puisqu’Elle continue depuis N.S.J.C. à célébrer la Passion non sanglante de N.S.J.C.
    Le « nouveau rite » et son contenu sont des blasphèmes incessants devant la Face de Dieu.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com