Les feux de l’actualité sur la lutte contre l ‘Etat islamique et la guerre en Syrie sont actuellement braqués sur Mossoul en Irak et Alep en Syrie qui constituent en effet deux fronts essentiels pour la suite du conflit au Proche-Orient.

Mais si l’on veut regarder de plus près la situation en Syrie même, ce sont en réalité trois fronts principaux qui doivent retenir l’attention et que nous décrirons dans trois articles successifs.

Tout d’abord Alep bien sûr, bataille à propos de laquelle la désinformation atteint des sommets. L’Ouest, partie dans laquelle vivent de nombreux chrétiens, est toujours resté aux mains du régime, même si les islamistes ont effectué de multiples tentatives pour s’en emparer. De furieux combats se sont ainsi déroulés en 2013 mais l’armée syrienne, aidée de milices chrétiennes, a pu repousser les assauts coordonnés par le très islamiste Front al Nosra.

La partie Est en revanche, où les Sunnites sont largement majoritaires, est vite tombée aux mains des insurgés. Une bonne moitié d’entre eux sont membres d’al Nosra (rebaptisé depuis Fatah al Cham), le reste évoluant d’une milice à l’autre en fonction des rapports de force internes et du montant de la solde. Le tout étant à coloration largement islamiste n’en déplaisent aux Américains et aux médias occidentaux.

Depuis, le statu quo régnait faute de moyens pour prendre l’avantage.

Mais il y a quelques mois, les Russes ont décidé de reprendre la ville : c’est en effet la dernière grande zone urbaine tenue par les islamistes et sa chute aurait des répercussions psychologiques et stratégiques décisives.

 Aidée des Iraniens et des Libanais du Hezbollah chiite, l’armée syrienne a bouclé, non sans mal, le siège de la ville cet été. L’aide de l’aviation russe, d’une très grande efficacité, a une fois de plus joué un rôle essentiel. Les bombardements et les combats de rues sont maintenant quotidiens et les islamistes cèdent peu à peu du terrain non sans une résistance acharnée.

Précisons au sujet des bombardements qu’ils sont réciproques : la partie Ouest reçoit son lot d’obus d’artillerie (le Front Fatah al cham en est richement doté grâce à l’aide de l’Arabie Saoudite) qui fait de nombreuses victimes : mais les comptes de nos médias sont légèrement partiels….

De plus, les bombes russes ne sont jamais aveugles : leur précision a d’ailleurs surpris les experts militaires français et américains qui n’avaient pas perçu à quel point l’armée russe s’était modernisée. La grande difficulté de ce type de combat c’est que les combattants ennemis sont camouflés dans des immeubles où vivent des familles, voire dans des hôpitaux où sont soignés les blessés…

Les islamistes sont en effet experts dans l’art d’utiliser la population comme bouclier puis ensuite de dénoncer les « crimes de guerre » de l’adversaire, sachant que les occidentaux relaieront tout cela sans le moindre discernement (les communistes avaient mis cela très au point lors de la guerre du Viet Nam). C’est une des raisons pour lesquelles le corridor sanitaire instauré par les Russes n’a pas été utilisé par la population auquel il était destiné : les menaces du Front Fatah al Cham étaient omniprésentes et il était physiquement impossible d’emprunter ce corridor sans passer dans la ligne de mire des tireurs islamistes.

Le siège se poursuit donc et les contre-attaques islamistes se font de plus en plus rares. L’échéance est probablement pour bientôt mais tout dépendra de la décision de l’Arabie Saoudite.

Il faut en effet savoir, aussi surprenant que cela puisse paraître, qu’une chaîne continue d’informations circule même au milieu des combats les plus violents.

Les Russes, tout d’abord, parlent beaucoup avec les services secrets turcs depuis la réconciliation intervenue à la demande d’Erdogan et que Poutine, en fin stratège, a acceptée (cf notre article précédent sur la réconciliation russo-turque). La situation dans le Nord exige de toutes façons un dialogue permanent entre Russes et Turcs tant la situation y est explosive.

Les Turcs eux-mêmes parlent beaucoup aux Saoudiens : entre islamistes on se comprend. De plus la haine des Alaouites en général et de Bachar el Assad en particulier les rapproche encore.

Quant aux Saoudiens, n’en déplaise là-encore aux occidentaux, ils contrôlent totalement le Front Fatah al Cham, fer de lance de l’insurrection islamiste à Alep.

La boucle est ainsi bouclée et lorsque les Russes ont un message à faire passer, ils savent quel canal utiliser. Le tout maintenant est de savoir si les Saoudiens vont demander à leurs affidés de tenir jusqu’au bout pour gagner du temps mais au risque de voir près de 5000 combattants aguerris disparaître. Ils peuvent aussi décider d’économiser leurs troupes et de négocier une retraite en bon ordre avec armes et bagages.

Il y a un précédent à Daraya, dans la banlieue de Damas, où 700 combattants islamistes avaient été évacués vers la province d’Idlib, au Nord-Ouest de la Syrie. Cela s’est passé en août 2016 sous le contrôle de l’armée russe.

Cette province d’Idlib est ainsi en train de devenir, à son tour, un enjeu majeur.

En attendant, une victoire de l’armée syrienne et de ses alliés semble se dessiner à Alep : ce n’est qu’une question de temps.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. « … (les communistes avaient mis cela très au point lors de la guerre du Viet Nam)… »

    Cette phrase est scandaleuse. Je vous rappelle que l’armée étasunienne a assassiné plus de trois millions de Vietnamiens et qu’elle a foulé aux pieds le droit international en s’ingérant dans la politique intérieure du Vietnam.

    • gigibobo says:

      Les américains ont « assassiné » des nord-vietnamiens qui voulaient s’emparer du Sud-Vietnam avec leurs alliés russes et chinois. Ils ont eu surtout le tort d’abandonner les sud-vietnamiens face à la horde communiste, comme les français l’avaient fait auparavant et comme ils l’ont fait ensuite avec les harkis face à la barbarie du FLN.

      • De Lacoste says:

        Je suis bien d’accord.
        Mon commentaire sur les communistes vietnamiens n était pas une approbation de la politique américaine

  2. Bardamu says:

    @eric
    C’est une vision assez plaisante des choses. Certes, on connaît l’aptitude des étasuniens pour le « carpet bombing », et ils ne se sont pas fait faute de l’utiliser, mais pour le reste on peut largement discuter, notamment en ce qui concerne la propagande éhontée au profit des communistes à l’époque. Avec la guerre d’agression (what else ?) en Syrie, on retrouve les mêmes méthodes, appuyées par une caste journalistique occidentale opérée de la honte depuis des lustres… en tous cas, bien pire qu’à l’époque du Vietnam.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com