Suite de Opérations militaires en Syrie : trois fronts concomitants – 1 : Alep

Ce deuxième front (qui fait donc suite à celui d’Alep) est nettement moins médiatique que le précédent.

C’est pourtant là que pourrait se jouer une prochaine bataille majeure et c’est à cause de sa prise par les islamistes que Poutine a décidé l’intervention des forces russes en Syrie en septembre 2015.

La province d’Idlib se situe au nord-ouest du pays. Elle est limitrophe de la Turquie au nord, et est bordée par la province d’Alep à l’est et celle de Lattaquié à l’ouest, symbole emblématique du pays alaouite (du nom de la religion à laquelle appartient la famille Assad).

Une forte minorité turkmène y habite : elle est sunnite et très influencée par l’islamisme. Elle a donc bien évidemment rejoint les rangs de la rébellion dès 2012 et bénéficie depuis d’une base arrière idéale avec le voisin turc, dont elle est si proche religieusement et ethniquement. Le reste de la population est essentiellement sunnite mais quelques villages chrétiens existent encore.

La province est assez vite tombée aux mains des islamistes, où le Front al Nosra (devenu Fatah al Cham) joue un rôle majeur, et seule la capitale Idlib restait aux mains des loyalistes.

Tout a changé au printemps 2015 : une offensive conjointe de plusieurs groupes islamistes a isolé la ville qui est tombée après quelques jours de combats acharnés, malgré des raids massifs de l’aviation syrienne, trop imprécise. Les effectifs engagés n’étaient pas considérables des deux côtés mais l’essentiel était ailleurs : la chute d’Idlib ouvrait la voie vers la province de Lattaquié (appelée aussi la vallée alaouite) et, un peu plus au sud, vers la base navale russe de Tartous.

La progression lente mais régulière des factions islamistes était suivie de très près par les observateurs militaires russes qui ont, au cours de l’été, acquis la conviction que l’armée syrienne ne tiendrait plus longtemps. Or la chute de Lattaquié aurait sonné le glas du régime. De plus, les Russes ne pouvaient tolérer que leur unique base navale méditerranéenne soit menacée.

En septembre, Poutine ordonne donc l’inéluctable intervention russe, à laquelle l’armée se préparait d’ailleurs depuis quelques temps.

Fort logiquement, c’est donc dans la province d’Idlib qu’a porté l’essentiel de l’effort russe dans les semaines qui ont suivi. Il fallait à tout pris desserrer l’étau qui menaçait Lattaquié.

Bien sûr, comme Daech n’était pas présent dans le secteur, la grande entreprise de désinformation pouvait commencer: les Russes s’attaquaient à la rébellion modérée (le Front al Nosra !) et ne s’intéressait pas au seul ennemi identifié par nos journalistes incultes : l’Etat islamique.

Quelques semaines plus tard, alors que le front s’est enfin stabilisé, l’impensable se produit : un chasseur turc abat un bombardier russe qui aurait violé l’espace aérien de la Turquie. Les deux pilotes s’éjectent : l’un, blessé, est capturé et massacré par des islamistes turkmènes. On découvre à cette occasion qu’un civil commandait ce groupe de quelques centaines d’hommes : un militant nationaliste turc, membre des Loups gris, présent sur ordre des services secrets turcs. L’idée est en effet d’annexer à terme la province, une fois la chute de Bachar accomplie; la forte minorité turkmène en serait le prétexte. L’intervention russe, évidemment, risquait de mettre un terme à cet ambitieux projet qui aurait prolongé l’annexion du Sandjak d’Alexandrette en 1939, réalisée à cause de la lâcheté de la France (nous y reviendrons dans un article ultérieur).

Quant au deuxième pilote, il est exfiltré, non sans mal, grâce à une intervention éclair des forces spéciales russes.

La réaction de Poutine sera très énergique et Erdogan devra faire de plates excuses quelques mois plus tard, marquant ainsi l’échec de sa tentative d’intimidation. On notera aussi que quelques hélicoptères turcs seront peu après abattus par des insurgés kurdes du PKK au moyen de missiles russes récemment livrés….

La grande nouveauté c’est que depuis quelques semaines, l’activité militaire a repris dans la province d’Idlib, notamment depuis que la chute d’Alep est inéluctable. L’aviation russe a lancé de nombreux raids comme pour préparer le front suivant. Des chars syriens commencent à faire mouvement et une nouvelle bataille, difficile, pourrait prochainement commencer.

Comme toujours, ce sont les Russes qui sont maîtres du calendrier et qui décideront du moment de l’attaque.

Les Saoudiens, de leur côté, observent avec inquiétude, l’éventualité de ce nouveau champ de bataille. Car rien ne va plus pour leurs alliés : Daraya, dans la banlieue de Damas, est tombée cet été et Alep va bientôt suivre. Les alentours de Homs et de Hama sont progressivement nettoyés. La chute d’Idlib dans ce contexte serait une catastrophe.

Alors les grands moyens vont être employés et la CIA est à la manoeuvre pour aider les amis de son fidèle allié. Son patron lui-même, John Brennan, s’est déplacé à Ryad en octobre dernier pour mettre au point la livraison aux islamistes de 500 lance-missiles antichars. Les Russes sont bien sûr au courant et équipent actuellement les chars syriens d’appareils électroniques de brouillage.

Personne ne sait si le Département d’Etat américain approuve ces initiatives de la CIA mais celle-ci a acquis une autonomie d’action et de décision particulièrement inquiétante. Aux Etats-Unis aussi les conflits de pouvoir sont complexes.

En tout état de cause, la bataille d’Idlib semble inéluctable et son issue victorieuse libérerait presque totalement l’ouest de la Syrie.

Après ce sera Raqqua, capitale de l’Etat islamique…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

Un commentaire

  1. raslebol says:

    « ‘La folie doit cesser’: les législateurs américains présentent un projet de loi visant à réduire l’aide et le financement des terroristes »

    « Incroyable ! Cela vient de Démocrates.

    « Des législateurs américains ont introduit une loi dite « Stop Arming Terrorists Act » qui vise à protéger les dollars des contribuables américains de se consacrer à soutenir et armer des groupes terroristes internationaux à travers des opérations secrètes et des États tiers.

    Présenté à la Chambre jeudi par la démocrate Tulsi Gabbard d’Hawaï, l’Assemblée législative vise à mettre un terme à la pratique américaine largement répandue consistant à soutenir le terrorisme. En particulier, la loi vise à interdire à tout organisme gouvernemental des États-Unis d’aider directement ou indirectement des groupes extrémistes sous quelque forme que ce soit, que ce soit par la vente d’armes, la formation sur le terrain ou l’aide au renseignement… »

    suite
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2016/12/la-folie-doit-cesser-les-legislateurs.html#more

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com