orchestre-rouge

Gabriele Adinolfi, ancien activiste de la mouvance nationaliste italienne, est aujourd’hui un écrivain qui a consacré plusieurs ouvrages au terrorisme des « années de plomb ».

Les Italiens ont nommé « années de plomb » la période de forte activité des groupes terroristes en Europe de l’Ouest, période qui s’étend approximativement  de la fin des années 60 au milieu des années 80.

L’Italie est alors, en Europe occidentale, un pays de premier plan. Son industrie du Nord est la plus productive d’Europe après celle de la Ruhr. Rome et le Vatican restent des lieux d’influence. Et le Sud de l’Italie fait parler de lui par les organisations criminelles qui y sont basées. En outre, rangée dans le camp des vaincus de la seconde guerre mondiale, elle est assez docile aux exigences des Etats-Unis. Les futurs créateurs de la CIA avaient d’ailleurs rapidement pris des accords avec la mafia italo-américaine et fabriquèrent en lien avec Cosa Nostra les réseaux oligarchiques dont l’enchevêtrement volontairement complexe finit par créer une sorte de caste d’hommes d’affaires véreux et de politiciens corrompus à qui les vainqueurs anglo-saxons confièrent la direction apparente d’un pays réduit au statut de filiale. Parallèlement, l’URSS put développer en Italie le plus puissant parti communiste d’Europe de l’Ouest. En somme, l’Italie fut partagée par une sorte de mini-Yalta, avec un parti démocrate-chrétien puissant, mais tenu de tolérer un parti communiste qui, de son côté, s’admettait exclu des responsabilités nationales.

Mais le 12 décembre 1969, une bombe tue 16 personnes à Milan. C’est la première bombe des « années de plomb », qui sert à installer dans l’opinion publique la thèse que la démocratie italienne est menacée par le « terrorisme fasciste » et à justifier parmi l’extrême gauche la constitution des Brigades Rouges.

Ce livre examine les diverses manipulations et intrigues qui se cachent derrière ces « années de plomb » et cette succession d’attentats. Des services secrets de différents pays ont participé à ces manipulations. Gabriele Adinolfi en explique les raisons et montre comment 360 morts et 4.000 blessés ont servi à la mise en place d’un contrôle social indirect.

Une lecture qui fait immanquablement penser à un autre terrorisme qui sévit en ce moment.

Orchestre rouge, Gabriele Adinolfi, éditions Avatar, 166 pages, 19 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Philibert says:

    En Italie, ils accélèrent le terrorisme d’état avec les pseudos réfugiés qu’ils envoient maintenant dans les maisons de retraite : https://www.facebook.com/marabizzotto/videos/1108276729256208/

    Sans doute le livre de cet auteur est-il nécessaire pour comprendre jusqu’où nos dirigeants peuvent être machiavéliques… Sans doute aussi avons-nous franchi plusieurs crans.

  2. Pierre Faucher says:

    Le livre est-il disponible au Québec ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com