Français djihadistes en Syrie

Photo: Ressortissants Français, djihadistes en Syrie

Monsieur Ali Zaoui, Algérien, expert en questions sécuritaires et lutte anti-terroriste (*) apportent quelques clefs pour comprendre le système djihadiste:

« Si on comptabilise le nombre de radicaux [algériens ndlr] ayant rejoint durant ces trois dernières années la Syrie, on s’aperçoit que ce chiffre ne dépasse pas la centaine, ce qui est bien peu par rapport à la Tunisie, au Maroc et à d’autres pays. D’ailleurs, pendant deux ans et demi, c’est surtout par l’Italie qu’est passée la majeure partie des djihadistes se rendant en Syrie et c’est toujours par l’Italie, carrefour stratégique, qu’ils sont rentrés dans leurs pays respectifs, pas par les pays du Maghreb.« 

On ne sera pas trop étonné que l’Italie soit la plaque tournante du trafic, malheureusement il est à craindre que le pape François par son intervention à Lampedusa ait conforté le système de transit en demandant à l’Italie et aux Catholiques (donc à l’Occident) de protéger et d’accueillir les migrants. Ce que facilite amplement le traité de Shengen. Or nous savons que les migrants qui transitent par l’Italie sont majoritairement musulmans et que leurs motivations sont diverses et variées. M. Ali Zaoui, met en lumière l’une de ces motivations qui est le combat djihadiste. Il serait intéressant de savoir la part islamo-djihadiste exate de ce trafic.

« Au stade où nous en sommes, on constate que le Daesh est extrêmement composite puisqu’il regroupe toutes les mouvances djihadistes du monde. Nous estimons qu’il y a 1000 Français partis en Syrie et qui vont rentrer, auxquels s’ajoutent 1500 binationaux. La menace que cela représente est donc réelle. « 

Les chiffres énoncés par M. Ali Zaoui montrent que 2500 ressortissants français, -mais qui touchent combien de familles ?- se battent pour une organisation qui a déclaré la guerre au monde et en particulier à la France. Cela recoupe les chiffres du Ministère de l’Intérieur français qui indique que le tiers des combattants occidentaux qui se battent pour l’Etat Islamique sont Français, or ces étrangers occidentaux sont évalués à 10 000 au total.

« On avait demandé à l’Occident de cesser de cautionner l’opposition syrienne parce qu’elle va tôt ou tard se transformer en organisation terroriste qui va menacer le monde entier. D’ailleurs, cette menace s’est considérablement accrue suite à l’assassinat de Kadhafi. « 

Encore cette fiction d’une opposition syrienne modérée! Quant à l’assassinat de M. Kadhafi, il a été diligenté grâce aux agresseurs de l’Irak, par les Américains en violation totale du Droit International, ce qui a déclenché le processus guerrier actuel dans lequel sont impliqué la Syrie, l’Irak, les Kurdes, la coalition, l’Etat Islamique, Al Qaïda, et autres groupuscules, sans que l’on puisse avec précision déterminer qui se bat contre qui.

« Nous avions pourtant mis en garde ceux qui étaient derrière en arguant de fortes répercussions sur le Mali et, partant de là, sur l’ensemble du Moyen-Orient. » (…)Le retour des djihadistes n’augure rien de bon. L’Europe est cette fois directement menacée. Pourtant, nous l’avions prévu déjà en 2010, nous l’avions répété en 2012 : il ne fallait pas s’ingérer dans les conflits internes qui secouent des pays souverains, quelle que soit la nature de ces conflits. Ce constat valait notamment pour la Lybie qui géostratégiquement est plus proche du Vieux Continent ».

Le principal acteur des désordres, des massacres et de la naissance du djihadisme en Syrie est Nicolas Sarkozy, il faut le dire et le répéter, alors qu’il s’apprête à briguer un second mandat à la tête de la France. François Hollande dans ce domaine est son digne successeur, qui voulait engager les troupes françaises contre le régime de Bachar el Assad en Syrie, mais qui faute de pouvoir le faire en raison du veto russe, a armé l’opposition syrienne prétendument modérée.
D’ailleurs en soutenant le projet de zone tampon pour la Turquie, Hollande continue de soutenir indirectement l’Etat Islamique, allié objectif actuel de la Turquie. La Turquie a joué et continue de jouer un rôle particulièrement important dans les allers-et-venues des recrues de tous horizon de l’EI, et tout particulièrement des recrues « Françaises ».

« C’est le MAK qui a donné naissance à Al-Qaïda en Afghanistan. Or, la plupart des djihadistes d’Al-Qaïda sont issus des pays arabes. Ils ont été ensuite réexportés vers d’autres pays. On avait demandé à l’Occident de cesser de cautionner l’opposition syrienne parce qu’elle va tôt ou tard se transformer en organisation terroriste qui va menacer le monde entier. « 

Le MAK, de quoi s’agit-il ? Le Maktab al-Khadamāt ou Maktab Khadamāt al-Mujāhidīn al-Arab est ce qu’on appelé le Bureau de services, ou Bureau afghan, qui a été fondé par les Frères musulmans, auxquels était lié Oussama Ben Laden. Le Mak est apparu durant la guerre soviéto-afghane. Il s’agissait d’un petit groupe d’une centaine de combattants soutenus par des dons de musulmans collectés par des réseaux internationaux dans les pays arabes et occidentaux. C’est ce MAK qui a donné naissance à Al Qaïda; Al Quaïda que les Américains ont « booster » dans leurs combats djihadistes contre les Russes, dans les derniers temps de la guerre froide. Les Russes qui soutenaient le régime légal d’Afghanistan, leur allié.
Nous connaissons la suite, l’instrumentalisation du fondamentalisme musulman est depuis devenu une des tactiques favorites dans la guerre des américano-mondialiste, des Balkans à la Syrie, en passant par la Lybie. Cette lèpre s’étend maintenant en Afrique et est en train de gagner une partie de l’Asie, avec des attentats très meurtriers au Yemen dernièrement, notamment.

Et ce n’est pas avec l’enrôlement des 5000 « opposants syriens » que les USA comptent former et armer, que nous serons au bout du processus.

(*)Interrogé par Françoise compoint

E. DEfresne

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Monsieur T says:

    « Encore cette fiction d’une opposition syrienne modérée! »

    Il faudra expliquer alors pourquoi il y a un bataillon chrétien dans l’armée syrienne libre.
    http://weekly.ahram.org.eg/Media/NewsMedia/2013/5/8/2013-635036119184035687-403_resized.jpg
    La vérité est qu’Assad a favorisé l’expansion et la croissance de l’Etat Islamique pour écraser l’opposition démocratique.

    • le moine obscur says:

      Où sont les preuves ? Que Bashar Al Assad ne soit pas un saint passe encore ! L’accuser de perversions dont sont spécialistes les étasuniens et affiliés c’est autre chose. La vérité de mon point de vue est que les étasuniens voulaient et veulent la peau de l’état syrien. Leurs interventions démoniaques en Iraq, en Libye et en Afghanistan ne plaident pas pour eux quand on peut avoir le bénéfice du doute pour Al Assad. Il est quand même curieux que vos soi-disant rebelles soient très forts à la frontière turque par exemple. Après la vérité dans ce monde est aussi difficile à trouver qu’une aiguille dans une meule de foin. Il reste à savoir ce que veut le peuple syrien lui-même et non ce que certaines personnes qui ne vivent pas en Syrie et qui peuvent raconter ce qu’ils veulent, désirent.

  2. passparla says:

    @T
    Opposition démocratique?
    Extrait de:http://observers.france24.com/fr/content/20131009-temoignage-chef-guerre-chretien-syrie-homs-wadi-nasara-krak-des-chevaliers

    « Les chrétiens de Syrie sont considérés par les rebelles comme des soutiens du régime de Bachar al-Assad, mais ils n’avaient jusqu’à présent pas pris part directement au conflit. La montée en puissance des djihadistes et les exactions commises contre cette communauté ont changé la donne. Le témoignage exclusif d’un officier chrétien de la défense nationale qui se bat aux côté de l’armée régulière syrienne…./….
    Les volontaires chrétiens se battent principalement dans les rangs des Comités de défense nationale formés et armés par le régime syrien. Une de ces unités, celle des « lions de la vallée », est même majoritairement composée de chrétiens et dirigée par un commandant chrétien. Jean (pseudonyme) est l’un des officiers de cette unité qui opère à Wadi al-Nasara (vallée des chrétiens) dans la région de Homs…./…
    Les chrétiens sont considérés par les rebelles comme des soutiens du pouvoir syrien, bien que plusieurs personnalités chrétiennes soient actives dans les rangs de l’opposition. Cette communauté, qui a tenté au départ de se tenir à l’écart de la guerre, garde toutefois en mémoire l’exode des chrétiens d’Irak, venus en Syrie après la chute de Saddam Hussein. Ils disent craindre de subir le même sort en cas de victoire de la rébellion, dominée par des musulmans sunnites…./….
    Le dernier rapport de la Commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme en Syrie, mandaté par l’ONU et sorti le 11 septembre, dénonce des « crimes contre l’humanité » commis par les forces gouvernementales, mais aussi des « crimes de guerre » commis par l’opposition armée. »

    Ou encore:http://www.islamisation.fr/23-syrie/
    …/…
    des bataillons aux connotations confessionnelles vont se former à l’intérieur même de l’Armée syrienne libre : bataillons Muawiya, Yazid, Abou Ubayda Jarrah, Ibn Taymiyya, Ibn Kathir, la brigade turkmène « Yavuz Sultan Selim » du nom du sultan-calife ottoman qui, au XVIe siècle, massacra alévis, alaouites et chiites…

    Parmi ces groupes d’insurgés à connotation confessionnelle, il y a la fameuse Brigade Farouk, véritable épine dorsale de l’Armée syrienne libre. Aucun média occidental ne s’est même interrogé sur le sens du mot Farouk. (6) Il s’agissait pourtant du surnom du calife Omar Ibn Khattab, considéré comme un usurpateur par les chiites.

    Nul ne peut oublier Khalid al Hamad, l’homme qui éviscéra un soldat de l’armée gouvernementale avant de crier en portant à sa bouche le coeur et le foie de sa victime : « Oh, héros ! massacrez les Alaouites et découpez leurs coeurs pour les manger ! ». Mais se souvient-on que cet individu n’était ni membre d’Al Qaïda, ni un simple milicien mais un commandant de la célèbre brigade Al Farouk affiliée à l’Armée syrienne libre (ASL) soi-disant modérée et aujourd’hui dirigée par Salim Idriss.

    Le prédicateur Andan Arour qui appelle au meurtre de masse lors de ses apparitions télévisées fait lui aussi partie de l’Armée syrienne libre (ASL) et non pas de la rébellion dite « extrémiste ».

    Ces quelques exemples montrent que la présentation de l’Armée syrienne libre (ASL) en tant que rébellion démocratique, laïque et plurielle était un pur produit marketing à destination de l’opinion publique occidentale. »

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com