irlande-home-orphelins-mpi

Un certain nombre d’auditeurs des radios et télévisions ont entendu parler de cette histoire de 736 enfants morts dont les squelettes avaient été découverts dans une fosse septique en Irlande à Tuam, comté de Galway ; ceci dans le cadre d’un orphelinat tenu par des religieuses du Bon Secours. Comme d’habitude cela a été l’occasion pour certain médias de déverser leur haine du catholicisme. France Infos, bien sûr sans vérifier les sources, a été de très loin l’un des plus agressifs sur ce registre ; était affirmé que ces orphelins avaient trouvé la mort en raison de mauvais traitements, de dénutrition ; bref qu’ils avaient été assassinés par les religieuses dans la mesure où il s’agissait d’enfants nés hors-mariage. Ces faits auraient duré jusqu’en 1961. Rarement un tel degré d’hypocrisie, de cynisme, de mensonges et de calomnies pouvait être atteint. Peu importait le sort des enfants : l’essentiel était de vomir sur l’Eglise.

Le rapport Forbes rétablit la vérité de cette affaire connue depuis 1975. A cette époque, deux enfants de 12 ans découvrent une dalle, la soulèvent et trouvent des morceaux de squelette. Après une cérémonie religieuse, le site est entretenu et le couple qui s’en occupe fait construire une grotte avec une vierge. L’interprétation générale en est que ces enfants sont morts au moment de la « grande famine ».

En 2012, une historienne locale, Catherine Corless, en étudiant l’état civil de Galway, établit sans aucune difficulté la liste de tous les enfants morts depuis la création de l’établissement en 1925. 796 enfants étaient décédés dans l’établissement de diverses affections : tuberculose, grippe maligne, convulsions, rougeole, coqueluche. Ce qui est banal si l’on peut dire car les antibiotiques ne feront lentement apparition qu’après la deuxième guerre mondiale.

Ici se situe donc un double mensonge des médias qui affirmaient que ces enfants étaient morts de mauvais traitements et qu’ils avaient été enterrés clandestinement.

Catherine Corless cherche ces enfants dans les cimetières et n’en retrouve que quelques-uns. Elle en déduit que les autres ont bien été enterrés ailleurs. Elle fait donc le rapprochement avec la découverte des deux enfants en 1975.

C’est alors que vient le troisième mensonge plus monstrueux encore. La « journaliste » de France Infos affirme que ces enfants ont été jetés dans une fosse septique ; ce qui est faux. Cette affirmation aurait été faite par Catherine Corless. Or celle-ci s’en défend formellement. Elle tentera de le faire savoir. Seul le Irish Times de samedi dernier fera la rectification nécessaire. Les autres médias continueront de baver sur une institution qui pendant des années prenait en charge bénévolement des femmes enceintes abandonnées, leur accouchement, ainsi que leurs enfants après la naissance.

Le 11 juin, toujours dans le Irish Times, est publiée une lettre de Finbar McCormick, professeur de géographie à la Queen University de Belfast, qui s’en prend aux médias pour avoir publié des informations erronées. « La structure décrite est vraisemblablement un caveau funéraire en forme de puits ; il s’agit d’une méthode commune d’inhumation utilisée dans le passé récent et encore utilisé aujourd’hui dans de nombreuses régions de l’Europe. » Le savant explique que ce genre de tombes funéraires constitué de blocs cimentés, plâtrés et recouverts d’une dalle a été largement en usage au XIXème siècle ; il affirme en avoir vu récemment en Croatie. De plus beaucoup de maisons de soins avaient leurs propres cimetières comme cela existe toujours dans les couvents. A leur décharge ces maisons pour orphelins étaient très pauvres d’où leur difficultés à faire des tombes individuelles. Leur pauvreté explique d’ailleurs leur disparition progressive.

Le savant termine en se fâchant pour dire que les journalistes (femmes) qui ont insulté les religieuses sont des « mégères » qui devraient avoir la crainte de Dieu et devraient arrêter de blasphémer contre la religion. « J’ai grandi là-bas entre 1950 et 1961. Pour ceux qui connaissent l’Irlande, des religieuses jetant consciemment des bébés morts dans une fosse septique n’a strictement aucun sens. »

Rares en France prendront la défense de ces pauvres religieuses traînées dans la fange par certains médias. Calomniez, il en restera toujours quelque chose. Demain en France, quelques églises supplémentaires seront profanées à cause de l’incompétence de journalistes formatés idéologiquement.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. sonia says:

    merci pour les eclairissement , j’ai failli tomber dans le panneau médiatique.

  2. Loin de moi de considérer comme négligeable ce petit millier de squelettes irlandais.
    Mais dans un pays où chaque année on passe par pertes et profits plus de deux cent mille « contenus de sacs utérins », (dont personne ou presque ne semble s’inquiéter qu’il puisse éventuellement finir comme élément carboné contribuant au chauffage urbain) les journaleux pourraient faire preuve de plus de retenue.

  3. Pingback: Orphelins maltraités par des religieuses...

  4. Struyven says:

    Une fois encore une réaction à l’emporte-pièce qui, sans plus de renseignements (cela convient très bien aux merdias) fait croire que ces braves religieuses ont pu agir de façon aussi horrible. Elles recueillaient nombre de jeunes mères enceintes chassées par leurs parents et leur famille. Car, à l’époque, être fille-mère était considéré comme un déshonneur. Ces soeurs n’avaient aucune obligation de s’en occuper. Si elles le faisaient c’était par compassion. Il est honteux de leur faire porter cette horrible accusation qui s’avère à présent sans fondement. Le fait de relater ces faits ne pouvaient qu’indigner et haïr une nouvelle fois l’église. Nous en sommes dégoûtés.
    La vérité s’il vous plaît, quelle qu’elle soit !!!!!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com