Lugan_Osons_Dire_La_Verite_a-l'Afrique

Bernard Lugan, professeur à l’Ecole de Guerre, conférencier à l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), expert auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda-ONU, directeur de l’Afrique réelle, est l’un des meilleurs spécialistes des questions africaines.

Après une période d’ « afro-pessimisme » exagéré, des experts subitement gagnés à un « afro-optimisme » relevant de la méthode Coué tentent de convaincre l’Afrique qu’elle a « démarré ». Un discours de vérité s’impose mais il nécessite une remise à plat des mensonges qui, depuis des décennies, enferment l’Afrique dans la dépendance, tout en y entraînant le fatalisme.

Bernard Lugan croit nécessaire de dire aux Africains que leur continent doit enfin prendre son autonomie intellectuelle en cessant de servir de champ d’expérimentation pour les idéologies les plus désincarnées, parfois même les plus folles et les plus anti-naturelles sorties des cerveaux occidentaux.

L’auteur appelle aussi les Africains à cesser de vouloir transposer des modèles importés des Etats-Unis, de Chine ou d’Europe.

Mais pour parvenir à développer son propre itinéraire en tenant compte de ses spécificités, l’Afrique doit accepter d’entendre également la vérité à propos des mythes et fantasmes véhiculés par la Banque Africaine de Développement (BAD) qui tente de faire croire que l’Afrique est sur le point de connaître une vraie croissance économique parce que son taux moyen de PIB est supérieur à celui du reste du monde. Bernard Lugan démonte ce mythe qui fait prendre les vessies africaines pour des lanternes asiatiques. Il montre comment l’ONU ment aussi à l’Afrique pour mieux la manipuler.

Bernard Lugan tord le cou à divers mensonges propagés en Afrique. Non, la pauvreté ne recule pas en Afrique. Non, la surscolarisation n’apporte rien de bon quand le niveau d’instruction progresse plus vite que les emplois, ce qui n’a pour effet que l’exode. 

Lugan démontre également comment « l’immigration choisie » est une saignée, un pillage des élites des pays en voie de développement.

Ce livre insiste aussi sur le besoin de libérer l’Afrique du credo de sa victimisation et l’Europe de celui de sa culpabilisation.

Un ouvrage lucide que doivent lire les Africains comme les Européens.

Osons dire la vérité à l’Afrique, Bernard Lugan, éditions du Rocher, 223 pages, 23 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Ne plus mentir à l’Afrique quand, confrontées à la misère et pour échapper au désastre dont elles sont les premières victimes, ses jeunes générations risquent leur vie dans de mortelles traversées vers le supposé « paradis » européen !
    Afin d’attaquer les vraies causes du mal, les acteurs africains et européens doivent commencer par cesser de s’abriter derrière ces postures dogmatiques et ces mensonges qui, depuis des décennies, engluent le continent dans les échecs…
    Tout cela Bernanrd Lugan le dénonce avec force…

    Un livre à lire et à faire lire, en diffusion sur Livres en Famille -avec Vidéo- : http://www.livresenfamille.fr/p10774-bernard_lugan_osons_dire_la_verite_afrique.html

  2. Lors-qu’étudiant, j’étais président du club d’amitié international de Dijon, en 1964/65, je disais à mes amis africains, – notamment à ceux qui manifestaient un désir de s’installer en France-, combien il était enthousiasmant, pour eux, de construire leurs pays devenus indépendants.
    50 ans ont passé …
    En dehors de l’augmentation de la population africaine, rien n’a vraiment changé dans nombre de ces pays.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com