peuple-ougandais-vs-homosexualité-2-mpi

Ouganda – Les autorités ougandaises traquent les ONG qui ajoutent à leurs missions humanitaires des activités subversives.

L’ONG Refugee Law Project, dont le siège accueille la coalition d’organisations pro-LGBT, a été mis en examen par la justice ougandaise pour «promotion de l’homosexualité et du lesbianisme» depuis la mi-mars. 

NTV, l’une des principales télévisions de l’Ouganda, a rapporté mardi que le Ministre de l’Ethique Simon Lokodo avait ordonné que toutes les activités de Refugee Law Project soient suspendues en attendant les résultats de l’enquête.

Officiellement, le Refugee Law Project a pour mission de s’occuper des questions concernant les migrants installés en Ouganda (plus de 265.000 étrangers se présentant comme des réfugiés sur sol ougandais). Mais l’association a pris une part active dans l’opposition à la loi qui interdit l’homosexualité en Ouganda.

L’Ouganda s’est doté en février 2014 d’une nouvelle législation qui interdit l’homosexualité et la promotion de l’homosexualité. Une autre loi y interdit la pornographie.

L’ONU et les Etats-Unis tentent de faire pression sur le président Yoweri Museveni et le gouvernement ougandais pour mettre fin à ces législations mais la population ougandaise a organisé différentes manifestations de soutien à la politique gouvernementale de protection des bonnes mœurs.

peuple-ougandais-vs-homosexualité-3-mpi

peuple-ougandais-vs-homosexualité-mpi

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. mathdu52 says:

    Je rêve là, vous soutenez explicitement un gouvernement ouvertement homophobe. Mais c’est quoi votre problème avec les homos ? Qu’est-ce qu’ils ont fait pour mériter un tel acharnement de votre part. Et si vous pouviez nous faire une réponse qui ne comprend pas les mots « lobby gay », parce qu’à force de répéter tout jour les mêmes inepties, on se demande si vous avez des arguments.

    • Exquisiteur says:

      La LGBT qui dit vous représenter dit  » Nous exigeons que le droit du pays de France donne le même mariage pour tous,inscrive notre « homogenralité » dans les livres d’état civil sans droit à l’oubli et donne un certificat d’honorabilité à toutes les pratiques sexuelles et ce sans entraves au nom de l’EGALITE entre tous les citoyens (bizarre pas tous le meme salaire) ».

      Donc les « relations sexuelles » sont désormais devenues un « objet de droit » sur lequel DESORMAIS tout ETAT a la légitimité directe pour interdire ou autoriser toutes les pratique, selon ses caprices et en vertu de la nature des relations sexuelles et non comme auparavant, en raison de leurs conséquences sur l’ordre public donc social.

      ARRETEZ DE GEINDRE SUR LES CONSEQUENCES DE LA LOI MEME MARIAGE/REVENUS POUR TOUS que vous avez voulu;

      Pour satisfaire vos pratiques, l’ ETAT les sanctifient d’autres les diabolisent par caprice(dictature) et non le droit (conséquences) .

      VOus avez obtenu que  » les pratiques sexuelles » tombent dans le champ de la légitimité directe. Désormais, légalement, tout Etat peut gérer le domaine « des fesses de ses concitoyens » en restriction de ses libertes, sur caprice, de les sanctifier/diaboliser (le bien et le mal) ce qui est un acte religieux.

      Donc allez vous faire foutre avec vos jérémiades, que l’Ouganda vous diabolise c’est juste la monnaie de votre pièce, puisque vous l’avez demandé.
      Ne dites plus que vous n’obtenez plus satisfaction

      Sanctification chez l’un Diabolisation chez l’autre , les Etats sont souverains ?
      Faites vous désormais la différence entre la dictature du CAPRICE et l’Etat de Droit ?.

  2. Elieja says:

    Enfin un peuple satisfait de ses dirigeants, bravo les Ougandais. Vous êtes moins dégénérés que nous.

    • Tomtom says:

      @Elieja:
      Je vous conseille donc de partir en Ouganda définitivement, vous y serez à coup sur accueillie chaleureusement et pourrez assouvir votre loisir favori: « le lynchage des gays », à foison voir même participer à une séance de lapidation de gay ou même assister à un viol collectif de lesbienne à titre de « rééducation » …

      • Exquisiteur says:

        voir commentaire plus haut.

        Vous demandez « l’honorabilité sociale » des pratiques sexuelles non procréatives. C’est une requête « culturelle ».
        La loi ne gère pas la culture elle s’en inspire par capillarité.
        Est il prévu dans la Constitution francaise que  » les relations sexuelles sont directement gérées par l’Etat, qui pourra, sans se justifier les diaboliser ou sanctifier, selon ses caprices » (ce qu’il a fait quand meme avec le Meme mariage pour tous).
        Quand nous avons accepté la Constitution de la 5 ème république (appelé pacte de paix civile négociée ou ordre public) nous n’avons voté pour inclure « toutes les pratiques sexuelles étant égales entre elles » dans le droit direct à interdire ou autoriser.

        Vous avez obtenu que l’ETAT ait légitimité directe à s’occuper de vos fesses en un package procréation/ non procréation/ adoption / tout un merdier juridique sans nom;

        donc faites nous pas chier à pleurer sur un Etat qui vous diabolise en tant que citoyen puisque vos amis de la LGBT ont réclamé à tous les pays la sanctification.
        Chaque Etat peut désormais, sans se justifier, diaboliser/sanctifier (bien mal)jetant en l’air tout le droit des conséquences de vos actes sur la restriction justifiée de votre liberté.

        • Tomtom says:

          @exquisiteur:
          la façon que vous avez que tourner votre raisonnement me laisse … sans voix … vous vous contentez à chaque articles ou chaque post n’allant pas dans votre sens de débiter les mêmes débilités sans nom qui essayent de rendre au final votre haine des gays justifiable car au final « les justifications des gays seraient inconsistantes ».
          1/ je vous plains car bercé que vous êtes de discours unidirectionnels vous vous êtes persuadé de débiter la vérité … qui n’est en fait qu’une vérité qui vous est chuchotée à longueur de journée dans vos oreilles trop serviles et bouchées à tout autres points de vue.
          2/Si je suis votre raisonnement … vous justifiez qu’on puisse aussi tuer des filles qui changent de religion (musulman => catholique) car au final c’est prévu par la loi du pays. Et que l’on puisse violer et tuer des filles qui auraient choisi de se marier par amour car la culture et les tradition le permettent ?

          Connaissant à l’avance votre verve habituelle vous répondrez certainement car répondre, ici, sur ce site, est le seul exutoire que vous trouvez à votre haine et au contentement de votre égo (car ces laïus interminables que vous nous faites ne sont ici que ca : une sorte de masturbation intellectuelle flattant votre égo) …
          Dans votre aveuglement à toujours lutter contre les LGBT vous avez réponse à tout n’est-ce pas ? Je vous plains encore car au final, avoir les réponses à l’avance prouve à quel point vous êtes incapable d’avoir un jugement objectif des choses et que vous ne faites au final, que revomir des discours déjà prémâches.

          • Exquisiteur says:

            « Votre haine des gays » ? Vous semblez n’avoir « absolument rien compris au sens de mes excréments intellectuels »

            Je me place du point de vue juridique et non du bien et du mal. Faire vivre ensemble 66 millions de capricieux en une paix civile nécessite un Etat de Droit dans lequel les lois ne sont prises en fonction des « caprices » . Les lois doivent nous protéger des « caprices des dieux, des rois et des citoyens ».

            Je ne vois pas comment vous arrivez au raisonnement que je « hais les gays ». Je reprends le raisonnement de certains d’entre eux qui sont contre l’obtention du meme mariage pour tous.

            La vérité odorante de mes excréments juridique a du vous incommoder au point que vous en restiez à des propos narcissique, l’EQUITE du vivre ensemble vous passant au dessus du moment que votre nombril est satisfait.

            1- Etes vous infertile au point de refuser de faire des enfants et exiger que l’Etat vous donne le droit d’en adopter ????

            2- La loi doit elle autoriser les daltoniens à passer au feux rouge sous pretexte qu’il ne voient pas les couleurs ? ou autoriser les gauchers à rouler sur le coté gauche de la route ?

            la LGBT , cette organisation de manipulation mentale en bande organisée qui réclame maintenant la PMA remboursée par la Sécu) est une organisation de destruction du vivre ensemble.

            C’est rompre le vivre ensemble que d’exiger un droit sans assurer les meme devoir sous pretexte de caprice (homogenralité). Il s’agit de privilège. Ils ont été abolis en 1789 sur le papier en tout cas.

            Donc utiliser abominablement le mot EGALITE pour réclamer des droits,est une demande de privilège.

            Concernant les lapidations, viols, etc vous allez exactement dans mon sens sans que vous l’ayez compris (quelle tristesse) cela arrive quand on demande à la loi de dire le bien ou le mal en raison de croyances ou de religion . La loi ne peut interdire ou autoriser.
            Sa base légale est la restriction de votre liberté pour cause d’un dommage avéré à autrui ou/et ouvre un privilège (droit sans devoir)

            Mais de cela vous n’en avez rien à foutre, seul votre petit confort anal vous importe.

            Vous supporterez bien donc mes excréments meme s’ils ne sont qu’intellectuels.

            Je vous mets à défi d’exposer juridiquement la validité du meme mariage pour tous.
            La LGBT se débine dès que l’on parle juridiquement. C’est cela le chaos et la fin du vivre ensemble.

        • Elieja says:

          Proverbes 9
          6 Quittez les personnes inexpérimentées, et restez en vie, et marchez droit dans la voie de l’intelligence. ”
          7 Qui corrige le moqueur se procure du déshonneur, et qui reprend un méchant — une tare en lui. 8 Ne reprends pas un moqueur, de peur qu’il ne te haïsse. Reprends un sage, et il t’aimera.

          Bien cordialement.

          • Exquisiteur says:

            Un proverbe n’est pas un verbe.
            Il peut exprimé un regard sur une idée de vérité.
            Je parle de la notion de JUSTICE, c’est à dire l’Equité et non l’Egalité, sans laquelle tout s’effondre.

            Proverbe alors . « Quand ceux qui sont chargés de fabriquer la loi dans le cadre du contrat de paix civile négociée, violent la loi de l’Equité au nom de l’Egalité, ils marchent droit dans l’ignorance, l’illusion et la destruction comme le Dieu Shiva ».
            Bonne vie à vous sans privilége et sans revendication injuste.

        • Exquisiteur, vous vous contredisez vous-mêmes sans vous en rendre compte.

          Tout d’abord vous dites je cite  » cela arrive quand on demande à la loi de dire le bien ou le mal en raison de croyances ou de religion »
          mais en pénalisant l’homosexualité, c’est trés précisément ce que fait l’Ouganda ! Si la loi doit être conforme à la nature, sachez que l’homosexualité et l’homoparentalité sont des faits naturels avérés depuis Platon, soit deux millénaires (ne vous étonnez pas qu’on vous traite d’attardés) et que la science moderne a amplement démontrés depuis.

          Ensuite vous parlez de droits, de privilèges et de devoirs. Si la procréation est un devoir, alors j’en déduis que vous réclamez l’interdiction du mariage pour les femmes ménopausées, les mutilés génitaux, les infertiles ?

          Puis cet étrange exemple sur les gauchers et les daltoniens prouve que votre raisonnement est sa propre antithèse : en effet, les daltoniens traversent aux mêmes feux, les gauchers roulent du même coté que les droitiers, et c’est bien pourquoi les couples homos ont un droit légitime au même traitement que les couples hétéros.

          D’autre part, même si vous ignorez visiblement que l’homosexualité est une chose naturelle, cela n’excuse pas le fait que vous en parliez comme d’un caprice. S’il réellement il s’agissait d’un caprice, des milliers de gens perdureraient-ils dans ce caprice en sachant leur vie menacée, en sachant qu’ils encourent nombre de persécutions ? De plus, s’engager dans le mariage et dans l’adoption me semble difficilement coller avec la notion de caprice.

          Qui plus est, le mariage gay est on ne peut plus juridiquement fondé : les couples gays existent, de même que les familles homoparentales, ne vous en déplaise. Il faut un cadre juridique pour gérer les aléas de la vie que mènent ou subissent ces familles, comme les autres. Et si ce cadre est le même que celles des autres familles, à quoi bon faire « mariage » d’une part et « union civile » de l’autre ?

          Enfin, il est facile de voir que vous haïssez les gays. « votre confort anal » alors que vous ignorez si votre interlocuteur est homo. « La LGBT », comme si tous les homos étaient encartés dans votre lobby imaginaire… lequel ne dispose d’aucun parti ni élu, alors que les réseaux de bigots divers ont des dizaines de partis plus ou moins ouvertement religieux rien qu’en europe…

          Je terminerai en vous annonçant qu’au cameroun, un homme fut condamné récemment à trois ans de prison pour un sms « je suis très amoureux de toi », subit des violences en prison et mourut par la suite dans des circonstances troubles. Est-ce là votre conception de la justice ?

          Est-il si dur de comprendre que l’homosexualité n’est pas une idée européenne ou occidentale, mais tout simplement un fait naturel ? Est-il si dur de comprendre que lorsque deux ames humaines sont amoureuses, c’est uniquement cela qui compte et non ce que leurs corps ont entre les jambes ?

          Enfin, Exquisiteur, si vous considérez que le vivre-ensemble consiste à persécuter, blesser et emprisonner des gens pour crime d’amour. Si vous pensez que demander à être traité comme tout un chacun est une demande de privilèges. Si vous êtes persuadé qu’un état devrait être autorisé à nier le besoin juridique, la persécution ou la simple reconnaissance des gays et familles homoparentales, tout cela au nom de sa culture…

          Alors que Dieu vous pardonne, car vous ne savez pas ce que vous faites.

        • Exquisiteur,

          Je réponds à votre ci-pensée après l’avoir déjà fait un eu plus bas, car après mûre réflexion il y a bien plus à

          dire en prenant en compte ce message et celui déjà posté par vous plus haut. Quelques bribes de phrases ont été

          tirées (copier-coller ou paraphrasées) d’articles biologiques ou de définitions de dictionnaires, mais la majeure

          partie est de ma plume.

          Bien que cela puisse vous surprendre, je suis d’accord avec vous lorsque vous affirmez que si un état peut

          sanctifier une pratique, alors un autre peut la diaboliser. Mais vous faites fausse route malgré cela : il ne

          s’agit pas de sanctifier, mais de sanctuariser les personnes, les couples et les familles, sans discrimination

          aucune d’ethnie, de sexe ou autre.
          La famille est sacrée, Exquisiteur, mais pas les pratiques sexuelles en elles-mêmes, qui elles sont justes

          profanes et naturelles.

          Je m’explique : à aucun moment la Loi n’a déclaré bon ou mauvais le fait d’être homo : elle a simplement reconnu 2

          faits réels :
          1) les personnes sont des personnes avant d’être des noirs ou des blancs, des homos ou des hétéros, des femmes ou

          des hommes. Le même raisonnement vaut pour les couples et les familles.
          2)partant de là, toute personne dispose des mêmes droits qu’une autre en société : l’éducation, l’éligibilité et

          le vote, les soins… mais surtout le respect et la liberté. Même chose pour les devoirs : respecter son prochain,

          aimer ou du moins soutenir ses proches, parents et enfants.
          A nouveau, même raisonnement pour les couples et familles : chaque couple a le droit de se marier, chaque famille

          le droit d’être reconnue et soutenue par l’état.

          Il ne s’agit pas de culture, il s’agit de nature, et même de nature humaine : les personnes, couples et familles

          homos ont toujours existé et existeront toujours. Aujourd’hui, elles peuvent exister chez nous sans crainte d’être

          massacrées ou persécutées au nom – justement du bien et du mal ou plus largement de la Culture. Et donc elles

          existent, et donc il faut bien le constater et légiférer en conséquence – non pas avec une loi spécialement pour

          elle, mais avec la même loi pour tout le monde.

          Il n’y a là aucune notion de bien ou de mal, juste du pragmatisme.

          Je démontre mon raisonnement :

          1) Lorsque vous parlez du danger culturel de « toutes les pratiques sexuelles sont égales entre elles »… vous avez

          raison sur le fond, mais tort sur la forme et en l’occurrence. Il ne s’agit pas de légiférer sur les pratiques

          sexuelles, mais bien de légiférer sur ce qui est néfaste ou non à la société en général et aux personnes en

          particulier. Et la notion de nature n’y est d’ailleurs pour rien.

          Démonstration : se taper une poupée gonflable, ou copuler avec la terre meuble comme dans le cas des aborigènes

          australiens, ne sont en rien des pratiques naturelles. Pas plus que l’hôpital, les transports en commun ou même la

          croyance religieuse Mais elles ne sont pas néfastes en soi, et il n’y a donc pas lieu de les interdire (ce qui ne

          veut pas dire que l’on peut faire ça en public).
          A contrario, des pratiques comme la pédophilie, le meurtre et le cannibalisme sont parfaitement identifiables dans

          la nature. Mais on voit bien qu’on ne saurait les autoriser. La naturalité d’un comportement n’est donc pas un

          argument en soi.

          Maintenant ; l’homosexualité. Tout comme l’homoparentalité adoptive, elle est parfaitement naturelle – et de fait

          la sexualité exclusive est quasi inexistante dans la nature. Nous savons cela depuis les Grecs, et la science

          moderne l’a toujours confirmé (malgré tous les attardés qui se délectent de la fameuse expression « contre-

          nature »).

          D’autre part, l’homosexualité n’est pas néfaste pour soi ou pour les autres, encore une chose que les Grecs

          savaient bien, et avec eux les Gaulois et les autres peuples Antiques. Le fait que les homos se suicident bien

          plus est majoritairement dû au fait qu’on les rejette ou qu’on les persécute : j’en veux pour preuve irréfutable

          que les homos se suicident 4x plus en France, 16x plus en Russie… et pas plus que les hétéros en Norvège ou en

          Suède, pays bien plus évolués que le pays de Poutine où la chasse aux homos est un sport national largement

          encouragé. Et en ce qui concerne la famille, la même chose se vérifie : les enfants homoparentaux, lorsqu’ils ne

          sont pas harcelés avec cela, vont parfaitement bien. Et s’il est hélas vrai que des enfants homoparentaux sont

          parfois victimes de pédophilie, de meurtres et de maltraitance, d’abus divers ou autres maux… et bien l’on peut

          dire exactement la même chose de familles homoparentales. Car ce qui fait un vrai parent n’est pas ce qu’il a

          entre les jambes, mais dans son cœur.

          Et ainsi l’homosexualité,l’homoparentalité, l’adoption et tutti quanti ne sont pas une affaire culturelle, mais un

          fait social et pragmatique ; le même que pour les hétéros.

          2) « Vous avez obtenu que l’ETAT ait légitimité directe à s’occuper de vos fesses en un package procréation/ non

          procréation/ adoption / tout un merdier juridique sans nom; donc faites nous pas chier à pleurer sur un Etat qui

          vous diabolise en tant que citoyen puisque vos amis de la LGBT ont réclamé à tous les pays la sanctification. »

          Cette phrase non plus ne tient pas la route, et cela à plus d’un titre. Tout d’abord, cette observation vaut aussi

          pour les hétéros : vu que la Croatie ne reconnait que le mariage hétéro, cela autorise-t’il donc un état

          quelconque à ne reconnaître que le mariage homo et à rabaisser au rang de simple union civile les couples hétéros

          ?

          Ensuite, qu’en est-il avec un raisonnement étendu, comme vous en avez l’habitude, mon cher Exquisiteur ? Vu que

          certains pays musulmans ne reconnaissent que l’Islam et interdisent les autres religions, le Vatican aurait-il

          légitimité à persécuter les musulmans, ou les hindouistes et les shintoïstes ? Le fait que les Juifs aient été

          martyrisés durant le Troisième Reich justifie-t’il les actes d’Israël en Palestine ? Ma réponse est non : seule la

          loi de la raison universelle doit primer, et non la loi de race, de clan, de foi ou du Talion.

          Et justement, votre phrase est faussée par le fait que les homos n’ont pas demandé la sanctification : cela

          suggérerait qu’ils demandent à être traités à part et au-dessus des hétéros, alors qu’ils ne demandent qu’à être

          traités à part égale. Ne vous en déplaise, ils ne demandent pas la sanctification mais la banalisation : car au-

          delà des personnes, seule la famille est sacrée, et cela sous toutes ses formes… mais l’hétéro, bi et

          homosexualité sont aussi banales dans le monde naturel que chez les humains et qu’elles devraient l’être dans la

          société (ceci expliquant cela).

          Enfin, ce n’est pas tant la pratique sexuelle qui est ici en cause que la relation amoureuse. Et si vous pensez

          que c’est indissociable, apprenez d’abord que même les asexuels peuvent tomber amoureux, et ensuite que la Bible

          ne considère comme péché que l’acte homosexuel, et non le sentiment. En effet l’Église catholique établit une

          distinction entre les actes d’homosexualité, « intrinsèquement désordonnés » et « contraires à la loi naturelle »

          et la personne homosexuelle qui « doit être accueillie avec respect, compassion et délicatesse ».
          Vous noterez que cela est d’ailleurs paradoxal, dans la mesure ou non seulement la loi naturelle ne connait :
          – ni l’exclusivité sexuelle : il existe l’hétéro, l’homo, la bisexualité… mais aussi les types de sexualité

          reproductive, sociale ou relaxative ; il existe aussi une reproduction asexuée ou par Germination pour la flore,

          et la reproduction par fragmentation pour les bactéries , et même des cas de clonage sexuel ou « parthenogenese »

          pour certaines espèces animales, où les femelles n’ont plus besoin de mâles. On trouve aussi des cas de faune

          asexuée chez les fourmis et les termites ou les abeilles. Physiquement, il existe des cas de fécondation externe

          (comme chez les saumons) et intermédiaire aussi bien qu’interne. Même la gestation et la mise bas se rencontre

          sous de nombreuses formes : on trouve l’oviparité, la viviparité, et même l’oviviparité. Signalons pour finir les

          hippocampes et les crapauds acccoucheurs qui portent leurs oeufs en lieu et place de la femelle.
          – ni la sexualité exclusive : on observe des cas de lesbianisme chez les oies sauvages avec des cas

          d’homoparentalité par fécondation externe, de bisexualité chez les lions et de nombreux primates. Les zébres et

          les caméléons ont fréquemment des relations gays, ainsi que de nombreuses autres espèces de reptiles. Un constat

          particulièrement flagrant chez les oiseaux : d’après le biologiste australien Geoff McFarlane, qui a réalisé des

          travaux de recherche empiriques à travers le monde, 5 % des activités sexuelles des oiseaux est homosexuelle. Un

          constat établi après avoir étudié 93 espèces différentes. Et parfois les observations révèlent des surprises :

          chez les oies cendrées, 20 % des couples sont formées par des animaux de même sexe. Chez les manchots, ils

          arrivent que des mâles préfèrent vivre entre eux et adopter les oeufs des autres.

          Cela nous apprend deux choses importantes, que les gens de médias-presse-infos et affiliés feraient mieux de

          méditer :

          1) Non seulement l’homosexualité n’est en rien contre-nature, mais de plus l’éthologie a depuis Aristote démontré

          qu’elle est tout comme l’homoparentalité une norme fermement établie. Quand on vous dit que Dieu a créé la Nature

          et ne fait jamais d’erreurs…
          2) Parler de Désordres ou d’Abominations à propos des homos ne rime à rien, ni pour la Bible ni pour personne,

          dans la mesure ou la Nature biologique et globale n’est qu’un gigantesque chaos en opposition à un Ordre Naturel

          Immuable et largement fantasmé. Au contraire, la biologie, en particulier la biologie de l’évolution, suggère

          plutôt l’existence d’un « désordre naturel », résultant de l’action du hasard et de la sélection naturelle. Elle

          nous révèle une forte diversité des comportements, qu’ils soient ou non sexués : dans la nature, les orientations

          et pratiques sexuelles, les modes de reproduction et les stratégies parentales sont incroyablement variés.

          3) « C’est rompre le vivre ensemble que d’exiger un droit sans assurer les meme devoir sous pretexte de caprice

          (homogenralité). Il s’agit de privilège.
          Donc utiliser abominablement le mot EGALITE pour réclamer des droits, est une demande de privilège. C’est cela le

          chaos et la fin du vivre ensemble. »

          Encore une fois, vous battez votre camp. Les homos ont les mêmes droits et devrois que les hétéros : il n’y a pas

          dans le code civil une section « homo » et une section « hétéro ». Qu’il s’agisse de mariage, de parentalité ou de

          tout autre aspect d’une relation, la Loi ne se subdivise pas selon les détails et caractéristiques physiques,

          culturels ou autres de chacun, elle est la même pour tout le monde.

          Et, privilège ? Voyons-en la définition : Le mot privilège, du latin privata-lex (« loi particulière »), est à

          l’origine une disposition juridique conférant un statut particulier. Faculté accordée à un particulier ou à une

          communauté de faire quelque chose ou de jouir de quelque avantage qui n’est pas de droit commun. Du latin

          privilegium (« privilège ») composé de privus (« privé, particulier ») et lex (« loi ») : « loi faite pour un

          particulier ».
          Mais là encore, les homos n’ont aucun privilège ; au contraire, c’était jusque-là les hétéros qui en

          bénéficiaient. A présent homos et hétéros ont les m^me droits, tout comme jadis noirs et blancs étaient distingués

          non seulement par des lois particulières, mais aussi par de véritables privilèges conservés par les blancs. Et

          tout comme aujourd’hui les chretiens et les musulmans en Iran ou en Arabie Saoudite, ou au Yémen.

          Prétendre que le vivre-ensemble est détruit ? C’est exactement l’inverse : nous vivons aujourd’hui un peu plus

          ensemble car la loi couvre maintenant équitablement toutes les familles et foyers. D’autre part, les sites comme

          MPI et ses bons amis comme Civitas et autres ne manquent jamais de gloser à propos de la fameuse Théorie du Genre

          (aussi faussée, fondée, paranoïaque et crédible que la Théorie Extraterrestre) ou à répandre rumeurs, jugements et

          sentences sur les homos, quand on ne lit pas les amalgames et les calomnies les plus atroces dans les commentaires

          (zoophilie, pédophilie, trala-li-la-li) sur les familles homoparentales ; mais les gays que l’on rencontre aux

          paroisses, les associations chretiennes de dialogue telles que « Réflexion et Partage », « Devenir un en Christ » ou

          le « Carrefour des Chrétiens Inclusifs » (qui n’ont pas nécessairement les mêmes vues sur le mariage homo), et de

          façon générale les proches, amis parents et enfants des homos sont bien plus à mêmes et de témoigner de tout cela

          : eux, contrairement à d’autres, savent de quoi ils parlent.
          Alors avant de vous gargariser de mots tels que le « vivre-ensemble », la « famille » et les « valeurs »… peut-être

          devriez-vous, Exquisiteur et tous vos semblables, allez donc mettre en pratique tous ces beaux concepts, et vous

          réaliserez peut-être qu’ils doivent être appliqués et respectés quelque soit leur aspect.

          Car même vous, Exquisiteur, êtes bien forcé de reconnaitre que le mariage homo est l’exact inverse du chaos : on

          créé une législation, ou plus exactement on étend l’ancienne, là où elle s’adapte parfaitement et légitimement et

          où il y avait précédemment un vide juridique. De plus, le vivre-ensemble repose bel et bien sur une notion

          cruciale : que nul n’ait plus ou moins de droits qu’un autre, à moins de l’avoir mérité ou démérité par ses actes

          ou sa condition : on ne peut autoriser un aveugle à conduire une voiture, on admet qu’un policier porte une

          arme… mais comme dit plus haut, une personne est une personne, un couple est un couple, et une famille une

          famille.

          4) « Je parle de la notion de JUSTICE, c’est à dire l’Equité et non l’Egalité, sans laquelle tout s’effondre. Je

          vous mets à défi d’exposer juridiquement la validité du meme mariage pour tous. »

          Vous avez raison sur ce point à nouveau, mais vous prêchez contre votre camp sans vous en rendre compte. La

          justice est bien l’équité et non l’égalité : car c’est justement le fait que toutes les personnes ne sont pas

          égales (en force, en richesse, en amour ou autre) qu’existe l’Equité dont voici la définition : « Traitement de

          chacun selon ce qui lui revient de droit, selon son mérite. » et « L’équité, du latin aequitas, désigne une forme

          d’égalité ou de juste traitement. Elle appelle des notions de justice naturelle et d’éthique, dans l’appréciation

          par tous et chacun de ce qui est dû à chacun ; au-delà des seules règles du droit en vigueur » et enfin « L’équité

          permet une discrimination positive adaptant les conséquences de la Loi (souvent générale) aux circonstances et à

          la singularité des situations et des personnes (spécificités historiques, socioculturelles liées aux passés et

          cultures individuelles). »

          On retiendra les mots « discrimination positive » en réponse aux manque d’égalité, ce qui contredit frontalement

          votre raisonnement. Cependant le mot le plus juste serait sans doute « ajustement », car une disciimination

          positiive suggererait une discrimination négative dans le même temps… or si les homos ont accédé au mariage, les

          hétéros n’en ont pas été exclus ; « ajustement » convient donc d’autant mieux qu’on y entend « justice ».

          « Justice naturelle » : nous l’avons vu plus haut, aussi bien l’homosexualité que l’homoparentalité sont une des

          normes de la Nature. Et si vous m’avancez un argument du genre « oui mais pas autant que l’hétérosexualité »… je

          vous réponds oui. Mais les esquimaux sont mois nombreux que les africains, et ce n’est pas pour ca que j’irai leur

          accorder des droits différents.

          « Selon son mérite » : deux personnes – ou une seule – qui élèvent un enfant avec amour n’ont t-il pas le même

          mérite ? Et ce d’autant plus dans le cas d’un couple ou d’une personne ne pouvant procréer naturellement ou moins

          aisément, comme un couple infécond, un parent célibataire désirant adopter, un couple de gays – ou encore ayant

          moins de moyens pour ce faire (pauvreté, isolement, handicaps mentaux et physiques, harcélement ou jugements

          divers et variés en raison de leur sexualité, de leur statut ethnomixte ou social).

          Plus simplement deux personnes s’aimant, s’étant soutenues et ayant bati une vie à deux n’ont-elles pas le même

          mérite que deux autres ? N’ont-elles pas le même droit à l’engagement marital et à la reconnaissance par la

          société de leur foyer ?

          Quand à la validité juridique du mariage pour tous, elle est amplement exposée dans divers paragraphes plus haut

          et peut se résumer ainsi : une personne est une personne, une seule loi. Un couple de personnes est un couple, une

          seule loi. Une famille de personnes est une famille, une seule loi.

          5) « Sanctification chez l’un Diabolisation chez l’autre , les Etats sont souverains ?
          Faites vous désormais la différence entre la dictature du CAPRICE et l’Etat de Droit ? »

          Encore une fois il ne s’agit pas de sanctifier ni de diaboliser une pratique, mais bel et bien de sanctuariser la

          vérité et la Raison, de légiférer le vivre-ensemble, de reconnaitre ou de nier la réalité de la société. Et c’est

          bien pour cela qu’instaurer une différence entre citoyens, foyers et famills selon l’orientation sexuelle est un

          caprice. Et c’est bien pour cela que légifèrer dans l’égalité et l’équité est un acte de droit. Et c’est bien pour

          cela qu’un état doit être souverain, mais jamais au détriment de ses citoyens.

          Les homos ont toujours existé, parceque l’homosexualité a toujours existé.
          Les Grecs anciens, et avec eux tous les peuples de l’Antiquité, glorifiaient l’homosexualité et lui accordiaent un

          statut à part. Voilà pour la Sanctification. Les bigots et les fachistes de tous bords la conspuèrent, puis la

          réprimèrent. Voilà pour la Diabolisation.
          Aujourd’hui, dans les parties les plus civilisées de notre monde et les peuples les plus évolués de l’humanité,

          les homos peuvent exister non plus en tant qu’êtres bénits ou maudits, mais tout simplement en tant qu’eux-mêmes,

          tout comme cela est la norme dans la nature. On voit ainsi des couples et des familles avec enfants. Et plus cela

          se normalise dans la société, moins les homophobes ont de crédibilité, car de plus en plus de gens connaissent des

          personnes, des couples et des familles homos.

          Même les plus tradis des croyants en viennent à changer, car ils aiment leurs enfants peu importe leur sexualité,

          autant qu’ils craignent de les blesser et de les perdre, soit de vue soit mortellement. Et quelles que soit leurs

          conceptions de la société, leurs opinions sur le mariage homo ou leur croyances tous s’accordent sur une chose :

          rejeter ou calomnier les homos et les réduire à des lobbys, des malades mentaux ou des sous-humains n’est ni ce

          dont ils ont l’expérience ou l’envie, ni une attitude chretienne.
          Dans le même temps n’importe qui de bon sens, quelle que soit son opinion, se doit de condamner et de lutter

          contre les agressions, les rumeurs et les préjugés, sans parler des persécutions que subissent les homos à travers

          le monde en tant que personnes, qui en mène tant chaque année au lynchage ou au suicide.
          De plus, n’importe qui de bon sens, quelle que soit son opinion, se doit de reconnnaitre que les couples et les

          familles homos existent dans notre société, et que ces foyers ne peuvent ni ne doivent être laissés sans cadre

          juridique.

          Je finirai en exposant la chose suivante :

          Donner un cadre juridique unique à tous les foyers présents et à venir, donner le même droit à chaque citoyen

          d’épouser chaque citoyen, et donner les mêmes droits à tous les enfants de toutes les familles… est-ce là ce

          qu’est la dictature selon vous, Exquisiteur ?

          Réclamer et obtenir de haute lutte et aprés des décennies de revendications l’Egalité et l’Equité par ce cadre,

          ces droits et cette reconnaissance, afin de pouvoir fonder des foyers, élever des enfants et assurer l’avenir de

          sa famille… est-ce là ce qu’est un caprice selon vous, Exquisiteur ?

          Oui Exquisiteur, la plupart des gens et de plus en plus à chaque génération fait la différence entre la dictature

          du caprice et l’état de droit.

          Il est regrettable que vous ne puissiez en dire autant.

  3. [Pardon, je reposte car le premier poste semble avoir « rippé » (???)]

    Exquisiteur,

    Je réponds à votre ci-pensée après l’avoir déjà fait un eu plus bas, car après mûre réflexion il y a bien plus à dire en prenant en compte ce message et celui déjà posté par vous plus haut. Quelques bribes de phrases ont été tirées (copier-coller ou paraphrasées) d’articles biologiques ou de définitions de dictionnaires, mais la majeure partie est de ma plume.

    Bien que cela puisse vous surprendre, je suis d’accord avec vous lorsque vous affirmez que si un état peut sanctifier une pratique, alors un autre peut la diaboliser. Mais vous faites fausse route malgré cela : il ne s’agit pas de sanctifier, mais de sanctuariser les personnes, les couples et les familles, sans discrimination aucune d’ethnie, de sexe ou autre.
    La famille est sacrée, Exquisiteur, mais pas les pratiques sexuelles en elles-mêmes, qui elles sont justes profanes et naturelles.

    Je m’explique : à aucun moment la Loi n’a déclaré bon ou mauvais le fait d’être homo : elle a simplement reconnu 2 faits réels :
    1) les personnes sont des personnes avant d’être des noirs ou des blancs, des homos ou des hétéros, des femmes ou
    des hommes. Le même raisonnement vaut pour les couples et les familles.
    2)partant de là, toute personne dispose des mêmes droits qu’une autre en société : l’éducation, l’éligibilité et le vote, les soins… mais surtout le respect et la liberté. Même chose pour les devoirs : respecter son prochain, aimer ou du moins soutenir ses proches, parents et enfants.
    A nouveau, même raisonnement pour les couples et familles : chaque couple a le droit de se marier, chaque famille le droit d’être reconnue et soutenue par l’état.

    Il ne s’agit pas de culture, il s’agit de nature, et même de nature humaine : les personnes, couples et familles homos ont toujours existé et existeront toujours. Aujourd’hui, elles peuvent exister chez nous sans crainte d’être massacrées ou persécutées au nom – justement du bien et du mal ou plus largement de la Culture. Et donc elles existent, et donc il faut bien le constater et légiférer en conséquence – non pas avec une loi spécialement pour elle, mais avec la même loi pour tout le monde.

    Il n’y a là aucune notion de bien ou de mal, juste du pragmatisme.

    Je démontre mon raisonnement :

    1) Lorsque vous parlez du danger culturel de « toutes les pratiques sexuelles sont égales entre elles »… vous avez raison sur le fond, mais tort sur la forme et en l’occurrence. Il ne s’agit pas de légiférer sur les pratiques sexuelles, mais bien de légiférer sur ce qui est néfaste ou non à la société en général et aux personnes en particulier. Et la notion de nature n’y est d’ailleurs pour rien.

    Démonstration : se taper une poupée gonflable, ou copuler avec la terre meuble comme dans le cas des aborigènes australiens, ne sont en rien des pratiques naturelles. Pas plus que l’hôpital, les transports en commun ou même la croyance religieuse Mais elles ne sont pas néfastes en soi, et il n’y a donc pas lieu de les interdire (ce qui ne veut pas dire que l’on peut faire ça en public).
    A contrario, des pratiques comme la pédophilie, le meurtre et le cannibalisme sont parfaitement identifiables dans la nature. Mais on voit bien qu’on ne saurait les autoriser. La naturalité d’un comportement n’est donc pas un argument en soi.

    Maintenant ; l’homosexualité. Tout comme l’homoparentalité adoptive, elle est parfaitement naturelle – et de fait la sexualité exclusive est quasi inexistante dans la nature. Nous savons cela depuis les Grecs, et la science moderne l’a toujours confirmé (malgré tous les attardés qui se délectent de la fameuse expression « contre-nature »).

    D’autre part, l’homosexualité n’est pas néfaste pour soi ou pour les autres, encore une chose que les Grecs savaient bien, et avec eux les Gaulois et les autres peuples Antiques. Le fait que les homos se suicident bien plus est majoritairement dû au fait qu’on les rejette ou qu’on les persécute : j’en veux pour preuve irréfutable que les homos se suicident 4x plus en France, 16x plus en Russie… et pas plus que les hétéros en Norvège ou en Suède, pays bien plus évolués que le pays de Poutine où la chasse aux homos est un sport national largement encouragé. Et en ce qui concerne la famille, la même chose se vérifie : les enfants homoparentaux, lorsqu’ils ne sont pas harcelés avec cela, vont parfaitement bien. Et s’il est hélas vrai que des enfants homoparentaux sont parfois victimes de pédophilie, de meurtres et de maltraitance, d’abus divers ou autres maux… et bien l’on peut dire exactement la même chose de familles homoparentales. Car ce qui fait un vrai parent n’est pas ce qu’il a entre les jambes, mais dans son cœur.

    Et ainsi l’homosexualité,l’homoparentalité, l’adoption et tutti quanti ne sont pas une affaire culturelle, mais un fait social et pragmatique ; le même que pour les hétéros.

    2) « Vous avez obtenu que l’ETAT ait légitimité directe à s’occuper de vos fesses en un package procréation/ non procréation/ adoption / tout un merdier juridique sans nom; donc faites nous pas chier à pleurer sur un Etat qui vous diabolise en tant que citoyen puisque vos amis de la LGBT ont réclamé à tous les pays la sanctification. »

    Cette phrase non plus ne tient pas la route, et cela à plus d’un titre. Tout d’abord, cette observation vaut aussi pour les hétéros : vu que la Croatie ne reconnait que le mariage hétéro, cela autorise-t’il donc un état quelconque à ne reconnaître que le mariage homo et à rabaisser au rang de simple union civile les couples hétéros ?

    Ensuite, qu’en est-il avec un raisonnement étendu, comme vous en avez l’habitude, mon cher Exquisiteur ? Vu que certains pays musulmans ne reconnaissent que l’Islam et interdisent les autres religions, le Vatican aurait-il légitimité à persécuter les musulmans, ou les hindouistes et les shintoïstes ? Le fait que les Juifs aient été martyrisés durant le Troisième Reich justifie-t’il les actes d’Israël en Palestine ? Ma réponse est non : seule la loi de la raison universelle doit primer, et non la loi de race, de clan, de foi ou du Talion.

    Et justement, votre phrase est faussée par le fait que les homos n’ont pas demandé la sanctification : cela suggérerait qu’ils demandent à être traités à part et au-dessus des hétéros, alors qu’ils ne demandent qu’à être traités à part égale. Ne vous en déplaise, ils ne demandent pas la sanctification mais la banalisation : car au-delà des personnes, seule la famille est sacrée, et cela sous toutes ses formes… mais l’hétéro, bi et homosexualité sont aussi banales dans le monde naturel que chez les humains et qu’elles devraient l’être dans la société (ceci expliquant cela).

    Enfin, ce n’est pas tant la pratique sexuelle qui est ici en cause que la relation amoureuse. Et si vous pensez que c’est indissociable, apprenez d’abord que même les asexuels peuvent tomber amoureux, et ensuite que la Bible ne considère comme péché que l’acte homosexuel, et non le sentiment. En effet l’Église catholique établit une distinction entre les actes d’homosexualité, « intrinsèquement désordonnés » et « contraires à la loi naturelle » et la personne homosexuelle qui « doit être accueillie avec respect, compassion et délicatesse ».
    Vous noterez que cela est d’ailleurs paradoxal, dans la mesure ou non seulement la loi naturelle ne connait :
    – ni l’exclusivité sexuelle : il existe l’hétéro, l’homo, la bisexualité… mais aussi les types de sexualité reproductive, sociale ou relaxative ; il existe aussi une reproduction asexuée ou par Germination pour la flore, et la reproduction par fragmentation pour les bactéries , et même des cas de clonage sexuel ou « parthenogenese » pour certaines espèces animales, où les femelles n’ont plus besoin de mâles. On trouve aussi des cas de faune asexuée chez les fourmis et les termites ou les abeilles. Physiquement, il existe des cas de fécondation externe (comme chez les saumons) et intermédiaire aussi bien qu’interne. Même la gestation et la mise bas se rencontre sous de nombreuses formes : on trouve l’oviparité, la viviparité, et même ovoviviparité. Signalons pour finir les hippocampes et les crapauds accoucheurs qui portent leurs œufs en lieu et place de la femelle.
    – ni la sexualité exclusive : on observe des cas de lesbianisme chez les oies sauvages avec des cas d’homoparentalité par fécondation externe, de bisexualité chez les lions et de nombreux primates. Les zèbres et les caméléons ont fréquemment des relations gays, ainsi que de nombreuses autres espèces de reptiles. Un constat particulièrement flagrant chez les oiseaux : d’après le biologiste australien Geoff McFarlane, qui a réalisé des travaux de recherche empiriques à travers le monde, 5 % des activités sexuelles des oiseaux est homosexuelle. Un constat établi après avoir étudié 93 espèces différentes. Et parfois les observations révèlent des surprises : chez les oies cendrées, 20 % des couples sont formées par des animaux de même sexe. Chez les manchots, ils arrivent que des mâles préfèrent vivre entre eux et adopter les oeufs des autres.

    Cela nous apprend deux choses importantes, que les gens de médias-presse-infos et affiliés feraient mieux de méditer :

    1) Non seulement l’homosexualité n’est en rien contre-nature, mais de plus l’éthologie a depuis Aristote démontré qu’elle est tout comme l’homoparentalité une norme fermement établie. Quand on vous dit que Dieu a créé la Nature et ne fait jamais d’erreurs…
    2) Parler de Désordres ou d’Abominations à propos des homos ne rime à rien, ni pour la Bible ni pour personne, dans la mesure ou la Nature biologique et globale n’est qu’un gigantesque chaos en opposition à un Ordre NaturelImmuable et largement fantasmé. Au contraire, la biologie, en particulier la biologie de l’évolution, suggère plutôt l’existence d’un « désordre naturel », résultant de l’action du hasard et de la sélection naturelle. Elle nous révèle une forte diversité des comportements, qu’ils soient ou non sexués : dans la nature, les orientations et pratiques sexuelles, les modes de reproduction et les stratégies parentales sont incroyablement variés.

    3) « C’est rompre le vivre ensemble que d’exiger un droit sans assurer les même devoir sous prétexte de caprice (homogenralité). Il s’agit de privilège. Donc utiliser abominablement le mot EGALITE pour réclamer des droits, est une demande de privilège. C’est cela le chaos et la fin du vivre ensemble. »

    Encore une fois, vous battez votre camp. Les homos ont les mêmes droits et devoirs que les hétéros : il n’y a pas dans le code civil une section « homo » et une section « hétéro ». Qu’il s’agisse de mariage, de parentalité ou de tout autre aspect d’une relation, la Loi ne se subdivise pas selon les détails et caractéristiques physiques, culturels ou autres de chacun, elle est la même pour tout le monde.

    Et, privilège ? Voyons-en la définition : Le mot privilège, du latin privata-lex (« loi particulière »), est à l’origine une disposition juridique conférant un statut particulier. Faculté accordée à un particulier ou à une communauté de faire quelque chose ou de jouir de quelque avantage qui n’est pas de droit commun. Du latin privilegium (« privilège ») composé de privus (« privé, particulier ») et lex (« loi ») : « loi faite pour un particulier ».
    Mais là encore, les homos n’ont aucun privilège ; au contraire, c’était jusque-là les hétéros qui en bénéficiaient. A présent homos et hétéros ont les m^me droits, tout comme jadis noirs et blancs étaient distingués non seulement par des lois particulières, mais aussi par de véritables privilèges conservés par les blancs. Et tout comme aujourd’hui les chretiens et les musulmans en Iran ou en Arabie Saoudite, ou au Yémen.

    Prétendre que le vivre-ensemble est détruit ? C’est exactement l’inverse : nous vivons aujourd’hui un peu plus ensemble car la loi couvre maintenant équitablement toutes les familles et foyers. D’autre part, les sites comme MPI et ses bons amis comme Civitas et autres ne manquent jamais de gloser à propos de la fameuse Théorie du Genre (aussi faussée, fondée, paranoïaque et crédible que la Théorie Extraterrestre) ou à répandre rumeurs, jugements et sentences sur les homos, quand on ne lit pas les amalgames et les calomnies les plus atroces dans les commentaires (zoophilie, pédophilie, trala-li-la-li) sur les familles homoparentales ; mais les gays que l’on rencontre aux paroisses, les associations chretiennes de dialogue telles que « Réflexion et Partage », « Devenir un en Christ » ou le « Carrefour des Chrétiens Inclusifs » (qui n’ont pas nécessairement les mêmes vues sur le mariage homo), et de façon générale les proches, amis parents et enfants des homos sont bien plus à mêmes et de témoigner de tout cela : eux, contrairement à d’autres, savent de quoi ils parlent.
    Alors avant de vous gargariser de mots tels que le « vivre-ensemble », la « famille » et les « valeurs »… peut-être devriez-vous, Exquisiteur et tous vos semblables, allez donc mettre en pratique tous ces beaux concepts, et vous réaliserez peut-être qu’ils doivent être appliqués et respectés quelque soit leur aspect, et pas uniquement sous ceux qui vous arrangent !

    Car même vous, Exquisiteur, êtes bien forcé de reconnaitre que le mariage homo est l’exact inverse du chaos : on créé une législation, ou plus exactement on étend l’ancienne, là où elle s’adapte parfaitement et légitimement et où il y avait précédemment un vide juridique. De plus, le vivre-ensemble repose bel et bien sur une notion cruciale : que nul n’ait plus ou moins de droits qu’un autre, à moins de l’avoir mérité ou démérité par ses actes ou sa condition : on ne peut autoriser un aveugle à conduire une voiture, on admet qu’un policier porte une arme… mais comme dit plus haut, une personne est une personne, un couple est un couple, et une famille une famille.

    4) « Je parle de la notion de JUSTICE, c’est à dire l’Equité et non l’Egalité, sans laquelle tout s’effondre. Je vous mets à défi d’exposer juridiquement la validité du même mariage pour tous. »

    Vous avez raison sur ce point à nouveau, mais vous prêchez contre votre camp sans vous en rendre compte. La justice est bien l’équité et non l’égalité : car c’est justement le fait que toutes les personnes ne sont pas égales (en force, en richesse, en amour ou autre) qu’existe l’Equité dont voici la définition : « Traitement de chacun selon ce qui lui revient de droit, selon son mérite. » et « L’équité, du latin aequitas, désigne une forme d’égalité ou de juste traitement. Elle appelle des notions de justice naturelle et d’éthique, dans l’appréciation par tous et chacun de ce qui est dû à chacun ; au-delà des seules règles du droit en vigueur » et enfin « L’équité permet une discrimination positive adaptant les conséquences de la Loi (souvent générale) aux circonstances et à la singularité des situations et des personnes (spécificités historiques, socioculturelles liées aux passés et cultures individuelles). »

    On retiendra les mots « discrimination positive » en réponse aux manque d’égalité, ce qui contredit frontalement votre raisonnement. Cependant le mot le plus juste serait sans doute « ajustement », car une discrimination positive suggérerait une discrimination négative dans le même temps… or si les homos ont accédé au mariage, les hétéros n’en ont pas été exclus ; « ajustement » convient donc d’autant mieux qu’on y entend « justice ».

    « Justice naturelle » : nous l’avons vu plus haut, aussi bien l’homosexualité que l’homoparentalité sont une des normes de la Nature. Et si vous m’avancez un argument du genre « oui mais pas autant que l’hétérosexualité »… je vous réponds oui. Mais les esquimaux sont mois nombreux que les africains, et ce n’est pas pour ça que j’irai leur établir des droits humains différents.

    « Selon son mérite » : deux personnes – ou une seule – qui élèvent un enfant avec amour n’ont t-il pas le même mérite ? Et ce d’autant plus dans le cas d’un couple ou d’une personne ne pouvant procréer naturellement ou moins aisément, comme un couple infécond, un parent célibataire désirant adopter, un couple de gays – ou encore ayant moins de moyens pour ce faire (pauvreté, isolement, handicaps mentaux et physiques, harcèlement ou jugements divers et variés en raison de leur sexualité, de leur statut ethnomixte ou social).

    Plus simplement deux personnes s’aimant, s’étant soutenues et ayant bâti une vie à deux n’ont-elles pas le même mérite que deux autres, peu importe le sexe ou la couleur ? N’ont-elles pas le même droit à l’engagement marital et à la reconnaissance par la société de leur foyer ?

    Quand à la validité juridique du mariage pour tous, elle est amplement exposée dans divers paragraphes plus haut et peut se résumer ainsi : une personne est une personne, une seule loi. Un couple de personnes est un couple, une seule loi. Une famille de personnes est une famille, une seule loi.

    5) « Sanctification chez l’un Diabolisation chez l’autre , les Etats sont souverains ?
    Faites vous désormais la différence entre la dictature du CAPRICE et l’Etat de Droit ? »

    Encore une fois il ne s’agit pas de sanctifier ni de diaboliser une pratique, mais bel et bien de sanctuariser la vérité et la Raison, de légiférer le vivre-ensemble, de reconnaître ou de nier la réalité de la société. Et c’est bien pour cela qu’instaurer une différence entre citoyens, foyers et famille selon l’orientation sexuelle est un caprice. Et c’est bien pour cela que légiférer dans l’égalité et l’équité est un acte de droit. Et c’est bien pour cela qu’un état doit être souverain, mais jamais au détriment de ses citoyens.

    Les homos ont toujours existé, parce que l’homosexualité a toujours existé.
    Les Grecs anciens, et avec eux tous les peuples de l’Antiquité, glorifiaient l’homosexualité et lui accordaient un statut à part. Voilà pour la Sanctification. Les bigots et les fachistes de tous bords la conspuèrent, puis la réprimèrent. Voilà pour la Diabolisation.
    Aujourd’hui chez nous, les homos peuvent exister non plus en tant qu’êtres bénits ou maudits, mais tout simplement en tant qu’eux-mêmes, tout comme cela est la norme dans la nature. On voit ainsi des couples et des familles avec enfants. Et plus cela se normalise dans la société, moins les homophobes ont de crédibilité, car de plus en plus de gens connaissent des personnes, des couples et des familles homos.

    Même les plus tradis des croyants en viennent à changer, car ils aiment leurs enfants peu importe leur sexualité, autant qu’ils craignent de les blesser et de les perdre, soit de vue soit mortellement. Et quelles que soit leurs conceptions de la société, leurs opinions sur le mariage homo ou leur croyances tous s’accordent sur une chose : rejeter ou calomnier les homos et les réduire à des lobbys, des malades mentaux ou des sous-humains n’est ni ce dont ils ont l’expérience ou l’envie, ni une attitude chrétienne.
    Dans le même temps n’importe qui de bon sens, quelle que soit son opinion, se doit de condamner et de lutter contre les agressions, les rumeurs et les préjugés, sans parler des persécutions que subissent les homos à travers le monde en tant que personnes, qui en mène tant chaque année au lynchage ou au suicide.
    De plus, n’importe qui de bon sens, quelle que soit son opinion, se doit de reconnaître que les couples et les familles homos existent dans notre société, et que ces foyers ne peuvent ni ne doivent être laissés sans cadre juridique.

    Je finirai en exposant la chose suivante :

    Donner un cadre juridique unique à tous les foyers présents et à venir, donner le même droit à chaque citoyen d’épouser chaque citoyen, et donner les mêmes droits à tous les enfants de toutes les familles… est-ce là ce qu’est la dictature selon vous, Exquisiteur ?

    Réclamer et obtenir de haute lutte et aprés des décennies de revendications l’Egalité et l’Equité par ce cadre, ces droits et cette reconnaissance, afin de pouvoir fonder des foyers, élever des enfants et assurer l’avenir de sa famille… est-ce là ce qu’est un caprice selon vous, Exquisiteur ?

    Oui Exquisiteur, la plupart des gens et de plus en plus à chaque génération fait la différence entre la dictature du caprice et l’état de droit.

    Il est regrettable que vous ne puissiez en dire autant.

  4. Braves gouvernement et parlement ougandais, qui tiennent bon sur leur route, et, exception notable dans le monde, en phase avec le peuple : ça doit déchirer plus d’un bobo du Marais, ça, ma bonne tante.

    Aux lecteurs de MPIn qui seraient tentés d’êtres donateurs d’ONGs (ou prétendument telles), ou le sont déjà, faites comme moi, réfléchissez ! renseignez-vous. Certaines de nos ONGs sont regroupées dans un machin homosexualiste qui a nom “Coordination SUD” qui vise à préparer les petits garçons et petites filles du Tiers Monde aux “visites” des “touristes” teutons et autres (voir http://www.coordinationsud.org/plaidoyer/genre/) ; je m’étais laissé aller à parrainer (mensuellement, 25 puis 28 €) deux ONGs, “Handicap International” (la population estropiée de l’Afghanistan) et “Plan France” (un gamin au Guatémala qui va à l’école), jusques à ce que je me rende compte – à posteriori, hélas! – que ces deux ONGs donnaient dans l’homosexualisme de la dite “coordination” (voir http://www.coordinationsud.org/membres/liste-des-membres/) ; j’ai résilié rapidement le versement à l’Afghanistan via “Handicap International”, mais n’ai pas eu le cœur de couper le financement des études de mon petit filleul : j’attends qu’il ait dix-huit ans, âge auquel l’affaire s’arrête, pour couper tous liens avec “Plan France”. Et, accumulant le pas de chance, j’ai fait des dons ponctuels à “Médecins sans frontières”, elle aussi pédérastoïde, à l’époque, alors que “Médecins du monde” ne l’était pas (aujourd’hui, c’est l’inverse !)

    Si jamais je redevenais donateur, ma première démarche serait de m’assurer de l’honorabilité de l’ONG, en consultant la page http://www.coordinationsud.org/membres/liste-des-membres/.

    Méfiance, mes chers amis, “elles” sont partout.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com