A stock investor reacts near a board displaying stock prices at a brokerage house in Huaibei in central China's Anhui province Monday June 24, 2013. Global stock markets reeled Monday, with Shanghai's index enduring its biggest loss in four years, after China allowed commercial lending rates to soar in a move analysts said was aimed at curbing a booming underground lending industry. (AP Photo) CHINA OUT

Aujourd’hui lundi 24 août, les bourses sont au bord du crach. Tout est parti de Chine le 10 août dernier lorsque Pékin a brutalement procédé à une dévaluation de sa monnaie, surprenant tout le monde de la finance.

Aujourd’hui, la bourse de Shanghaï a connu une nouvelle journée noire, elle a clôturé en baisse de 8,5 %, provoquant d’importantes secousses sur les marchés financiers mondiaux. La Bourse de Shenzhen, la deuxième de Chine, a quant à elle chuté de 7,61 %. L’agence de presse officielle Chine nouvelle évoque un « lundi noir ».

Ce qui était une grave alerte lors des dévaluations successives et brutales du Yuan par Pékin se confirme et s’amplifie. La place financière chinoise avait déjà perdu plus de 11 % de sa valeur la semaine dernière.  L’économie chinoise semble à bout de souffle en dépit des multiples efforts du gouvernement pour tenter de soutenir son économie.

Dimanche, Pékin a autorisé le gigantesque fonds de pension national à investir jusqu’à 30 % de ses actifs nets en actions, ce qui n’a pas suffi à rétablir la confiance des investisseurs.

Les mouvements sur les valeurs pétrolières sont en pleine agitation, ce qui ne rassure personne. Toutes les places financières mondiales sont à présent gagnées par la panique, comme par un effet de dominos. Nul ne sait ce qui peut désormais se passer.

En Union européenne, les bourses de Lisbonne, Madrid, Paris, Milan, Londres, Francfort, Athènes, nagent en pleine incertitude, entre l’avenir de la sortie de la Grèce de la zone euro de nouveau envisagée et les cours du pétrole qui n’arrêtent pas de baisser, se profile la crainte d’une nouvelle déflation en Europe.

Les principaux indices comme le CAC 40 français ou le Dax allemand enregistrent des baisses considérables.

La Bourse de Paris a clôturé ce lundi à -3,31%. Francfort a perdu 2,99%, Milan 4,92%, Londres 2,00% et Madrid dépae les -3%.
Le prix du pétrole a poursuivi sa chute à New York à des niveaux les plus bas en 6 ans, ce qui impacte Total,  l’une des plus grandes entreprises du CAC 40. « La chute du pétrole est anxiogène pour les marchés car elle se fait à une vitesse extrêmement impressionnante, fragilisant les places de certains fonds » explique Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

A ceci s’ajoute l’inflation grandissante en Allemagne.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

8 commentaires

  1. Rémi de Völn says:

    Réjouissons-nous!
    Car Mammon a la fièvre, et tousse; espérons que ce ne soit que le début de la fin, et que cela liquide les banksters mondialistes athées:
    « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon (Matthieu 6:24). »
    Je mets déjà le champagne au frais …

  2. Denis says:

    Moi j’en conclue qu’il vaudrait mieux favoriser l’économie locale, conserver les entreprises avec des capitaux essentiellement français, inciter les Français à investir sans les matraquer fiscalement… et les incidences seraient considérablement réduites.

    • Rémi de Völn says:

      Denis, vous avez tout-à-fait raison.
      Il faut revenir à une économie chrétienne (voir la doctrine sociale de l’Eglise, d’avant Vatican II):
      => économie familiale, locale et nationale;
      => métiers manuels; développer les secteurs primaires et secondaires;
      => interdiction de la spéculation et de l’usure;
      => corporations de métiers libérées de la dictature étatique;
      => économie mortifiée.
      Et, actuellement, pour l’épargne individuelle et familiale, « débancariser » au maximum; placer en métaux précieux et actifs tangibles (maison, potager, terrains, …)

  3. Guy de la croix says:

    Rémi de Voln 100 % d’accord avec vous… serait ce la fin de l’hégémonie juive ashkénaze financière et mortifer mondialiste… pourvu que ça continue à s’étendre

  4. J’en profite pour donner ce lien (en Anglais) pour expliquer davantage quelques petits aspects de cette chute des bourses : http://www.globalresearch.ca/economic-destabilization-financial-meltdown-and-the-rigging-of-the-shanghai-stock-market/5471533

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com