déflation-mpi

L’UMPS a l’avantage de ne pas brusquer l’économie : l’un et l’autre donnent le même résultat d’une économie en berne et sans croissance. Les agitations de Sarkozy puis de Valls n’y ont rien changé, et pour deux raisons :

–          en réalité la marge de manœuvre du gouvernement français est quasiment nulle, celui-ci ayant abandonné toutes ses prérogatives en matière économique à Bruxelles. Que ce soit au niveau de la politique monétaire ou douanière, ces deux leviers décisionnels ne sont plus commandés par les pouvoirs nationaux.

–          la logique de ces gouvernants répondant au nouvel ordre mondial, ils s’inscrivent dans un carcan financier mondiale, incapable de considérer le bien commun du pays qu’ils sont sensés dirigés. Ils sont donc ballottés par les velléités des grandes puissances financières dont ils sont incapables aujourd’hui de se protéger.

Si la croissance est nulle au 1er et 2ème trimestre 2014, la déflation n’est plus très loin, notamment grâce aux sanctions prises contre la Russie. En effet, les produits alimentaires français n’ayant plus leur place sur le marché russe, ils se retrouvent en surnombre en France. L’offre étant supérieur à la demande sur le marché national, les prix vont baisser, entraînant un manque à gagner important pour tout un pan de l’économie française avec en première ligne les agriculteurs.

Puis viendra l’application du rapport Attali visant à libéraliser toujours plus d’autres secteurs de l’économie française, les livrant à la guerre économique. Ce rapport visant plus particulièrement les professions réglementées et les professions libérales, il contribuera de façon importante à supprimer un peu plus la classe moyenne et donc, affaiblira un peu plus l’équilibre économique du pays.

Dans ce contexte morose, les politiques nous expliquent qu’ils veulent rendre du pouvoir d’achat pour relancer la croissance par la consommation : pourtant, ils semblent oublier que l’Etat absorbe aujourd’hui plus de 57 % de la richesse crée chaque année, ce qui représente 209 jours par an, l’assistanat pesant lourdement dans les dépenses publiques.

A un tel stade il devient mécaniquement impossible de créer de la croissance.

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Thérèse says:

    Le changement c’est maintenant …. Qu’on vous dit

  2. Deleglod says:

    Et que chacun de nous sache que ; qu’il ai voté pour ou contre ; « les impôts augmentent  » les taxes suivent ETC ; sauf les services …

  3. champar says:

    Je crains que l’article soit retard d’un métro:

    – La récession est un baisse de la croissance, le terme est aussi utilisé pour décrire une légère baisse de l’activité économique.

    – La déflation est une baisse de prix, nous y sommes déjà, lorsque la conjoncture est mauvaise, cela signifie souvent que les entreprises ne vendent plus leurs produits.

    Il me semble que nous arrivons à l’étape suivante qui est la dépression c’est à dire une baisse brutale de l’activité économique, tous les ingrédients sont réunis : la baisse des prix qui va entraîner des fermetures d’entreprise et des licenciements, les augmentations d’impôts qui vont détruire la demande des ménages, l’endettement colossal de l’état et l’abandon de la maîtrise de la monnaie qui ne permet plus la relance publique (même en arrivant en mendiant auprès de l’europe).
    Certaines entreprises qui travaillent à l’exportation hors europe arriveront probablement à s’en sortir mais les autres …
    Dans les pires crises, il y a toujours des niches d’activité et des cas particuliers qui s’en sortent mais globalement nous allons vers une dépression économique et je crains qu’il soit trop tard pour l’éviter.

    Merci l’euro, merci l’europe !

  4. Dominique says:

    Le carré magique est détruit,la stagflation vient.

  5. Pingback: Panne de croissance et déflation prochaine | FN64

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com