Paul VI, un saint de l’Eglise catholique ?

   Lors de sa rencontre avec les prêtres et les diacres du diocèse de Rome à la cathédrale Saint-Jean-de-Latran, le 15 février 2018, le pape François a annoncé la canonisation de Paul VI pour cette année (1963-1978). Le 6 février dernier, le site italien Vatican Insider informait de la reconnaissance unanime d’un nouveau miracle attribué au pape Paul VI, par la réunion des évêques et cardinaux de la Congrégation des causes des saints. La « béatification » du pape Paul VI a déjà été proclamée le 19 octobre 2014 après la reconnaissance d’un miracle attribué à son intercession.
Et pourtant… Dans ses Mémoires, le cardinal Danéliou écrit explicitement : « Il est évident que Paul VI est un pape libéral » et le libéralisme est l’un des pires péchés. Mgr Lefebvre confirmait : « ce pape-là est comme un fruit du libéralisme, toute sa vie a été imprégnée par l’influence des hommes qui l’entouraient ou qu’il a pris pour maîtres et qui étaient des libéraux ». De même Paul VI soutint pendant tout le Concile la faction libérale qui s’opposait à la tradition de l’Eglise.
M. Louis Salleron le décrit ainsi : « il a le visage double », « dont le visage contrasté exprime la dualité : tantôt traditionnel en paroles, tantôt moderniste dans ses actes ; tantôt catholique dans ses prémisses, ses principes, et tantôt progressiste dans ses conclusions, ne condamnant pas ce qu’il devrait condamner et condamnant ce qu’il devrait conserver ! » (Mgr Lefebvre).

Que vaut l’hypothèse de cette canonisation ? M l’abbé Toulza nous répond, il a scruté avec attention le portrait du pape Paul VI : sa jeunesse, ses mœurs et son attitude face aux nouveautés et aux progressistes. Il nous livre le fruit de son enquête dans une conférence très éclairante, donnée en 2015 (après sa béatification) à l’Institut Universitaire Saint-Pie X.

Nous vous proposons son enregistrement sous la forme d’un coffret de deux CD.
10 € + 3 € de port (par coffret).

Commande à adresser à l’Institut Universitaire Saint-Pie X, 21 rue du Cherche-Midi, 75006 PARIS.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 commentaires

  1. Cadoudal says:

    Vatican II = suicide, mode d’ emploi.

  2. patate says:

    oui saint selon Vatican II….y a de la logique non?

  3. DUFIT THIERRY says:

    Paul VI n’ a rien d’un saint.
    Grand destructeur de l’Eglise, de la Foi catholique, de la Messe.
    Ordonné prêtre sans avoir fait de séminaire.
    L’anti saint par excellence.

  4. Lionel says:

    « Le 6 février dernier, le site italien Vatican Insider informait de la reconnaissance unanime d’un nouveau miracle attribué au pape Paul VI »
    Tâchez d’imaginer qu’il y en ait eu un qui ait dit « non », il aurait été viré sur-le champ!

  5. DUFIT THIERRY says:

    Quand on étudie la biographie de Paul VI, au-delà du fait qu’il fut le démolisseur de l’Eglise avec le concile Vatican II en introduisant le libéralisme dans l’Eglise, on apprend qu’il fut ordonné prêtre sans avoir étudié dans un séminaire. Sa santé prétendument trop délicate ne le permettait pas (il est mort à 81 ans). On est effaré qu’u homme sans formation ait été ordonné prêtre. Mais Montini était un gosse de riche. Un enfant né dans une famille pauvre n’aurait jamais été ordonné prêtre dans de telles conditions.

  6. Lionel says:

    Ils vont finir par s’autoproclamer « saints »: « le Souverain Pontife a souligné que Jean-Paul I pourrait être béatifié, sa cause étant ouverte à la Congrégation pontificale. En plaisantant, le pape argentin a ajouté: « Benoît et moi sommes sur la liste d’attente: priez pour nous » (ZENIT (UK) 20 février 2018) ».

  7. Cadoudal says:

    Bossuet nous rappelle le moyen de discerner le vrai du faux,
    le bien du mal.
    il nous l’ explique dans son traité sur « la défense de la tradition »

    (Bossuet – oeuvres complètes;chez Lebel ,1815;T 5, p: 20 et sq)

    il y expose les règles de discernement pour distinguer les catholiques d’ avec
    les hérétiques, établies par saint Vincent de Lérins .

    -ceux qui s’ éloignent des anciens commentateurs des Ecritures;
    – ceux qui inventent des explications dont on n’ avait pas entendu parler
    auparavant;
    – ceux qui forgent de nouveaux sens aux anciens commentaires
    – ceux qui ne suivent point les interprétations reçues
    dans l’ Eglise depuis les Apôtres .
    -ceux qui rejettent le sentiment commun des docteurs de l’ Eglise.

    « Vatican II »( notion jamais définie, tenue dans un éternel brouillard)
     » Assise »( communion inavouée dans un Panthéon païen ) ,
    « dogme shoatique »( devenu l’ évènement central de l ‘Histoire),

    on ne trouve rien sur ces sujets dans notre Tradition bi millénaire.

  8. Xavier S. says:

    Les conciliaires veulent ainsi honorer Paul VI comme le père fondateur de leur nouvelle Eglise, moderniste, anthropocentrique, néo-protestante, qui est née au Concile.
    Mais nous ne sommes pas dupes: on juge l’arbre à ses fruits.
    Comment Paul VI pouvait-il être un bon et saint pasteur, s’il obligeait les catholiques à s’imprégner de ce que lui-même avait qualifié de fumées de Satan ?

  9. Cadoudal says:

    au moment de l’ ouverture du concile  » pastoral » Vatican II, il y avait en France 25% de personnes qui allaient à la messe tous les dimanches;

    en 2017 , on constate l ‘effet remarquable de cette « pastorale »:

    il n’y a plus que 1,8% des Français qui vont à la messe chaque dimanche.

    la messe de Paul VI, reprise de celle de Luther, a dispersé le troupeau.

    environ 14 millions ont disparu des radars.

  10. Lionel says:

    Je ne me réjouis pas de la canonisation des Papes conciliaires qui ont “découronné Notre Seigneur Jésus-Christ” en substituant le “culte de l’homme” à “celui de Dieu” et qui ont ainsi sabordé la Sainte Église, nous conduisant inéluctablement au désastre…
    C’est “l’homme qui se fait dieu” à la place de “Dieu fait homme”; à la “religion nouvelle” correspondent de “nouveaux saints”!

  11. Cadoudal says:

    Paul VI , 7 dec 1965

    la religion du Dieu qui s’ est fait homme s’est rencontrée avec une religion
    (car c’en est une) de l ‘homme qui se fait Dieu.
    Qu’est-il arrivé ? un choc , une lutte , un anathème ?
    cela pouvait arriver ; mais cela n’ a pas eu lieu .
    Une sympathie sans borne pour les hommes l’ a envahi tout entier.
    …nous aussi plus que quiconque , nous avons le culte de l ‘homme. »

    « un courant d’ affection et d’ admiration a débordé du Concile sur
    le monde moderne
    l’ Eglise s’ est proclamée servante de l ‘humanité
    le concile a tout ordonné à l ‘utilité de l ‘homme

    Jean XXIII
    « une nouvelle Pentecôte qui verra resplendir la face du monde  »

    « le Concile entend bâtir un édifice nouveau ; »

    bavardage d’ abrutis nuisibles

  12. Jean-Pierre DICKES says:

    Paul VI est le grand responsable du grand bazar qui a laissé s’introduire dans l’Eglise à la suite du Concile. Rappelons que la constitution sur la liturgie rappelle que le latin est la forme normale de la messe. Immédiatement cela a été l’imagination au pouvoir et les prêtres ont dit la messe en inventant à leur gré. Paul VI n’a rien dit et a laissé faire. A l’époque on disait : selon la parole divine l’esprit demeure et la lettre tue. Le concile avait écrit que… Aucune importance , ce qui comptait c’était « l’esprit d concile et pas la lettre. »

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com