périclès

Vincent Azoulay est Professeur d’histoire grecque et auteur de différents ouvrages consacrés à l’Antiquité.

Silhouette familière des manuels scolaires et des livres sur la Grèce, Périclès a le rare privilège d’incarner à lui seul un « siècle « , condensant sur son nom l’apogée d’Athènes et l’épanouissement de la première démocratie de l’histoire.

Au lieu de se lancer dans une nouvelle biographie de Périclès, Vincent Azoulay cherche à remettre en contexte cette grande figure, en la réinsérant dans la culture politique du Ve siècle av. J.-C. A travers Périclès, c’est l’univers social et historique de l’Athènes classique que tente de nous faire découvrir ce livre.

Le premier volet de cet ouvrage s’ouvre par l’étude des atouts généalogiques, économiques et culturels dont disposait le jeune Périclès lorsqu’il entra dans la carrière politique. Les deux chapitres suivants sont consacrés aux fondements du pouvoir péricléen, à savoir la gloire militaire et le maniement expert de la parole publique au point d’incarner l’orateur par excellence. Ensuite, Vincent Azoulay examine comment Périclès fut impliqué dans le développement de l’impérialisme athénien et réprima sans états d’âmes les révoltes des cités alliées. Nous suivons encore Périclès dans la genèse d’une politique économique propre au concept de démocratie athénienne avec d’importantes redistributions à destination de la communauté civique. L’ouvrage termine par l’analyse des reproches et attaques adressées à Périclès.

De quoi tenter de comprendre Athènes au miroir de Périclès et Périclès au miroir d’Athènes.

Périclès, Vincent Azoulay, éditions Armand Colin, 348 pages, 24,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. brandenburg says:

    Ajouts historiques: 1 Périclès était bi-sexuel-pédéraste et hétéro-sexuel avec sa maîtresse Aspasie; 2 A sa mort ses successeurs virent que le trésor d’Athènes était vide:Périclès avait tout distribué à ses partisans plébéiens pour lutter contre le tenant de l’aristocratie Cimon,et en grands travaux à la Mitterrand; 3 Auparavant il avait réalisé le plus formidable hold-up de l’histoire en s’emparant du trésor de la ligue qui était destiné à lutter contre Sparte et auquel les « alliés »-des vassaux-étaient forcés de contribuer sous peine d’écrasement comme ce fut le cas.Résultat:Sparte écrasa Athènes ruinée et lui imposa de détruire ses « longs murs » ,ceux qui protégeaient contre tous ennemis la ville jusqu’à son port le Pirée.Ensuite Athènes fut vaincue par le Roi de Macédoine,Philippe II,père d’Alexandre le Grand auquel il avait donné comme précepteur Aristote.De Gaulle en tira la conclusion en disant: »N’oubliez pas que derrière Alexandre,il y a Aristote » puis « La démocratie n’a jamais rien fait ».Si:ruiner un peuple et le réduire à rien:Athènes s’enfonça dans le néant peu-à-peu jusqu’à devenir un gros bourg au Moyen-âge,remplacée par Constantinople puis Byzance.
    PS Vous ne pourriez pas faire en sorte que votre site cesse de sauter sans cesse?

  2. ddaflon says:

    Ah! le père Hiklès était pédé? Assez courant chez les Grecs, un peu comme chez les Anglais. En plus il avait toujours l’épée de la Dame Oklès suspendu au dessus de sa tête, ce qui devait être assez stressant.

  3. Pierre says:

    Z’êtes sûr que Périclès, l’était pas aussi zoophile ? P’tet même avec des chèvres, ce qui expliquerait ce bon goût de le Feeta grecque ?

    Et la marmotte qui met le chocolat dans le papier, c’est vrai aussi, c’est écrit dans un bouquin, et je l’ai même lu !!!

    Les neuneus de l’histoire antique, sortez vous donc la tête du cul, il n’y a strictement rien de crédible à tout ça.

    L’histoire antique de la Grèce a commencé à être écrite récemment, voilà moins de 7 siecles, et tout ceci n’est que pures inventions.

    Ainsi, le Parthenon n’a été aménagé tel qu’il se présente aujourd’hui qu’à la fin du 19ème siècle.

    Les monuments anciens Grecs sont édifiés par dessus les fondations de constructions datées du XIII ème siècle…
    Cherchez l’erreur !!!!

    Et tous ces fameux « temples Grecs  » ne dateraient en fait des XVème/XVIIIe siècle.

    LA TOUR FRANQUE DE L’ACROPOLE : UN HERITAGE DU DUCHE D’ATHENES AUJOURD’HUI DISPARU

    La tour franque et les Propylées pris de l’Erechtheion (1874)

    Photographie : Fonds Adolf Michaelis, Gl.I.A.b.114, SCD Université de Strasbourg.

    Au milieu du XIXe siècle, on pouvait encore apercevoir à Athènes, au sommet de l’Acropole, la tour franque construite sur les Propylées.
    S’il reste aujourd’hui difficile d’établir la date exacte de sa construction ou de son utilisation (1), Jean Longnon attribue sa fondation à Othon de La Roche (2).
    Dès le début du XIIIe siècle, ce chevalier et duc d’Athènes fait implanter son château sur l’Acropole.
    En 1209, Othon y reçoit l’empereur de Constantinople et le conduit à l’église Notre Dame installée dans le Parthénon (3).

    Mais à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, les érudits occidentaux se préoccupent davantage de la « Grèce antique » que de son passé médiéval.

    Durant l’été 1874, à l’occasion d’un séjour scientifique à Athènes, un groupe de savants, parmi lesquels Heinrich Schliemann, propose alors de financer la démolition de la tour franque de l’Acropole afin de mettre en valeur les Propylées (4).

    Heinrich Schliemann, l’archéologue allemand qui avait découvert Mycènes, organise la destruction de la tour en 1875.
    Considérée par certains comme une faute de goût, elle évoque aussi pour les Grecs le souvenir d’une occupation étrangère.
    Sa démolition est donc favorablement accueillie.
    Seul le roi des Hellènes, Georges Ier, tente de s’y opposer par un veto royal. Mais Schliemann qui s’est procuré une autorisation du gouvernement grec poursuit son iniative de faire disparaître « ce sombre stigmate de la tyrannie française… cet ignoble apendice » (5) !

    Il ne reste aujourd’hui plus aucun vestige de la tour franque qui fut entièrement démolie.
    Seules quelques photographies, peintures ou lithographies attestent de son existence.

    Ainsi, des trente tours médiévales recensées par les historiens en Grèce centrale, il n’en reste aujourd’hui plus qu’une ; il s’agit de la tour de Markopoulo, dont les créneaux sont restés intacts (6).

    La tour franque et les Propylées vus du sud-est (1865)

    Photographie : Fonds Adolf Michaelis, Gl.I.A.b.111, SCD Université de Strasbourg.

    Notes bibliographiques :

    (1) LOCK Peter, « The Frankish Tower on the Acropolis, Athens. The Photographs fo William J. Stillman », dans The Annual of the British School at Athens, 1987, n° 82, p. 133.

    (2) Jean Longnon, « Les premiers ducs d’Athènes et leur famille », Journal des Savants, 1973, no 1, p. 65 : « sa structure semble bien dater de son temps ».

    (3) HENRI DE VALENCIENNES, Histoire de l’empereur Henri de Constantinople, LONGNON Jean (éd.), Paris, 1948, p. 115, § 681.

    (4) LOCK Peter, The Franks in the Aegean, 1204-1500, Londres-New York, 1995, p. 16-17.

    (5) BAELEN Jean, « L’Acropole pendant la guerre d’Indépendance [II. Le drame de la Tour Franque] », dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n° 2, juin 1959, p. 242.

    (6) LOCK Peter, « The Frankish Tower on the Acropolis, Athens. The Photographs fo William J. Stillman », dans The Annual of the British School at Athens, 1987, n° 82, p. 133.

    http://moreefranque.over-blog.com/pages/La_tour_franque_de_lAcropole-8862675.html

  4. Pierre says:

    Avant que le « Récentisme' » et la « Nouvelle chronologie  » ne soient aussi considérés comme du « Révisionnisme  » ou du « Complotisme », interdits et punis de prison, voici tout de même quelques vérités bonnes à connaître sur l’histoire :

    http://chroniquesdurecentisme.blogspot.fr/2015/04/lacropole-dathenes.html?m=1

    http://chroniquesdurecentisme.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com