Aujourd’hui, 29 septembre, voici que l’Archange saint Michel est à l’honneur. A l’honneur en France, terre de dilection chrétienne devenue, hélas, terre de déréliction, et surtout à l’honneur dans l’Eglise, lors même le serait-il si peu dans l’esprit des ses serviteurs. Il revient, en somme, de lui « revenir », c’est à dire de se tourner vers lui car c’est à lui, l’ange des anges, lui, Prince de la Milice Céleste, que Dieu s’est adressé pour chasser le grand révolté du paradis céleste lorsque ce dernier s’est érigé en maître contre Sa Face. C’est donc lui, encore, qui peut nous aider à chasser le grand révolté qui préside depuis aux destinées du monde, aux destinées de la France et souvent à nos propres destinées.

Car le grand révolté est partout. A l’époque moderne, il s’est illustré d’abord dans la personne de Luther, et son héritage intellectuel et politique y est encore colossal. L’hérésiarque a conquis l’Europe presque en son entier, puis le monde dans son hémisphère nord, à travers des penseurs comme Kant, Hegel ou Feuerbach, et, sous une autre forme, à travers des forcenés comme Marx, Nietzche ou Hitler. Il est à l’œuvre, encore de nos jours, chez les disciples du jésuite Rahner ainsi que d’autres émissaires tels que Kung, Marx (encore un) et Kasper. Le Rhin s’étant, en effet, jeté dans le Tibre (1). On le rencontre toujours chez Merkel et Schäuble ainsi que chez les Princes du Danemark, de Suède ou d’Angleterre. La liste n’est pas exhaustive et les Amériques la prolongent.

En France, il s’est illustré dans la personne de Calvin ainsi que sa horde d’iconoclastes meurtriers qui n’eurent rien à envier à Voltaire, d’Alembert, Diderot ou Rousseau, tous pères intellectuels et spirituels de la plus grande révolution jamais pensée jusqu’alors. D’une révolution l’autre, cela a gagné la Russie et produit la révolution d’octobre laissant, derrière elle aussi, une boue sanglante de cadavres.

Sanglante, en effet, car la traine de la sinistre mariée a couvert de sa désolation l’Asie, l’Afrique ou le sud de l’Amérique. Le grand révolté, aux mille visages, aux mille ressorts, aux mille masques de théâtre (persona), s’affaire dans la mort érigée en culture, dans la démolition des usages et des bonnes manières, dans le non-sens fait norme ou la perversion sexuelle faite modèle. Il est à l’ouvrage dans l’homme pour le perdre, travaille son esprit pour l’anéantir, singe son corps pour le pervertir. Il est le maitre de l’argent et des stratégies spéculatives qui le multiplient par 1000 ou 100 000. Il assomme le vulgaire de sa dictée sournoise et le maintient sous la cognée. Il est sur tous les écrans, petits et grands, car il n’épargne personne, petits ou grands.

Dans cet immense cloaque, quelques rudes survivent. Ils tiennent le coup et leur force réside dans le secours de ces immenses prédicateurs qui ont cimenté leur âme : saint Grégoire le Grand, saint Dominique, saint Thomas d’Aquin, Bossuet, Bourdaloue, le Cardinal Pie, Mgr Lefebvre et bien d’autres. Saint Michel devait y veiller. Les rudes ne se tournent ni vers la rue de Vaugirard, ni vers la Trinité-sur-Mer car, là-bas aussi, la marée a jeté sur le rivage la face grimaçante de Méduse. Plus rien, dans ces deux officines dites « de droite », n’est catholique. Rien. Leurs fondateurs sont des pitres orgueilleux qui ont habitué leurs héritiers et leurs supplétifs à l’adultère des mœurs ou la sottise des mots. Ils sont tous les accessoires du grand révolté. Il les faut donc rejeter tous ensemble.

Alors, que faire ? Que faire face à ce vent migratoire qui souffle jusqu’à éroder les contreforts de nos cathédrales. Ce vent si violent, venu d’un sud mortifère et d’un orient enragé, qui forcit sous les ailes agitées du grand révolté comme les suppôts du même font rougir les braises du désespoir.

Que faire ? Eh bien, se redresser. Lever la tête et la tourner vers l’Archange, aujourd’hui, demain, et demain encore. Car, sous son ordre, tout est à ravir et tout est à vaincre. A nos vœux, il suscitera une âme, une vraie ! Une âme forte, une âme qui fera tourner les pantins de la politique autour du théâtre de guignol et mettra sur l’orbite la plus lointaine de la Terre, les ennemis exécrables de la catholicité. Le surcroit se convertira.

Alors, « Peuple, à genoux ! Lève les yeux vers l’illustre « peseur d’âmes », place-toi sous sa garde, et prépare ta délivrance… ».

Gilles Colroy

(1) Cf. l’ouvrage de Ralph M. Wiltgen, Le Rhin se jette dans le Tibre, Le Concile inconnu, Editions du Cèdre.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. balaninu says:

    Très très bel article ! Merci infiniment !!!! Oui l’Archange St Michel peut tout si nous le prions chaque jour, après un chapelet, ou une dizaine, ou un Ave Maria !
    St Michel Archange, avec toute l’Armée des Anges de Dieu,
    de Vos ailes protégez-nous !
    de Votre épée défendez-nous !
    de Votre lumière éclairez-nous !
    des influences du Satan éloignez-nous !
    de toutes les impuretés dans le Sang de Jésus lavez-nous !
    des péchés contre l’Esprit-Saint préservez-nous dès maintenant et pour toujours. Ainsi-soit-il !

    • Aha, St Michel a-t-il foudroyé les deux autres avant que je ne les lise ? Au revoir, je m’en vais maintenant répéter le Propre, car notre prieur s’appelle Michel.

  2. MA Guillermont says:

    LA PAROLE DE DIEU

    Sache donc aujourd’hui , et médite cela dans ton coeur : le Seigneur est Dieu , là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre , et il n’y en a pas d’autre . Tu garderas tous les jours les commandements et les ordres du Seigneur que je te donne aujourd’hui .

    Gloire à Dieu au plus haut des cieux !
    Qu'il est précieux , ton amour , ô mon Dieu .
    Aux torrents du Paradis , tu nous abreuves .

    LE CANTIQUE DE ZACCHARIE

    Croyez en la lumière , et vous serez des fils de lumière .

    • J’ai oublié une observation. La traduction française donnée reproduit les subjonctifs de Cicéron, mais l’original choisit dans les deux cas l’indicatif.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com