Le journal Le Parisien publie des extraits des plaintes déposées le 1er janvier pour « violences aggravées » par les deux policiers lynchés par des « jeunes » le soir du Nouvel An à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Un récit à glacer le sang !

Les deux policiers expliquent qu’ils se sont trouvés séparés lors de leur fuite.

« Je me suis protégée avec les mains et me suis roulée en boule. J’ai pris des coups au visage, au ventre et sur les jambes »,

raconte Laurie, la gardienne de la paix de 25 ans. Elle est incapable de dire combien de temps ses agresseurs se sont acharnés sur elle.

Elle se souvient que seuls deux garçons et deux filles ont essayé de la protéger :

« Ils m’ont portée et m’ont amenée jusqu’à un véhicule de collègues stationné à proximité. »

Lors du transport, la jeune policière va continuer à recevoir des coups de la part de ses assaillants. A l’hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne, les médecins lui prescriront une ITT de sept jours et un arrêt de travail de huit.

Son collègue, le capitaine B., de 37 ans, dépose de son côté :

« Nous marchions de front, lorsque j’ai reçu un violent coup dans le dos, porté par un manche en bois, de type manche de pioche. Mon gilet pare-balles a absorbé une partie du choc et j’ai réussi à maintenir mon équilibre. »

Essayant de s’échapper, il tombe et reçoit un coup de poing dans le visage :

« Cinq ou six personnes extrêmement belliqueuses se sont alors avancées vers moi. Le premier était toujours menaçant, j’ai sorti mon arme de service. »

Le geste a un effet dissuasif : les agresseurs prennent la fuite. Transporté à l’hôpital Bégin de Vincennes, il lui a été prescrit sept jours d’ITT.

Soirée presque ordinaire dans des banlieues où le flic est un homme à abattre… Voilà à quel degré de violences et d’irrespect ont conduit des décennies de laxisme judiciaire et éducatif, de folle politique de la « ville » et d’utopique « vivre-ensemble ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Daniel REICHERT says:

    A quand la possibilité pour les Forces de l Ordre de pouvoir se défendre et aux « pseudo juges » daller faire des tours avec elles pour comprendre ce qui se passe réellement , parce que bien au chaud dans un bureau, c ‘est facile de « faire du yaka faucon  » mais sans avoir connu eux mêmes les réalités du « champ de cette bataille » …

  2. 7 jours c’est normal, c’est à compter de 8 jours qu’on risque 3 ans de prison

  3. patate says:

    ET puis d’un autre côté quand il s’agit d’aller taper du bon français le flic fait pas dans la dentelle ( manif pour tous, picquemalle, identitaires…)
    les plaindre?
    Non j’ai passé le cap……………. tant pis pour eux

  4. Sebastien Wolf says:

    La seul fois qu’un policier osera tiré dans le tas sera contre un français qui manifeste pour préserver la dignité de son pays

  5. il y a aussi des hommes et femmes policiers qui font leur boulot et sont des boucs émissaires
    Trop facile de Taper sur un flic avec des armes contondantes type manche en bois, manche de pioche et coups de poings assénés ou frapper une femme, c’est insupportable ! les juges doivent revoir leur copie et savoir que les flics s’exposent tous les jours à ce genre d’individus qui se croient impunis vu la législation permissive…. rétablissement du service militaire obligatoire où il est possible de repérer ces types peu recommandables et faux-jetons malgré l’hypocrisie dont ils feront preuves

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com